« Face à la pandémie de Covid-19 : Sociétés en mouvement et disciplines en mutation »

Séminaire organisé par Marc Mézard, Frédéric Worms et Anne Christophe, du 22 au 27 novembre 2021

Participants de l’Ecole Normale Supérieure de Paris

Pierre-Yves Anglès, Coralie Chevallier, Anne Christophe, Emmanuel Didier, François Hartog, Frédérick Keck, Alice Lebreton Mansuy, Marc Mézard, David Pointcheval, Stéphanie Ruphy, Frédéric Worms.

Résumé

Daniel Barreto « Hey! I miss you. » / unitednations.talenthouse.com

Reflet de la culture interdisciplinaire de l’ENS, ce séminaire a rassemblé des philosophes, un historien, un sociologue, un anthropologue, des chercheuses en sciences cognitives, un cryptographe, une biologiste et un physicien. Ce panel de scientifiques a permis d’explorer deux axes d’études concomitamment : l’irruption des sciences dans le débat public et au cœur des politiques avec la pandémie de Covid-19 (« sociétés en mouvement »), une médiatisation soudaine qui n’est pas sans poser des questions éthiques ainsi que sur la « communicabilité » du travail scientifique, mais aussi le bouleversement de nombreux champs de recherche qui se trouvent influencés et renouvelés par la pandémie (« disciplines en mutation »).

Abstract

Reflecting the interdisciplinary culture of the Ecole Nationale Supérieure, this seminar brought together philosophers, a historian, a sociologist, an anthropologist, cognitive science researchers, a cryptographer, a biologist and a physicist. This panel of scientists made it possible to explore simultaneously two areas of study : the irruption of science in public debate and at the heart of politics with the Covid-19 pandemic ("societies in motion"), a sudden media coverage that is not without raising ethical questions as well as on the "communicability" of scientific work, but also the upheaval of many fields of research which are influenced and renewed by the pandemic ("changing disciplines").

Compte rendu

A défaut de consensus scientifiques sur les origines de la pandémie de Covid-19 ou sur ses conséquences géopolitiques, économiques ou psychologiques, chacun s’accorde sur le fait que cette pandémie a bouleversé nos existences, nos certitudes et nos sociétés, c’est-à-dire notre rapport au monde et à l’avenir, individuellement autant que collectivement.

Les risques sanitaires majeurs et la grande incertitude qui ont caractérisé ces derniers mois, depuis mars 2020, ont conduit bon nombre de dirigeants politiques, d’institutions et de citoyens à se tourner vers les scientifiques, en premier lieu desquels les virologues ou encore les spécialistes des pandémies d’origines animales (communication de l’anthropologue Frédéric Keck).

D’une certaine manière, cette pandémie signe donc un retour fracassant des sciences au cœur de l’actualité politique, nationale et internationale, mais la recherche ne va pas sans méthodologie, sans ses doutes et ses controverses, autant de contraintes et de spécificités qui l’ancrent dans une temporalité particulière qu’il convient d’expliciter et de préserver, au risque de fautes déontologiques majeures. L’arrivée soudaine de la recherche dans le débat public pose donc la question de sa médiation ainsi que de l’engagement et de la participation de citoyens soucieux de s’approprier ses conclusions qui impliquent en vérité tout autant ses méthodes (communication de la philosophe des sciences Stéphanie Ruphy).

Malgré la découverte rapide de vaccins, le traitement médiatique des sciences et le recours du politique à la recherche ont probablement participé à une forme de discrédit envers l’expertise scientifique, notamment dans la prédictibilité et la gestion de la pandémie. Plusieurs exposés et témoignages ont ainsi interrogé la place de la recherche dans le débat public et les modalités d’une communication scientifique accessible et valable, c’est-à-dire rigoureuse et suffisamment modeste (communication de la biologiste Alice Lebreton). D’autres universitaires ont témoigné sur leur engagement dans la conception de politiques publiques et d’outils sanitaires et technologiques inédits, à commencer par l’application « TousAntiCovid » qui a soulevé de nombreuses controverses en termes de respect de la vie privée et de protection des données personnelles et de santé (communication du cryptographe David Pointcheval). Un autre exposé s’est intéressé à la place des scientifiques au plus haut niveau de l’État dans la gestion de crises comme celle du Covid-19, c’est-à-dire sur la capacité de chercheurs et de hauts-fonctionnaires à travailler ensemble, a fortiori dans un pays comme la France où les élites administratives ont dans leur grande majorité une faible culture scientifique. Cette capacité à travailler de concert semble une opportunité particulièrement intéressante dans le déploiement de politiques publiques qui appellent un fort degré d’appropriation par les citoyens, qu’il s’agisse de ciblage et de calibrage d’une action autant que de sa communicabilité et de sa capacité à s’ancrer dans des usages individuels préexistants (communication de la chercheuse en sciences cognitives Coralie Chevallier).

Pendant la pandémie et face au confinement, d’autres discours, non-strictement scientifiques, ont également été vu comme des « refuges », des moyens de comprendre les bouleversements soudains dans l’économie, le travail ou l’intimité des foyers. Cela est particulièrement vrai dans l’usage des chiffres et de données quantitatives, sur tous les canaux de communication, qui sont devenus des outils d’emprise sur le présent et l’évolution rapide de la pandémie autant que des objets politiques chargés d’un certain pathos et d’une importante capacité d’intimidation, surtout dans les premiers mois de la pandémie (communication du sociologue Emmanuel Didier).

Avec ce séminaire, l’ENS a donc étudié cette nouvelle place des sciences dans la société et ce nouveau rapport de la société aux sciences (« sociétés en mouvements »). Il serait néanmoins très improbable de croire que les effets de la pandémie se sont arrêtés aux portes des laboratoires et des bibliothèques. La recherche et les sciences ne sont pas seulement un moyen d’étudier, voire d’endiguer, la pandémie. Elles sont elles-mêmes remises en cause et reconfigurées par le Covid-19. Leur périmètre, leur rôle et les rapports des disciplines entre-elles entrent en tension. La pandémie est un « fait scientifique total » qui implique toutes les disciplines et tous les regards.

L’effet du Covid-19 sur la recherche et les champs disciplinaire est donc un axe d’étude essentiel si l’on souhaite tirer toutes les conclusions de l’époque dans laquelle nous sommes soudainement plongés (« disciplines en mutation »). Tout au long de ce séminaire, il est ainsi apparu que la pandémie signe l’avènement de nouvelles thématiques, notamment en lettres et dans les sciences sociales. Parmi celles-ci, on trouve le soin et le développement de nouveaux rapports à soi, aux individus et à des communautés aux périmètres variables. La place de l’Homme semble remise en cause, au sein du vivant, d’une part, mais aussi dans une perspective plus humaniste et universaliste qui ont marqué une certaine tradition philosophique et politique occidentale, de l’Antiquité aux Lumières. L’émergence du sujet, et de sujets distincts sur la base du genre, de la race, des origines ou des croyances, constitue-t-elle un nouveau degré de raffinement dans ce que l’on pourrait qualifier de « civilisation des mœurs » et d’un mouvement de pacification et d’inclusion sociale vérifiable dans le temps long ou s’agit-il d’une vision véritablement nouvelle de l’Homme, et en l’occurrence des femmes et des hommes ? Ces interrogations invitent à resituer les individus plongés dans la pandémie dans un temps philosophique et politique long et permettent d’interroger leurs valeurs, qui déterminent leurs liens sociaux et leurs solidarités, pour envisager leur avenir (communication de l’historien François Hartog).

Un second effet déterminant de la pandémie, et déjà amorcé face à la crise climatique et l’érosion de la biodiversité, a été un nouvel appétit pour les récits, fictionnels ou non, et les travaux de recherche liés au vivant et à la construction de nouvelles mythologies entre l’Homme et la Nature. L’origine animale de cette pandémie a donné une dimension très tangible à la notion d’une biodiversité à laquelle l’humain participe et dont il peut être « victime ». Il y a là une opportunité historique de développer des travaux de recherche interdisciplinaires liant les sciences sociales aux sciences du vivant ou encore les lettres à des considérations biologiques ou géologiques. Au-delà de savoirs scientifiques dont l’influence politique paraît souvent bien faible, si l’on pense aux rapports du GIEC sur le climat, par exemple, il semble donc y avoir un besoin et une volonté de renouveler notre rapport à l’environnement. Cela passe par le développement de nouveaux récits collectifs capables d’intégrer l’humain au vivant, des mythologies dont on perçoit déjà l’influence croissante (discussion animée par la chercheuse en sciences cognitives Anne Christophe, le philosophe Frédéric Worms et le chargé de conférences en littérature comparée Pierre-Yves Anglès).

Au fil des jours, ce séminaire a ainsi permis de mieux caractériser le rôle des sciences dans la pandémie et les décisions politiques fortes qu’elle a occasionnées. Il a été l’opportunité de discuter de l’avenir proposé par le Covid-19 dans de nombreux champs de recherche et d’évoquer, par là même, la fonction d’institutions comme l’ENS qui ont vocation à développer les savoirs autant qu’à créer les conditions de leur diffusion et de la réalisation de leur potentiel véritablement transformant dans des sociétés dont la pandémie a révélé les innombrables faiblesses (propos conclusifs du physicien et directeur de l’ENS Marc Mézard). C’est une mission périlleuse et le rôle des sciences dans le débat public semble bien difficile puisqu’elles devraient être à la fois des sources d’expertise prescriptives et des objets en mutation constante dont le caractère instable conditionne aussi la valeur.

 

 



Citer ce billet
ldiebold (2022, 31 mai). « Face à la pandémie de Covid-19 : Sociétés en mouvement et disciplines en mutation ». Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv6h

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search