La littérature en héritage

Et ce n’est pas parce que le monde traverse une période d’angoissante instabilité, que la littérature cessera d’être un des lieux où s’affirment avec le plus de suite les aspirations de l’esprit.
Jean Schlumberger. Figaro littéraire. 10 août 1946


Nous connaissons les liens forts qui unissaient Anne Gruner Schlumberger à son oncle écrivain et leur amour commun de la littérature. Ils partageront également une passion pour la Grèce et c’est donc tout naturellement que Jacqueline de Romilly, lors du séminaire sur Jean Schlumberger et la polyphonie de la culture en 1992, mettra ses pas dans ceux de l’auteur de La Mort de Sparte pour tenter de cerner l’influence de la Grèce antique sur l’ensemble de son œuvre.

Grèce et littérature seront également étroitement mêlées dans les premières publications issues de séjours aux Treilles. Ainsi dès 1984, la session hellénisante organisée par Georges Dertilis sera à l’origine de la publication de The Greek Poets: From Homer to the Present, chez W. W. Norton Press en 2009 par Peter Constantine, Rachel Hadas, Edmund Keeley, Karen Van Dyck et Robert Hass. Suivront les Extraits de littérature grecque de Sophia Giannaka chez Nepheli à Athènes en 1992 puis l’Anthologie de la poésie grecque contemporaine chez Gallimard en 2000, le choix des œuvres et la traduction étant assurée par Michel Volkovitch également traducteur de Mènis Koumandarèas pour Le Beau Capitaine (ouvrage paru grâce à une aide à publication de la Fondation) ainsi que d’ Ersi Sotiropoulos pour Dompter la bête, deux ouvrages parus chez Quidam Editeur en 2011.

Le chapitre concernant la traduction ne peut être abordé sans citer les publications de Barbara Cassin parmi lesquelles le Vocabulaire Européen des Philosophies : dictionnaire des intraduisibles, Editions du Seuil / Duh i Litera en 2011, Les intraduisibles du patrimoine en Afrique subsaharienne aux Editions Demopolis en 2014 et en 2016 Après Babel, traduire, Editions Actes Sud et MuCEM, catalogue de l’exposition de même nom.

Patrick Hersant quant à lui publiera en 2020 Traduire avec l’auteur, Sorbonne Université Presses, à la suite de son séjour d’étude en 2017.

D’autres travaux menés à la Fondation sur la littérature conduiront aux publications d’Alexandre Gefen et Tiphaine Samoyault, La Taille des romans, Classiques Garnier, 2012, de Mineke Schipper, Never marry a woman with big feet – Women in proverbs from around the world , Yale University Press, New Haven and London, en 2003, et de Paolo Borsa, Christian Høgel, Lars Boje Mortensen, Elizabeth M. Tyler (Dir.), Interfaces. A Journal of Medieval European Literatures, n° 4, en janvier 2018 sans oublier de mentionner le livre de Jean-Pierre Orban Pierre Mertens. Le siècle pour mémoire, aux éditions Les Impressions Nouvelles en 2018, à la suite de son séjour d’étude en 2014.

La venue de Claire Riffard en 2010 donnera quant à elle naissance, la même année, au tome I des Œuvres complètes de Jean-Joseph Rabearivelo, CNRS Editions / Présence Africaine Editions, Collection «planète libre ».

Les Treilles inspireront également deux éditeurs, André Balland qui y séjournera en 1999 et publiera L’esprit gamin l’année suivante chez J. C. Lattès et Adam Biro qui terminera Deux Juifs voyagent dans un train en 1998 et le publiera la même année chez Maisonneuve et Larose.

Enfin Colette Guedj n’écrira pas moins de cinq ouvrages à la suite d’autant de séjours effectués entre 1998 et 2007. Quatre seront publiés chez JC Lattès : Le baiser papillon en 1999, Ces mots qui nous consolent en 2002, Le journal de Myriam Bloch en 2004, L’heure exquise en 2005, et aux Editions Ovadia paraîtra Le perce-oreille en 2010.



Citer ce billet
Fondation des Treilles (2021, 1 décembre). La littérature en héritage. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv5w

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search