L’évolution des états hellénistiques au IIe siècle av. J.-C.

Séminaire organisé par Laetitia Graslin-Thomé (Université de Lorraine, IUF) du 28 juin au 3 juillet 2021.

 

Participants

Catherine Apicella (Université de Picardie Jules Verne), Philippe Clancier (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Omar Coloru (Universita di Genova, Italie), Gaëlle Coqueugniot (UMR ARSCAN Archéologie et sciences de l’Antiquité – HAROC), Christelle Fischer-Bovet (USC Los Angeles, USA), Gilles Gorre (Université Rennes 2 Haute-Bretagne), Laetitia Graslin-Thomé (Université de Lorraine, IUF), Sylvie Honigman (Université de Tel Aviv, Israel), Laurianne Martinez-Sève (Université Lille 3), Julien Monerie (Université Paris 1), Anne-Emmanuelle Veisse (Université Gustave Eiffel), Stéphanie Wackenier (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

 

Résumé

Monnaie : Tétradrachme, argent, Tyr, Phénicie, Antiochos VII Évergète Sidetes

Le séminaire s’est interrogé sur la pertinence de l’affirmation, largement héritée de Polybe, selon laquelle les états hellénistiques connaîtraient, au IIe siècle, une crise qui annonce leur chute au siècle suivant. Il a réuni des spécialistes des différentes sources disponibles pour écrire l’histoire de la période : historiens, spécialistes des sources littéraires grecques et latines, de la documentation cunéiforme, des sources bibliques, numismatiques, archéologiques ou papyrologiques. Malheureusement, du fait de la situation sanitaire, seuls les chercheurs statutaires ont pu se joindre à nous. Il a rendu possible la comparaison des évolutions lagide et séleucide, pour voir dans quelle mesure ce qui apparaît parfois comme une période de déclin des états hellénistiques est en réalité une période de réinvention et d’adaptation à des conditions nouvelles, qui n’est pas sans postérité dans les périodes ultérieures.

Abstract

The seminar focused on the idea, derived from Polybius, of a 2nd century BC crisis of the Hellenistic states, which would be the first signs of their collapse in the first century BC. Specialists in the various sources available from the period attended this seminar: historians, specialists in Greek and Latin literary sources, cuneiform documentation, biblical, numismatic, archaeological or papyrological sources. Unfortunately, and because of the very special conditions caused by the pandemic, only senior specialists have been able to join us. The seminar has made it possible to compare the Lagid and Seleucid evolutions. Our goal was to investigate in which way what sometimes appears as a period of decline of the Hellenistic states can also be seen as a period of reinvention and adaptation to new conditions, which is not without posterity in the later periods.

 

Compte rendu

Les conquêtes d’Alexandre ouvrent, à la fin du IVe siècle av. J.-C, un monde nouveau. Venu de Macédoine, Alexandre conquière successivement l’Asie Mineure et l’Anatolie, la Syrie, l’Égypte, la Babylonie, les Hautes Satrapies iraniennes, jusqu’au royaume indien de Poros. Si Alexandre ne fait que passer dans ces différentes régions, ses successeurs s’y partagent un héritage gigantesque, mais aussi très hétéroclite. Ses généraux, les diadoques, puis les fondateurs des grands royaumes hellénistiques, Lagides et Séleucides, se trouvent en effet à la tête de peuples variés, produits d’une forte longue histoire et d’une civilisation qui n’a souvent rien à envier à celle des Grecs. C’est le cas notamment des Lagides, héritiers en Égypte de l’État multi-millénaire construit par les pharaons. Les souverains séleucides, qui règnent sur l’Anatolie, la Syrie, la Babylonie et les Hautes Satrapies, ont, de leur côté, affaire à des populations plus variées. Des nomades iraniens aux héritiers babyloniens de la longue histoire mésopotamienne, des peuples, très hellénisés, du Levant phénicien, aux tribus iraniennes sans écriture, les forces centrifuges sont nombreuses. Elles se font particulièrement jour au IIe siècle av. J.-C, période sur laquelle a porté le séminaire des Treilles.

Cette variété des peuples réunis, à l’époque hellénistique, dans une même ère culturelle, a longtemps contraint les chercheurs à les étudier de manière séparée. La recherche contemporaine distingue donc souvent habituellement entre monde lagide et séleucide, quand bien même, dans l’antiquité, les contacts, pacifiques ou guerriers, étaient constants entre ces royaumes. L’objectif du séminaire organisé aux Treilles a été de prendre le contre-pied de cette tendance, en étudiant le monde hellénistique comme un tout, et en s’intéressant tout particulièrement aux relations et aux influences entre ses deux principales composantes, les royaumes lagides et séleucides. Ce parti-pris n’empêche d’ailleurs pas de porter attention aux différences entre royaumes. Elles ont tout aussi significatives parce qu’elles montrent comment, à partir d’un même modèle gréco-macédonien, chaque dynastie s’est adaptée aux conditions particulières et aux héritages du territoire sur laquelle elle s’est finalement implantée.

Si cette démarche peut paraître naturelle, elle est en réalité compliquée par la variété des sources à disposition des historiens. Les sources littéraires, en grec ou en latin, sont connues et étudiées depuis longtemps. C’est à partir de ces textes que les premiers historiens du monde hellénistique, comme Bouché-Leclerc, ont rédigé les premières grandes synthèses. Mais l’on sait désormais qu’étudier la période à partir des seules sources littéraires revient à en donner une vision déformée. C’est le cas tout particulièrement pour le IIe siècle, qui pâtit, dans la littérature classique, d’une image très négative, héritée en particulier de Polybe. Celui-ci, pour des raisons qui lui sont propres et qu’il faut démêler, a eu tendance à donner des souverains du IIe siècle l’image de souverains décadents. Il a ainsi largement contribué à diffuser, dans l’historiographie contemporaine, l’idée d’une crise qui aurait affecté le monde hellénistique à cette époque.

D’autres types de sources conduisent à nuancer cette idée et doivent être prises en compte pour apprécier le monde hellénistique dans toute sa complexité. C’est le cas des sources judéennes, particulièrement riches pour le IIe siècle : la révolte des Maccabées, rapportée dans deux livres bibliques, est riche d’enseignements sur la manière dont est perçue la domination séleucide dans cette partie du monde hellénistique. Paradoxalement, la mise en place d’un royaume hasmonéen, détaché du royaume séleucide, peut être vue comme un signe de réussite du modèle politique mis en place par ce dernier puisque les souverains hasmonéens s’inscrivent en grande partie dans la tradition hellénistique d’exercice du pouvoir. La Babylonie est un autre cas d’école permettant de nuancer l’idée de crise généralisée au IIe siècle telle que véhiculée par les sources littéraires. Elle est, certes, finalement conquise par les Parthes, et est alors séparée du royaume séleucide, cette perte territoriale étant souvent avancée comme la preuve du déclin des souverains d’Antioche à cette époque. Mais est-il pertinent de juger la période antérieure à la seule lumière de la catastrophe qui la clôt ? La documentation cunéiforme fournit des données politiques, sociales ou événementielles riches d’enseignement sur la manière dont les structures politiques et sociales se sont, au IIe siècle, adaptées à plus d’un siècle d’occupation gréco-macédonienne. La mise en place de poleis à la grecque, à Babylone et sans doute à Uruk, a entraîné l’affirmation de nouvelles élites, dont les liens avec les anciens groupes dirigeants liés aux temples ont fait l’objet d’importants débats historiographiques. La conservation, par les Parthes, d’une partie des structures politiques, atteste d’une relative réussite dans leur mise en place. D’autres régions ne sont connues que par une documentation indirecte. C’est le cas des plateaux iraniens, pour lesquels les historiens dépendent des sources archéologiques, de quelques rares témoignages épigraphiques, ou de sources littéraires peu prolixes. Cette pauvreté documentaire a souvent favorisé un discours un peu convenu sur la perte d’influence des Séleucides sur ces régions, qui serait un symptôme parmi d’autres de leur incapacité à conserver leur royaume. Pourtant, à y regarder de près et en s’appuyant sur la comparaison avec le fonctionnement d’autres empires, il semble nécessaire de réfléchir à la notion même de « contrôle de territoire ». Peut-on véritablement parler de perte de territoire lorsqu’on tente, comme semblent l’avoir fait les souverains séleucides depuis Antiochos III, de réinventer de nouveaux modes d’influence, mieux adaptés à la réalité du terrain ? La même chose peut être dite, côté lagide, de la Cyrénaïque.

Le séminaire des Treilles a réuni des chercheurs spécialistes de ces différentes documentations, pour réapprécier la notion de crise du IIe siècle av. J.-C dans l’Orient hellénistique à la lumière de l’ensemble des sources anciennes. Ces chercheurs font partie d’un groupe, le « groupe de recherche sur les mondes hellénistiques », GEMH, constitué depuis plus de cinq ans. Ils représentent les différentes spécialités propres à l’étude de cette période, et sont habitués à travailler ensemble, au fil de séminaires et de colloques réalisés par différents membres du GEMH depuis des années. Nous rédigeons notamment en commun un ouvrage consacré à l’évolution des états hellénistiques au IIe siècle. Il s’agit d’un essai qui suggère de remplacer la notion de crise des états hellénistiques par celle d’une réinvention qui bénéficierait également à leurs successeurs romains, parthes ou hasmonéens. Une première version de cet ouvrage, produit d’une réflexion de plusieurs années, était déjà rédigée lorsque nous sommes arrivés aux Treilles. L’objet du séminaire des Treilles a été de reprendre, chapitre par chapitre, nos différentes conclusions, et de mener sur chaque point une réflexion collective, seule susceptible de permettre de remplir l’ambition méthodologique de l’ouvrage : une réflexion à l’échelle de l’ensemble du monde hellénistique proposant une comparaison fine entre évolutions lagides et séleucides.

Chaque journée du séminaire a été consacrée à l’un des chapitres de l’ouvrage. Chacune se divisait en deux parties. Le matin, une session plénière permettait de discuter des principales thèses de chaque chapitre. L’après-midi, des sessions de travail en plus petit groupe permettaient de réfléchir à des comparaisons précises entre situations lagide et séleucide, qui nécessitaient souvent des recherches très érudites. Hormis Sylvie Honigman, venue tout exprès de Tel Aviv, nos collègues étrangers n’ont pu se joindre à nous que par visio-conférence, en raison de la crise sanitaire. Ils ont malgré tout été très présents y compris, pour notre collègue de Los Angeles Christelle Fischer-Bovet, à des heures extrêmement tardives en raison du décalage horaire.

Le premier chapitre de l’ouvrage s’intéresse à la notion de crise, et aux raisons qui expliquent le succès de ce concept dans l’historiographie. Cette notion s’appuie certes sur des faits, comme les crises dynastiques qui se multiplient au IIe siècle, ou la perte de territoires. Mais elle ne nous paraît pas aussi univoque qu’elle ne l’est souvent présentée, ne serait-ce que parce que les déconvenues des Séleucides représentent souvent des succès pour les Lagides et inversement. Nous avons longuement parlé de Polybe, et des raisons, proprement romaines, de l’image très négative qu’il donne des souverains du IIe siècle. A bien y regarder d’ailleurs, les sources littéraires qui ne sont pas influencées par Polybe ne s’inscrivent guère dans la même perspective, et la notion de crise n’y paraît pas aussi évidente que pour le lecteur de Polybe ou des auteurs qui s’en inspirent. Pourquoi les banquets d’Antiochos IV seraient-ils le signe de sa débauche et de sa folie, tandis que ceux d’Antiochos Ier seraient le signe de sa nature vraiment royale ? Pourquoi les souverains lagides seraient-ils uniquement le jouet des Romains, incapables de mener leur propre politique, alors qu’ils n’accèdent pas à leurs injonctions concernant Chypre ? Dans bien des cas il semble qu’une même réalité est interprétée de manière négative pour un souverain du IIe, alors qu’elle le serait de manière plus positive pour un souverain du IIIe.

Les deux chapitres suivants sont consacrés aux solutions recherchées par les souverains pour répondre aux difficultés auxquelles ils font face. L’un s’intéresse à la manière dont les souverains du IIe siècle se sont efforcés de réinventer la fonction royale. Ils l’ont notamment fait en mettant en scène leurs succès militaires : quand bien même ceux-ci sont moins éclatants que ceux d’Alexandre, il est en réalité pour important, pour obtenir l’adhésion des sujets des royaumes, de construire un discours victorieux que de remporter des victoires réelles, qui resteraient de toutes manières bien lointaines pour la majorité des sujets. Nous avons donc discuté de la manière dont le prestige militaire des souverains est mis en scène, par des parades militaires comme celle organisée par Antiochos IV à Daphnè, ou par le choix de thèmes iconographiques connus dans les temples lagides.

Cette réinvention de nature symbolique s’accompagne de réformes structurelles. Celles-ci semblent particulièrement nombreuses au IIe siècle, signe que les souverains, loin de s’avouer vaincus, ont cherché des solutions pour réorganiser leurs royaumes. Ces réformes font l’objet du chapitre III. La nécessité de comparer les évolutions séleucides et lagides est apparue particulièrement pertinente pour ce chapitre : en effet, l’historiographie a tendance à présenter le monde lagide comme structuré par une administration pléthorique, par laquelle le pouvoir royal serait relayé jusque dans chaque village par des fonctionnaires sans liens personnels avec le souverain. A l’inverse, et même si l’on ne croit plus guère à la « coquille vide » à laquelle on a voulu un temps comparer l’état séleucide, on continue souvent à considérer que les relais locaux du pouvoir séleucide reposent en grande parte sur des Philoi choisis pour leurs liens personnels avec le souverain. Nous nous sommes longuement interrogés pour savoir si ces deux visions, très différentes, des deux royaumes, ne relèvent pas en bonne partie d’un effet de sources, partiellement contredit par l’épigraphie ou la documentation cunéiforme.

Enfin, le séminaire des Treilles a été l’occasion de construire un dernier chapitre conclusif, qui réfléchit aux héritages des royaumes hellénistiques. La notion de crise des mondes hellénistiques au IIe siècle a pour conséquence implicite que ces royaumes disparaissent avec les conquêtes extérieures, parthe ou romaine, ou le détachement de territoires devenus indépendants comme le royaume hasmonéen ou l’Arménie. Or, Hasmonéens et Parthes reprennent à leur compte certaines pratiques hellénistiques, et les Romains eux-mêmes, s’ils prétendent s’en détacher, sont en réalité plus influencés par l’hellénisme qu’on ne le pense souvent.

Ce bref compte-rendu ne peut donner qu’un simple aperçu des multiples discussions qui ont occupé les participants au séminaire. Après des années de travail en commun, l’organisation et la publication de plusieurs colloques, et la rédaction d’une version préliminaire d’un ouvrage collectif, nous croyions n’avoir qu’à finaliser un travail déjà réalisé. Nous avons appris aux Treilles combien peut être féconde une semaine de travail collectif, dans des conditions aussi propres à la discussion et à la maturation d’idées. Assurément, l’ouvrage que nous comptons publier dans l’année sera bien différent de ce qu’il aurait été sans ce séjour.

 

Statue d’Isis, époque Hellénistique, marbre, Fondation des Treilles.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search