Concertation des Académies des sciences

La voix de la science peut être portée de bien des manières et par bien des canaux. Il est naturel que les Académies des sciences1, confortées par l’indépendance qui est en principe la leur vis-à-vis des pouvoirs, participent à ce concert. Et souhaitable qu’elles le fassent de manière harmonisée en sorte d’être à même d’énoncer, à intention mondiale, des Déclarations (ou Statements) qui aient du poids. C’est dans cette perspective que fut créée, en 1993, l’amorce d’une Assemblée qui s’est ultérieurement élargie et qui réunit actuellement – sous le nom d’InterAcademy Partnership, IAP – les Académies des sciences d’une centaine de pays.

Porté en l’an 2000 à la présidence d’une IAP naissante, je dus réunir un Conseil exécutif provisoire – sorte de Constituante – afin de rédiger les Statuts de cette Assemblée et ses principes d’action2, puis de lancer collectivement l’organisation de ses travaux. C’est aux Treilles qu’eut lieu ce lancement, via la première réunion de ce Conseil en juillet 2000. De là sortirent lesdits Statuts, l’ébauche des premières Déclarations et la définition de quatre programmes interacadémiques coordonnés, chacun en charge d’une Académie particulière : ‘Enseignement des sciences’ – dont la direction fut confiée à Pierre Léna –, ‘Santé de la mère et de l’enfant’, ‘Science et media’ et ‘Comment créer et installer une Académie des sciences ?’. C’est donc, en quelque sorte, aux Treilles que l’IAP est née. Parmi les Académies les plus actives lors de ce démarrage, il convient de citer celles du Brésil, de Chine, de Cuba, des États-Unis, de France, de Grande-Bretagne, d’Inde, d’Italie et de Malaisie, ainsi que l’Académie du Tiers Monde (la TWAS), sise à Trieste.

Dans la même veine et sous la houlette de François Gros et de Julia Higgins, la Fondation a accueilli, en octobre 2003, le Conseil International pour la Science, l’ICSU, dont le siège est à Paris, en vue de resserrer les lignes d’action de cette institution.

C’est alors que, dans le cadre de l’IAP, nos confrères des Académies américaine et iranienne m’ont demandé si la France pourrait accueillir des rencontres – souhaitées des deux côtés – entre académiciens américains et iraniens, sachant que de telles rencontres étaient impossibles dans chacun de ces deux pays, et dans beaucoup d’autres. C’est aux Treilles que, pilotées par Glenn Schweitzer, eurent lieu ces rencontres, en 2003, 2006, 2009, 2013 et 2015, avec, chaque fois, une participation de notre Académie. À caractère résolument scientifique, elles avaient en plus une saveur politique évidente, et positive : je peux témoigner que le dialogue se déroula chaque fois dans une atmosphère – humaine et intellectuelle – excellente. Elles eurent successivement pour thèmes : ‘Éducation et Valeurs’, ‘Science et technologies du futur’, ‘Science et Éthique’, ‘Gestion de l’eau’ et ‘Changement climatique’.

Ces deux Académies ont manifesté solennellement, à l’issue de la rencontre de 2015, leur profonde gratitude à la Fondation.

Yves Quéré

 

1 La première en date, la romaine Academia dei Lincei, fut fondée en 1606.
2 … tâche à laquelle contribua largement Janine Rondest.



Citer ce billet
Fondation des Treilles (2021, 21 décembre). Concertation des Académies des sciences. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv61

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search