l’HyperNietzsche, un esprit libre sur Internet

Séminaire organisé par Paolo D’Iorio du 4 au 9 mai 2001

Participants

Barbera Sandro (Université de Pise, Italie), Brusotti Marco (Université de Berlin, Allemagne), Chaves Ernani (Université de Bеlém, Brésil), Chevet Philippe (Université de Poitiers, France), Clausing Silke (Université de Munich, Allemagne), Fornari Maria-Cristina (Université de Lecce, Italie), Gerike Inga (Université de Munich, Allemagne), d’Iorio Paolo (Institut des Textes et Manuscrits Modernes, CNRS‑ENS, Paris), Kessler Mathieu (Université d’Orléans, France), Lupo Luca (Université de Cosenza, Italie), Mélendez German (Université de Bogotá, Colombie), Montinari-Oloff Sigrid (Instituto Universitario Europeo, Florence, Italie), Müller-Buck Renate (Université technique de Berlin, Allemagne), Ponton Olivier (Université de Nice, France), Sanchez-Meca Diego (Université de Madrid, Espagne), Van Tongeren Paul J.-M. (Université de Nijmegen, Pays-Bas), Verbaere Laure (Université de Nantes, France), Viola Salvatore (Université de Lecce, Italie),Wienand Isabelle (Université de Paris-I; France).

Résumé

Ce colloque visait un double objectif. Premièrement, nous voulions réfléchir sur la genèse et l’évolution de la philosophie de Nietzsche dans la période de Choses humaines, trop humaines. Trop souvent délaissée par les interprètes ou confinée dans une sorte de parenthèse positiviste, la philosophie de l’esprit libre représente à notre avis le véritable commen­cement de la philosophie de Nietzsche qui, reniant la phase wagnérienne, s’ouvre à une analyse de la modernité avec les instruments de la raison cri­tique, dans un rapport étroit avec les sciences de la nature et la recherche historique.

Deuxièmement, le colloque a représenté l’occasion de réunir pour la première fois le comité scientifique de l’association HyperNietzsche, qui vise à créer le modèle d’un hypеrtexte savant sur Internet pour la recher­che en sciences humaines. Les membres du comité scientifique et ceux de l’équipe chargée du développement de l’hypertexte ont eu ainsi l’occasion de mieux se connaître, et de présenter, analyser et discuter ensemble plu­sieurs aspects de ce projet innovant. Ainsi, il a été question des aspects juridiques concernant la publication en réseau aussi bien des textes et des manuscrits de Nietzsche que des études des chercheurs, des procédures concrètes d’évaluation via Internet des contributions qui seront envoyées pour publication, du financement du projet, des rapports avec d’autres projets de recherche sur Nietzsche, etc.

I – Esprit libre

« Il y a, dans les études consacrées à Nietzsche, un insupportable mal­entendu qui tend à minimiser le tournant représenté par Choses humaines, trop humaines dans l’œuvre de Nietzsche, dans le développement de sa philosophie. On tend à isoler la phase dite de l’esprit libre de celle qui commencerait trois ou quatre ans plus tard avec l’apparition en 1881­1882 de la pensée de l’éternel retour, puis avec Ainsi parlait Zarathoustra ».

En 1984, Mazzino Montinari stigmatisait ainsi une vielle tendance de la critique nietzschéenne. Depuis, le problème de la périodisation de la philosophie de Nietzsche se pose de manière plus sophistiquée, mais il n’a pas été inutile de consacrer quelques jours de colloque et de discussion commune à une mise au point définitive du рrоblèmе de la fracture opé­rée par Choses humaines, trop humaines dans l’évolution de cette philoso­phie, et ce dans trois dimensions : rupture avec la phase wagnérienne, développement des réflexions philosophiques des années 1868-1869, continuité de la suite de la pensée de Nietzsche.

L’autre motif d’intérêt d’une telle enquête est le fait que le premier noyau de matériaux (œuvres, manuscrits, lettres…) qui seront intégrés à l’НyperNietzsche concernera justement les écrits de l’époque de Choses humaines, trop humaines avec ses deux appendices (1877-1880). Il serait donc scientifiquement important de pouvoir faire interagir des essais phi­losophiques avec les textes et les manuscrits de Nietzsche. Les essais issus de notre colloque seront donc parmi les premiers à être intégrés dans I’HyperNietzsсhe, ce qui ne nous empêcherait pas, par ailleurs, de les publier également en volume (probablement aux Éditions Rue d’Ulm).

La première partie du colloque a été introduite par une intervention de Paolo D’Iorio sur la question des phases de la philosophie de Nietzsche. D’une part, il s’agissait de relever la continuité qui s’instaure (et que Nietzsche lui-même souligne) entre les premières réflexions phi­losophiques contenues dans les cahiers de jeunesse (1867-1868) et la phi­losophie de l’esprit libre de Choses humaines, trop humaines. Cela signifie que c’est la période wagnérienne qui est une phase transitoire, et non pas la philosophie de l’esprit libre. La philosophie de Nietzsche ne commence pas avec la métaphysique de l’art de La Naissance de la tragédie, sous l’égide de Schopenhauer et aux côtés de Wagner, mais avec la valorisation de Démocrite, une ébauche d’essai contre la téléologie et une critique impitoyable de la métaphysique de Schopenhauer.

Deuxièmement, Paolo D’Iorio a ébauché une réflexion sur les modè­les conceptuels utilisables dans l’étude de la philosophie de Nietzsche. En effet, après avoir abandonné une vision systématique de cette philosophie en devenir, il faudrait également abandonner l’image d’une répartition par phases synchroniques pour essayer d’explorer l’idée d’une analyse de la philosophie de Nietzsche par couches diachroniques, où chaque thème se développe de manière autonome, ou du moins non nécessairement syn­chrone par rapport aux autres.

Mathieu Kessler: La critique des idéaux dans Choses humaines, trop humaines.

Dès 1878, Nietzsche procède à un examen de type généalogique de tous les idéaux métaphysiques. Bien que le terme de « généalogie » n’ap­paraisse pas encore, cette méthode critique est déjà activée et dirigée contre la métaphysique en général. Celle-ci est définie dès les premiers paragraphes selon deux critères, récurrents dans la suite de l’œuvre : elle consiste à opposer contradictoirement des couples de concepts et à pos­tuler l’existence de choses identiques possédant une réalité en elles-mêmes, indépendamment de la perspective psychologique. L’examen du fondement psychologique de cette méthode critique nous a permis de mettre en évidence les conditions de l’émergence du concept de volonté de puissance dans la suite de 1’aеuvre.

En même temps, cette critique permet de poser une série de problè­mes existentiels et moraux qui en résultent. Nietzsche est déjà conscient du fait que l’entreprise généalogique est dangereuse pour la vie. Elle réclame donc un complément mythologique. Il sera fourni par l’événe­ment de la pensée de l’éternel retour et la rédaction du Zarathoustra. Ainsi, la maturité de l’œuvre se caractérise par une série de clés conceptuelles destinées à résoudre des types de questions déjà profondément développées dans Choses humaines, trop humaines.

C’est pourquoi il convient de procéder à une évaluation plus généreuse de cet ouvrage quelque peu déconsidéré par Nietzsche lui-même, au moment où il rédigeait Ainsi parlait Zarathoustra. On observe ainsi que, par-delà la fameuse rupture avec Wagner en 1876, il existe une très grande cohérence et une forte continuité dans l’œuvre philosophique de Nietzsche.

Paul Van Tongeren : L’esprit libre et la démocratie.

L’objet de cette communication était d’exposer à grands traits les pen­sées de Nietzsche sur la démocratie dans Choses humaines, trop humaines. Il semble caractéristique de cette période que le terme « démocratie » soit pris dans la quasi-majorité des cas dans un sens politique (alors que, plus tard, ce terme indique surtout un mouvement culturel et qu’il soit consi­déré de façon moins négative que dans les écrits ultérieurs.

L’élément central de la critique nietzschéenne de la démocratie dans la période ultérieure est cependant déjà bien présent dans Choses humaines, trop humaines. Nietzsche critique la manière dont la démocratie défet un type particulier d’être humain comme la destination unique et ultime du genre humain. À cela, le philosophe oppose un dépassement continuel, ou une transcendance de chaque type identifiable d’homme. Dans ce sens, la philosophie de l’esprit libre — bien que certains la tiennent pour positiviste — peut être décrite comme une philosophie de la transcen­dance.

German Melèndez : L’approfondissement du pessimisme comme clé pour reconstruire le développement de la pensée nietzschéenne.

À partir de la formule : « approfondissement du pessimisme » (Choses humaines, trop humaines, préface, paragraphe 1), cet exposé a suivi l’évo­lution de la pensée de Nietzsche de l’époque de La Naissance de la tragé­die jusqu’à Choses humaines, trop humaines.

Selon Nietzsche, le caractère destructeur d’une radicalisation du pessi­misme doit pousser l’homme à un renouvellement de la culture. Mais, tandis qu’à l’époque de La Naissance de la tragédie, Nietzsche transfigurait le pessimisme dans l’art, dans Choses humaines, trop humaines il étudie la possibilité que l’homme puisse assimiler de manière non destructive la connaissance scientifique. Des connaissances établies, comme l’absence de but et la nécessité de tout ce qui advient, doivent alors servir comme fondement d’une « culture supérieure ». Ainsi commence, déjà dans Choses humaines, trop humaines, la tâche d’une « incorporation de la vérité (conquise à partir d’un pessimisme radical) » dans l’optique d’un nouvel « ordre de vie ».

Ernani Chaves: Lessing, un esprit libre.

Sur l’aphorisme 103 du Voyageur et son ombre.

Ernani Chaves a présenté un commentaire de l’aphorisme 103 du Voyageur et son ombre, que Nietzsche a intitulé « Lessing » et où l’œuvre de cet écrivain est jugée du point de vue du style. On ne comprend vrai­ment le problème que si l’on inscrit cet aphorisme dans le cadre de la réception par Nietzsche, dès ses années d’études, des œuvres de Lessing.

Il résulte de cette analyse que Nietzsche définit le style de Lessing en le comparant à ce que lui-même appelle « l’école française ». À l’époque du Voyageur, le concept de sérénité (Heiterkeit), dont Montaigne est le modèle, est essentiel pour juger un style. La question est de savoir à quelle école française Lessing a appartenu. La réponse de Nietzsche est apparemment assez ambiguë : Lessing est rapproché non seulement de Вayle, de Voltaire, de Diderot et de Montaigne, mais aussi de Marivaux, de Corneille et de Racine.

Marco Brusotti : « Éléments de la vengeance ».

L’aphorisme 33 du Voyageur et son ombre.

La critique de la conception du ressentiment développée dans les œuvres de Karl Eugen Dühring, notamment dans son Cours de philoso­phie, est commune au Voуagеиr et à la Généalogie. Mais il faut remarquer que le Nietzsche du Voyageur est bien plus influencé par Dühring que le Nietzsche postérieur.

La comparaison entre l’aphorisme du Voyageur et son ombre sur les élé­ments de la vengeance et les thèses correspondantes de la Généalogie de la morale ne nous montre pas seulement l’évolution de la conception nietzs­chéenne de la vengeance, mais aussi le développement de sa philosophie du langage et de sa méthode d’analyse historique et psychologique.

Sandro Barbera: Goethe contra Wagner: la critique de la métaphysique de l’artiste et le changement de la fonction de l’art dans Choses humaines, trop humaines.

Malgré la polémique contre la « superstition du génie », Choses humaines, trop humaines n’élimine pas tout à fait la figure du génie ; Nietzsche substitue plutôt au génie de la métaphysique de l’artiste la figure antiwagnérienne du génie de la culture, que Nietzsche trouve en Goethe.

Les caractéristiques constitutives du génie de la culture — la capacité de synthétiser en une forme unique mais malléable la pluralité des éléments qui forment la culture moderne et d’unifier les tendances critico-scienti­fiques avec le langage « archaïque » de l’art — sont essentielles pour assu­rer l’équilibre entre innovation et tradition sur lequel se fonde le projet de Nietzsche dans Choses humaines, trop humaines.

Diego Sanchez Meca : Généalogie et critique de la philologie aux sources de Choses humaines, trop humaines.

La principale préoccupation intellectuelle de Nietzsche dans les années précédant la publication de Choses humaines, trop humaines est de donner une forme originale à sa critique. Dans cette période (1872-1876), Nietzsche analyse les préjugés inhérents à la philologie en tant que disci­pline universitaire, et surtout l’image de la Grèce qui en découle (image que le jeune Nietzsche avait, par ailleurs, en partie acceptée).

Il se lance alors dans la mission la plus importante de son œuvre : la critique de la modernité comme époque de décadence et de nihilisme, deux notions qui permettent de prendre conscience de notre distance par rapport à la culture grecque. Elles nous permettent également de com­prendre que la volonté de retrouver un classicisme antique, différent de celui de la philologie officielle et opposé au monde moderne, n’est pas une prétention ridicule.

Luca Lupo: Ombres.

Le dialogue entre le voyageur et son ombre, qui ouvre et clôt Le Voyageur et son ombre, n’a pas été suffisamment étudié par les interprètes. Luca Lupo propose une interprétation philosophique du dialogue et tente de clarifier les différents symboles qui y apparaissent.

Dans le dialogue de l’ombre et du voyageur, Nietzsche dresse une sorte de « théâtre de la conscience », dans lequel il met en scène le contraste entre sa nouvelle philosophie des « choses les plus proches », qui affirme l’importance du corps et de la vie quotidienne, et la tradition platonicienne et chrétienne, caractérisée par son détachement de la vie matérielle et par sa recherche de la rédemption dans un « arrière-monde ». Ces deux positions philosophiques trouvent leurs symboles dans les figu­res du voyageur et de son ombre.

Olivier Ponton : « Zum Schluss : die Freigeister sied die leichtlebenden Gёtter ». Le thème de l’allégement de l’existence dans les aphorismes de Choses humaines, trop humaines et dans les manuscrits préparatoires.

En 1875-1879, le thème de l’allégement de l’existence est caractérisé par une telle diversité que l’on peut parler d’un ensemble de thèmes : un thème anthropologique (Nietzsche décrit les « recettes » utilisées par les hommes pour se rendre la vie plus facile), un thème critique (Nietzsche dénonce les attitudes qui consistent à se rendre les choses trop faciles), un thème héroïque (Nietzsche associe l’affirmation de soi au rejet de tout allégement de la vie et à la recherche de la difficulté), un thème homé­rique (en réfléchissant sur Homère, Nietzsche célèbre une certaine forme de légèreté et l’allégement de la vie), le thème de l’innocence du devenir (Nietzsche assimile l’allégement de l’existence à l’irruption d’un sentiment d’irresponsabilité ou à la reconnaissance de l’innocence de toutes choses) et le thème de l’esprit libre (méditant sur l’irréligiosité des Grecs et des artistes, et s’efforçant de réhabiliter la vie contemplative, Nietzsche asso­cie allégement de la vie à libération de l’esprit) .

Olivier Ponton a essayé de montrer ici que ces six thèmes, apparem­ment si différents les uns des autres (au point qu’ils semblent parfois contradictoires), présentent en fait une remarquable cohérence.

II – HyperNietzsche

La seconde partie du colloque était consacrée au projet HyperNietzsche. Ce projet a relevé le défi d’un Internet médium du savoir critique en littérature et en philosophie, en créant une infrastruc­ture de travail collectif en réseau dans le domaine des sciences humaines. Cette infrastructure sera d’abord appliquée et testée sur l’œuvre de Nietzsche, pour être ensuite étendue à d’autres auteurs, à l’étude d’une période historique ou d’un fonds d’archives, ou à l’analyse d’un problème philosophique.

Il ne s’agit pas seulement d’un projet de numérisation et de mise en réseau d’un ensemble de textes et d’études sur Nietzsche, ni d’une édition électronique conçue comme un produit confectionné et offert à la consul­tation, mais plutôt d’un instrument de travail permettant à une commu­nauté savante délocalisée de travailler de façon coopérative et cumulative et de publier les résultats de son travail en réseau, à l’échelle de la planète.

Il ne s’agit pas non plus d’une bibliothèque de textes électroniques en ligne, plus ou moins indexée et accompagnée d’un moteur de recherche par mots-clés ou en texte intégral. C’est un véritable système hypertextuеl qui permet tout d’abord de disposer les textes et les manuscrits de Nietzsche selon des ordonnancements chronologiques, génétiques ou thématiques, et surtout d’activer un ensemble de liens hypertextuеls qui relient les sources primaires aux essais critiques produits par les cher­cheurs.

HyperNietzsche est un hypеrtexte de recherche, d’édition et de com­munication structuré selon un principe de mise en contexte dynamique, qui est inspiré par une philosophie open source, et favorise donc l’utilisa­tion du copyleft, et qui joue dans un rapport de complémentarité avec les bibliothèques, les archives, les éditeurs et les autres projets de recherche sur Nietzsche.

C’est un hypertexte de recherche, parce qu’il vise à permettre à tous les chercheurs de consulter par Internet les fac-similés numériques des ouvres, des manuscrits, de la bibliothèque et de tous les autres documents qui concernent Friedrich Nietzsche. De cette manière, il crée une structure apte à accueillir des archives virtuelles et à mettre en place un netlab, un laboratoire partagé en réseau dans lequel les chercheurs pourront avoir un accès direct aux sources primaires de leur travail.

C’est un hypertexte d’édition, car à côté des sources primaires, l’hyper­texte accueille les commentaires érudits et les essais critiques produits par les chercheurs et permet d’établir, de façon systématique et structurée, un réseau de liens sur l’ensemble de ces documents. De la sorte, il assume en même temps les fonctions d’une maison d’édition (no profit) et d’une bibliothèque publique, avec l’avantage de permettre la publication et la consultation de tout type de contribution à des coûts très réduits, dans des temps très rapides et pour une diffusion planétaire. Toutes sortes de contributions peuvent être publiées dans l’HyperNietzsche : transcription de manuscrits, édition de textes, traduction dans différentes langues, par­cours génétiques, commentaires philologiques ou philosophiques, brèves notes érudites, longs essais interprétatifs. En outre, le système informa­tique permet d’activer toutes ces références intertextuelles (qui, sous la forme de renvois aux textes et à la littérature critique, parsèment tout bon essai scientifique), c’est-à-dire de les transformer en véritables hyperlinks d’accès immédiat.

Ce type d’hypertexte devient ainsi un moyen de communication entre chercheurs bien plus rapide et puissant que les livres et les revues, et bien plus systématique et efficace que la correspondance privée ou les listes de discussion électroniques.

Paolo d’Iosio a introduit la seconde partie du colloque avec une expo­sition des principes de l’HyperNietzsche, commençant par celui de mise en contexte dynamique qui fait en sorte que l’utilisateur, au fur et mesure qu’il navigue dans le site en passant d’une page à l’autre, dispose de tous les documents corrélés concernant la page qu’il est en train de visualiser.

Le cоpyleft, dans la plus stricte protection de la paternité intellectuelle et des droits moraux, permet à tout le monde de consulter les sources pri­maires et les contributions critiques, et à personne de se les approprier selon un droit exclusif.

Le comité scientifique, élu tous les deux ans par l’ensemble des cher­cheurs qui travaillent sur Nietzsche, veillera à la qualité des contributions et décidera de leur insertion dans l’hypеrtexte. Les utilisateurs pourront disposer d’un service d’impression à la demande, assuré par des entrepri­ses extérieures à l’HyperNietzsche, pour se faire livrer à la maison, bien imprimée et reliée, une anthologie des textes choisis dans l’hypertexte.

Il a été souligné la nécessité d’atteindre, avant d’ouvrir l’hypertexte à la consultation, une « masse critique » de matériaux (fac-similés numé­riques des œuvres, manuscrits, livres de la bibliothèque personnelle, documents biographiques et lettres) et de contributions (transcriptions, traductions, commentaires, essais, bibliographies) qui rende le site inté­ressant pour les utilisateurs et incite les chercheurs à y confier leurs contri­butions.

Inga Gerike: Manuscrits et chemins génétiques.

Entre l’été et l’automne 1879, Nietzsche écrit un petit volume intitulé Le Voyageur et son ombre, deuxième et dernier supplément au recueil Choses humaines, trop humaines. Le livre paraît en décembre 1879 chez l’éditeur Ernst Schmeitzner à Chemnitz. L’élaboration du texte définitif passe, comme c’est toujours le cas chez Nietzsche, par plusieurs étapes dont témoigne un dossier génétique qui comporte près de mille pages.

Faute de place et de flexibilité, il est impossible de présenter ces mille pages dans une édition traditionnelle sur support papier. L’HypеrNietzsche au contraire représente une possibilité concrète de publication d’un dossier génétique sous forme de fac-similés, enrichis de différentes formes de transcription, de différentes possibilités d’ordon­nancement chronologique, génétique ou thématique et d’un système de liens hypertextuels avec les commentaires et les essais critiques des cher­cheurs. L’exposé d’Inga Gerike a présenté un exemple de publication des manuscrits du Voyageur dans l’HyperNietzsche.

Renate Müller-Buck : La correspondance de Nietzsche

dans l’HyperNietzsche.

La correspondance de Nietzsche — comme d’ailleurs celle d’autres auteurs — n’a pas seulement une valeur biographique inestimable pour la recherche nietzschéenne, elle nous offre aussi un aperçu important de l’histoire intellectuelle du XIXe siècle.

En ce qui concerne l’étude de la philosophie de Nietzsche, les lettres doivent être considérées comme un complément indispensable de son œuvre. Elles nous livrent une quantité d’informations non négligeable sur la genèse de ses écrits et sur ses projets littéraires ; elles permettent sou­vent de suivre une intuition philosophique ou un projet d’écriture de sa première apparition jusqu’à sa forme définitive. Elles contiennent égale­ment des informations importantes sur les publications des œuvres et sur les questions concernant la constitution des textes.

Á la différence des manuscrits des œuvres, qui sont presque entière­ment conservés aux Archives Goethe-Schiller de Weimar, les lettres de Nietzsche sont éparpillées dans beaucoup d’archives et collections pri­vées. Pour cette raison, pouvoir disposer sur Internez des fac-similés numériques de toute la correspondance du philosophe faciliterait beau­coup la recherche scientifique nietzschéenne. En outre, il serait possible de publier sur Internet toute une série de documents complémentaires, opération impossible sur papier : des témoignages biographiques, des notes d’hôtel, des reçus de livres, des photos… L’HyperNietzsche nous permettrait enfin de tisser des liens hypertextuels entre la correspondance et tous les autres éléments de l’НyperNietzsche (œuvres, fragments posthumes, bibliothèque, commentaires, essais, notes érudites sur l’histoire de la transmission des textes, etc.) .

Maria Cristina Fornari : La bibliothèque et les lectures de Nietzsche.

La version la plus récente du catalogue de la bibliothèque personnelle de Nietzsche date de presque soixante ans et elle est aujourd’hui obsolète pour différentes raisons. D’ailleurs, Mazzino Montinari a signalé dès 1970 l’importance de la bibliothèque de Nietzsche pour la recherche, et la nécessité d’en faire un nouveau catalogue qu’il pensait publier comme complément à l’édition des œuvres.

Ce projet a été réalisé par un groupe de chercheurs italiens de l’uni­versité et de l’École normale supérieure de Pise (Giuliano Campioni, Paolo D’Iorio, Maria Cristina Fornari, Francesco Fronterrota, Andrea Orsucci avec la collaboration de Renate Müller-Buck) qui vont d’abord publier un volume à Berlin chez Walter de Gruyter. En plus d’une préface destinée à expliquer l’importance de cet instrument pour la recherche sur Nietzsche, le volume comportera une histoire de la bibliothèque de Nietzsche, une comparaison avec les catalogues précédents, une explici­tation des critères qui ont guidé les chercheurs dans l’établissement du relevé, et une note sur les critères bibliographiques qu’ils ont retenus pour la description des volumes. Suivra ensuite la liste des œuvres classées par ordre alphabétique des auteurs comprenant, pour chaque titre, la liste des numéros des pages où se trouvent des traces de lecture et la description de leur nature (annotations, autres signes dépourvus de connotation sémantique, cornes) et de leur couleur (parce qu’à des couleurs différen­tes pourraient correspondre diverses périodes de lecture).

Les éditeurs ont relevé plus de dix-huit mille pages contenant des tra­ces de lecture. Il serait donc impossible de publier les fac-similés de ces documents dans une édition sur support papier. Pour cette raison, le cata­logue de la bibliothèque personnelle de Nietzsche sera d’une part édité sur CD-Rom et d’autre part mis à disposition dans l’HyperNietzsche.

Mathieu Kessler: Les essais critiques: méthodes, enjeux et perspectives.

On a reconnu la possibilité de distinguer trois périodes dans la récep­tion de l’œuvre de Nietzsche. Elle a d’abord été surtout considérée selon une perspective littéraire, puis polémique et anthropologique, avant d’ob­tenir, depuis le début des années 1960, une reconnaissance de la part des historiens de la philosophie.

Pourtant, on peut aujourd’hui risquer l’augure que le présent colloque symbolise l’entrée dans une quatrième période de la réception de Nietzsche et, par extension, une nouvelle ère dans la codification des méthodes en histoire de la philosophie. En effet, la convergence métho­dologique de trois phénomènes concomitants nous semble décisive : l’a­chèvement assez récent de la publication des œuvres philosophiques com­plètes de Nietzsche, puis la généralisation de l’utilisation des traitements de textes par tous les chercheurs dans les аnnées 1990, et enfin la création du site Internet HyperNietzsche selon une méthodologie rigoureuse.

À présent, toutes les conditions sont réunies pour pratiquer l’histoire de la philosophie selon une science des textes possédant ses critères et l’é­cole de sa codification la plus rigoureuse. Le fonctionnement du comité scientifique de l’HyperNietzsche étant démocratique, il offre un fonde­ment rationnel au processus d’autorisation des publications: la persua­sion. L’HyperNietzsche ne prétend pas être un oracle qui rendrait la vérité définitive sur les textes. En tant que communauté scientifique, il établit sa légitimité sur le caractère falsifiable de ses contributions, c’est-à-dire sur le fait qu’elles sont indéfiniment ouvertes à des discussions fondées sur l’étude systématique des textes, sans volonté expresse d’y projeter une interprétation afin de philosopher par procuration.

Silke Clausing: Les archives de Nietzsche et le droit d’auteur allemand.

La plupart des archives de Nietzsche sont conservées par la Stiftung Weimarer Klassik, qui en est par ailleurs leur héritière légitime. Lors de son intervention, Silke Clausing s’interrogeait sur le typе de droits que cette Fondation détient sur l’œuvre du philosophe.

Selon le droit allemand, les droits moraux et patrimoniaux n’existent plus soixante-dix ans après la mort de l’auteur, et l’œuvre de Nietzsche est tombée dans le domaine public. Il est donc possible de reproduire et de diffuser les textes publiés de son vivant ainsi que les textes posthumes sans demander d’autorisation ni payer de rémunérations spécifiques. En revanche, les archives forment encore aujourd’hui l’objet d’une propriété corporelle. À ce titre, la Fondation a en principe la possibilité d’interdire ou de conditionner l’accès à leur consultation. Cette propriété corporelle s’oppose toutefois à l’intérêt du public de connaître les œuvres du philo­sophe et devrait donc être limitée.

II existe une exception, qui concerne les textes qui sont restés inédits pendant toute la période de soixante-dix ans après la mort de l’auteur. Dans ce cas, la publication d’un inédit fait naître un nouveau monopole d’exploitation, d’une durée de vingt-cinq ans, au profit de l’éditeur.

Philippe Chenet: Le statut juridique de l’HyperNietzsche.

L’HyperNietzsche est devenu officiellement une association (loi 1901) en avril 2001. Ont été présentés lors de ces journées les statuts de l’asso­ciation, qui énoncent ses principes de fonctionnement, et les licences qui s’appliqueront à son site Internet.

La licence qui correspond le mieux à l’esprit de l’HyperNietzsche est la licence Open I3nowledge qui autorisera (à titre gratuit et dans le respect des droits moraux et patrimoniaux) l’utilisation à des fins d’enseignement et de recherche des contenus scientifiques du site, et réservera les droits à l’auteur pour toute autre utilisation.

En outre, les règles applicables à l’édition électronique ne sont pas définies précisément par le droit d’auteur: un modèle juridique a donc été proposé. Ce modèle, à dimension internationale, et fondé sur les princi­pes (limités) de liberté contractuelle, sera transposable à d’autres projets similaires de recherche.

Laure Verbaere: Les bibliographies dans l’НyperNietzsche.

Dans l’HyperNietzsche, les bibliographies sont les archives de la mémoire historique de la recherche nietzschéenne et de l’histoire de la réception de Nietzsche.

Sur les supports papier, les bibliographies sont structurées d’une manière inévitablement séquentielle, de sorte que les possibilités d’or­donnancement et d’utilisation sont limitées. Au contraire, la structure hypertеxtuelle provoque une atomisation des données, transformant les bibliographies en une gigantesque banque de données bibliographiques reliées à tous les autres documents de l’HyperNietzsche.

Composée de bibliographies partielles qui se juxtaposent ou se recou­pent, cette banque de données est un outil qui permet d’effectuer une recherche libre ou guidée, d’accéder à des notices détaillées des entrées bibliographiques, de visualiser les écrits eux-mêmes dans leur intégralité.

Luca Lupo, Salvatore Viola, Isabelle Wienand: Portail Nietzsche.

En attendant d’ouvrir l’HyperNietzsche, les trois intervenants ont évo­qué la mise en place d’un portail nietzschéen : The Nietzsche News Center (NNC), à l’adresse http://wwwhypernietzschе.org/nnс/. Réalisé par eux trois, mais ouvert aux contributions de tous les internautes, on trouvera sur ce site des informations mises à jour et précises sur la plupart des colloques, workshops, conférences, événements, parutions concernant Nietzsche dans le monde entier, ainsi que des forums de discussion, des reportages de colloques et un ensemble de liens vers les autres sites nietzs­chéens.

Cet exposé a mis l’accent sur la différence entre l’HyperNietzsche, site savant régi par un comité scientifique, et le NNC, portail de news publiées librement et sans contrôle scientifique, s’adressant à tous les internautes intéressés par les nouveautés de l’univers nietzschéen. Mais il a également montré la différence entre le NNC, régulièrement mis à jour, avec l’am­bition de recueillir et publier des nouvelles venant de toute la planète, et les autres sites consacrés à Nietzsche, qui se cantonnent généralement dans un pays ou dans un espace linguistique et qui, souvent, donnent des informations très partielles et vieillies.

Le NNC a été symboliquement ouvert au public pendant le dernier jour du colloque des Treilles. Premier reportage mis en ligne: les résumés des communications données au colloque Un esprit libre sur Internet.