Des moines face à l’histoire. La pensée du passé dans la culture écrite en Ethiopie au Moyen-Age.

Séjour d’étude de Bertrand Hirsch, du 6 au 25 septembre 2021.

 

Résumé

St Jean l’Évangéliste comme scribe. Image tirée d’un manuscrit éthiopien des Évangiles du début du XVIe siècle (J. P. Getty Museum, manuscrit 102). Libre de droits

Ce séjour d’étude à la Fondation des Treilles à l’automne 2021 avait pour objectif la rédaction d’un ouvrage dont le titre actuel est : Des moines face à l’histoire. La pensée du passé dans la culture écrite en Éthiopie au Moyen Age. Depuis ses débuts, au XVIIe siècle, l’histoire de l’Éthiopie à l’époque médiévale s’est construite en Europe avec la participation active de lettrés éthiopiens. Mais, surtout, ce sont eux qui ont fourni les cadres même de cette histoire. Comprendre cette pensée de l’histoire et analyser comment elle a été élaborée à travers des textes de nature très diverse dans les milieux monastiques d’Éthiopie entre XIVe et XVIe siècle est l’objectif de ce livre à venir.

Summary

This study period at the Fondation des Treilles in the fall of 2021 was aimed at writing a book whose current title is: Monks and History. The thought of the past in the written culture of Ethiopia in the Middle Ages. Since its beginnings in the seventeenth century, the history of Ethiopia in the Middle Ages has been constructed in Europe with the active participation of Ethiopian scholars. But, above all, it was they who provided the very framework of this history. Understanding this historical thinking and analyzing how it was elaborated through texts of a very diverse nature in Ethiopian monastic circles between the fourteenth and sixteenth centuries is the objective of this forthcoming book.

Compte rendu

Ce séjour d’étude m’a permis de plonger dans la rédaction d’un ouvrage qui sera soumis aux éditions du CNRS. Ce livre est né d’un constat autour duquel j’ai centré mes recherches ces dernières années : la façon dont les moines éthiopiens, les seuls ou presque à maîtriser alors l’écrit, avaient conçu et écrit l’histoire du royaume chrétien d’Éthiopie à l’époque médiévale.

Avec Arnaldo Momigliano (Problèmes d’historiographie ancienne et moderne, Paris, Gallimard, 1983) pour l’histoire de l’Antiquité, Bernard Guenée fut l’un des premiers à explorer l’écriture de l’histoire durant la période médiévale en Occident dans deux ouvrages majeurs, Histoire et culture historique dans l’Occident médiéval (1980) et Comment on écrit l’histoire au XIIe siècle. Primat et le Roman des roys (paru à titre posthume en 2016). Il proposait de réserver le terme « historiographie » à l’histoire telle qu’elle fut pratiquée avant l’histoire telle que nous la connaissons, ce qui était un des sens usuels du terme, que l’on retrouve par exemple dans le chapitre intitulé « L’historiographie médiévale » de l’œuvre trop méconnue, en France du moins, de Benedetto Croce[1]. Sans méconnaître la coupure entre l’histoire écrite au Moyen Age et l’histoire critique qui prend son essor au XVIIIe siècle, elle me semble trop radicale et postulant que la seule histoire est celle qui s’est construite en Occident. Peut-être est-il plus créatif de considérer qu’il y a eu de multiples façons de faire, d’écrire ou de transmettre par oral, de l’histoire et que l’une de nos tâches est de comprendre cette multiplicité ? On remarque d’ailleurs l’essor récent de travaux portant sur l’écriture de l’histoire dans d’autres aires culturelles[2].

L’histoire de l’Éthiopie à l’époque médiévale est, en Europe, une tradition ancienne, que l’on peut faire remonter aux écrits des missionnaires jésuites au début du XVIIe siècle, et dont quelques-uns des jalons marquants furent les œuvres de I. Ludolf (XVIIe siècle), A. d’Abbadie, A. Dillmann (XIXe siècle) I. Guidi, C. Conti-Rossini, E. Cerulli (XXesiècle). Mais il est intéressant de constater que, plus récemment, le livre fondateur d’une histoire médiévale de l’Éthiopie est l’œuvre d’un historien éthiopien, Taddesse Tamrat, intitulé Church and State in Ethiopia (1270-1527), publié à Oxford en 1972, et qui fixe dans son titre même les bornes chronologiques du Moyen Age éthiopien. Taddesse Tamrat a puisé évidemment dans les travaux de ses prédécesseurs mais il a pu aussi, lettré en geez et en amharique, parcourir nombre de bibliothèques monastiques en Éthiopie, y étudier des textes utiles à ses recherches et proposer une lecture fine de l’histoire centrée autour des relations entre l’Église et la royauté. On pourrait dire que son œuvre est la rencontre réussie entre deux traditions historiographiques, celle des savants européens et celle des savants éthiopiens se rejoignant dans une histoire construite pour l’essentiel autour du royaume chrétien mais qui repousse dans les marges d’autres histoires, celles par exemple des États islamiques d’Éthiopie (présents peut-être depuis le Xe siècle) ou de nombreuses sociétés qui n’ont pas laissé pour cette période de textes écrits endogènes, comme c’est le cas de la société oromo.

En fait, depuis ses débuts, l’histoire de l’Éthiopie à l’époque médiévale s’est élaborée par un travail commun avec des savants éthiopiens qui méritent, autant que les savants étrangers, le titre d’historien. Une histoire partagée donc, mais pas « à parts égales », puisque le travail de ces érudits éthiopiens est rarement reconnu et qu’ils sont plutôt considérés comme des « informateurs » ou des « traditionnistes ». L’História da Etiópia de Pedro Páez, qui dirige la mission jésuite entre 1564 et 1622, a profité de la collaboration de moines lettrés éthiopiens, convertis au catholicisme, parmi lesquels deux rédacteurs de la chronique royale du souverain Susenyos, deux historiens « officiels » donc. Le moine éthiopien Gorgoryos a travaillé aux côtés de l’érudit Hiob Ludolf (1624-1704) et contribué à la préparation de l’Historia Aethiopica publiée à Francfort en 1681.

Mais la participation des savants éthiopiens à l’élaboration de l’histoire ne se réduit pas à ces contacts, aussi intenses soient-ils, avec leurs homologues européens. De façon souterraine, ils ont transmis beaucoup plus que des informations textuelles ou orales sur l’histoire ancienne du royaume éthiopien. Ils ont transmis les cadres mêmes de pensée de cette histoire, largement inspirée du modèle biblique : une histoire qui est celle du royaume chrétien autour du couple dominant royauté/Église, rejetant dans les marges les peuples et leur histoire qui se situaient aux frontières spatiales du royaume ; une histoire dont le principe moteur fut l’idée d’une continuité sans faille depuis des origines imaginées. Continuité dynastique depuis les rois David et Salomon, remontant par eux jusqu’à Adam, continuité généalogique des moines depuis Saint Antoine et remontant par lui jusqu’au Christ. Une histoire qui de ce fait cache sans cesse les ruptures, les discontinuités. On ne peut s’empêcher alors de méditer sur une réflexion de Walter Benjamin : « Le continuum de l’histoire est celui des oppresseurs. Tandis que la représentation du continuum abouti au nivellement, celle du discontinuum est à la base de toute tradition authentique[3] ».

L’ouvrage en préparation cherche donc à montrer, à travers des textes de nature très diverse (hagiographies, chroniques, listes, computs…) comment s’est élaborée cette pensée de l’histoire dans les milieux monastiques éthiopiens entre le XIVe et le XVIe siècle.

 

[1] Benedetto Croce, Théorie et histoire de l’historiographie, Paris, Droz, 1968 (1ère édition italienne 1916

[2] Pour prendre un seul exemple, voir le livre de Muriel Debié, L’écriture de l’histoire en syriaque. Transmissions interculturelles et constructions identitaires entre hellénisme et islam, Louvain, Peters, 2015.

[3] Dans une variante du fameux texte « Sur le concept d’histoire » rédigé en 1940, in Écrits français, Paris, Gallimard, 1991, p. 352.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search