Education et science : un quart de siècle aux Treilles

Texte d’Yves Quéré, Pierre Léna, David Jasmin, David Wilgenbus

 

Liminaire

Le premier texte présenté ci-dessous a été publié en 2010, dans le magnifique ouvrage intitulé La Fondation des Treilles. Ce premier texte faisait le point sur quinze années de collaboration avec la Fondation des Treilles, qui vit ainsi naître puis s’amplifier l’action La main à la pâte. Les participants se rassemblaient le plus souvent autour de quelques membres de l’Académie des sciences.

Nous le faisons suivre d’un second texte plus court, qui concerne la décennie 2010-2020, avec la naissance de la Fondation de coopération scientifique La main à la pâte et le développement de son action. Cette évolution doit encore beaucoup aux Treilles, il est essentiel de le rappeler même si les liens avec les Treilles n’ont plus été aussi permanents que lors de l’envol. Pourtant, vers la fin de la décennie, les Treilles ont à nouveau joué un rôle important dans la naissance d’une action nouvelle, consacrée à l’éducation au changement climatique et greffée sur la Fondation La main à la pâte : l’Office for Climate Education.

 

1995-2010 : une belle aventure née aux Treilles.

Lorsqu’au fil d’une conversation surgit I’expression familière La main à la pâte, bien des Français, mais aussi nombre de personnes de par le monde, associent aussitôt ces mots à l’enseignement de la science aux enfants : un projet un peu fou, né aux Treilles en 1996 et qui depuis fit son chemin en France, en Europe et au-delà. Ce fut en 1996 en effet, lors d’un bel automne provençal, qu’autour de Georges Charpak, tout auréolé de son récent prix Nobel de physique (1992) et passionné par l’éducation des enfants, d’Yves Quéré et de Pierre Léna, la Fondation accueillit la rencontre où naquit ce projet. Des institutrices de classe maternelle, un directeur d’école de quartier très difficile – Vaulx-en-Velin, commune à peine remise de violentes émeutes urbaines -, quelques hauts fonctionnaires, des universitaires – scientifiques, philosophes, sociologues -, dessinèrent avec Albert Jacquard, en quelques jours inspirés, un vaste programme d’action. Pour les invités dans ce lieu merveilleux, étrangement hors du monde et du temps, la plus courtoise des sociabilités parvint à contrebalancer les quelques inhibitions que ne manquait pas de susciter la diversité hiérarchique des participants. Et I’héritage d’Annette Gruner Schlumberger – l’amour du beau, de la science et des enfants – qui transpirait dans le lieu et les livres, inspirait chacun.

La main à la pâte mise en oeuvre à l’école primaire. La trajectoire apparente du Soleil au cours de la journée, cartographiée par les ombres et l’étude de leur longueur.

Il s’agissait d’implanter dans l’école primaire française un enseignement de la science qui réponde à la curiosité des enfants, qui rompe avec l’abandon massif de cette discipline dans une école française exclusivement centrée sur le “lire, écrire, compter”, qui fasse revivre l’antique leçon de choses tout en en modifiant profondément les modalités pédagogiques, qui parle à tous les enfants, en particulier à ceux que leur situation sociale semblait déjà condamner à l’échec. Nous écrivions alors : Comment nos enfants pourront-ils se repérer, et plus encore inventer librement un avenir, si la rationalité, l’expérience sensible du monde réel et l’émerveillement devant l’intelligibilité de la nature leur font gravement défaut ? Trois mois après cette rencontre fut publié chez Flammarion un petit manifeste, intitulé La main à la pâte. Les sciences à l’école primaire, qui voulut porter le débat sur la place publique et qui, en peu de temps grâce à l’aura médiatique de Georges Charpak, devint un succès de librairie. Il proposait une pédagogie où ‘faire de la science’ à un niveau élémentaire était préféré à ‘apprendre de la science’. Même si I’expression ‘main à la pâte’ ne qualifiait qu’imparfaitement une pédagogie où la main et la pensée devaient sans cesse se conjuguer, la dénomination s’imposa vite et demeura… Rien ici de très nouveau sous le soleil, sinon la détermination de ses auteurs à implanter dans toutes les écoles primaires françaises – elles sont près de soixante mille – un enseignement neuf des sciences de la nature, allant de la physique à la biologie, de I’astronomie à la géologie, convergeant dans l’unité de l’approche scientifique du monde, une approche faite d’émerveillement, d’observation, de questionnement, d’hypothèses, de prédiction, d’expériences… L’Académie des sciences apporta aussitôt son soutien, unanime et jamais démenti depuis, à cette entreprise qu’ont poursuivie avec ténacité ses fondateurs : Georges Charpak, Yves Quéré et Pierre Léna, rejoints par bien d’autres scientifiques au sein de l’Académie et au delà.

Lors de i’année scolaire 1996-1997, trois cent quarante quatre classes primaires allaient, dans cinq départements – et particulièrement dans des zones d’éducation prioritaire (ZEP) – mettre à l’épreuve le rêve né lors d’une visite à Chicago, puis aux Treilles, sous l’oeil relativement bienveillant de I’Éducation nationale, grâce à l’engagement de François Bayrou, alors ministre, et de son directeur de cabinet d’alors, Xavier Darcos, qui sera dix ans plus tard ministre de l’Éducation nationale, puis vingt ans plus tard Chancelier de l’Institut de France. Des mallettes de matériel facilitèrent ie travail des maîtres, des formations furent organisées pour eux, des outils pédagogiques importés des États-unis et traduits en français.  

L’enthousiasme de ces pionniers, souvent volontaires, parfois ne l’étant pas mais vite convaincus, démontrait la justesse des orientations initiales. Dans la grande salle des séances de I’Institut, une première distribution de prix récompensa en 1997 les meilleurs travaux des classes engagées. Et depuis, chaque année sans exception jusqu’au dernier en 2021, cet événement rassemble membres de l’Académie des sciences et instituteurs, décideurs et enfants, visiteurs étrangers pour ensemble admirer les travaux et l’inventivité des enfants comme celle de leurs maîtres.

 Le rythme des rencontres à la fondation des Treilles allait désormais accompagner sans faillir la croissance de La main à la pâte, associant de nouveaux partenaires souvent inattendus. Qu’ils dirigent une grande école d’ingénieurs, travaillent à humaniser le tissu urbain, soient élèves à l’Ecole polytechnique affectés à La main à la pâte dans des quartiers difficiles, qu’importait si la passion commune était partagée dans la lumière des Treilles.

 Alors que l’usage et l’avenir de l’Internet n’en était qu’aux balbutiements, c’est encore aux Treilles que naquit à l’automne 1997 l’idée et le plan d’un site Internet destiné à accompagner les professeurs d’école dans leur enseignement scientifique.  Près d’un quart de siècle plus tard, ce site, qui ne cesse d’enrichir la palette de ses offres, reçoit plusieurs millions de requêtes par an et existe désormais en de nombreuses langues, puisque la Chine et l’Amérique latine, l’Allemagne, la Serbie et la bibliothèque d’Alexandrie l’adoptèrent et l’adaptèrent à leurs besoins propres. Nouveauté absolue, il mettait en relation, au quotidien, des scientifiques chevronnés et des instituteurs, les premiers répondant aux questions des seconds, lesquels voulaient se sentir confortés dans leur capacité à accepter les questions des enfants et ne pas rougir de leur répondre : « Je ne sais pas ». Le succès des pionniers, la mise en œuvre d’un site qui irriguait villages ou villes sans se soucier à l’excès de la disponibilité locale de formateurs firent rapidement croître le périmètre de La main à la pâte. Il fallut gérer le succès, et c’est aux Treilles que virent le jour en 1998 les fameux Dix principes qui allaient faire le tour du monde. Concoctés par un mélange improbable d’académiciens scientifiques, de pédagogues et d’acteurs de la politique de la ville, ils devinrent la référence à laquelle chaque instituteur, enseignant la science aux enfants, pouvait mesurer sa pratique pédagogique et l’améliorer. Les Treilles accueillaient cette année-là le grand violoncelliste Yo-Yo Ma, et des suites de Bach accompagnèrent la naissance de ses principes. Au mois de janvier suivant, un grand colloque les rendit publics dans la toute récente Bibliothèque François-Mitterrand.

L’équipe de La main à la pâte avait alors soumis à la Fondation un projet dont la générosité semblait friser l’irréalisme :  accueillir pendant une semaine une session mêlant des scientifiques de très haut niveau – public habituel des Treilles–et des instituteurs de campagne ou de quartiers défavorisés, pour simplement parler science– et pour publier leur dialogue sous forme de Graines de sciences (Editions Le Pommier) ainsi semées à tout vent. Les autorités régissant la Fondation, non seulement acceptèrent ce pari inhabituel, mais le firent dans la durée : jusqu’à l’automne 2004, chaque année, les rencontres se reproduisirent, avant de migrer vers d’autres lieux également généreux.  On put ainsi voir de petits groupes mettre la main à la pâte en expérimentant des mélanges chimiques dans la salle à manger,  en mesurant la distance du Soleii devant la Grande Maison ou en s’interrogeant sur Ia perméabilité du sol provençal dans les ruissellements qui descendent de Calamantran. Désormais, avec le soutien bienveillant et renouvelé de la présidente de la Fondation, Anne Postel-Vinay, les Treilles virent naître et accompagnèrent bien de nos initiatives, fécondées par cet extraordinaire lieu et son accueil.

Des centaines d’instituteurs découvrirent ainsi que la science leur était moins inaccessible qu’ils le croyaient, ou encore que des scientifiques de toutes disciplines, de la physique nucléaire à la systématique du vivant, n’étaient pas des extra-terrestres et pouvaient même être des femmes ! L’impact de ces rencontres fut analysé et il se révéla considérable.

L’inspecteur général de l’éducation nationale Jean-Pierre Sarmant, auteur du rapport du même nom en 1999, et la directrice de l’équipe La main à la pâte, Edith Saltiel, lors d’une session aux Treilles.

Un nouveau et énergique ministre de l’Éducation nationale voulut savoir si La main à la pâte valait la peine et tenait ses promesses. Il missionna donc un de ses inspecteurs généraux pour faire le tour des écoles, encore bien peu nombreuses, qui s’adonnaient aux joies de la science. Le rapport de Jean-Pierre Sarmant fut clair : malgré quelques dérapages, largement dus à une formation insufisante des enseignants à cette pédagogie inhabituelle, I’affaire méritait attention et développement. À l’été 2000, un plan triennal s’ensuivit, qui allait véritablement lancer à grande échelle Lamap, sous ce petit nom familier qui la qualifiait désormais chez les enseignants. “L’enseignement des sciences, dont La main à la pâte a renouvelé les démarches, doit aussi devenir partout une réalité“ déciarait une circulaire ministérielle dans un bel élan volontariste.

Les rencontres des Treilles sont alors I’occasion d’un foisonnement d’idées nouvelles : ainsi en 2000 naît I’esquisse d’une exposition sur l’histoire de I’enseignemenr scientifique en France. Magnifiquemenr réalisée au sein de l’Académie des sciences, I’exposition De la leçon de choses à La main à la pâte, magistralement préparée par Béatrice Ajchenbaum-Boffety, a fait le tour de la France, mais aussi celui de ia planète dans nombre de nos centres culturels à l’étranger, de l’Amérique latine à l’Orient. Peut-être devrait-elle, un jour, venir aux Treilles ?

C’est aussi aux Treilles que se manifeste l’intérêt porté à Lamap hors de nos frontières. Lors de la renconrre de 2000, un enseignant marocain, Rabah Elhosni, est présent, tandis que déjà se dessine I’ouverture vers la Chine. Car au printemps 2001, Ie coup d’envoi d’une durable coopération avec ce grand pays est donné: douze hôtes chinois, dont la vice-ministre de l’Éducation, Madame Wei Yu, sont accueillis aux Treilles où l’admirable équipe de cuisine dut s’adapter à des goûts plus portés sur la dorade que sur le sanglier. Ainsi s’engage un grand effort de rénovation de l’enseignement scientifique élémentaire en Chine, que porteront de nouvelles rencontres, au Pays du Milieu comme à nouveau aux Treilles en 2004. S’appuyant sur le modèle développé en France, des enseignanrs sont formés, des documents traduits et adaptés, un site Internet ouvert: après lesTreilles, des formateurs français sont invités à Nanjing ou Beijing, et découvrent des auditoires passionnés, qui en peu de temps mettent en oeuvre la pédagogie reçue avec un talent étonnant. En 2004 est ouvert aux Treilles un nouveau chantier commun, celui de l’apport des modernes sciences cognitives à l’éducation : nos amis chinois sont très préoccupés par la pression qu’exercent sur les enfants, désormais uniques dans les villes, des parents et une école où il faut réussir à rout prix. Convaincus que, dans I’éducation des jeunes enfants, les facteurs émotifs jouent un rôle majeur, positif ou négatifl, ils écoutent avec attention Stanislas et Ghislaine Dehaene, qui explorent sans relâche les démarches cognirives du cerveau à I’aide de l’imagerie cérébrale. Les chercheurs chinois élaborent bientôt à Nanjing un laboratoire de recherche, mis au service du savoir, mais aussi de l’épanouissement des enfants. En 2008 à Shanghai, devant un parterre impressionnant, Madame Wei Yu rend un vibrant hommage à sa collaboration avec la France et avec La main à la pâte, hommage qu’elle développera dans un livre qu’elle publie en Chine peu après.

Les sollicitations inattendues, venant d’une multitude de pays, ne cessent plus. Il apparaît clairement que La main à la pâte a pressenti, plus tôt qu’ailleurs, ce grand mouvemenr d’interrogation sur la place de la science dans nos sociétés, donc dans l’éducation, qui traverse désormais la planète et qu’elle s’est efforcée d’y apporter réponse. L’Académie des sciences s’organise pour répondre à ces demandes et en 2005 crée en son sein une Délégation à l’éducation et la formation directement issue des engagements de l’Académie autour de La main à la pâte. Il faut alors faire le bilan de dix années d’existence de La main à la pâte, et nous racontons cette aventure en publiant chez Odile Jacob l’ouvrage L’Enfant et la science qui la raconte. 

En 2006, lors d’une inoubliable rencontre aux Treilles, des Palestiniens et des Israéliens épris de paix construisenr, au sein de la Fondation Israeli-Palestinian Science Organisation (IPSO) et avec Lamap, un programme d’éducation afin que la science, universelle par essence, puisse contribuer au dialogue dans cette région déchirée. Hélas ! la violence des affrontements ne permettra pas au projet d’éclore. Depuis cette date I’héritage des idées nées aux Treilles a pris la forme d’une véritable floraison d’actions internationales. L’une d’entre elles concerna l’Union européenne, à la suite d’une rencontre avec Michel Rocard, ancien Premier ministre devenu alors député européen au Parlement de Strasbourg. Séduit par les idées que diffusait Lamap et informé des possibilités de mieux les diffuser en Europe, il convainquit la Commission européenne de lui confier la rédaction d’un rapport, publié en 2007 sous le titre impérieux Science education, now ! Ce rapport déclencha des financements importants au cours des années suivantes et permit à la quasi totalité des Vingt-sept de collaborer avec La main à la pâte.

A partir de 2005, La main à la pâte a connu un changement majeur : des projets pédagogiques, qui jusque-là diffusaient auprès de centaines de classes, en ont tout à coup concerné des milliers, voire des dizaines de milliers. Cette évolution, elle aussi, est née aux Treilles, lors d’un séjour d’études en 2004 qui a débouché sur la publication d’un manuel intitulé « Vivre avec le Soleil » l’année suivante. Le principe de ce projet, et des nombreux autres qui ont suivi, était le suivant : puisque, malgré tous les efforts, environ la moitié des enseignants du primaire demeurent intimidés à l’idée de faire des sciences en classe, pourquoi ne pas leur en faire faire ‘sans qu’ils le sachent’ ? « Vivre avec le Soleil » n’est pas à proprement parler un projet de science… c’est un projet d’éducation à la santé, traitant des graves dégâts qu’une exposition abusive au soleil peut créer. Il repose en grande partie sur des concepts et expériences scientifiques, un enseignement de science donc, mais n’est pas affiché comme tel. Ce projet, en quelques années, a touché plus de 40 000 classes, soit plus d’un million d’élèves ! Plus important encore, pour La main à la pâte, était alors le constat suivant : la grande majorité des enseignants qui l’avaient mis en œuvre déclaraient en substance : « Si j’avais su que c’était de la science, je n’aurais pas osé me lancer… mais désormais, je sais que je peux le faire et je suis prêt à m’impliquer dans de nouveaux projets scientifiques ».

Plusieurs guides pédagogiques pluridisciplinaires, également conçus aux Treilles, ont suivi traitant de questions de société telles que la santé ou le développement durable. Mentionnons-en ici un en particulier, qui eut un grand succès à partir de 2013 : Les écrans, le cerveau… et l’enfant voulut accompagner, par une prise de conscience spécifique, l’émergence d’un usage abusif des écrans de toutes sortes. En effet, si les programmes scolaires mettaient volontiers en avant les fonctions de respiration, de digestion ou de circulation du sang, ils ignoraient totalement les fonctions cognitives, auxquelles s’adressaient, pour le meilleur mais parfois aussi le pire, les écrans. La publication de ce Guide accompagna un avis détaillé sur L’enfant et les écrans, que publia simultanément l’Académie des sciences.

La main à la pâte vole désormais de ses propres ailes, mais elle n’oublie pas tout ce qu’elle doit à la Fondation des Treilles. En 2009, plus d’un tiers des classes primaires françaises bénéficient d’un enseignement scientifique, parfois depuis la maternelle. On retrouve ici la trace d’une intuition formulée dès la rencontre fondatrice de 1996 où Thérèse Boisdon, alors présidente de l’Association des enseignants de maternelle (AGIEM), avait adhéré pleinement aux objectifs de Lamap. Quatre changements des programmes officiels de l’école primaire sont passés (2002, 2005, 2007, 2008), mais la pédagogie et les objectifs de Lamap s’y sont chaque fois retrouvés. Sans doute la formation des professeurs d’école à I’enseignement scientifique demeure-t-elle insuffisante, les centres pilotes qu’a créés Lamap sont trop peu nombreux et souvent fragiles, les évaluations rigoureuses de I’impact de Lamapmanquent, mais les grandes lignes tracées en 1996 n’ont jamais démenti leur pertinence, ni en France, ni en Europe, ni hors d’Europe où depuis 2005 un grand mouvemenr se dessine.

Plus encore, cet élan a atteint le collège, puisque l’Académie des sciences a engagé en 2006 un nouveau chantier touchant les premières années du collège en France et intitulé : Dans le sillage de La main à la pâte. En mars 2007, une rencontre aux Treilles a d’ailleurs fait le bilan d’analyses britanniques et suédoises, avant de dessiner dans le détail l’évolution du projet français, dont les principes fonderont l’enseignement intégré de science et de technologie au collège (EIST) et seront retenus dans les évolutions successives des programmes.

Découvrir et pratiquer la science fait partie de la joie d’apprendre, à côté de celles qu’offrent la musique, la poésie ou le sport. La science ne demande pas seuiement des machines complexes et des formules inaccessibles, elle est aussi à la portée des enfants et de leurs maîtres, elle n’est qu’à peine cachée dans les ruisseaux des Treilles, dans le soleil de Provence ou dans les sauces du cuisinier. La science n’est pas faite que de réponses emplissant l’Internet et les bibliothèques, elle est aussi fraîcheur de questionnement, regard étonné et inrerrogation devant un monde qui ne nous est pas irrémédiablement incompréhensible. La science est mariée avec la langue, et Lavoisier écrivant un traité de nomenclarure chimique, donc de langue, découvrit avec stupeur qu’il y avait fait oeuvre de science, tout comme ceiui qui le premier observa et nomma les oiseaux, les fleurs et les arbres dans leur diversité. Yves Quéré, l’un des cofondateurs de La main à la pâte, développa ce lien si particulier dans plusieurs ouvrages, tel que Langue et science, paru chez Plon en 2014 avec Alain Bentolila comme co-auteur.

La science est oeuvre de beauté, oeuvre de raison dans un monde où parfois celle-ci vacille : c’était la leçon déjà de cette Grèce antique dont les paysages et les colonnes des Treilles sont partout l’écho. C’est bien la leçon que donne encore l’observatoire qu’installa la Fondation dans son plus grand champ de lavande, en écho aux sessions de Lamap : son modeste télescope s’ouvre par les nuits de Provence, et le ciel entier est là, sous la main. La science est aussi universalité par-delà les cultures, et nous ne manquions jamais, lors de nos rares échappées hors des intenses sessions de travail, de rendre visite à la Tête Olmèque. La science esr enfin éthique et l’admirable Tissu de mensonges, que peignit Max Ernst et qui fut longtemps à Barjentane, qualifierait bien mal sa recherche du vrai.

Ainsi, La main à la pâte a tenté d’être fidèle à cette vigoureuse et douce injonction de la fondatrice des Treilles : “Agissez par amour“.

Les Dix principes

La démarche pédagogique

1 . Les enfants obseryent un objet ou un phénomène du monde réel, proche et sensible, et expérimentent sur lui.

2. Au cours de leurs investigations, les enfants argumentent et raisonnent, mettent en commun et discutent leurs idées et leurs résultats, construisent leurs connaissances, une activité purement manuelle ne suffisant pas.

3. Les activités proposées aux élèves par le maître sont organisées en séquence en vue d’une progression des apprentissages. Elles relèvent des programmes et laissent une large part à I’autonomie des élèves.

4. Un volume minimum de deux heures par semaine est consacré à un même thème pendant plusieurs semaines. Une continuité des activités et des méthodes pédagogiques est assurée sur l’ensemble de la scolarité.

5. Les enfants tiennent chacun un cahier d’expériences avec leurs mots à eux.

6.L’objectif majeur est une appropriation progressive, par les élèves, de concepts scientifiques et de techniques opératoires, accompagnée d’une consolidation de I’expression écrite et orale.

Le partenariat

7. Les familles et/ou le quarlier sont sollicités pour le travail réalisé en classe.

8. Localement, des partenaires scientifiques (universités, grandes écoles) accompagnent le travail de la classe en mettant leurs compétences à disposition.

9. Localement, les IUFM mettent leur expérience pédagogique et didactique au service de l’enseignant.

10. L’enseignant peut obtenir, auprès du site lnternet, des modules à mettre en ceuvre, des idées d’activités, des réponses à ses questions. ll peut aussi participer à un travail coopératif en dialoguant avec des collègues, des formateurs et des scientifiques.

2010-2020 Depuis les Maisons pour la science, jusqu’au changement climatique

Lorsqu’en 2010 le gouvernement français engagea le programme appelé Investissements d’avenir, il apparut que se présentait là une exceptionnelle occasion de financer donc d’amplifier l’effort né aux Treilles quinze années auparavant. L’Académie des sciences présenta donc le projet de créer dans quelques universités, mises en compétition, des lieux permanents de rencontre entre professeurs d’école primaire ou de collège d’une part, et scientifiques d’autre part, en s’appuyant sur les principes de La main à la pâte. Le projet, sélectionné pour un budget important, demandait une nouvelle organisation. Il fut décidé de créer pour le gérer une Fondation de coopération scientifique, qui absorba la petite équipe qui développait jusque-là Lamap au sein d’un partenariat entre l’Académie, l’Institut national de recherche pédagogique et l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. La Fondation La main à la pâte vit le jour par un décret pris fin 2011, après avoir été soigneusement préparée lors d’une rencontre aux Treilles un an plus tôt, en présence de Jean-François Bach, alors secrétaire perpétuel de l’Académie. C’est aux Treilles que se dessinèrent ainsi les Maisons pour la science au service des professeurs, dont les premières ouvrirent en 2012, suivies d’une seconde série en 2015, puis d’une troisième à la fin de la décennie, si bien qu’en 2021 ce sont onze Maisons qui sont présentes dans les universités françaises, grandes ou petites comme la Maison en Guyane, ouverte à Cayenne en 2018, ou celle présente depuis 2019 sur le campus de Sorbonne Université à Paris. En 2021, ce sont plus de 10 000 professeurs d’école ou de collège qui participent à la vie de ces Maisons et y rencontrent la science d’une façon libre et souriante.

Le collège, qui avait été l’objet de l’attention des années 2005-2007, mérite un effort supplémentaire, car c’est en effet le lieu d’une sélection sociale qui ne dit pas toujours son nom. Leur problématique est abordée par la création de Zones d’éducation prioritaires dans les années 1990, puis des avatars successifs qu’elles prennent jusqu’aux Réseaux d’éducation prioritaires, rapidement accrus d’un signe REP+ pour marquer un effort spécifique envers les zones, de banlieue ou rurales, les plus deshéritées. Aussi, au milieu de la décennie 2010, la Fondation La main à la pâte décide d’engager un effort plus spécifique envers ces REP+. S’appuyant sur un concours substantiel de la Fondation Bettencourt-Schuler, elle crée un réseau de quelques dizaines de collèges ‘pilotes’, où l’enseignement de science et technologie, les liens avec les scientifiques et des entreprises, un parrainage spécifique et un suivi permanent sont autant d’éléments mis à l’œuvre pour redonner confiance à leurs enseignants et élèves. En 2020, ces collèges, au nombre de 130, couvrent toutes les régions.

En 2015, la tenue à Paris de la Conference of parties (COP) 21 et la signature de l’Accord de Paris marquèrent une importante étape dans la prise de conscience du changement climatique et de l’urgence des mesures nécessaires. Parmi celles-ci, une évolution de l’éducation, qui le prenne en compte, fut actée dans l’Accord (Art.12). La main à la pâte, qui avait déjà publié, comme indiqué plus haut, des guides pédagogiques autour du climat, ne pouvait rester inactive, d’autant plus qu’un rapport de InterAcademyPartnership for science (IAP), organisme international fédérant toutes les Académies des sciences, proposait des pistes, directement inspirées de Lamap, pour mettre en œuvre cet élément de l’Accord de Paris. En 2018, la fondation de coopération scientifique La main à la pâte (Académie des sciences, ENS de Paris et de Lyon) créa donc l’Office for Climate Education (OCE) à Paris, en tant que fondation abritée. En définir précisément les modes d’action furent l’objet de deux séjours d’étude aux Treilles en 2019.

éduquer au changement climatique

Jeunes enseignantes d’Asie du Sud-Est, lors d’un atelier de formation en Malaisie en 2018, autour du changement climatique, organisé par l’Office for Climate Education.(Cliché Lydie Lescarmontier, OCE).

Le séjour d’étude de la petite équipe animant cet Office for Climate Education, sous la direction de David Wilgenbus, s’est déroulé fin août 2019. Un ensemble d’outils pour la classe, réalisé dans une large coopération scientifique et pédagogique de dimension internationale, y fut finalisé et mis en ligne avant la COP25 (Madrid, Décembre 2019) sur le site de l’OCE. Ces outils multilingues d’accès libre sont destinés aux enseignants des écoles primaires ou des collèges et à leurs formateurs. Ils sont conçus en mettant en œuvre les principes pédagogiques de La main à la pâte et sont progressivement disséminés dans les nombreux pays où l’OCE et ses partenaires sont actifs, notamment lors de conférences régionales ou d’actions de formation au plus près du terrain. Lors de la Conférence générale de l’UNESCO de novembre 2019 et sur proposition du gouvernement français, l’OCE reçut le label de centre Unesco de Catégorie 2, un label qui lui offre une audience internationale fortement accrue. Enfin, début 2021, l’OCE devient membre observateur du GIEC, confirmant ainsi la reconnaissance internationale dont jouit l’action de ce jeune Office, déjà très actif en Amérique latine, en Asie du Sud-Est, en Europe et en France.  La France est ainsi un partenaire très actif de ce grand mouvement international qui se préoccupe de faciliter par l’éducation une urgente transition écologique.

Le séjour d’étude de Pierre Léna, à la même période, précisa une réflexion qui avait conduit celui-ci, en partenariat avec de nombreux climatologues, à l’introduction dans les programmes du nouvel Enseignement scientifique, destiné à tous les élèves de Première et de Terminale du lycée général à partir de la rentrée 2019, d’une importante ‘éducation au changement climatique’ – un autre chantier, ici au lycée, pour l’Office. En 2021, l’Académie des sciences, poursuivant un mouvement qu’elle a initié, crée pour les lycées un Prix. Il récompense annuellement les mises en œuvre les plus conformes aux objectifs de cet enseignement, qui veut préparer les citoyens de demain aux grands enjeux dont la science porte le diagnostic et aux solutions desquels elle contribue. 

Henri Latreille (Université de Lyon-I), Pierre Léna et Georges Charpak aux Treilles en 1997.

 

 



Citer ce billet
ldiebold (2021, 3 juin). Education et science : un quart de siècle aux Treilles. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv5b

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search