La main à la pâte – France / Chine

Colloque organisé par Рierre Léna et Уves Quéré, du 14 au 20 avril 2001.

Participants

Alayrac Jean-Louis (Éducation nationale), Bai Yi (Université du Sud-Est), Bouchard Jean-Marie (INRP — La Main à la pâte), Charpak Georges (Académie des sciences, Paris), Chevalerias François (Ministère de l’Éducation nationale), Digne Marie (Inspecteur d’académie), Du Yue (Ministère de l’Éducation, Commission nationale de Chine pour l’UNESCO), Fan Xiaolu (École de formation des enseignants, district de Pékin), Fontes Pierre-Bernard (Université Paris-Sud, Orsay), Gros François (Académie des sciences, Paris), Hao Jinghua (Université normale de Nankin), Hu Qiheng (Académie des sciences de Chine), Jasmin David (INRP — La Main à la pâte, Paris), Léna Pierre (Académie des sciences, Paris), Li Jimei (Université normale, Chine de l’Est), Ling Feng (Éсоlе primaire de Changjianglu), Ma Zheng (Traductrice), Quéré Yves (Académie des sciences, Paris), Saltiel Edith (INRP — La Main à la pâte), Sang Shao-Hua (Traductrice), Sarmant Jean-Pierre (Ministère de l’Éducation nationale, Paris), Shen Baiyu (Ministère de l’Éducation), Wei Yu (Vice-ministre de l’Éducation), Zhao Zhongxian (Académie des sciences de Chine), Zhu Mumuju (Ministère de l’Éducation), Zhu Xiaojun (Directeur jardin d’enfants). 

Compte rendu

Le projet de rénovation de l’enseignement des sciences à l’école pri­maire, auquel la Fondation des Treilles apporte avec succès son concours depuis 1996, s’internationalise progressivement. On sait que le mouve­ment français, bien que s’appuyant dès 1996 sur de nombreux institu­teurs ayant déjà à leur actif de remarquables pédagogies de la science, avait trouvé son inspiration dans des actions lancées aux États-Unis par les physiciens Léon Lederman à Chicago et David Pine à Pasadena, sou­tenues et élargies par la National Science Foundation. C’est désormais l’expérience acquise en France ces dernières années qui est diffusée au-delà de nos frontières géographiques et même linguistiques. Le réseau des Académies des sciences (InterAcademy Panel ou IAP) ainsi que l’International Council of Science (ICSU), qui fédère les Unions scienti­fiques internationales, manifestent l’un et l’autre un vif intérêt pour les questions d’éducation scientifique : le second possède ainsi une commis­sion intitulée Capacity building, présidée par L. Lederman, qui organisa un symposium en novembre 2000 à Pékin, portant sur Primary school education in science and mathematics. Plus de vingt pays étaient présents, dont la France avec plusieurs représentants de La Main à la pâte. C’est à cette occasion que la ministre de l’Éducation, Mme Chen Zhili, et sa vice-ministre Mme Wei Yu présentèrent aux congressistes l’ambition de la République populaire de Chine de réformer en profondeur son ensei­gnement scientifique primaire, puis secondaire, le but étant d’y introduire plus de réflexion, plus d’esprit critique et moins d’apprentissage automa­tique. Les développements de La Main à la pâte intéressèrent vivement la délégation chinoise, et un protocole d’accord fut signé qui prévoyait plu­sieurs modalités de collaboration, dont une traduction du site Internet La Main à la pâte sur un site-miroir chinois (Nankin), et une rencontre de travail approfondi en France en 2001.

C’est cette rencontre qui s’est déroulée aux Treilles du 14 au 20 avril 2001. La vice-ministre Mme Wei Yu était accompagnée d’une délégation multiforme, comprenant aussi bien de hauts fonctionnaires du ministère de l’Éducation, chargés de la réforme, que des instituteurs et des mem­bres éminents de l’Académie des sciences ou des technologies de Chine soucieux d’impliquer, comme en France, la communauté scientifique dans le mouvement engagé. Le colloque des Treilles faisait suite à trois journées bien remplies, comportant les visites d’écoles primaires (Loir-et-Cher, Nord, Aube), d’instituts universitaires de formation des maîtres (Troyes et Blois) et de l’École des mines de Nantes, avec son directeur R. Germinet, engagé dans La Main à la pâte dès la naissance de celle-ci.

Après une journée de repos pascal passée avec nos hôtes entre Les Arcs et l’abbaye du Thoronet, le travail aux Treilles commençait et les nom­breuses observations pédagogiques, l’atmosphère des classes rencontrées, l’attitude des maîtres pendant ces visites préalables allaient former la base de la réflexion commune. Nous craignions la barrière de la langue, mais l’excellente pratique du français de M. Du Yue, ainsi que la présence de la jeune Ma Zheng, lycéenne parisienne bilingue qui fit d’excellentes démonstrations de traduction quasi simultanées, rendirent le travail remarquablement aisé, tant en séances plénières que dans les groupes. Les participants français avaient été choisis avec le souci d’équilibrer les com­pétences de nos partenaires et celui, toujours présent dans les actions de La Main à la pâte aux Treilles ou ailleurs, de réunir instituteurs actifs, scientifiques, didacticiens et « institutionnels »  exerçant des responsabili­tés opérationnelles dans l’Éducation nationale ou dans l’école privée.

Une première partie de la rencontre mit les participants au fait de l’état du système éducatif (notamment primaire) dans chaque pays, et des divers problèmes de l’enseignement des sciences. Mme Wei Yu, Mme Zhu Mu-zhu et Mme Li Ji-me! (ministère de l’Éducation) montrèrent l’orga­nisation détaillée du système, avec de nombreuses spécificités : présence d’enseignant spécialisé de sciences dès le début du primaire, formation limitée des professeurs au niveau baccalauréat, enseignement basé sur l’apprentissage par cœur, absence de composante expérimentale. Elles soulignèrent également la formidable disparité entre ville et campagne, et rapportèrent une intéressante expérimentation d’école à distance, où la formation de femmes enseignant dans le Nord du Shanxi était assurée par un canal de télévision satellite. Les discussions montrèrent qu’entre la volonté politique d’une réforme globale et une expérimentation limitée et progressivement étendue à l’exemple de La Main à la pâte, la seconde avait les faveurs de nos partenaires, qui l’envisageaient pour trois grandes villes : Pékin, Shanghai et Nankin. Contrairement à la leçon tirée de l’ex­périence française, un frein à la transformation pourrait bien être la réti­cence des parents à accepter une réduction de l’autorité du maître, conduit parfois à dire « Je ne sais pas ! » au cours de sa leçon de science. En vis-à-vis, Marie Digne présenta une vue synthétique de l’organisation de l’école primaire en France, soulignant en particulier combien l’action menée en faveur des sciences avait bénéficié de la polyvalence des maît­res.

Georges Charpak exposa la vision de l’enseignement des sciences qu’il tirait de ces cinq années d’expérimentation. ll souligna en particulier la possibilité de transposer le modèle dans des situations politiques, sociales ou économiques très différentes en analysant dans le détail le déroule­ment des actions menées en Colombie sous son impulsion, avec le concours d’Yves Janin (un des fondateurs de La Main à la pâte en 1995­1996) et de Clotilde Marin (Vaulx-en-Velin). Yves Quéré développa ce qui, au fil des comparaisons internationales, apparaît comme une remar­quable spécificité de l’action menée en France, à savoir le lien entre l’ap­prentissage de la langue et celui des sciences, soulignant les bénéfices lexi­caux et syntaxiques de la précision requise par la pratique de la science. Rien ne remplaçant l’exemple direct, Édith Saltiel, Jean-Louis Alayrac (École des sciences, Bergerac) et Marie-Claude Vallet (Issy-lеs­ Moulineaux) décortiquèrent la conduite d’une classe La Main à la pâte, avec de nombreux documents à l’appui portant sur les expériences et l’é­crit. Deux présentations plus structurées de La Main à la pâte furent don­nées par Édith Saltiel (équipe d’accompagnement La Main à la pâte) et Pierre Léna, présentant la mise en œuvre des « Dix Principes », soulignant les succès mais aussi les difficultés. L’inspecteur général Jean-Pierre Sarmant, chargé par le ministre de l’Éducation nationale de la mise en œuvre du plan de rénovation de l’enseignement des sciences et de la tech­nologie depuis juin 2000, présenta ce plan et sa filiation très directe avec l’action de La Main à la pâte. Il ne cacha pas les difficultés de formation des maîtres et la nécessité d’une grande vigilance pour que l’esprit d’une réforme ne soit pas rapidement dénaturé par une « langue de bois » de la structure hiérarchique. Son intervention provoqua de féconds échanges sur la façon de conduire, à partir d’une expérimentation limitée, une généralisation à grande échelle qui sera le problème majeur de l’extension voulue par le ministère chinois.

Trois ateliers par petits groupes furent organisés, portant respective­ment sur la formation des maîtres, les ressources (matériel, utilisation d’Internet) et le rôle des scientifiques, avec des échanges approfondis entre Mme Hu, M. Zhang (l’un et l’autre académiciens chinois) et leurs collègues français, dont François Gros qui participait pour la première fois à une session approfondie de La Main à la pâte; i1 y équilibrait par sa présence une prédominance souvent critiquée de physiciens. Un atelier particulier, constitué de David Jasmin (sciences de la matière), Jean-Marie Bouchard (sciences du vivant) et un collègue chinois, professeur d’infor­matique à Nankin, permit de dégager les règles de traduction, de mise à jour et d’exploitation du site miroir du site Internet français, ainsi que la modération mutuelle des échanges. 

La formation des maîtres est un autre point crucial du dispositif, dont la progression en France demeure lente; ses grandes lignes furent présen­tées par Pierre Fontes (université Paris-Sud et IUFM de Versailles), qui fit quelques expériences simples mais mémorables, bien dans l’esprit « Map ».

Même s’il est difficile de conclure sur les points de vue des uns et des autres à l’issue de cette rencontre, il est indéniable que la chaleur des échanges, leur fluidité en dépit des langues différentes, l’humour de tous, la perception d’une volonté politique forte chez les responsables chinois et de grandes similitudes dans l’approche – ou plutôt l’absence d’appro­che – de la science à l’école primaire firent de cette rencontre un temps fort de l’ouverture internationale de La Main à la pâte, concrétisée égale­ment par la traduction en chinois et la publication, sous l’impulsion de Mme Wei Yu, du livre La Main à la pâte – Les sciences à l’école primaire, issu de la rencontre des Treilles de 1996, et de plusieurs volumes de Graines de sciences, également conçus annuellement aux Treilles. Le souci de donner une dimension d’éducation morale à l’éducation scientifique en Chine rejoignait très directement la préoccupation de formation du futur citoyen qui est l’un des axes de travail en France, notamment dans la collaboration menée sur les problèmes urbains avec la délégation inter­ministérielle à la ville et au développement urbain.

La rencontre se conclut par la rédaction d’un avenant à l’accord signé à Pékin. La mise en œuvre des trois sites expérimentaux urbains en Chine dès l’annéе 2002 conduisit les hôtes chinois à souhaiter qu’une formation de formateurs auprès d’écoles et d’IUFM pratiquant La Main à la pâte soit mise en place rapidement en France, et les grandes lignes de cette for­mation furent esquissées dans l’accord. Il prévoit aussi le séjour en avril 2002 d’une délégation de l’Académie des sciences / La Main à la pâte en Chine, pour une série d’interventions publiques, notamment auprès de l’Académie à Pékin.