L’Etat en Europe méridionale XVIIe – XXe siècle

Colloque organisé par Georges Deterlis du 30 août au 3 septembre 1987

Communications

Structures étatiques et forces intégrantes

  • Edward N. Malefakis : Southern Europe: fondamental dimensions for its historical study.
  • Robert Rowland : Intégration politique, articulation des pouvoirs et Etat national en Europe méridionale. XIXe – XXe s.
  • Franco Angiolini : Etat et modernisation des élites.
  • Socrate Petmezas : L’irrédentisme politique et l’unification nationale en Grèce. XIXe s.

Familles, pouvoirs locaux, pouvoir central

  • Osvaldo Raggio : Pour une ethnographie des pouvoirs locaux : formes et variations dans l’organisation villageoise. République de Gênes. XVIIe – XVIIIe s.
  • Lucia Carle : L’Etat au village : formes internes d’organisation politique et attitudes vis-à-vis du pouvoir. Piémont, XVIIIe – XIXe s.
  • Laurence Fontaine : Affaire d’Etat, affaires de famille : les édits de Révocation dans une vallée alpine.

L’Etat, le travail, l’économie

  • Georges B. Dertilis: From tithe to consumption tax: Greece, 1830 – 1940.
  • Jordi Nadal : La structure de l’industrie espagnole (secteurs et régions) en 1900, à partir des données fiscales.
  • Miriam Halpern-Pereira : Etat libéral, artisans et ouvriers au Portugal. 1820 – 1840.

Institutions étatiques et paraétatiques

  • Joaquim Carvalho: Church and normalisation in Portugal. XVIIe – XVIIIe s.
  • Jaime Reis: State and education in nineteenth-century Portugal.
  • Joaquim da Costa Leite : La modernisation de l’armée portugaise et la résistance au service militaire obligatoire. 1855 – 1914.
  • Serge Collet : Etat et mafia en Calabre : le partage du pouvoir ?


Compte-rendu

Pour la troisième année consécutive, la Fondation des Treilles a accueilli en août-septembre 1987 le séminaire consacré à l’histoire moderne et contemporaine de l’Europe méditerra­néenne, rencontres animées dès l’origine par Georges Dertilis, professeur à l’Université d’Athènes, assisté de Stuart Woolf, professeur d’histoire à l’Institut Universitaire Européen de Florence, et de Maurice Aymard, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences sociales. Ce séminaire réunit des chercheurs déjà confirmés (et titulaires de leur doctorat), historiens, anthropologues, sociologues ou économistes (et souvent à la frontière de plusieurs de ces disciplines), originaires de Grèce, d’Italie, de France, d’Espagne et du Portugal pour confronter les résultats de leurs travaux, souvent conduits dans le cadre d’une monographie. L’objectif est à la fois de faire connaître des enquêtes toutes récentes ou en cours, non publiées ou publiées dans des langues non connues des chercheurs des autres pays, de promouvoir au plan international les développements souvent spectaculaires au cours des dernières décennies d’historiographies comme celles de la Grèce ou de l’Espagne et de briser le cloisonnement souvent très fort entre les recherches conduites dans les différents pays.

Ce triple effort de désenclavement, de promotion et de constitution d’une plate-forme d’échanges et de discussions apparaît en effet comme la condition de l’élaboration, pour l’analyse des transformations historiques ou récentes des sociétés méditerranéennes, d’une problématique qui leur serait propre, et qui ne soit plus la simple comparaison, en termes d’avances et de retards, avec celles des sociétés de l’Europe du Nord-Ouest.

Les séminaires de 1985 et de 1986 avaient gardé une dimension volontairement informelle de présentation des travaux en cours et d’identification des convergences possibles. En 1986-87, la Fondation des Treilles a pu apporter, sous la forme d’une bourse de deux ans, une aide décisive à six chercheurs des différents pays, travaillant dans des directions assez voisines. Pour le séminaire de 1987, un thème avait été fixé à l’avance et la discussion préparée par la rédaction de communications qui avaient circulé à l’avance entre les participants, dans la perspective de la publication d’un livre, analysant la mise en place de l’État moderne dans l’Europe méditerra­néenne, les spécificités de ces formations étatiques et notamment leurs relations, souvent complexes, avec les pouvoirs traditionnels.

Au point de départ de cette rencontre, on retrouve le malaise éprouvé par de nombreux chercheurs, étudiant le passé et le présent des sociétés méditerranéennes, devant des schémas d’explication et de mise en perspective historique souvent anciens, mais renforcés et affinés dans le contexte des années cinquante et soixante : à une « modernisation » rapide de l’économie correspondaient alors partout des transformations plus ou moins brutales et bien (ou mal) acceptées de la société – une série de ruptures avec les « traditions » – et un changement de structures politiques imitant le modèle des plus anciens États industrialisés, France et Angleterre en tête.

Ceux-ci montraient donc une voie que les retardataires, ou « late-comers », ne pouvaient que suivre à marches forcées : leur histoire illustrait l’affirmation lente et difficile, mais irréversible, d’une autorité centrale contre les privilèges d’institutions et de groupes sociaux considérés comme anarchiques ou locaux. Rendue nécessaire en France par les résistances de l’Ancien Régime, la Révolution avait pu ou su être évitée en Angleterre grâce à l’adaptation intelligente des classes dirigeantes. Mais, même en France, comme l’expliquait déjà Tocqueville, la Révolution n’avait fait que reprendre à son compte, pour la mener à son terme, l’œuvre amorcée et conduite avec persévérance par la monarchie : elle avait en particulier fait table rase de l’ensemble des privilèges institutionnels, judiciaires, économiques et sociaux avec lesquels L’État absolutiste avait dû composer, se contentant de leur superposer son autorité éminente et de faire respecter sa volonté.

De fait, cet État qui mène le jeu se heurte à deux types de résistances. Celles, tenaces, de certains groupes dirigeants, attachés aux avantages et aux statuts qui étaient les leurs dans une société d’ordres. Celle des classes subalternes – peuple des villes et paysannerie des campagnes – qu’il avait d’abord fallu réduire à l’obéissance (acquise dès la fin du XVIIe siècle) avant de leur inculquer peu à peu les valeurs nécessaires au fonctionnement de l’État-nation. Quand, à la frontière du XVIIIe et du XIXe siècle, l’établissement des régimes représentatifs, puis, tout au long du XIXe siècle, leur démocratisation progressive, font du « peuple » un acteur à part entière de la vie politique, cette insertion a été préparée et rendue possible par un long travail préalable de domestication, d’apprentissage et d’intériorisation de ces valeurs. Un travail dont E. Weber a retracé l’achèvement en France au cours des décennies qui précèdent la guerre de 1914 dans un ouvrage dont le titre original « Peasants into Frenchmen » résume mieux l’ambition que celui choisi pour la traduction : « la Fin des terroirs ».

Le séminaire des Treilles a été consacré à une double remise en question de ce modèle. Celui-ci présente en effet le défaut de schématiser en les idéalisant les réalités sociales et politiques concrètes. Déjà perceptible quand on l’applique à la France et à l’Angleterre, ce défaut devient plus sensible encore, et à la limite paralysant, dès qu’on cherche à l’appliquer à des États de formation plus récente comme la majorité des États méditerranéens.

Sur ce premier point, Georges Dertilis souligne que la définition même de l’État comme agent extérieur à la société qu’il domine et organise, enfermant ceux qui le servent dans la neutralité bureaucratique de l’idéal type wébérien, se révèle, à l’épreuve des faits, abstraite et mécanique. Mieux vaut pour le comprendre voir l’État sous son véritable jour. Lieu de conflits entre individus, groupes et classes, il n’a jamais pu, ni voulu rester neutre, même s’il a tenu souvent le discours de la «neutralité» ou de «l’équilibre» entre les extrêmes. Dépendant du soutien de divers groupes sociaux, comme la noblesse locale (comme l’a montré F. Angiolini) ou, en France, le milieu des « officiers », qui conditionnent la formulation de la politique et le fonctionnement concret de l’administration, il n’est pas davantage autonome, du moins à ses débuts.

L’attachement des communautés locales à leur culture propre et à leurs équilibres internes contraint ce même État à des choix et à des compromis, bien illustrés par les études de cas présentés par Osvaldo Raggio pour l’Apennin ligure, Lucia Carle pour les Langhe du Piémont et Laurence Fontaine pour l’Oisans entre XVIIe et XVIIIe siècles, et par Robert Rowland pour l’ltalie du Sud des années cinquante et soixante. Il peut, bien sûr, imposer à l’occasion son autorité par la force militaire, mais ses interventions coûtent cher, et sont vite utilisées à leur avantage, sur place, par tels groupes contre tels autres. Mieux vaut donc composer, accepter un processus de réciprocité progressive, faite de reconnaissance mutuelle : les représentants de l’État perçoivent la nécessité de négocier et d’adapter leurs propositions, et les notables locaux, qui représentent la communauté sans oublier leurs propres intérêts, médiatisent et interprètent ces demandes externes et n’hésitent pas à les exploiter pour légitimer ou renforcer leur position au sein de la communauté. Au Portugal, comme l’a montré J. Carvalho, l’Église est ainsi restée longtemps plus efficace que l’État.

En Europe méridionale, la faiblesse des États, leur petite taille, l’enracinement profond des privilèges institutionnels et politiques rendirent l’émergence de l’État « moderne » particu­lièrement difficile. La rupture marquée par la période de la Révolution et de l’Empire français ne s’était pas seulement traduite par la destruction des « obstacles » à la modernisation que maintenait l’Ancien Régime, mais aussi par la création consciente d’un idéal de l’État moderne et par l’identification des instruments capables de le forger (conscription, impôts unifiés, économie de marché, idéologie du patriotisme et de l’État-nation…) ; la voie apparaissait tracée, mais la distance à franchir presque démesurée.

Dans un contexte international différent, où la subordination des pays d’Europe méridionale à l’égard des Grandes Puissances se révéla brusquement, les élites de ces nations (en Grèce, en Italie, en Espagne et au Portugal) étaient profondément conscientes du modèle nord-occidental de l’État libéral, mais aussi de l’écart qui le séparait des pratiques sociales des populations locales. Le projet de ces élites était de créer une société bourgeoise, urbaine, individualiste, capitaliste et éduquée. Leurs incertitudes quant à sa faisabilité se révèlent dans les enquêtes statistiques qu’elles lancèrent (ainsi sous l’Empire ou, en Italie, après l’Unité), pour mieux découvrir un peuple paysan, rural, solidaire, autosuffisant et illettré.

La lourdeur de la présence de l’État dans les sociétés d’Europe méridionales ne doit pas seulement être expliquée par la faiblesse financière et économique de ces sociétés (faiblesses accentuées par l’inégalité des termes de l’échange imposés par les grandes puissances), mais aussi par la nécessité que l’État ressentait de s’imposer à des groupes traditionnellement auto-régulés, structurés notamment autour de la parenté et de la communauté. Les tentatives d’acculturation – par la conscription, l’éducation, la pression bureaucratique et les politiques fiscales et industrielles (discutées par G. Dertilis, J. Nadal, J. Reis,J. Leite et S. Collet) – et les difficultés que ces tentatives rencontrèrent, et rencontrent encore aujourd’hui, résultent de cet éloignement des modèles de l’État moderne par rapport aux racines profondément autonomes de ces sociétés méridionales. Comme l’a noté E. Malefakis, cette contradiction est devenue encore plus marquée au vingtième siècle, avec l’introduction de systèmes représentatifs de masse, qui ouvrent au clientélisme sous toutes ses formes un exceptionnel terrain d’expansion.

Ainsi s’explique la nature contrastée des relations entre l’État et la société civile en Europe méridionale où cohabitent les conflits de classe de type « moderne » et le clientélisme réputé « traditionnel ». Or, précisément, aujourd’hui, à l’heure de la décentralisation et du doute sur l’efficacité de certaines interventions de l’autorité publique, le modèle rationnel de l’État semble perdre de son prestige, car coupé des réalités profondes des sociétés qui réaffirment, contre sa prétention à tout contrôler, leur dynamisme propre. La société civile reprend ses droits, et l’on s’interroge un peu partout sur la nature des relations qui doivent s’établir entre elle et des structures d’encadrement politique et administratif que l’unification européenne condamne, en tout état de cause, à évoluer. Après avoir illustré longtemps ce qui apparaissait comme des «retards», l’Europe méditerranéenne tend d’autant plus à imposer dans les faits certains de ses modèles et certaines de ses pratiques à la plupart des grands pays industriels (à commencer par ceux de l’Europe du Nord-Ouest) qu’elle a, au cours des dernières décennies, connu elle-même un développement économique particulièrement rapide (on a parlé tour à tour de « miracle » italien et espagnol, avant de parler aujourd’hui d’un «modèle» italien), et qu’elle a exporté vers eux, encore plus largement que par le passé, ses hommes, leur dynamisme et leur extraordinaire capacité d’adaptation.

Maurice Aymard

Participants

  • Franco Angiolini (Institut Universitaire Européen de Florence)
  • Elias Antonopoulos (Université Ionienne, Corfou)
  • Maurice Aymard (Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales)
  • Lucia Carle (Institut Universitaire Européen – Florence)
  • Joaquim Carvalho (Institut Universitaire Européen – Florence)
  • Serge Collet (Equipe de recherche n° 151 – Technique et Culture – CNRS)
  • Georges Dertilis (Université d’Athènes)
  • Michel Drain (CNRS – Marseille)
  • Laurence Fontaine (Institut Universitaire Européen – Florence)
  • Miriam Halpern-Pereira (ISCTE – Lisbonne)
  • Constantin Kostis (Programme de recherche de la Banque commerciale de Grèce)
  • Joachim Leite (Université Nouvelle Lisbonne)
  • Edward D. Malefakis (Columbia University)
  • Panagiotis Moullas (Université de Salonique)
  • Jordi Nadal (Université de Barcelone)
  • Socrates Petmezas (Programme de recherche de la Banque commerciale de Grèce)
  • Osvaldo Raggio (Institut Universitaire Européen – Florence)
  • Jaime Reis (Université Nouvelle de Lisbonne)
  • Robert Rowland (Institut Gulbenkian Lisbonne)
  • Stuart Joseph Woolf (Institut Universitaire Européen – Florence)