La science de Claude Bernard 

Séjour d’étude « La science de Claude Bernard », organisé par Laurent Loison, (CNRS & Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques, UMR 8590), du 26 au 31 juillet 2021.

Participants

ANGLERAUX Caroline, BOGNON Cécilia, CLAUZADE Laurent, HOMBRES (D’) Emmanuel, LOISON Laurent, PETIT Annie, TAHAR MALAUSSENA Mathilde, TIRARD Stéphane.

Résumé

Du 26 au 31 juillet 2021 s’est tenu à la Fondation des Treilles le séminaire de recherche « La science de Claude Bernard ». Ce séminaire prenait place dans un projet collectif pluriannuel dirigé par Laurent Loison. Il a rassemblé huit collègues, historiens des sciences et de la philosophie (dont trois chercheurs « juniors »), et avait pour objet de reprendre en profondeur le contenu de la théorie physiologique bernardienne telle qu’elle s’est trouvée incarnée dans plusieurs livres fondamentaux de la dernière période de la carrière de Claude Bernard (1865-1878). Les échanges nombreux et très riches durant le séminaire ont notamment abouti à la formulation de deux résultats originaux en regard de l’historiographie existante. D’une part, lorsqu’on confronte le Rapport sur les progrès et la marche de la physiologie générale en France (1867) et les Leçons sur les phénomènes de la vie communs aux animaux et aux végétaux (1878), on constate que Claude Bernard a imprimé des inflexions majeures à sa conception de la physiologie générale. D’autre part, sur un plan méthodologique cette fois, il s’est fait jour la nécessité de remettre à plat la chronologie de l’élaboration des idées, rendue difficile à saisir chez Bernard du fait d’un mode de publication de ses nombreux volumes complexe et fluctuant.

Summary

From July 26 to 31, 2021, the research seminar “The Science of Claude Bernard” was held at the Fondation des Treilles. This seminar was part of a multi-year collective project directed by Laurent Loison. It brought together eight colleagues, historians of science and philosophy (including three “junior” researchers), and aimed at revisiting in depth the content of Bernard’s physiological theory as it was embodied in several fundamental books of the last period of Claude Bernard’s career (1865-1878). The numerous and very rich exchanges during the seminar led to the formulation of two original results with respect to the existing historiography. On the one hand, when we compare the Rapport sur les progrès et la marche de la physiologie générale en France (1867) and the Leçons sur les phénomènes de la vie communs aux animaux et aux végétaux (1878), we see that Claude Bernard made major changes in his conception of general physiology. On the other hand, on a more methodological level, it appeared necessary to reconsider the chronology of the development of ideas, which was difficult to grasp in Bernard’s work because of the complex and fluctuating mode of publication of his volumes.

Compte rendu

Du 26 au 31 juillet 2021 s’est tenu à la Fondation des Treilles un séminaire de recherche intitulé « La science de Claude Bernard ». Ce séminaire prenait place au sein d’un projet collectif pluriannuel consacré aux aspects théoriques de la physiologie bernardienne, projet dont je suis le porteur principal et qui a reçu un important soutien financier de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (au titre de la « Politique scientifique » de l’université).

            Ce séminaire a pris place dans la phase terminale du projet. Il est venu clore une longue série d’échanges entamée à l’automne 2019 et a permis la mise en route du travail consacré à la rédaction des contributions des différents participants. Ce projet a comme finalité une double publication. D’une part un livre de synthèse, en français, à paraître chez Vrin, qui s’attachera à faire le point sur le contenu, les limites et la genèse de la théorie physiologique bernardienne. D’autre part un numéro spécial, en anglais, de la revue internationale History and Philosophy of the Life Sciences, qui a vocation à impulser un nouvel élan, à l’échelle internationale, aux travaux touchant à l’œuvre de Claude Bernard. Ces deux publications sont prévues pour la fin de l’année 2022 ou le début de l’année 2023.

            Ce projet de recherche rassemble douze membres « internes », qui ont participé à la plupart des étapes intermédiaires, auxquels s’ajoutent cinq à six collègues étrangers, non francophones pour la plupart, et dont l’implication est plus ponctuelle. Sur ces douze membres internes, huit étaient présents à la Fondation des Treilles. En effet, étant donné les conditions sanitaires à l’échelle internationale, les collègues québécois n’ont malheureusement pas pu se rendre en France durant l’été. Il a été possible de pallier cette absence en partie grâce à l’organisation de certaines séances en visio-conférence, lorsque cela était compatible avec le décalage horaire. Le séminaire a donc réuni huit collègues, historiens de la biologie ou historiens de la philosophie, parmi lesquels trois chercheurs « juniors », dont l’une n’avait pas encore soutenu sa thèse à ce moment-là.

            Pour l’essentiel, le séminaire s’est organisé de manière classique autour des présentations des contenus des différents chapitres par leurs auteurs. Ces contenus ont donné lieu à des communications d’une heure environ, suivies par de larges plages de discussion, au moins de la même durée. Les phases de discussions ont été essentielles dans l’approfondissement des questionnements collectifs. Très actives et soutenues, elles ont largement bénéficié des journées continues qu’offre la Fondation, puisqu’elles ont pu se poursuivre lors des pauses et pendant les repas. L’approfondissement qui en a résulté, dans la compréhension de nos problématiques respectives, a été considérable, si bien qu’en quelques jours de nombreuses questions ont été résolues, d’autres ont été reformulées, et d’autres enfin, invisibles jusque-là, ont pu émerger et ne manqueront pas d’être travaillées dans les semaines et les mois à venir, avant la clôture du projet.

            Quant au fond, sans trop rentrer dans les détails et l’exégèse de l’œuvre bernardienne, le principal axe de réflexion a été la confrontation de deux textes clés de Claude Bernard : le Rapport sur les progrès et la marche de la physiologie générale en France (1867) et les Leçons sur les phénomènes de la vie communs aux animaux et aux végétaux (1878). Jusque-là, et quel que soit l’angle d’approche, l’historiographie avait proposé une lecture unifiée de ces deux ouvrages, fondée sur le présupposé que Bernard y défendait peu ou prou les mêmes orientations. Notre hypothèse de travail s’est située à l’inverse : nous avons cherché à documenter, à caractériser et à comprendre les tensions qui se font jour lorsqu’on confronte les contenus respectifs de ces deux livres, extrêmement riches en propositions théoriques, y compris sur des terrains où Claude Bernard n’était pas forcément attendu (embryologie expérimentale, cytologie, hérédité, évolution).

            Il en a résulté la mise au jour de nombreux points de tension, sinon des revirements complets de la part de Claude Bernard. Tant et si bien que les Leçons de 1878 ne peuvent plus être lues comme un simple approfondissement du Rapport de 1867. Au contraire, sur de nombreux sujets, l’ultime livre de Bernard (qui décéda le 10 février 1878, alors qu’il était en train d’en corriger les dernières épreuves), soit ouvre de nouvelles pistes de recherche, soit prend franchement le contre-pied de certaines thèses du Rapport. La principale leçon que nous en avons tiré, est que Bernard, sans arrêt au cours de sa carrière, et en 1878 toujours, n’a cessé de remanier ce qu’il entendait par « physiologie générale ». Si il en a toujours donné une vision dogmatique, c’est-à-dire énoncée de manière franche et programmatique, celle-ci a drastiquement variée au cours des années, au moins durant l’époque des grandes synthèses et des grands traités, c’est-à-dire à partir de 1865 et la publication de l’Introduction à l’étude de la médecine expérimentale.

            Sur un plan plus méthodologique cette fois, il est ressorti de nos échanges que de telles évolutions dans la pensée bernardienne avaient été sous-estimés aussi du fait de la difficulté à atteindre la chronologie réelle de l’élaboration des livres signés par Claude Bernard. En effet, ces volumes consistaient souvent dans des prises de notes de cours de ses élèves corrigées ensuite par Bernard durant un temps plus ou moins long (Leçons sur les tissus vivants, 1866). Dans d’autres cas, il pouvait s’agir d’ouvrages qu’il rédigeait lui-même durant de nombreuses années (Introduction à l’étude de la médecine expérimentale, 1865). Après son décès, on composa aussi des volumes entiers sur la base de leçons formulées à des époques très différentes (La science expérimentale, 1878). Enfin, Bernard se répétait beaucoup d’un texte à l’autre, parfois avec d’infimes variations, parfois en se contredisant franchement. Tout cela fait que la chronologie de l’élaboration des idées est extrêmement difficile à rendre. Chacun des participants au séminaire est désormais convaincu que remettre à plat cette chronologie sera une voie féconde pour renouveler l’historiographie bernardienne.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search