La leçon d’une touffe d’herbe

Former un jeune esprit, c’est d’abord l’alimenter, lui donner l’envie de lire, sans gêner ses réactions spontanées. Il n’est pas grave que son avidité commence par être sans discernement, ce qui importe, c’est une prise de contact véritable, sans laquelle il n’y a pas absorption de nourriture.
Extrait dun article de Jean Schlumberger paru dans le Figaro du 9 février 1941.

Depuis sa création, la Fondation des Treilles encourage le dialogue entre les générations. Ainsi les séminaires associent chercheurs confirmés et doctorants ou post-doctorants. De la même façon elle octroie un prix à de jeunes chercheurs pour permettre notamment l’achèvement dune thèse de qualité exceptionnelle. 

Ces travaux de haute volée donnent naissance à des publications, souvent sous la forme darticles qui paraissent dans des revues ou journaux spécialisés. Tous les domaines du savoir sont représentés. Ainsi en médecine, les lauréats du Prix Jeune chercheur 2017, Manfred Accrombessi et Gildas Yaouhédo ont publié : Prevalence and Associated Risk Factors of Malaria in the First Trimester of Pregnancy, in The Journal of Infectious Diseases, en avril 2018 et Contributions of cuticle permeability and enzyme detoxification to pyrethroid resistance in the major malaria vector Anopheles gambiae, in NatureScientific Reports, volume 7, en 2017.

De la même façon, en biologie, Anne-Claire Baudoux a publié en octobre 2007 : The role of viruses in marine phytoplankton mortality, imprimé par Printon Trükikodas AS, et Julie Tomas, lauréate du prix en 2015, est co-auteure de : High-fat diet modifies the PPAR-γ pathway leading to disruption of microbial and physiological ecosystem in murine small intestine », PNAS October 4, 2016 113 (40). 

Les sciences humaines et sociales ne sont pas en reste avec des publications comme celle de Jean-Marc Pétillon en archéologieDes Magdaléniens en armes, technologie des armatures de projectile en bois de Cervidé du Magdalénien supérieur de la grotte d’Isturitz (Pyrénées atlantiques), Éditions du Cedarc en mars 2006, celle de Vincent Tournier en histoire de l’antiquitéLa formation du Mahāvastu et la mise en place des conceptions relatives à la carrière du bodhisattva, Éditions École Française dExtrême Orient, 2017, ou encore en 2013 celle de Gildas Salmon, Les structures de l’esprit, Lévi-Strauss et les mythes, PUF, Collection « Pratiques théoriques », en anthropologie sociale. Plus récemment Anna Lagaron a écrit en 2020 (sous la direction de Frédéric Imbert)  dans le Bulletin d’études orientales, Volume LXVII, 2018-2019, les Nouveaux itinéraires épigraphiques d’orient et d’occident, ce bulletin annuel étant édité par l’Institut français du Proche-Orient. 

Les études littéraires ont également permis l’édition de plusieurs ouvrages. Ainsi sous la direction de Céline Pardo, Nadja Cohen et Anneliese Depoux, Anne Reverseau, lauréate du prix en 2009, a publié Poésie et Médias, XXe-XXIe siècle, chez Nouveau Monde Éditions en 2012. De la même façon  Nicolas Bianchi, lauréat 2020, est l’auteur, la même année, de De Montmartre aux tranchées, l’humour de guerre de Roland Dorgelès (1910-1930), article publié dans un numéro hors-série de la revue Romanesques (13) consacré à cet auteur aux éditions Classiques Garnier.

Sébastien Wit (Prix jeune chercheur 2019) qui a fait paraître Romans du hasard : Italo Calvino, Julio Cortazar, Philip K. Dick, Marc Saporta (Presses Universitaires de Rennes, 2019) présente son projet de recherche sur les carnets de la Fondation.