Education et changement climatique

Séjour d’étude de Pierre Léna, du 31 mai au 12 Juin 2021.

Compte rendu

Ce séjour marquait une étape importante dans le déroulement de l’action engagée depuis 2015 (COP 21 et Accord de Paris sur le changement climatique). En effet, l’Article 12 de cet Accord demande aux signataires de prendre des mesures pour ‘’assurer une éducation au changement climatique’’.  Cet objectif a été notamment retenu par l’Académie des sciences (Colloque commun avec l’Agence française de développement fin 2016), par le réseau mondial des Académies des sciences InterAcademyPartnership for Science (Déclaration commune fin 2017), par le Ministère de l’éducation nationale en France (création d’un enseignement scientifique de tronc commun en classes de première et terminale du Lycée général, avec une part significative consacrée au changement climatique).  En appui à ces recommandations et actions, nous avons créé en 2018 l’Office for Climate Education (OCE), fondation abritée par la fondation de coopération scientifique La main à la pâte. L’OCE, fort de huit permanents en 2021, soutenu par des fonds publics et privés, s’est donné pour vocation d’adapter en direction du corps enseignant, en France, en Europe et dans le monde, les rapports successifs du GIEC et de fournir aux professeurs des ressources pédagogiques diversifiées, conçues dans l’esprit de La main à la pâte et adaptées au niveau du primaire, du collège et du lycée.  Le rôle de l’OCE a été reconnu en 2020, où il a été choisi comme Centre Unesco de catégorie 2, puis en 2021 où il a acquis le statut de Membre observateur du GIEC.

Les climatologues Eric Guilyardi, président de l’Office for Climate Education, et Jean Jouzel, le 27 mai 2021, lors d’une journée de formation, organisée en mai 2021 par la société professionnelle Météo & Climat et destinée à plusieurs centaines de professeurs de lycée général (Première et Terminale) qui enseignent le changement climatique depuis 2020-2021.

Pour mieux faire connaître cet objectif au grand public, au corps enseignant et plus largement aux responsables éducatifs de tous ordres, il nous a paru utile de préparer un court ouvrage qui résumerait les enjeux de cette éducation aux changements climatiques.  Lors de celle-ci, il convient de tenir compte des spécificités d’une science climatique jeune et complexe, du caractère fortement pluridisciplinaire des enjeux d’atténuation et d’adaptation, des difficultés d’un enseignement qui, sans adopter un parti militant, doit néanmoins faire une place importante aux considérations éthiques et à la justice climatique. Nous souhaitons appuyer notre démarche sur les mobilisations d’une partie de la jeunesse, qui attend du système éducatif d’être mieux préparé à un avenir qui l’inquiète. Nous espérons publier cet ouvrage à la suite de la COP 26, qui doit se tenir à Glasgow en décembre 2021 – la conférence de 2020 ayant été annulée à cause de la pandémie. Nous avons pu participer aux COP antérieures (Marrakech 2017, Katowice 2018, Madrid 2019) et mesurer l’émergence continue des questions éducatives auxquelles nous consacrons notre effort.

Je remercie tout particulièrement la Fondation des Treilles pour ce séjour d’étude, lors duquel j’ai pu profiter pleinement des ressources de la bibliothèque et de l’aide précieuse de Valérie Dubec dans le recueil de la documentation nécessaire.

www.oce.global



Citer ce billet
ldiebold (2021, 23 août). Education et changement climatique. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv5k

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search