La Fondation des Treilles ou la magie du lieu

Les séjours d’étude à la Fondation des Treilles qui m’ont été accordés ont été parmi les plus heureux et les plus créatifs de ma vie d’écrivain. Je ne peux penser sans un sentiment de gratitude pour les hôtes qui m’ont accueillie ainsi que pour les bibliothécaires dont j’ai pu apprécier, jour après jour, la gentillesse, la compétence, et le dévouement. J’ai trouvé, un havre de paix et de sérénité dans un cadre enchanteur, propice à la création et à la méditation. Tout dans ce lieu magique et inspiré ne fut qu’harmonie, et incitation à écrire, depuis la splendeur des paysages jusqu’aux sculptures gardiennes des lieux, empreints de spiritualité. Sans parler des plaisirs de bouches concoctés par de véritables artistes… C’est aux Treilles que j’ai pu mettre un point final au Baiser papillon (2001), édition revue et augmentée, Pocket, ainsi qu’à ses traductions publiées en quatre langues. J’y ai pu achever un livre important Le Journal de Myriam Bloch, (Lattès, 2004) qui évoque les questions sensibles de la mémoire, de l’identité et de la vigilance face à la recrudescence de la haine antisémite. J’en ai également commencé un nouveau, dont l’avancée a été considérable, L’Heure exquise, (Lattès, 2005) qui a trait aux petites fins de vie et à la vieillesse dans les maisons de retraite, mais aussi aux rapports entre mère et fille. Je n’aurais jamais pu venir à bout de la rédaction de ces ouvrages, sans l’aide précieuse et si efficace des bibliothécaires qui m’ont fourni toute la documentation nécessaire à la concrétisation de mes projets. J’y ai découvert, parmi beaucoup d’autres, des ouvrages philosophiques (Jean-Luc Nancy, Gérard Bucher dans La vision et l’énigme, ou encore Jacques Derrida dans Mémoires d’aveugle) qui ont non seulement corroboré certaines de mes intuitions mais m’ont également ouvert de nombreuses perspectives. Depuis j’ai écrit trois ouvrages qui figurent au catalogue de la Bibliothèque, Anthologie de poèmes d’amour, (Lattès, 2007), Le Perce oreille, (Ovadia, 2009), La femme au poignet tatoué, (Ovadia, 2013).

Colette Guedj, 2021



Citer ce billet
Fondation des Treilles (2021, 8 décembre). La Fondation des Treilles ou la magie du lieu. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv5x

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search