Rythme, en hommage à Michel Serres

Séminaire organisé par Robert Kopp, du 21 au 26 février 2022

En hommage à Michel Serres

Participants

Christian Doumet (Université de La Sorbonne, Paris), Stéphane Guégan (Musée d’Orsay, Paris), Robert Kopp (University de Bâle, Suisse et Université de La Sorbonne, Paris), Marine Parra (Université de Bretagne Sud, Lorient), Benoît Roux (Université de Rouen, Normandie), Raman Schlemmer (The Oskar Schlemmer Theatre, Bâle, Suisse), Peter Schnyder (Université de Haute Alsace, Mulhouse), Guillaume Sintès (Université de Strasbourg),  Nicole Tamburini (CNES pour l’œuvre d’Achille Laugé, commissaire d’exposition), Stéphane Virally (Polytechnique de Montréal, Canada).

Résumé

Schlemmer, “Coureurs aux échasses” (1927)

Les préparatifs de ce séminaire remontent à des conversations que j’ai eues avec Michel Serres en 2018 et 2019. Je voulais repartir de l’interdisciplinarité qui avait été la sienne dans les années 1980, lorsqu’il a organisé ses premières rencontres aux Treilles, dans l’espoir de ranimer, selon le voeu d’Anne Gruner-Schlumberger, le dialogue entre les Sciences exactes et les Sciences humaines. Malheureusement, sa mort, en juin 2019, alors qu’il aurait aimé être des nôtres, puis la pandémie, ont fait que notre réunion a dû être repoussée à plusieurs reprises. C’est presque par miracle qu’elle a enfin pu se tenir, dans une configuration, il est vrai, assez différente, mais non moins fructueuse, que celle qui avait été prévue.

Par ce séminaire dédié au Rythme, je voulais également renouer avec le colloque consacré aux « figures de la mélancolie », qui avait réuni, en 2006, à la suite de l’exposition mémorable de Jean Clair au Grand Palais, médecins et historiens de la médecine, psychiatres et psychanalystes, historiens des lettres et historiens des arts. Leurs contributions forment le premier volume de la série des « Entretiens des Treilles », publiés par Gallimard, et qui en compte aujourd’hui plus d’une quinzaine.

Summary

The preparations for this seminar go back to conversations I had with Michel Serres in 2018 and 2019. I wanted to start again from the notion of interdisciplinarity that had been his in the 1980s, when he organized his first conferences at Les Treilles, in the hope of reviving, according to Anne Gruner-Schlumberger’s wish, the dialogue between the hard sciences and the humanities. Unfortunately, his death in June 2019, while he would have liked to participate in the meeting, and then the pandemic, postponed our reunion several times. It was almost a miracle that it could finally take place, in a configuration that was admittedly rather different, but no less fruitful, than the one that had been planned.

With this seminar dedicated to Rhythm, I also wanted to revive the meeting devoted to the “figures of melancholy”, which in 2006, following Jean Clair’s memorable exhibition at the Grand Palais, had brought together doctors and medical historians, psychiatrists and psychoanalysts, literary historians and art historians. Their contributions form the first volume in the series of “the Analects of the Fondation desTreilles”, published by Gallimard, and which now includes more than fifteen volumes.

 

Compte rendu

La problématique du Rythme permet sans doute mieux qu’aucune une autre de croiser les regards. Le Rythme fait partie de ces structures transversales particulièrement propices à la réflexion interdisciplinaire. Car, du rythme cardiaque à celui des planètes, du rythme du marcheur à celui du violoniste, du rythme du plasticien à celui du chorégraphe, le Rythme touche à tous les domaines, qu’ils soient de l’espace ou du temps. Il permet aussi de mettre à l’épreuve la notion de quasi-objet, chère à Michel Serres, et qui devrait permettre de saisir dans un seul mouvement à la fois l’objet et le sujet.

C’est ainsi que nous avons placé en ouverture à notre colloque les rythmes de la danse (Guillaume Sintès), qui engagent le corps de chacun de nous et dont les mouvements ne peuvent se concevoir sans référence au sujet face à son objet et sans référence non plus à d’autres rythmes, qu’il soient mathématiques ou cosmiques. La physique quantique (Stéphane Virally) a permis de montrer que notre univers est fondé sur le rythme de ses composantes ultimes, les champs quantiques. Car de ces ondes parfaitement périodiques émergent des structures apériodiques, les particules fondamentales, qui constituent l’ensemble de la matière qui nous entoure et des forces qui la régissent. Le rythme n’est donc pas qu’une fonction de l’espace et du temps: il en est l’essence même. Ce que semblent avoir pressenti également de nombreux artistes.

En effet, comment transposer une catégorie temporelle dans l’espace? Comment introduire la durée dans les arts plastiques ? La question a été posée, entre autres, par les tenants de l’abstraction musicaliste (Nicole Tamburini), mais aussi par Paul Klee (Peter Schnyder), ainsi que par Oskar Schlemmer (Raman Schlemmer). Elle est au cœur aussi des choix auxquels sont confrontés les écrivains, obligés de départager le vers et la prose (Stéphane Guégan à propos de Drieu la Rochelle) ou se refusant à cette distinction, pourtant la plus ancienne qui soit en littérature (Robert Kopp à propos de Baudelaire).

Mais le monde du discours est aussi traversé de mouvements d’avancée et de retour qui y définissent reprises, associations et variations. Ces poussées, en apparence contradictoires, sont en réalité la condition de maintes inventions, et à ce titre, elles méritent d’être étudiés pour elles-mêmes (Christian Doumet, sur la fonction « épana- », figures de la ressaisie).

En poésie, le rythme des saisons apparaît parfois dès le titre d’un livre, de façon métaphorique. C’est le cas de nombreux recueils poétiques du XVIe et du début du XVIIe siècle (Marine Parra). Dans ce contexte, le rythme est aussi bien une réalité poétique (l’art de la versification) qu’un objet poétique (rythme de la vie, de l’écriture et de la lecture) et une structure du recueil (rythme quaternaire dans la poésie hexamérale, par exemple).

Enfin, le rythme qu’observe l’historien dans la confrontation de différentes civilisations (Benoît Roux), permet de l’explorer à la fois comme objet historique en ce qu’il structure les conceptions et les usages autochtones et européens du temps et de l’espace, mais aussi comme instrument intellectuel de l’historien qui, cheminant de concert avec l’anthropologue et l’archéologue, œuvre par une poétique qui lui est propre au repérage de scansions, de cycles, de surgissements à l’origine de nouvelles allures du temps.

Le nombre réduit des participants a grandement favorisé les échanges qui ont été d’une rare intensité, dégageant, grâce à cette notion transversale du Rythme, ce galop de l’essentiel, comme disait Péguy, des invariants insoupçonnées. Elles permettront à chacun d’enrichir sa contribution en vue de la publication de ce nouveau volume des « Entretiens des Treilles ». S’y ajouteront également les textes de Jean Baechler (philosophie), Jacques Réda (poésie et musique) et Augustin Voegele (musique et récit), empêchés au dernier moment de se déplacer.

Paul Klee, “Rythmes serrés et plus libres”

 



Citer ce billet
ldiebold (2022, 11 mars). Rythme, en hommage à Michel Serres. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv6b

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search