La poésie des métiers

Séjour d’étude de Paul Aron, du 8 au 20 Novembre 2021.

Résumé

Journal amusant, 3 novembre 1900.

Les « poètes de métiers » sont ceux qui évoquent leur profession sociale en vers, ou qui rédigent des vers en relation avec cette profession. Ce sont souvent des amateurs, plus ou moins au courant des modes esthétiques, mais des amateurs qui ont tenu à publier leurs vers, donc à les faire connaître. Leurs textes forment un continent méconnu de l’histoire des lettres. On peut y découvrir des textes amusants, émouvants ou ingénieux, autant d’objets de curiosité pour celui qui ne se contente pas des anthologies déjà constituées. La découverte de ces textes permet de repenser les frontières du monde littéraire, elle incite à inventer une nouvelle histoire des Lettres.  

Summary

« Professional poets » are those who write about their social profession in verse, or who write verse related to that profession. They are often amateurs, more or less aware of aesthetic fashions, but amateurs who were keen to publish their verses and thus to make them known. Their texts form a little-known continent in the history of letters. One can discover amusing, moving or ingenious texts, so many objects of curiosity for those who are not satisfied with the anthologies already compiled. The discovery of these texts allows us to rethink the boundaries of the literary world, and forces us to invent a new history of letters.

Compte rendu

La poésie, de nos jours, est la mal-aimée des programmes scolaires, surtout dans ses formes versifiées. Elle survit principalement comme un registre, c’est-à-dire comme une manifestation sensible dont l’expression déborde largement les cadres du monde littéraire. Un tableau, un film, un paysage, une chanson peuvent être qualifiés de poétiques. Un roman, une pièce de théâtre également. Le texte poétique n’a plus de repères formels. La fabrique des poèmes se ressent de cette déterritorialisation. L’adolescent qui rimait ses émotions choisit désormais de s’exprimer par d’autres voies que celle du texte, ou alors par des paroles mises en musique. Et pourtant la poésie reste bien vivante, à travers des concours, des festivals, des maisons d’édition. Elle demeure, parfois discrètement, une des manifestations essentielles du littéraire, rarement portée par des mouvements collectifs, mais pratiquée par des personnalités reconnues et pour des publics fidèles. Il y a même encore des « poètes nationaux ».

Les choses pouvaient sembler différentes jadis. La poésie avait des formes fixes, le vers était visible dans l’espace public, parfois sous la forme de commandes officielles. Il était évident qu’elle faisait partie de la littérature, même si on utilisait aussi le vers pour parler de science, faire de la publicité, ou célébrer de grands événements. Elle était présente sur les scènes de théâtre, dans la presse, sur les murs de la cité. Elle existait aussi dans les pratiques privées ; on écrivait des poèmes comme on poussait la chansonnette, à l’occasion de festivités familiales ou professionnelles. Et souvent, on souhaitait conserver le souvenir de cette performance, en la publiant, sous forme de brochure ou de livre, ou en l’envoyant à un journal.

Une part de cette « poésie ordinaire » est le fait de poètes amateurs qui ne sont pas reconnus par le monde littéraire, et le plus souvent parce que cette reconnaissance les indiffère. Une part encore plus restreinte de cette poésie d’amateurs est le fait de personnalités engagées dans une vie professionnelle sans relation avec la littérature et qui pourtant usent ou ont usé des moyens de la poésie pour parler de leur métier, ou pour produire des vers en relation avec celui-ci. Donc des médecins qui évoquent des maladies dans leurs poèmes, des avocats qui plaident en vers, des enseignants, des gendarmes ou des coiffeurs qui thématisent leurs activités.

Les « poètes de métier » existent depuis qu’il y a une poésie de langue française. Ils sont cependant particulièrement nombreux lorsque l’accès à l’imprimé devient plus aisé et que l’instruction se généralise. Leurs vers forment un « continent oublié » de l’histoire des Lettres.

On connaît la phrase célèbre d’Isidore Ducasse : « La poésie doit être faite par tous. Non par un ». Ce programme, qui se voulait provocateur, était en réalité depuis longtemps réalisé, mais invisible, occulté, en raison même de la professionnalisation du champ littéraire. Celui-ci s’organise depuis le XVIIe siècle en fondant une séparation entre ceux que Roland Barthes nommera les « écrivants » et les « écrivains ». Le tracé de cette frontière est infiniment ductile, jamais définitif, et il dépend des modes, des genres et des convictions de ceux qui en reconnaissent l’existence. Le monde de la poésie n’échappe pas à ce partage.

Les poètes de métier semblent ainsi relever du monde des « écrivants ». Mais leur pratique joue également un rôle intégrateur. En convoquant d’emblée la complicité d’une lecture collégiale, nombre d’entre eux créent une solidarité alternative à celle du monde littéraire. L’illégitimité vécue de manière plurielle peut alors se transformer en position collective, et réclamer à ce titre une légitimité autre ou marginale. Réalisée avec la complicité d’intellectuels notoires, c’est l’opération réussie par les écrivains ouvriers. Lorsqu’ils appartiennent à des milieux plus favorisés, ou mieux informés des codes du monde littéraire, le signalement du métier peut devenir ironique ou provocateur, et réduire alors, ou même annuler, l’effet d’exclusion. Le Dr Camuset a parfaitement joué ce rôle[1].

Pas plus que les écrivains confirmés, les amateurs ne forment une classe homogène, encore moins dans le champ poétique où les « poètes professionnels » sont rarissimes[2]. Les échanges entre auteurs consacrés, chansonniers poètes, et versificateurs de circonstance sont fréquents et les modes de consécration d’autant plus aléatoires qu’ils se situent en marge des institutions et des enjeux pécuniaires. Sur le long terme, la reconnaissance obéit à des principes peu prévisibles. Les gardes-frontières sont parfois inattentifs ; d’autres laissent passer les marginaux et les francs-tireurs.

On voit ici se dessiner un programme de recherche en plusieurs temps.

Le premier est celui de la collation. Il s’agit de réunir les textes, métier par métier, de manière à former des séries significatives. Cela suppose de dépouiller des revues, des brochures, des anthologies en grand nombre. On découvre alors que tel poème de dentiste plus ou moins reconnu dans le cadre de la poésie scientifique n’est qu’une occurrence d’une mode bien oubliée, ou qu’une profession, comme les cheminots, a, en certaine circonstance, connut une vie littéraire encouragée, puis dissimulée, par les organes mêmes qui l’avaient soutenue.

En second lieu, l’analyse des textes révèle la diversité de leurs motivations : exercice de style, esthétisation d’une matière, transmission d’un savoir, partage d’une émotion, glorification d’un savoir-faire ou d’un outil, performance publique ou publicitaire, voire ambition proprement esthétique et littéraire. De ce point de vue, les amateurs se distinguent mal des professionnels ; ils sont simplement des poètes qui n’ont pas été reconnus. En résulte une nouvelle perception de la vie littéraire, de nouveaux partages du canon, une cartographie inédite des pratiques réelles.

En conclusion, l’enquête incite le lecteur contemporain à ne pas se contenter des matériaux conventionnels du littéraire. Il est incité à faire des découvertes, émouvantes ou surprenantes, c’est-à-dire à considérer le passé des Lettres non comme un monument aux avenues définitivement tracées, mais comme un document à imaginer et à (re)construire sans cesse, au gré de ses curiosités et de l’infiniment divers paysage qui s’ouvre devant lui.

[1] Georges Camuset, Les sonnets du docteur, 1884.

[2] Voir Dominique Pasquier, « Aux frontières du champ littéraire, sociologie des écrivains amateurs, C.F. Poliak », Sociologie du travail, Vol. 50 – n° 4 | 2008, 565-566.



Citer ce billet
ldiebold (2022, 23 mai). La poésie des métiers. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv6g

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search