Linguistique – Langues en contact

Participants

Dan XU-SONG, Alain PEYRAUBE, Lin XIAO, Daxing Wang PENG.

Résumé

La distinction inclusif-exclusif est extrêmement stable et relativement courante dans 30 à 40% de langues qui appartiennent surtout à des familles de langues situées en Australie, en Amérique du sud et en Asie.

En Chine, elle est surtout attestée dans les langues sinitiques du nord et du nord-ouest, y compris dans les langues mixtes qui ont été beaucoup influencées par les langues altaïques comme le Tangwang, le Wutun, le Gangou, le Linxia (ou Hezhou), le Zhoutun, mais aussi dans les dialectes hui du sud. Elle aurait été introduite en chinois sous la dynastie des Jin (1115-1234) dont la langue était le jürchen (ancien mandchou), avant de se propager dans d’autres aires linguistiques de l’ensemble des langues sinitiques.  

Les prépositions allatives en Mandarin standard et en Vieux Pékinois et les particules du TAM (Temps – Aspect – Mode) en Cenchuan (un dialecte du sud de la Chine) ont été aussi analysées dans une perspective de linguistique de contact.

Abstract

The inclusive-exclusive distinction is extremely stable and relatively common in 30-40% of languages which belong mainly to some language families located in Australia, South America and Asia.

In China, it is mostly attested in the Northern and North-western Sinitic languages, including mixed languages which have been greatly influenced by Altaic languages such as Tangwang, Wutun, Gangou, Linxia (or Hezhou), Zhoutun, but also in the Southern Hui dialects. Hes been probably introduced in Chinese under the Jin dynasty (1115-1234) whose language was Jürchen (Ancient Manchu), before spreading to other linguistic areas of the whole of the Sinitic languages. 

Allative prepositions in Standard Mandarin and Old Pekingese and TAM (Time-Aspect-Mode) particles in Cenchuan (a dialect of Southern China) have also been analysed from a perspective of contact linguistics.

Compte rendu

Ce séjour d’étude était consacré à synthétiser les recherches menées dans le cadre du projet PROCORE, un programme conjoint de l’ANR-France et du RGC (Research Grant Committee) de Hong Kong, qui est en phase intermédiaire et qui a pour titre « Inclusive and Exclusive: Language Contact between Sinitic Languages and Altaic Languages ».

Il a réuni en présence quatre chercheurs et enseignants-chercheurs : XU-SONG Dan, professeur à l’INALCO, Alain PEYRAUBE, directeur de recherche émérite au CNRS et directeur d’études à l’EHESS, PENG Daxingwang, doctorant à l’INALCO et Lin XIAO, chercheur postdoctorante et chargée de mission à l’ENS-Paris. Une cinquième enseignante-chercheuse (maîtresse de conférences à l’Université des sciences de l’éducation de Hong Kong) a participé à l’Atelier de recherche le mardi 26 février en visioconférence.

Chaque participant a présenté une communication de deux heures sur les résultats préliminaires déjà obtenus dans le cadre du projet, exposé qui a été suivi de discussions et de commentaires de la part des autres membres présents.

Il a été montré que la distinction inclusif-exclusif était extrêmement stable et relativement courante dans 30 à 40% de langues qui appartiennent surtout à des familles de langues situées en Australie, en Amérique du sud et en Asie.

En Chine, elle est surtout attestée dans les langues sinitiques du nord et du nord-ouest, y compris dans les langues mixtes qui ont été beaucoup influencées par les langues altaïques comme le Tangwang, le Wutun, le Linxia ou le Zhoutun, mais aussi dans les dialectes hui du sud. Elle aurait été introduite en chinois sous la dynastie des Jin (1115-1234) dont la langue tongouse était le jürchen (ancien mandchou).

XU-SONG Dan a longuement traité cette opposition dans les langues Tangwang, Gangou, Wutun et Linxia du nord-ouest de la Chine et conclu qu’elle était paradoxalement plus déterminante dans les langues qui sont restées plus sinitiques et moins altaïcisées. Elle a ensuite présenté un exemple de syncrétisme des cas accusatif et datif, largement attesté dans les langues sinitiques de cette aire linguistique du Gansu-Qinghai. On retrouve le même phénomène dans les langues mongoliques Bao’an (Bonan) et Tu (Mangghuer), même si c’est dans un usage très limité. Elle a conclu que les langues sinitiques et ces langues non-sinitiques ont évolué indépendamment les unes des autres, et que cette innovation est due à des mécanismes internes du changement linguistique qui n’a rien à voir avec de quelconques contacts entre des langues typologiquement différentes. Elle a enfin abordé les constructions de possession dans lesquelles le sujet-possesseur doit être marqué par un cas datif. Ce marquage est présent dans toutes les langues non sinitiques de l’aire linguistique du Gansu-Qinghai et a commencé à se répandre dans les langues sinitiques. Il s’agit dans ce cas de phénomènes de contact et les multiples voies d’emprunt entre et à l’intérieur des langues de cette zone présentent un modèle d’emprunt linguistique entrelacé. La ville de Linxia et les zones avoisinantes seraient le centre de diffusion de ces nouveaux moyens syntaxiques, et les populations musulmanes parlant des langues différentes pourraient former un réseau de diffusion.

Lin XIAO est intervenue sur le Vieux Pékinois (16ème – 19ème siècles), qu’on considère habituellement comme ayant été fortement influencé par le mandchou qui a succédé au jürchen. Elle a présenté une analyse détaillée du comportement syntaxique de la préposition vers et de ses variantes contextuelles en mandarin standard et en pékinois : wǎng 往, xiàng 向, cháo 朝 ; pékinois : wàng 望 (蓦), chòng 冲, bèn 奔, etc.). Cette étude fera l’objet d’une publication dans le prochain numéro de la revue La Linguistique (1/2022 : 25-44). 

Ces variantes ne sont pas totalement synonymes dans tous les contextes, contrairement à ce qui est rapporté dans les grammaires et dans les dictionnaires usuels. Elle a d’abord proposé de différencier leur comportement linguistique pour distinguer deux ‘vers’ : un ‘vers’ [+dynamique] (c’est toujours le cas de wǎng) et un vers qui peut être [-dynamique] pour xiàng et pour cháo. Elle a ensuite montré que ces variantes réagissent différemment dans leur position préverbale ou postverbale. Elle a enfin analysé la nature des objets qu’ils gouvernent (noms propres, noms de lieu, noms communs, ce qui l’a conduite à identifier d’autres différences fondamentales entre ces variantes. Le Vieux Pékinois, de son côté, comprenait d’autres variantes, qui ont pratiquement disparu aujourd’hui.

La communication de PENG Daxingwang a porté sur les systèmes aspectuel et modal dans le dialecte de Cenchuan, un dialecte sinitique qui se trouve dans le centre-sud de la Chine. Pour ce qui est du système aspectuel, il a d’abord présenté le marqueur du perfectif ou de l’accompli tɑʔ7 (au ton 7) en le comparant au marqueur perfectif le 了 du Mandarin standard, en relevant les ressemblances mais aussi les différences d’emplois. Il a ensuite analysé les marqueurs du complétif kɦei5b et du ‘tentatif’ 看 kɦan5b (qu’on retrouve comme cas comparatif dans les langues sinitiques du nord-ouest, notamment en Wutun) et sa voie de grammaticalisation. En ce qui concerne le système proprement modal, la construction V + 得 tiʔ7 a attiré son attention, car cette construction peut coder à la fois la possibilité non-épistémique, la permission, la nécessité et la capacité. Il a ensuite étudié la fonction spéciale de l’adverbe tsəŋ3 总 qui, en dehors de sens premier de ‘toujours’, peut aussi exprimer en Cenchuan la probabilité épistémique. Il a conclu son intervention par une étude originale de la particule modale spéciale pɦɑ5b 怕 qui code la possibilité, en retraçant son parcours de grammaticalisation.

Alain PEYRAUBE, enfin, est revenu à la thématique centrale du projet, à savoir la distinction ‘Inclusif’ vs. ‘Exclusif’, notamment dans le système des pronoms, en retraçant l’évolution historique du phénomène à partir de l’époque du bas- médiéval (7ème – 13ème siècles). Inexistante dans les documents de la dynastie des Song (960-1279), notamment dans le Zhuzi yulei (Entretiens de Zhu Xi, fin du 12ème ou début du 13ème siècle) qui représente mieux la langue vernaculaire de l’époque, la distinction devient assez courante sous la dynastie mongole des Yuan (1279-1368), dans les opéras des Yuan (Yuan kan zaju sans shi zhong) ou dans les textes juridiques en langue vernaculaire du  Yuan dian zhang (1234-1322), ainsi que plus tard, dans les manuels coréens d’enseignement du chinois, le Lao Qida et le Piaotongshi (ca. 1380). Cela confirme sans doute son apparition sous les Jin.

Ces différentes interventions feront l’objet de publications dans des revues scientifiques spécialisées (vraisemblablement en chinois dans un premier temps), avant d’être intégrées dans un volume collectif en anglais lorsque le programme PROCORE sera mené à son terme.



Citer ce billet
ldiebold (2022, 30 mars). Linguistique – Langues en contact. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 21 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv6c

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search