Des problèmes en partage, des méthodologies divergentes, le regard croisé d’économistes et d’historiens/ Shared problems, divergent methodologies: An exchange between historians and economists

Séminaire organisé par Jean Boutier, Alice Fabre, Cecilia García-Peñalosa, Alain Trannoy, Arundhati Virmani du 31 Mai au 4 Juin 2021

 

Participants

BEAUREPAIRE Pierre-Yves (Université de Nice côte d’Azur), BOUTIER Jean (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Marseille), COGNEAU Denis (Paris School of economics), DE LA CROIX David (Université Catholique de Louvain, Belgique), FABRE Alice (Université d’Aix Marseille) GARCIA-PENALOSA Cecilia (CNRS, EHESS Marseille) GAY Victor (Université Toulouse 1 Capitole), GRAMAIN Agnès (Université de Lorraine), GRENIER Jean-Yves (EHESS, Paris), HAUTCOEUR Pierre-Cyrille (EHESS, Paris), LIVET Pierre (Université d’Aix – Marseille), MARTINI Manuela (Université Lumière Lyon 2 et Institut Universitaire de France), REVEL Jacques (EHESS, Paris, En Visio), SALVEMINI Biagio ((Università degli studi Aldo Moro, Bari, Italie), SEABRIGHT Paul (Université de Toulouse), TRANNOY Alain (EHESS, Université d’Aix-Marseille), VAN DAMME Stéphane (Ecole Normale supérieure, Paris, France), VIRMANI Arundhati (EHESS, Marseille), VITALE Mara (IRES/LIDAM, Collège L.H. Dupriez, Louvain, Belgique en Visio).

 

Résumé 

Cette rencontre inédite entre historiens et économistes sur « problèmes en partage et méthodologies divergentes » a permis de mettre côte à côte des approches différentes de nos deux disciplines non seulement sur un plan théorique, mais aussi à travers des objets d’études précis. Le dialogue instauré a permis de rendre compte des différences dans la manière de mobiliser les données et les relations de causalité, dans l’usage du récit par rapport à celui du modèle, et de voir comment nous les sollicitons dans nos travaux sur le colonialisme, le savoir, ou les femmes et le travail, qui ont également illustré notre manière de choisir l’échelle ou de traiter les sources. Des points de passage dans les clôtures disciplinaires sont apparues qui restent à explorer d’une manière concrète.

Compte rendu

Le séminaire a donné l’occasion à 18 universitaires, historiens et économistes et un philosophe en surplomb, de discuter de questions méthodologiques et de questions de recherche d’intérêt mutuel. Le séminaire était structuré en six ateliers, les trois ateliers du matin se consacrant à des questions méthodologiques autour des données et des sources, de la notion de causalité, et de l’usage du récit et du modèle, les trois ateliers de l’après-midi servant davantage de champ d’application en abordant des domaines de recherche actifs où les controverses peuvent être vives, comme le colonialisme, l’étude des savoirs et du monde académique, ou encore comme les relations entre genre et travail. L’atmosphère, faite d’un respect mutuel, d’une curiosité, d’une écoute envers ce que l’autre discipline avait à dire a permis de nouer un vrai dialogue, dialogue qui a été favorisé par l’excellente humeur de se retrouver dans cet endroit virgilien. De fait les ateliers de l’après-midi ont souvent servi de travaux pratiques dans lesquels les questions du matin trouvaient un point d’application des différences d’approche des deux disciplines, et les discussions se sont enrichies, répondues d’une journée à l’autre. Ce type de rencontre a été très rarement tentée dans un passé récent, tant les évolutions des deux disciplines semblaient divergentes, alors même qu’elles possèdent au moins un terrain en partage, l’histoire économique.

Il est apparu que les oppositions étaient moins nettes dans l’utilisation des données que l’on n’aurait pu le penser a priori, et si clairement les historiens en moyenne passent plus de temps à les collectionner soigneusement que les économistes, l’économie expérimentale et les essais cliniques aléatoirement contrôlés constituent des exemples où les économistes construisent et les contrôlent (Agnès Gramain, Nancy). En même temps, les bases de données ont envahi l’atelier de l’historien au point de devenir un passage quasiment obligé des travaux de thèse et un des « livrables » incontournables de tout projet ANR qui se veut crédible (Jean-Yves Beaurepaire, Nice). Néanmoins, l’atelier consacré au travail féminin dans la seconde moitié du XIXème siècle et au début du XXIème siècle illustre comment l’économiste et l’historien essaient tous les deux de déjouer l’anachronisme. Pour répondre à une question d’ordre macroéconomique, l’économiste (Victor Gay, Toulouse) réinterroge d’une façon fine les catégories du recensement, mais se fait reprocher de ne questionner qu’une seule source, en l’occurrence le recensement où est montré le rôle clé des représentations des énumérateurs. De son côté l’historienne (Manuela Martini, Lyon), à partir d’un travail de micro-ethnologie historique, livre une étude chiffrée de l’apport des femmes mariées à l’économie des ateliers domestiques de la soierie lyonnaise mais la question de la généralité de l’observation, et donc le passage à une échelle supérieure, reste posée. Cette dimension de l’échelle revêt un caractère crucial pour les historiens comme l’a illustré le propos d’Arundhati Virmani (EHESS) qui, dans sa recension de l’historiographie de l’Inde coloniale, s’interroge sur la meilleure échelle pour étudier le colonialisme, l’échelle impériale, « nationale », régionale, local, transrégionale, ou globale.

Si le récit constitue la forme dominante en histoire et ne l’a jamais cessé d’être à dire vrai (Jacques Revel, EHESS), il n’en reste pas moins que ses pièges constituent autant de défis pour l’historien. L’appel au modèle est moins dominant en économie qu’il y a une vingtaine d’années, et la qualité du texte d’accompagnement joue un rôle non négligeable dans les articles d’économie contemporains. Les sciences sociales narratives cherchent à rendre les processus sociaux intelligibles en termes d’actions et de difficultés des êtres humains confrontés à des défis universels – naissance, enfance, errance, lutte, travail, amour, parentalité, vieillissement, maladie, mort (Paul Seabright, Toulouse). A cet égard, la modélisation formelle en économie, n’est pas nécessairement anti-narrative, (à l’instar des narrations analytiques, « analytic narratives ») puisque de nombreux modèles utilisent des « agents représentatifs » dont le comportement se reflète dans le comportement global de groupes et de sociétés entières, donnant ainsi lieu à un récit.  

En revanche, la notion de causalité reste abordée avec une certaine prudence en histoire, l’historien ayant peur de se faire taxer de positiviste naïf, (Jean Boutier, EHESS), alors qu’elle domine les questions empiriques en économie (Alain Trannoy, EHESS). Est-ce que c’est parce que l’histoire n’a pas la répétition de son côté, cas de figure qui autorise des mises à l’épreuve statistiques de relations de causalité ? Ou est-ce que parce que l’économie focalise plus (Pierre Livet, Aix-Marseille) et, ce faisant, néglige plus que l’histoire des facteurs considérés a priori comme seconds, ou en d’autres termes, parce que l’économie accepte de réduire le problème aux relations entre quelques variables ? Ces questions ont été débattues sans permettre de trancher définitivement. En tout cas, même dans l’étude des séries historiques, les travaux d’économistes en vue (Nathan Nunn, Daron Acemoglu et James Robinson par exemple) qui ont cherché à détecter l’impact causal contemporain d’événements historiques (esclavage, domination coloniale, etc…) continuent de susciter des débats, non seulement chez les historiens, mais aussi chez les économistes (Denis Cogneau EHESS) qui continuent de douter de la pertinence de l’utilisation des méthodes en coupe transversales pour étudier l’impact causal sur la longue période d’évènements survenus dans un passé révolu.

Les divergences ne sont pas que méthodologiques. La focale peut être aussi différente dans les deux disciplines, comme l’a illustré l’atelier sur les savoirs. Alors que les historiens sont passés à une histoire globale des savoirs, en mettant sur un pied d’égalité les savoirs européens, chinois ou arabes, sans qu’il soit nécessaire de mettre en évidence une singularité occidentale (Stéphane Van Damme, ENS), les économistes s’interrogent sur la place qu’a joué la révolution scientifique dans la révolution industrielle dont l’Europe a été le théâtre, comme l’illustre la recherche de David de la Croix (Louvain-la-Neuve), qui construit une grande base de données de tous les professeurs d’universités ou membres d’académies scientifiques en Europe de l’an 1000 à 1800, pour lui permettre de répondre précisément à cette question.

Ces dialogues devraient être renouvelés. Ils s’imposent dans le contexte de défis contemporains que nous affrontons et auxquels historiens et économistes sont appelés à répondre. Les premiers dans un horizon et temps long, les seconds avec le sentiment d’urgence que leur donne leur rôle d’être les conseillers des princes. Ils passent par une exploration des méthodes, des pratiques et des outils des uns et des autres tant sur les fonctionnements des sociétés du passé que du présent.

****

English report

Shared problems, divergent methodologies: An exchange between historians and economists

Organisers: Jean Boutier, Alice Fabre, Cecilia García-Peñalosa, Alain Trannoy, Arundhati Virmani

Summary

This exceptional meeting between historians and economists on « shared problems and divergent methodologies » gave rise to comparisons of approaches that characterize our two disciplines, not only at a conceptual level, but also through a discussion of specific objects of study. The ensuing dialogues turned around an exploration of the different ways in which each discipline mobilizes data, identifies causal relationships, or uses a narrative rather than a model. Discussions followed on how these tools are employed in our study of colonialism, of knowledge, or female employment and how the scale of analysis or ways of dealing with sources may differ. In the process, a number of disciplinary contrasts were identified, which merit further explorations in the future.

Report

The seminar provided an opportunity for 18 academics -historians and economists, and a philosopher as observer and commentator – to discuss methodological and research questions of mutual interest. The seminar consisted of six workshops. The three morning workshops were devoted to methodological questions concerning data and sources, the notion of causality, and the use of the narrative and the model; the three afternoon workshops were intended to act as examples of how controversies develop when the two disciplines investigate the same research fields, such as colonialism, the study of knowledge, the academic world, or the relations between gender and work. The atmosphere was characterized by mutual respect, curiosity, and an open mind to what the other discipline had to say, which made it possible to establish a real dialogue, a dialogue which was fostered by the excellent context provided by the environment of Les Treilles. Moreover, the afternoon workshops succeeded in providing examples of differences in approaches that enriched and responded to the discussions initiated in the morning. This type of encounter has been rarely undertaken in the recent past, largely because the two disciplines have evolved in a way that has fostered a methodological divergence between them, despite the fact that they have at least one major common interest, economic history.

The discussion on data and sources indicated that the differences were less marked than one would have a priori expected, and while the historians clearly spend on average more time carefully collecting data than the economists, recent fields such as experimental economics and ‘Randomized Controlled Trials’ are examples where economists also construct their data (Agnès Gramain, Nancy). At the same time, databases have invaded the historian’s desk, to the point of becoming an almost compulsory aspect of any thesis or grant application that claims to be credible (Jean-Yves Beaurepaire, Nice). Nonetheless, the workshop devoted to women’s work in the late-19th and early-20th century illustrated how the economist and the historian both try to thwart anachronism. To answer a macroeconomic question, the economist (Victor Gay, Toulouse) re-examined in detail the employment categories in the census. Yet, his work raises questions about relying only on one source, in this case the census, where the characteristics of the individual collecting the data play a key role on how the latter are recorded. The historian (Manuela Martini, Lyon) delivered a quantitative study of the contribution of married women to the economy of the domestic workshops in the Lyon silk industry. Based on historical micro-ethnology, this extremely rich inquiry can equally be questioned in terms of how general the observed patterns are, and to what extent they can apply at a broader scale. The question of scale is crucial for historians as illustrated by Arundhati Virmani’s presentation (EHESS). In her review of the historiography of colonial India, she raised the question of the appropriate scale for studying colonialism: imperial, “national”, regional, local, transregional, or global?

While the narrative constitutes the dominant form in history and has never ceased to be employed (Jacques Revel, EHESS), the traps that a strong narrative contains, constitute a major challenge for the historian. In Economics the use of the model is less systematic than it was twenty years ago, and the quality of the accompanying text plays a more significant role in contemporary economics’ articles. Narrative social sciences seek to make social processes intelligible by describing the actions and constraints of human beings who face universal challenges – birth, childhood, change of location, conflict, work, love, parenthood, aging, disease, or death (Paul Seabright, Toulouse). In this regard, formal modelling in economics is not necessarily anti-narrative. Indeed, it can be seen as an « analytic narrative », since models tend to be based upon « representative agents », whose behaviour is reflected in the overall behaviour of groups and entire societies, thus giving rise to a ‘story’.

In contrast, the historian approaches the notion of causality with a certain caution, apprehensive of being labeled a “naive positivist” (Jean Boutier, EHESS). On the other hand, identifying causal relationships dominates today’s empirical analyses in economics (Alain Trannoy, EHESS). Is it because history does not repeat itself and repetition is by definition the key element required to perform statistical inference of causal relationships? Or is it because Economics is more focused on precise questions (Pierre Livet, Aix-Marseille) and, in doing so, neglects the factors considered a priori as secondary? That is, do economists infer causality at the price of reducing the problem to the relationships between only a limited number of variables? The debate around these questions did not culminate in a clear conclusion. In any case, even when examining historical data, the work of prominent economists (such as Nathan Nunn, Daron Acemoglu and James Robinson) who have sought to detect the contemporary causal impact of historical events (slavery, colonial domination, etc.) continues to be controversial, not only amongst historians but also amongst economists (Denis Cogneau EHESS) who debate on the capacity of cross-sectional methods to permit identification of causal relationships over the long term.

The differences are not only methodological. The focus can also diverge in the two disciplines, as illustrated by the workshop on Knowledge. Whilst historians are now mainly interested in a global history of knowledge, putting European, Chinese or Arab knowledge on an equal footing, without feeling the need to highlight a Western singularity (Stéphane Van Damme, ENS), economists continue to examine the role played by the Scientific Revolution in the Industrial Revolution, both European phenomena. This was illustrated by the work of David de la Croix (Louvain-la-Neuve), who is building a large database of all university professors or members of scientific academies in Europe from the year 1000 to 1800, in order to find answers precisely to this question.

This kind of dialogue initiated in the encounter between historians and economists needs to be sustained and repeated. Its importance cannot be minimized in the context of the contemporary challenges that we face, and to which historians and economists are called upon to respond: the former over a long horizon of time, the latter with a sense of urgency stemming from their role as advisers to policy-makers. In our experience, a successful dialogue occurs through an exploration of each other’s methods, practices and tools as much as on the functioning of societies of the past as of the present.

 

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search