Mobilisation des castes : la montée en puissance des élites régionales indiennes

Séjour d’étude de Dalel Benbaabali du 22 février au 6 mars 2021.

 

Résumé

Grand propriétaire Kamma et ses ouvriers agricoles dans son champ de curcuma (Andhra Pradesh, Inde). Cliché D. Benbabaali, 2012

Le livre porte sur la domination de caste en Inde du Sud et sur la manière dont les élites indiennes utilisent leur identité de caste comme capital social pour accaparer le pouvoir politique et économique aux dépens des castes dites « inférieures », même si celles-ci résistent à cette domination et tentent de remettre en cause ce système extrêmement inégalitaire. Les discriminations fondées sur la caste ont été rendues illégales par la Constitution indienne de 1950, mais la caste comme réalité sociale et comme système d’oppression est loin d’avoir disparu en Inde, comme le montre d’ailleurs la persistance de l’endogamie, puisque 90% des mariages en Inde continuent d’être « arrangés » au sein d’une même caste.

Mon livre s’intéresse plus particulièrement à une caste de grands propriétaires fonciers, les Kamma, qui sont l’une des castes dominantes de l’Andhra Pradesh en Inde du Sud. J’essaye de montrer comment les membres de cette caste se sont hissés au rang d’élites régionales grâce à leurs réseaux et associations de caste qui leur ont permis de migrer vers les villes et de diversifier leurs activités de l’agriculture vers le commerce et l’industrie, jusqu’à devenir grands patrons ou bien hommes politiques. Cette étude de cas a pour objectif d’analyser la corrélation entre caste et classe en Inde pour mieux comprendre la reproduction des inégalités et les mécanismes de pouvoir.

Abstract

The book examines caste domination in South India and the way in which Indian elites use their caste identity as social capital to grab political and economic power at the cost of “lower” castes, even if the latter resist their domination and challenge this extremely inegalitarian system. Caste-based discriminations were made illegal by the 1950 Constitution of India, but caste as a social reality and system of oppression is far from having disappeared in India, as demonstrated for example by the persistence of endogamy, since 90% of marriages in India are still “arranged” within the same caste.

My book focuses on a particular landowning caste, the Kammas, who are one of the main dominant castes of Andhra Pradesh in South India. I try to show how the members of this caste emerged as regional elites by using their networks and caste associations to migrate to the cities and diversify their activities from agriculture to commerce and industry, a number of them thus becoming big businessmen or politicians. This case study aims to analyze the correlation between caste and class in India to better understand the reproduction of inequality and power mechanisms.

Compte rendu

Ce livre, tiré de ma thèse de doctorat, sera publié en anglais sous le titre « Mobilising caste : the rise of India’s regional elites ». Il renouvelle la définition classique de la caste dominante en Inde grâce à l’approche territoriale qui prend en compte l’émergence de nouvelles formes d’influence politique, économique et culturelle liées au développement et à l’urbanisation du pays. Du fait de leur forte mobilité socio-spatiale, les castes dominantes ne se caractérisent plus uniquement par la propriété de la terre en milieu rural, mais également par l’accès croissant aux moyens de production dans les villes, où la diversification de leurs activités leur a permis de s’ériger en classe d’entrepreneurs à même de se saisir des nouvelles opportunités d’emplois et d’investissement offertes par le capitalisme indien depuis la libéralisation économique des années 1990. Loin de se limiter à une étude de cas monographique, cette recherche a pour ambition d’illustrer, à travers l’exemple des Kamma, un phénomène plus général, à savoir l’appropriation de l’espace comme mécanisme de contrôle des territoires et des hommes par les groupes dominants.

Le territoire constitue un élément majeur de l’organisation sociale indienne et un enjeu de luttes de pouvoir. Les parcours migratoires des élites rurales issues des castes dominantes révèlent des stratégies collectives visant à étendre leur aire d’influence et à asseoir leur hégémonie. Le livre retrace historiquement les trajectoires socio-spatiales des Kamma depuis l’époque médiévale jusqu’à aujourd’hui, avec une attention particulière portée à la période coloniale qui s’est avérée décisive en termes de développement rural et de montée en puissance d’une classe d’agriculteurs capitalistes encouragée par l’administration britannique. Enfin, il compare les variations régionales dans l’expression territoriale de la dominance de caste au sein de trois Etats de l’Inde du Sud : l’Andhra Pradesh, le Karnataka et le Tamil Nadu.

L’approche territoriale de la caste permet d’interroger le lien entre appropriation de l’espace et domination socio-économique, l’étude des Kamma visant à comprendre comment leur mobilité socio-spatiale a influé sur leur statut de caste dominante. Si la dominance de caste se définit en relation à un territoire, se transforme-t-elle radicalement lorsque celui-ci n’est plus circonscrit à un village, à un groupe de villages, à une région, ni même à un Etat ? Si elle se définit par rapport à la propriété de la terre, que devient-elle lorsque les membres de la caste en question ne sont plus seulement agriculteurs, mais hommes d’affaires, industriels, médecins, ingénieurs ? En quoi ce changement d’échelle et cette diversification économique ont-ils modifié les rapports de pouvoir ? La migration hors des villages a-t-elle conduit à une perte de contrôle des castes dominantes dans leur région d’origine ou leur a-t-elle au contraire permis d’étendre leur influence sur un territoire plus vaste ?

Le livre démontre que le concept de caste dominante continue d’être pertinent pour l’analyse de la société indienne, à condition de le redéfinir en prenant en compte les nouvelles territorialités des élites, de plus en plus mobiles et mobilisées. L’approche territoriale est essentielle pour comprendre le changement d’échelle et de nature de la dominance de caste dans l’Inde contemporaine. L’exemple des Kamma atteste du fait que la propriété foncière ne suffit plus à évaluer le pouvoir socio-politique d’une caste, dans la mesure où la migration vers les villes favorise l’acquisition de nouveaux attributs de dominance liés à l’accès à des positions-clés dans l’éducation, la culture, les médias, ou encore les hautes technologies. Le rôle des réseaux est également important pour expliquer leur rapide ascension sociale, l’identité kamma étant utilisée comme un capital social au sein d’associations de caste qui se mobilisent pour défendre les intérêts politiques et économiques de leurs membres. Grâce au contrôle d’un parti régional, le Telugu Desam Party, ayant remporté plusieurs fois les élections depuis les années 1980, les Kamma sont parvenus à asseoir leur hégémonie à l’échelle de l’Andhra Pradesh, malgré la contestation de leur domination par les partisans d’un Etat du Telangana séparé, finalement créé en 2014.

Le territoire se révèle central aussi bien pour l’exercice des mécanismes de contrôle que pour la mise en œuvre des stratégies de résistance par les groupes dominés. Loin d’être uniforme, la dominance de caste varie selon le territoire considéré, rural ou urbain, irrigué ou non-irrigué, provincial ou métropolitain. Si le pouvoir politique des Kamma est moins marqué au Karnataka et au Tamil Nadu, où ils forment une minorité linguistique relativement peu représentée dans les Assemblées Législatives, ils y exercent toutefois des formes de dominance locales dans les villes où ils possèdent des industries et dans les nouveaux périmètres irrigués où ils ont acquis des terres à proximité des barrages. De même, la contestation de la dominance de caste s’exprime de manière différente en fonction des territoires observés. En Andhra côtier, le combat contre l’oppression de caste fut porté par le mouvement dalit, né à la suite d’un massacre perpétré par des Kamma, tandis que dans le Telangana rural, la lutte contre les grands propriétaires fonciers fut menée par des militants armés maoïstes. Le mouvement régionaliste pour un Etat du Telangana séparé s’est quant à lui organisé de manière non-violente contre ce qui était perçu comme un processus de colonisation interne dû à l’acquisition de terres par des migrants aisés originaires d’Andhra côtier, essentiellement kamma.

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search