Rédaction d’un ouvrage collectif « Royautés »

Séjour d’étude de Stéphane Péquignot, Fanny Cosandrey et Pascal Buresi du 25 au 31 juillet 2021.

 

Participants

Pascal Buresi (École des Hautes Études en Sciences Sociales – EHESS / CNRS), Fanny Cosandrey (EHESS)Elie Haddad (EHESS), Corinne Lefevre (EHESS / CNRS), Radu G. Paun (Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen, EHESS / CNRS), Corinne Peneau (Université Paris Est Créteil), Stéphane Péquignot (Ecole Pratique des Hautes Etudes – EPHE).

Résumé

Le séjour aux Treilles de sept chercheurs et enseignants-chercheurs du CNRS, de l’EPHE et de l’EHESS était destiné à la préparation d’un ouvrage sur les Royautés, fruit d’un séminaire collectif tenu à l’EHESS depuis huit ans. Au cours de huit séances de travail intensif permises par les conditions exceptionnelles offertes par la Fondation des Treilles, l’introduction a été élaborée, les éléments des différents chapitres réunis, et les tâches attribuées pour achever l’ouvrage à la fin 2021 et pouvoir le remettre à l’éditeur.

Summary

The stay at Les Treilles of seven research-fellows and professors from the CNRS, the EPHE and the EHESS was intended for the preparation of a book on the Royautés (kingship), the fruit of a collective seminar held at the EHESS for eight years. During eight intensive working sessions, made possible by the exceptional conditions offered by the Fondation des Treilles, the introduction was elaborated, the elements of the different chapters were gathered, and the tasks were assigned in order to complete the book by the end of 2021 and to be able to hand it over to the publisher.

Compte rendu

Ce séjour a réuni sept historiens des époques médiévale et moderne travaillant sur des thématiques voisines, mais sur des terrains géographiques éloignés. Tous ces chercheurs et chercheuses sont en poste à l’université, à l’EHESS, à l’EPHE ou au CNRS, et peuvent être considérés comme « seniors ».

Depuis 2013, les activités de cette « équipe » ont pris la forme d’un séminaire de recherche à l’EHESS rassemblant historien(ne)s et historien(ne)s de l’art travaillant sur les systèmes monarchiques depuis l’Antiquité jusqu’au xixsiècle, en accordant toute leur place aux spécialistes des mondes extra-européens.

Après plusieurs années d’existence, la nécessité de donner une forme tout à la fois plus tangible, pérenne et accessible à nos travaux collectifs sous la forme d’une publication s’est imposée à nous comme une évidence. Alors que se multiplient actuellement, notamment dans le monde académique anglo-saxon, les synthèses à visée encyclopédique sur les régimes monarchiques (qu’il s’agisse de royaumes ou d’empires), nous avons pour notre part opté pour une formule dans laquelle les sources, variées, sont le cœur de l’interrogation du phénomène de la royauté. Plus précisément, l’ouvrage sera structuré autour de thématiques majeures donnant lieu à autant de chapitres. Coordonné par un binôme, chaque chapitre comprendra une brève introduction, une série de documents reproduits (intégralement ou partiellement suivant les cas) et commentés, ainsi qu’une synthèse conclusive qui tirera des enseignements plus généraux, méthodologiques, documentaires et historiographiques, de la comparaison des documents et de leurs analyses.

Après avoir écrit collectivement les cinq premiers chapitres thématiques de l’ouvrage, sur les huit que celui-ci comptera à la fin, il nous est apparu essentiel, avant de rédiger les introductions partielles, de travailler collectivement à l’introduction générale. Celle-ci doit en effet présenter notre démarche en la situant par rapport aux tendances historiographiques et anthropologiques de l’analyse des royautés. Elle doit également donner les clés d’utilisation de l’ouvrage ainsi qu’un premier aperçu sur les terrains qui y sont explorés, à la fois pour fournir au lecteur les éléments de base nécessaires à la compréhension des documents et pour expliciter les objectifs de notre démarche comparatiste.

Grâce à la qualité de l’accueil et du lieu, aux conditions extrêmement favorables qui nous ont été accordées et à la motivation des membres de l’équipe qui se connaissent depuis de nombreuses années, le séjour aux Treilles nous a permis huit séances de travail intensif de près de quatre heures chacune. Un président de séance et un secrétaire géraient les prises de parole et de notes, et les discussions ont été très fertiles. Ce séjour nous a permis de déboucher sur une trame extrêmement détaillée de l’introduction. Cela n’aurait été guère possible autrement que par des séances de travail rapprochées et les séminaires mensuels à l’EHESS ne nous auraient pas permis d’avancer aussi vite et aussi bien. Nous avons d’abord décidé de distinguer au sein de la partie introductive : un avant-propos, l’introduction proprement dite et enfin un mode d’emploi de lecture de l’ouvrage. Ensuite nous avons aussi décidé de créer une nouvelle rubrique (placée à la suite de l’introduction ou en annexe de l’ouvrage) : sept fiches de présentation contextuelle des spécificités de nos terrains respectifs aux périodes étudiées (deux pages chacune avec une carte de localisation).

Enfin nous avons élaboré le détail de l’introduction générale divisée en plusieurs parties et nous avons attribué la mise en forme définitive de chaque partie à l’un des membres de l’équipe :

1— Qu’est-ce qu’un roi ? (ÉH) (5-6 000 signes)

2— Une approche critique originale (CL) (5-6 000 signes)

3— Des langues et des mots : les paysages linguistiques (PB) (5-6 000 signes)

4— La diversité des territoires (superficie et organisation des territoires) (FC) (5-6 000 signes)

5— Démographie et peuplement (SP) (5-6 000 signes)

6— Diversité des peuples (CL) (5-6 000 signes)

7— Variétés des droits et des coutumes (CP) (5-6 000 signes)

8— Cérémonial et enjeux symboliques (RP) (5-6 000 signes)

9— Modes de domination et exercices de gouvernement (ÉH) (10 000 signes)

10— Sources et documentation (SP) (5-6 000 signes)

11— Conseils de lecture (PB) (1 000 signes)

Au cours de nos séances de travail les titres de ces différentes parties ont été décidés et leur contenu élaboré. Nous avons présenté chaque fois des exemples issus de nos différents terrains en les confrontant et en adaptant la thématique générale aux conditions particulières de chaque ensemble territorial et de chaque période.

Nous avons tenu d’emblée à donner une définition du terme roi, pour le distinguer de ceux d’empereur et de prince. Nous avons constaté l’européocentrisme du terme et avons décidé d’en adopter une définition large qui puisse nous permettre d’intégrer tous nos domaines où règnent des dirigeants portant des titres aussi variés que ceux d’émir, de calife, de shah, de negus, de batchaï, de konung, de voïvode… La deuxième partie nous permet de présenter l’originalité de notre démarche, fondée sur des coups de projecteur éclairant huit thématiques pertinentes pour les périodes médiévale et moderne et pour les terrains qui nous concernent, loin de toute exhaustivité, à partir d’un choix documentaire varié, décalé par rapport aux sources habituellement convoquées pour parler de la royauté, et faisant la part belle à la culture matérielle.

Le problème des langues en usage dans nos domaines s’est rapidement posé, avec la question afférente du passage d’une langue à l’autre. Surtout, il nous est apparu important de souligner que la plupart du temps les souverains et leur cour utilisaient une langue différente de celle des populations gouvernées. La quatrième partie de l’introduction insiste sur le fait que l’exercice du pouvoir royal est différent selon que le territoire gouverné est d’un seul tenant ou fragmenté, étendu ou réduit. Outre la taille du territoire concerné, l’importance et les modalités du peuplement jouent un rôle déterminant sur l’exercice du pouvoir royal. Les écarts sont à cet égard considérables entre les grandes zones de peuplement sédentaire et les aires de nomadisme, entre les déplacements de peuple, l’importance des agglomérations urbaines, la différence entre les régions présentant de grandes agglomérations, nombreuses en particulier dans les terres d’Islam et celles où la peuplement rural est largement dominant.

Après les présentations problématiques et contextuelles de nos terrains et de nos périodes, la sixième partie permet d’entrer de plain-pied dans l’exercice du pouvoir royal. La question de la diversité des références et des auctoritates a retenu notre attention dans un premier temps. L’intérêt a ensuite porté sur les questions de cérémonial et les enjeux symboliques dans l’exercice d’un pouvoir de type royal. La dernière partie problématique porte sur les modalités d’exercice du pouvoir. L’introduction s’achève sur la présentation de notre stratégie éditoriale et sur nos choix documentaires, ainsi que sur une brève présentation de la structure de l’ouvrage et sur la possibilité offerte au lecteur d’aborder celui-ci soit en lecture continue, soit par thème, soit par terrain.

 

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search