Histoire et technique dans l’architecture d’aujourd’hui. Orient et Occident

Colloque par Ieoh Ming Pei, Renzo Piano et Yannis Tsiomis du 27 au 30 septembre 1988

Participants

Dimitris Antonakakis et Suzanna Antonakakis (architecture, Grèce), Mohammed Arkoun (Histoire, France), Geoffrey Bawa (Architecture, Sri-Lanka), Luciano Berio (Musique, Italie), Philippe Boudon (Recherche architecturale, France), Sylvie Chirat (Journalisme-Architecture, France), Charles Correa (Architecture, Inde), Balkrishna V. Doshi (Education – Architecture – Urbanisme, Inde), Thérèse Evette (Sociologie, France), Hermann Hertzberger (Architecture, Hollande), Liu Thaï Ker (Habitations et bâtiments publics, Singapour), Pei Chien Chung (Architecture, Chine & USA), Pei Ieoh Ming (organisateur) (Architecture, USA), Renzo Piano (organisateur) (Architecture, Italie), Raj Rewal (Architecture & Urbanisme, Inde), Marc Riboud (Photographe, France), Peter Rice (Ingénieur, Grande-Bretagne), Kazuo Shinohara (Architecture, Japon), Roland Simounet (Architecture, France), Yannis Tsiomis (organisateur) (Architecture et Urbanisme, Grèce & France), Richard Weinstein (Urbanisme, USA), Kaiji Zhang (Architecture, Chine), Xuedong Zhao (Architecture – théorie et environnement, Chine)

Compte-rendu

En septembre 1988, et pour la première fois, a eu lieu à la Fondation des Treilles un colloque d’architecture dont le thème principal a été la place que détiennent l’histoire et la technique dans l’architecture d’aujourd’hui. Ce colloque a rassemblé des architectes de trois continents : Europe, Asie et Amérique. De la part de ses organisateurs (I.M. Pei, Renzo Piano, Yannis Tsiomis), il s’agissait de confronter des pratiques d’architectes de provenances et de tendances différentes et de réfléchir sur ce qui se présente comme une dichotomie à l’intérieur de la conception architecturale : l’histoire d’un côté, la technique de l’autre.

En effet, depuis le XVIIIe siècle, la double opposition entre histoire/technique d’une part, monde occidental/monde oriental de l’autre est l’une des interrogations constantes de l’architecture.

Tout au long du XXe siècle, ces oppositions ont été pensées et traitées de multiples manières. Suite au mouvement moderne des années 20 et 30, la référence historique a été souvent vue comme une preuve d’immobilisme. Par contre, l’utilisation d’une technique de plus en plus performante (matériaux renouvelés, mises en œuvre plus efficaces, etc.) a été comprise comme la preuve du progrès inéluctable. D’après les débats des vingt dernières années et surtout après l’intermède du post-modernisme en architecture, on peut constater que ces questions restent entières, sauf qu’il y a déplacement de problématique.

Les interventions et les discussions lors du colloque ont permis de mieux éclairer ce déplacement qui, en quelques mots, pourrait s’exprimer ainsi : l’utilisation de la référence historique en architecture n’indique pas forcément une volonté de “continuité”. De même, l’utilisation d’une nouveauté technique performante n’indique pas inéluctablement une quelconque rupture radicale avec le passé.

En d’autres termes, c’est l’architecture dans son contexte social et culturel qui légitime la référence et non l’inverse. Comme par ailleurs, c’est également l’acte architectural qui inventera de nouvelles méthodes et formes et non pas l’usage forcé de prouesse technique a priori. L’analyse critique formulée par Renzo Piano (Italie) à propos du Centre Pompidou, ou encore la démarche de I.M. Pei (U.S.A.) pour l’aménagement du Louvre – deux exemples bien différents pourtant – peuvent en ce sens être les témoignages de la reformulation concrète des débats architecturaux des dernières années.

La présentation commentée de leurs œuvres par des architectes comme Herman Hertzberger (Hollande), Roland Simounet (France), Dimitri et Suzanne Antonakakis (Grèce) a montré que l’introduction des paramètres nouveaux (ceux de l’usage de l’espace, du vécu des habitants, de la technique adaptée, de l’œuvre architecturale conçue comme structure) rend caduc le rôle de la référence historique quand on s’en sert comme simple évocation du passé.

A travers des démarches bien différentes, dans des situations socio-économiques et culturelles éloignées de l’Europe, des architectes comme Charles Correa, Balkrishna V. Doshi, Raj Rewal (Inde) ont mis l’accent sur le danger de la perte d’identité sans pour autant réfuter la nécessité d’utilisation de techniques modernes. Des conditions locales (climat, économie, matériaux, etc.) mais aussi des situations qui relèvent de la culture d’habiter, exigent un dialogue constant entre “penser l’espace” et “faire l’espace”, ce qui implique de la part de l’architecte ou de l’ingénieur d’inventer constamment l’articulation entre le “concept” qui permettra d’imaginer l’espace et le savoir-faire technique qui le matérialisera. En ce sens, ce qui est mis en cause, c’est non seulement la technique en tant que pratique de construction, mais aussi le discours sur la technique en général et la raison d’une technique particulière.

En fait, “qu’est-ce que la technologie ?” (Peter Rice, Grande-Bretagne). Poser aujourd’hui cette question, c’est dédramatiser le rôle du concepteur, et maîtriser l’opposition qui existe entre “technologies acceptables et inacceptables”, dans la mesure où, pratiquement, nous pouvons aujourd’hui tout faire en matière de performance technique. C’est ainsi de la position éthique et déontologique de l’architecte dont il s’agit. Et ce, même dans des pays comme les Etats-Unis où ce qui est à mettre en question aujourd’hui, c’est avant tout le “système des valeurs” dans lequel s’inscrit l’architecture (Richard Weinstein, U.S.A.).

Des approches contradictoires dans le même continent, celle de Kazuo Shinohara au Japon, partant du concept du “chaos urbain”, celle pratiquée en Chine où loger le plus grand nombre reste la principale préoccupation comme Xuedong Zhao l’a remarqué, ou celle encore pratiquée à Singapour où la gestion du foncier produit un espace particulier comme l’a montré Liu Thaï Ker, il ressort qu’en fait “l’identité” en architecture ne peut plus être une catégorie stylistique en soi, mais une question de «démarche». Et cela devient flagrant quand on compare les pays riches aux pays pauvres.

Ce colloque, où, aux côtés des architectes pratiquants, sont venus s’ajouter les points de vue du philosophe (Michel Serres), du musicien (Luciano Berio), de l’historien (Mohammed Arkoun), du théoricien de l’architecture (Philippe Boudon) et du critique (François Chaslin), a montré que, de la raison monolithique et universelle (fondement des certitudes du mouvement moderne), nous sommes passés aujourd’hui aux raisons multiples.

Si hier l’architecture se voulait « totalité », elle ne peut se présenter que comme « fragment ».

Le constater, c’est déjà se défaire du discours équivoque et admettre non seulement les “différences”, mais peut-être surtout les décalages des pratiques et des concepts.

Le colloque des Treilles a montré en réalité que la vraie préoccupation actuelle doit rester celle des démarches multiples plutôt que des “styles” et que, en architecture, le vrai style, c’est la démarche qui va de l’approche préalable et, d’étape en étape, jusqu’à la réalisation de l’œuvre.

Yannis Tsiomis

Communications

  • Dimitris Antonakakis et Suzanna Antonakakis : L’architecture en Grèce. Exemples de réalisations récentes en Grèce
  • Mohammed Arkoun : L’architecture et l’islam
  • Geoffrey Bawa : Présentation des réalisations au Sri-Lanka
  • Luciano Berio : Musique et architecture
  • Philippe Boudon : Notes sur le post-modernisme
  • Sylvie Chirat : L’architecture japonaise d’aujourd’hui
  • Charles Correa : The public, the private and the sacred
  • Balkrishna V. Doshi : Architecture for India: a personal interpretation
  • Thérèse Evette : “Conclure…”
  • Hermann Hertzberger : Réalisations en Hollande
  • Liu Thaï Ker : L’architecture à Singapour
  • Pei Chien Chung : L’architecture en Chine et l’Hôtel des Collines Parfumées
  • Pei Ieoh Ming : Introduction
  • Renzo Piano : Présentation critique de quelques œuvres
  • Raj Rewal : Récentes réalisations en Inde
  • Marc Riboud : Le Louvre
  • Peter Rice : Sur le rôle de la technique en architecture. Architectes et ingénieurs
  • Kazuo Shinohara : Réalisations au Japon
  • Roland Simounet : De l’architecture à propos des logements sociaux à Saint-Denis
  • Yannis Tsiomis : L’ancien et le nouveau à propos de l’Académie musicale de Villecroze
  • Richard Weinstein : Sur l’architecture aux U.S.A.
  • Kaiji Zhang : Histoire dans l’architecture d’aujourd’hui en Chine
  • Xuedong Zhao : Space, time and spirit