Un espace hors du temps

Que dire des Treilles…

Un espace hors du temps où les scientifiques se retrouvent comme dans un monde idéal, un paradis perdu. Il y a la nature, immense et soignée, comme dans les siècles passés, la lumière de Provence, intense et dure à midi, mais adoucie par la végétation et tellement douce au soleil couchant. Enfin, il y a Ie travail des hommes, omniprésent dans les bâtiments à l’authenticité sans concession : matériaux massifs, infiniment respectueux du savoir-faire ancestral du monde rural méditerranéen. Ce patient travail du milieu se retrouve dans tous les objets de décoration, simples tamis, ciseaux à laines, objets de la vie quotidienne des habitants du passé… Ce respect du travail et de la beauté est aussi évoqué par les œuvres d’art essaimées dans les jardins et sur les murs. Sculptures, dessins, tapisseries, tout rappelle à l’invité que la qualité du travail se mesure dans le temps. Les universitaires et chercheurs, qui traquent sans relâche la beauté de l’infiniment grand ou de I’infiniment petit, se retrouver immédiatement à I’unisson dans cet endroit, tout entier dédié à la beauté du monde. Au cours de mes séjours à la Fondation, je n’ai pas rencontré un seul invité qui n’ait été subjugué par ce lieu et qui n’ait vécu la semaine du séminaire comme une parenthèse d’exception.

J’ai eu en effet la chance d’être souvent invité par la Fondation, d’abord comme participant en 1992 pour le colloque Molecular medicine, puis plus tard comme organisateur de séminaires. Jeune scientifique, ce fut pour moi l’occasion de rencontrer des figures de légende, ceux dont nous savions qu’ils avaient créé des pans entiers de la biologie moderne (Michael Bishop et la découverte des oncogènes, François Jacob er l’opéron, Walter Gehring et I’évolution de l’œil...). Leur proximité simple, leur affabilité er leur culture encyclopédique, dans bien d’autres domaines que ceux pour lesquels ils étaient célèbres, furent pour moi une grande source d’inspiration. Ce fut aussi l’occasion de rencontrer Madame Gruner Schlumberger, dont la vivacité d’esprit et la force de caractère m’avaient beaucoup marqué.

J’ai aussi pu assister, presque en direct, à Ia naissance d’idées au cours de discussions d’abord singulières, puis collégiales. Ces idées, comme par exemple l’envoi direct d’informations de la membrane plasmique à I’ADN, étaient ensuite mûries de nouvelles approches, mises en perspective, débattues, attaquées, puis finalement formulées et mises à l’épreuve du temps. Il faut aussi dire un mot de l’interdisciplinarité, fruit de Ia proximité de l’académie de musique, et de la présence très fréquente d’invités d’autres disciplines. Les Treilles ont parfaitement réussi cette difficile alchimie : faire cohabiter et échanger des mondes différents, source d’enrichissement pour tous.

PIus tard, la bienveillance et le souci du détail, l’inimitable “French touch” du personnel de la Fondation, ont toujours séduit ceux que je réunissais. Nous avions ainsi organisé un séminaire célébrant le dixième anniversaire de la découverte de PML/RARA, premier modèle de thérapeutique ciblée du cancer en 2001, puis un autre sur l’optimisation des modèles animaux de cancer en 2007. De très nombreuses années après, les réunions de la Fondation marquent encore les mémoires et les collègues étrangers évoquent souvent this incredible place in South France, sans d’ailleurs toujours en retenir le nom ! L’atmosphère si particulière des Treilles, leur calme et le détachement du monde nous ont permis de nouer des collaborations très fructueuses. Par exemple, un travail mené avec l’équipe de Michael Bishop nous a permis de trouver le traitement définitif de la leucémie aiguë promyélocytaire aujourd’hui utilisé chez les patients du monde entier. Cette collaboration a été initiée aux Treilles et les premiers résultats y ont été exposés quelques années plus tard.

Que dire encore des Treilles ? D’abord exprimer un immense merci à tous ceux qui ont rendu et rendent encore possible ce lieu unique et inoubliable qui serre si bien I’art et les sciences. Ensuite, former le vœu que ce Iieu soit préservé dans ses objectifs et son mode de fonctionnement. Et enfin communiquer ma conviction que ceux qui réfléchissent à l’organisation de la recherche scientifique dans notre pays pourraient venir trouver aux Treilles quelques-unes des solutions à mettre en œuvre pour y parvenir…

Hugues de Thé in La Fondation des Treilles. ADAGP, 2010.



Citer ce billet
Fondation des Treilles (2021, 21 décembre). Un espace hors du temps. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv60

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search