Toutankhamon et l’égyptomanie au XXe siècle

Séminaire organisé par Jean-Marcel Humbert et Eugène Warmenbol, du 2 au 7 mai 2022.

Participants

ANDREU-LANOE Guillemette (Co-commissaire des expositions de 2022 à la BnF et au Mucem, Paris et Marseille), BIÈVRE-PERRIN Fabien (Université de Lorraine, Hiscant-MA), BOVOT Jean-Luc (Ecole du Louvre, Paris), BRIER Bob (Long Island University, New York, USA), BRUFFAERTS Jean-Michel (Université libre de Bruxelles – Fonds de la Recherche Scientifique belge), CAVANIOL Hubert (Musée du Petit Palais), CORRIOU Nolwenn (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), CULOT Maurice (ARCAS-architecture et urbanisme, et Éditions AAM), CZERNY Ernst (Austrian Academy of Sciences, Institute for Oriental and European Archaeology, Autriche), HUGRON Jean-Philippe (Auteur, journaliste, critique, Institut d’urbanisme de Paris), HUMBERT Jean-Marcel (Ecole du Louvre), MERCIER Claire (Université de Franche-Comté), MUS Charlotte (ENSA Paris-La Villette, éditions AAM), PESSON William, QUERTINMONT Arnaud (Musée royal de Mariemont, Institut catholique de Paris, Institut supérieur de l’Art et d’Archéologie de Bruxelles), SAURA-ZIEGELMEYER Arnaud (Université Toulouse II Le Mirail), WARMENBOL Eugène (Université libre de Bruxelles – Fonds de la Recherche Scientifique belge).

Résumé 

La discothèque Faraó à Santa Cruz (Torres Vedras, Portugal), construite en 2006 (photo Jean-Marcel Humbert, 2022)

L’égyptomanie est un phénomène réutilisant les composantes de l’art égyptien antique tout en les adaptant au goût du jour et en en modifiant les symboles. Du fait de sa popularité et de son importance au XXe siècle, il devenait intéressant d’étudier la part que Toutankhamon, après la découverte de sa tombe en 1922, pouvait avoir occupée dans son développement. Pourtant, alors qu’il est devenu, à l’égal de Néfertiti, une icône majeure de l’Égypte antique, il apparaît que si sa personnalité a eu un rôle important dans une égyptomanie populaire dans les années vingt et à l’occasion des expositions des années 1960 à 1980, elle n’a été, en revanche, que peu exploitée par l’architecture et les autres formes d’art « à l’égyptienne ».

Abstract

Egyptomania is a phenomenon reusing the components of ancient Egyptian art while adapting them to the taste of the day and modifying its symbols. Because of its popularity and importance in the twentieth century, it became interesting to study the part that Tutankhamun, after the discovery of his tomb in 1922, might have occupied in its development. Yet, while he became, like Nefertiti, a major icon of ancient Egypt, it appears that while his personality had an important role in a popular Egyptomania in the 1920s and on the occasion of the exhibitions of the 1960s to 1980, it has, on the other hand, been little exploited by architecture and other «Egyptian-style» art forms.

Compte rendu 

Fortement perturbé et reporté du fait de la pandémie, l’organisation internationale du colloque a dû être revue, et si son propos n’a pas été modifié, nombre d’intervenants qui n’ont pu venir ont dû être remplacés. Dans la version qui s’est tenue, quatre pays étaient représentés (Autriche, Belgique, États-Unis et France), et un sensible rajeunissement a pu être observé (une chercheuse en cours de doctorat et quatre jeunes professeurs post-doctorat étaient en effet présents). Comme toujours dans les études concernant l’égyptomanie, de nombreuses spécialités scientifiques étaient représentées (architecture, histoire, histoire de l’art, littérature, musique, cinéma, égyptologie) par des professeurs d’université, conservateurs de musées, chercheurs indépendants et architectes qui ont étudié des domaines variés et vierges.

Le centenaire de la découverte de la tombe de Toutankhamon (1922) était à l’origine de la tenue de ce colloque. Mais la question omniprésente pendant toute cette réunion concernait le rôle de cette découverte dans le développement de l’égyptomanie au XXe siècle : a-t-elle vraiment eu le rôle fondamental que beaucoup de spécialistes lui prêtent encore aujourd’hui ? Au fil des exposés, il a bien fallu se rendre à l’évidence qu’il conviendrait, à l’avenir, d’être infiniment plus nuancés sur cette question, car si la découverte de la tombe a généré une importante égyptomanie, notamment dans la mode (communication de Maurice Culot), celle-ci est beaucoup moins vérifiable dans l’architecture (communications d’Eugène Warmenbol, William Pesson, Maurice Culot et Bob Brier). Et si dans ce domaine l’égyptomanie traverse le siècle, c’est toujours sans l’apport du jeune pharaon (communication de Charlotte Mus sur les Expositions internationales et universelles). De son côté, Nolwenn Corriou assure également, avec ses « momies drolatiques », le lien entre le XIXe et le XXe siècle sans que celle de Toutankhamon y soit présente.

En effet, l’égyptomanie n’avait jamais cessé de se développer tout au long du XIXe siècle (rappel de l’histoire de ce phénomène et de son étude universitaire par Jean-Marcel Humbert), parallèlement au développement de l’égyptologie créée en 1822 du fait de la découverte des hiéroglyphes par Champollion (exposé de Guillemette Andreu). D’ailleurs le lien entre l’égyptologie et l’égyptomanie n’est jamais distendu, témoin dans les années qui suivent 1922 la création en Belgique de la Fondation Égyptologique Reine Elisabeth (rappel par Jean-Michel Bruffaerts du rôle de l’égyptologue Jean Capart qui organisa notamment une « Réception chez Toutankhamon » demeurée légendaire). Tout comme dans l’architecture, on observe dans l’art populaire une coupure due à l’Art déco, sans que Toutankhamon soit nommément évoqué (exposé d’Ernst Czerny et Jean-Marcel Humbert sur la production entre 1900 et 1940 des ateliers de la firme Julius Dressler en Bohème),

On ne pouvait pas ne pas évoquer les éléments expliquant le développement du phénomène « para-Toutankhamon » (la pseudo malédiction), et notamment le rôle bien oublié de Joseph-Charles Mardrus, l’un des inventeurs de cette affabulation médiatisée à l’excès (exposé de Daniel Lançon). Une dizaine d’années plus tard, en 1934, était créé à Paris un opéra à la fois totalement méconnu et oublié, le « Tout Ank Amon » de Maurice Pérez. Arnaud Saura-Zigelmeyer a fait revivre en s’accompagnant au piano de fort agréables sonorités orientalisantes, de meilleure facture que le texte du livret. Hubert Cavaniol, de son côté, a essayé à son tour de retrouver la piste de Toutankhamon dans la presse illustrée pour enfants de la première moitié du XXe siècle. « Le secret de la tombe » ou « La vallée du silence » sont des titres qui en disent long sur la teneur de cette littérature. Et si Hergé, dans Les Cigares du pharaon (1934) « expose » la momie de « Lord Carnaval », c’est là une des rares références au jeune pharaon.

L’après-guerre de 1940 va constituer pour Toutankhamon un grand moment de gloire, et pour nous d’autres questionnements. Car ce nouveau « Toutankhamon après Toutankhamon », ou la seconde vie du pharaon, est né des expositions qui vont se multiplier à travers le monde à partir du début des années 1960. Jean-Philippe Hugron a montré l’importance et l’impact de l’exposition « Toutankhamon » de Paris (1967), dont la cheville ouvrière fut Christiane Desroches-Noblecourt, conservatrice au musée du Louvre. Ce « blockbuster » (plus d’un million deux cent mille entrées), remarquable par sa scénographie, généra à son tour un merchandising qui allait se développer plus largement encore en Angleterre et aux États-Unis. Dans le même temps, le cinéma – qui avait déjà beaucoup misé avant la guerre sur le domaine égyptien, avec notamment la célèbre Momie de Boris Karloff – reprend avec les habituelles libertés soulignées par Jean-Luc Bovot le grand principe des péplums à l’égyptienne. Là encore, point de Toutankhamon…

La période contemporaine, enfin, présente ses propres particularismes. D’un côté, Toutankhamon reste une icône incontestable du paysage scientifique et médiatique de notre époque, sans que sa présence soit plus avérée dans l’égyptomanie. Et de l’autre, la science-fiction s’installe solidement. Arnaud Quertinmont explique que le désintérêt des milieux scientifiques pour les goûts du public a laissé place à toutes sortes de thèses complotistes, parmi lesquelles la théorie des « dieux astronautes » a la part belle. Claire Mercier aborde le sujet de la publicité télévisée autour de trois thèmes, Cléopâtre, pyramides, archéologues et autres momies. Enfin, Fabien Bièvre-Perrin examine comment Néfertiti et le reste de la cour amarnienne sont récupérés par des chanteuses afro-américaines comme Beyoncé ou Rihanna, une filiation entièrement factice faisant de l’Égypte le berceau de la culture africaine. On se rapproche de Toutankhamon, mais il reste pourtant toujours aussi absent.

Donc, plutôt que de constituer le moment d’un passage d’une égyptomanie à une autre, la découverte de la tombe de Toutankhamon est plus un lien entre le XIXe et le XXe siècle, d’autant qu’elle coïncide avec l’Art déco qui marque une évolution sensible de l’architecture mondiale, tout en offrant à l’art égyptien antique un terrain d’exercice inégalé. L’omniprésence du jeune pharaon, tout au long dus siècle, dans les journaux et la littérature, a surtout été marquée par des expositions générant à leur tour toute une gamme d’égyptomanie. Mais pour autant, en dehors d’objets populaires, elle n’a pas entraîné de mouvement en profondeur. Certainement, l’égyptomanie sans Toutankhamon n’aurait pas été aussi surprenante, mais elle aurait perduré et traversé le XXe siècle d’une manière au moins aussi permanente et variée.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search