Le climat idéal des Treilles

Par Anouchka Vasak, venue aux Treilles en 2007, 2008, 2010, 2016 et 2019

L’occasion m’a été donnée de découvrir l’univers merveilleux des Treilles lors de deux séminaires consacrés à « Romantisme et Révolution » (2007 et 2008). En 2010 j’ai bénéficié d’un séjour d’études pour me consacrer au cœur de ma recherche, la météorologie et le climat entendus dans une perspective historique au sens large (histoire des sciences, de l’art, des représentations) : j’ai pu, dans le cadre idéal des Treilles, achever la traduction et l’édition de l’essai de Luke Howard, inventeur en 1803 de notre classification des nuages. L’ouvrage Sur les modifications des nuages, préfacé par Emmanuel Le Roy Ladurie, est paru avec l’aide de la Fondation des Treilles en 2012 aux éditions Hermann. Ce séjour sans nuage, en plein juillet, m’a permis d’accéder aux riches ressources de la bibliothèque mises à ma disposition ; mais aussi de rêver, en compagnie des chercheurs alors présents dans le cadre du séminaire « Turbulence d’ondes », en contemplant le ciel nocturne lors de la soirée des étoiles organisée par Fernand qui avait déployé pour nous son télescope. En 2016, nous avons organisé, Pierre Glaudes et moi, un séminaire sur les « nuages, du tournant des Lumières au crépuscule du romantisme » : la rencontre, dans l’esprit transdisciplinaire qui a toujours été celui des Treilles, entre littéraires, philosophes, historiens de l’art, des sciences et une géographe, reste un grand souvenir d’échange sans frontières autour de cet objet physique et esthétique singulier. Un ouvrage publié en 2017 chez Hermann avec le soutien de la Fondation des Treilles est issu de ces rencontres. Enfin, en 2019, j’ai eu la chance de participer à un nouveau séminaire consacré cette fois aux pierres : « Avoir une âme pour les pierres : arts et sciences minérales du tournant des Lumières au crépuscule du romantisme ». Le domaine des Treilles, dans lequel voisinent pierres naturelles et sculptures, était encore le lieu idéal pour cette rencontre entre terre et ciel : car elle fut aussi l’occasion d’une excursion géologique (la terre), et d’une réflexion sur les météorites (le ciel), ouverte par d’autres chercheurs venus aux Treilles, comme Matthieu Gounelle, avec qui j’ai pu entrer en contact par la suite. La publication aux PUR de l’ouvrage issu du séminaire et soutenu par la Fondation des Treilles est prévue courant 2023. Entre ciel et terre, la Fondation des Treilles est décidément le cadre rêvé pour des rencontres et des études in situ sur des objets propres à intéresser les chercheurs d’horizons variés, en sciences ou en arts.
Qu’est-ce que les Treilles, d’après mon expérience ? Un microcosme préservé qui dégage un sentiment d’éternité, justement propice à une méditation sur l’impermanence des choses et les changements qui menacent notre environnement.



Citer ce billet
Fondation des Treilles (2021, 30 octobre). Le climat idéal des Treilles. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv5r

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search