Les révisions de l’Histoire

Colloque organisé par Pierre Vidal-Naquet du 11 au 15 juin 1990

Participants

Pierre Bitoun (Institut National de la Recherche Agronomique), Boris Bloumkine (Editions du progrès, Moscou), Marc Ferro (Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), Paris), Dimitri Fourman (Institut des Etats-Unis et du Canada, Moscou), François Gèze (Editions La Découverte, Paris), Guy Hermet (Fondation nationale des sciences politiques, Paris), Jim Jackson (Trinity College, Dublin), Moshe Lewin (University of Pennsylvania, Philadelphia), Daniel Lindenberg, Juan Linz (Yale University), Marie-Anne Matard (Ecole française de Rome), Arno Mayer (Princeton University), Boris Orechine (Editions du Progrès, Moscou), Thierry Paquot (Editions La Découverte, Paris), Denis Peschanski (IHTP, Paris), Diana Quattrochi (CNRS, Paris), Maxime Rodinson (EHESS), Alexandre Roubtsov (Académie des sciences de l’URSS, Moscou), Joseph Rovan (Direction de la revue Documents), Anahide Ter Minassian (Université de Paris I), Pierre Vidal-Naquet (EHESS), Heinz Wismann (EHESS).

Résumé

Un colloque sur « les révisions de l’histoire » s’est tenu aux Treilles du 11 au 16 juin. Il réunissait dix- sept historiens de plusieurs nationalités. Les communications et les discussions ont porté sur les controverses engagées à propos du discours et des ouvrages d’hommes politiques et d’historiens visant à réviser les événements historiques survenus entre autres, en Allemagne, en France, en URSS, en Espagne et en Italie. Les débats ont également abordé des sujets de nature thématique tels que les problèmes épistémologiques de l’interprétation en histoire, le rôle de l’historien dans la cité, les effets politiques des travaux des historiens.

Compte-rendu

Une vingtaine d’historiens se sont réunis aux Treilles pour discuter des « révisions de l’histoire », sur la double initiative de la Fondation et des éditions La Découverte. Dans la note de présentation envoyée à tous les participants du colloque se trouvaient les considérations suivantes :

« Les années 80 ont vu surgir dans plusieurs pays des controverses et des débats sur leur passé, qui posent à chaque fois des problèmes politiques majeurs, au premier rang desquels celui de l’identité nationale. Dans tous les cas, ces controverses sont nées d’une volonté de “révision” de l’histoire officielle, sur l’initiative d’historiens mais aussi d’hommes politiques : révision du stalinisme et de la question des nationalités en Union soviétique, révision de la période nazie en RFA, révision de la période pétainiste en France, révision du fascisme en Italie, révision du franquisme en Espagne.

« L’histoire fait l’historien autant que l’historien fait l’histoire » disait Jules Michelet. C’est cette idée que les travaux du colloque tenteront de vérifier et d’approfondir. Qu’est-ce que l’histoire “officielle” ? Pourquoi révise-t-on ? Qui révise ? Comment s’opère la révision ? Comment tracer la frontière entre la révision qui ressort de l’ordre de la rectification et des progrès de la connaissance et celle qui relève de la manipulation et de la falsification pure et simple ? Telles sont les questions principales qui jalonneront les communications et débats du colloque.

« Plus précisément, l’objet de la rencontre sera de réfléchir, pays par pays et dans une perspective comparative, à la manière dont les historiens ont construit, dé-construit, reconstruit l’histoire du stalinisme, du nazisme, du pétainisme, du fascisme et du franquisme (approches complétées par celle d’un phénomène de même ordre, mais datant des années 30 : la révision du rosisme en Argentine). En définitive, c’est donc à une double réflexion qu’invite le colloque : l’une sur le sens de ces temps tragiques de l’histoire européenne et mondiale pour les générations passées, présentes et futures, l’autre sur la méthode, la place et le rôle de l’historien dans la Cité. »

Le colloque s’est ouvert par une communication de Pierre Vidal-Naquet, organisateur du colloque (1). Son objet principal a été de dresser un inventaire des différents concepts opératoires en matière d’analyse des processus de révision de l’histoire : révision par condensation ou déplacement, révisionnisme ou falsification par inversion ou dénégation. Puis, au cours de cette même séance, la parole a été donnée successivement à Joseph Rovan et Heinz Wismann sur la question de l’interprétation des crimes nazis et la querelle des historiens allemands à laquelle elle a donné lieu au milieu des années 80. Avec des optiques différentes, voire opposées, l’un et l’autre ont mis en évidence l’importance de cette querelle dans le débat sur l’identité de la nouvelle Allemagne, les intervenants divergeant sur la possibilité ou non d’interpréter, à partir de cette querelle, les positions qui se sont exprimées sur les conditions de la réunification (réunification après consultation démocratique ou réunification automatique). L’après-midi, consacré au cas français, a donné lieu à deux interventions : l’une de Jim Jackson sur le statut de la théorie du complot dans la pensée contre-révolutionnaire française, l’autre de Daniel Lindenberg sur “le syndrome de Vichy” et les différents obstacles à une “glasnost” concernant la France des années 40-44.

Les séances du lendemain ont été entièrement consacrées à l’URSS. Marc Ferro a fait porter son intervention sur les quatre foyers de la conscience historique (histoire officielle, histoire des intellectuels, contre-histoire portée par des groupes politiques ou sociaux, mémoire collective) et s’est employé à analyser leur poids respectif en Union soviétique depuis 1917. Dimitri Fourman et Alexandre Roubtsov ont donné à ce panorama un utile prolongement théorique et ont l’un et l’autre insisté sur les fondements philosophiques et religieux de l’interprétation stalinienne de l’histoire. La journée s’est achevée par un exposé de Anahide Ter Minassian sur la question des nationalités en Transcaucasie qui a mis en lumière le rôle actif joué par certains historiens, arméniens notamment, dans la dislocation de l’Empire soviétique.

Le jour suivant, les cas espagnol, italien et argentin ont été successivement abordés par Juan Linz, Guy Hermet, Marie-Anne Matard et Diana Quattrochi-Woisson. Juan Linz et Guy Hermet ont, chacun à sa manière, mis l’accent sur l’absence d’un véritable processus de révision de l’histoire de l’Espagne franquiste, d’ailleurs attesté par les conditions “pacifiques” dans lesquelles s’est déroulée la transition démocratique dans ce pays. Marie-Anne Matard a, elle, exposé le rôle central joué par les travaux de Renzo de Felice dans la réinterprétation de l’histoire du fascisme et longuement insisté sur le caractère fragile de l’identité républicaine en Italie. Enfin, Diana Quattrochi-Woisson a montré à quel point un processus de révision de l’histoire, celui opéré par le rosisme en Argentine par exemple, pouvait constituer la matrice d’une identité nationale.

Dans la séance qui a suivi, Denis Peschanski, Moshe Lewin, Arno Mayer et Maxime Rodinson ont tenté de tirer les enseignements des trois journées précédentes consacrées à l’étude des cas nationaux. Denis Peschanski et Moshe Lewin ont fait porter leurs interventions sur les multiples avatars des concepts de totalitarisme (Denis Peschanski) et de stalinisme (Moshe Lewin).

Arno Mayer et Maxime Rodinson se sont, eux, attachés à élargir le champ de la réflexion collective à des cas peu étudiés : la question de l’interprétation des relations Est-Ouest et de la guerre froide (Arno Mayer), les révisions non contemporaines et non européennes de l’histoire (Maxime Rodinson).

Enfin, pour terminer le colloque, une table ronde s’est tenue dans la matinée du 15 juin. Elle a permis aux participants de jeter un regard rétrospectif sur l’ensemble de la rencontre et d’en dresser le bilan. Si acteurs et mécanismes de l’histoire “officielle” ou de l’histoire “révisée” ont été décrits et analysés avec minutie dans chaque pays, aucune synthèse n’a pu vraiment être dégagée, la complexité et la particularité des situations nationales rendant sans doute la “prise de champ” très difficile. De même, il a été impossible de se mettre d’accord sur une définition rigoureuse du concept de révision. Si l’on excepte les thèses négationnistes de Faurisson et de ses émules que tous les participants se sont accordés à ranger dans la catégorie de la falsification pure et simple de l’histoire, le terme de “révision” a constitué tout au long des cinq jours du colloque, un leitmotiv, chacun donnant à ce terme un sens très différent : rectification ponctuelle, réinterprétation d’ensemble, recherche d’une vérité de l’histoire ou bien, au contraire, indice d’une relativité des connaissances et des valeurs.

Toutefois, au cours de la même table ronde, deux leçons ont pu être tirées de l’ensemble de la rencontre. D’une part, il est manifeste que la période des dictatures contemporaines constitue, pour chaque pays, le foyer d’une ou plusieurs identités nationales, le plus souvent irréductiblement opposées, et dont les générateurs se transmettent longtemps encore la mémoire. D’autre part, on ne peut que relever l’insuffisante pertinence de certains concepts, tels que celui de fascisme ou, à un moindre degré, de totalitarisme, et inciter à ce que se développent la réflexion et le travail historique sur les distinctions trop fréquemment passées sous silence (régime autoritaire-régime totalitaire par exemple).

Pierre Bitoun

(1) Appelé au dernier moment à siéger du 12 au 15 juin à la Commission nationale du CNRS, Pierre Vidal-Naquet n’a assuré la présidence des débats que durant la première journée. Maxime Rodinson a bien voulu le remplacer les jours suivants.

Communications

  • Marc Ferro : Les révisions de l’histoire en URSS.
  • Dimitri Fourman (voir Alexandre Roubtsov)
  • Guy Hermet : Visions et révisions du franquisme.
  • Jim Jackson : Naissance d’une pensée contre-révolutionnaire : l’abbé Barruel et la théorie de la conspiration.
  • Moshe Lewin: Conceptualizing the revisions of stalinism.
  • Daniel Lindenberg : Les éclipses de la mémoire dans l’historiographie française contemporaine.
  • Juan Linz: Comparative politics and sociology in Spanish society.
  • Marie-Anne Matard : Les révisions du fascisme dans l’Italie contemporaine.
  • Arno Mayer: Vanishing certainties: there and here.
  • Denis Peschanski : Avatars de l’histoire politique.
  • Diana Quattrochi : La querelle historiographique en Argentine.
  • Maxime Rodinson : Révision rampante, révision programmée, objectivité.
  • Alexandre Roubtsov : Le stalinisme dans la Grande Histoire.
  • Joseph Rovan : Devant l’histoire : Le nazisme et la “querelle des historiens allemands”.
  • Anahide Ter Minassian : La question des nationalités en Transcaucasie.
  • Pierre Vidal-Naquet : Inventaire des différents concepts opératoires en matière d’analyse des processus de révision de l’Histoire.
  • Heinz Wismann : L’histoire arrêtée. Enjeux théoriques et enjeux politiques dans la “querelle des historiens allemands”.