Témoignage de Sébastien Wit, Prix jeune chercheur 2019

Sébastien Wit, Romans du hasard : Italo Calvino, Julio Cortázar, Philip K. Dick, Marc Saporta, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, 220 p.

En 2019, j’ai eu la chance d’être lauréat du Prix Jeune chercheur de la Fondation des Treilles pour un projet de recherche postdoctorale sur les controverses autour du hasard dans les lettres et les arts du XXe siècle.

Ce projet constituait alors une suite directe de ma thèse de doctorat sur le roman divinatoire des années 1960, thèse soutenue en 2016 à l’université Paris Nanterre sous la direction de William Marx. D’un côté, il s’agissait grâce à ce Prix de contribuer aux travaux du projet ALEA (« Figurations/Configurations artificielles du hasard »), dirigé par Anne Duprat, professeure de littérature comparée à l’Université de Picardie Jules Verne, et financé à ce moment-là par la MESHS de Lille ainsi que l’Institut universitaire de France. De l’autre, le soutien de la Fondation des Treilles me permettait d’envisager la publication d’une version remaniée de ma thèse dans une maison d’édition réputée.

C’est ainsi que Romans du hasard est paru en août 2019 aux Presses universitaires de Rennes. À partir de l’étude croisée de quatre romanciers des années 1960 (Italo Calvino, Julio Cortázar, Philip K. Dick, Marc Saporta), j’ai tâché de reconstituer l’imaginaire du hasard d’une époque. Tout au long du XXe siècle, le hasard a fasciné les avant-gardes artistiques (que l’on pense à Dada, au surréalisme, ou encore à la musique stochastique). Ce mouvement général se manifeste, dans les années 1960, par des formes d’hybridation esthétique : entre la physique quantique et le bouddhisme zen, entre l’ésotérisme et la cybernétique, etc. Des artefacts divinatoires (les tarots, le Yi King) sont alors utilisés comme des générateurs textuels aléatoires, des proto-ordinateurs en somme.

J’ai écrit ce livre car ce moment de rencontre entre la superstition populaire et la littérature, réunies autour de l’idée de hasard, porte déjà en germe – il me semble – certaines des grandes tensions philosophiques contemporaines : la machine comme outil de prédiction (les Big Data ne nous ramènent-ils pas chez Madame Irma ?), l’amalgame de la technologie et du mysticisme (le transhumanisme ne cherche-t-il pas sa pierre philosophale ?), la fin de la linéarité du texte (principe même de l’hypertexte, et d’Internet de manière générale), ou encore les aspirations décoloniales d’une partie de la planète (le hasard comme forme de contestation du logos de la philosophie occidentale).

Depuis la publication de Romans du hasard, je poursuis toujours mes recherches au sein du projet ALEA, qui est désormais financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR-19-CE27-0006) ; et c’est un grand plaisir de pouvoir continuer, dans ce cadre, à bénéficier du soutien de la Fondation des Treilles, notamment pour le développement d’ASTERION, un serious game narratif à l’intersection des sciences cognitives et des théories de la fiction développé par Demian Battaglia (CNRS-Institut de Neurosciences des Systèmes-U. Aix-Marseille), OIivier Caïra (IUT Evry/EHESS), Anne Duprat (CERCLL-UPJV/IUF), Alexandre Gefen (CNRS-THALIM Paris-3) et moi-même.



Citer ce billet
ldiebold (2021, 22 juin). Témoignage de Sébastien Wit, Prix jeune chercheur 2019. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv5c

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search