L’atelier Proust, Hypertexte de la Belle Epoque : vers l’édition numérique de la correspondance / Toward a Digital Edition of Marcel Proust’s Correspondence

Séjour d’étude organisé par Françoise Leriche (Université de Grenoble Alpes) du 26 juin au 1er juillet 2017

 

Lettres de Marcel Proust et de Lucien Daudet conservées à la Fondation des Treilles

À l’été 2017, des chercheurs réunis pour un séjour d’étude consacré à l’édition numérique de la correspondance de Proust ont eu la surprise de retrouver leur auteur sur les hauteurs du Var : quatre lettres manuscrites de l’écrivain sont en effet conservées à la bibliothèque des Treilles. Adressées à « Mon cher Léon » et « mon cher Albert » sur des supports divers (papiers à lettres avec ou sans bordure de deuil, carte de visite), ces quatre missives étaient d’autant plus intrigantes que leurs destinataires, Léon Bailby (1867-1954) et Albert Flament (1877-1956), restent relativement méconnus des proustiens : Philip Kolb, éditeur de la monumentale Correspondance de Proust (Plon, 1970-1992, 21 vols.), n’avait retrouvé que deux lettres à Bailby, et aucune lettre à Flament. Figures importantes du journalisme et du monde parisien de la Belle Époque, Bailby et Flament se sont rencontrés en 1897 et ont vite formé un couple qui dura des décennies. Proust les côtoya surtout vers la fin des années 1890, période d’intense activité mondaine pour l’écrivain qui n’avait pas encore trente ans. Les lettres à Flament conservées aux Treilles, datant de 1905 à 1913, attestent d’une durable affection, Proust ne signant « Marcel » que dans les échanges avec ses amis les plus proches, et n’envoyant ses « tendresses » qu’à un nombre encore plus restreint. La lettre à Bailby, qu’il est possible de dater précisément du 9 décembre 1914 grâce à une référence à un article du destinataire (Proust ne datant presque jamais ses lettres), fournit quant à elle de précieux renseignements sur les soucis de l’écrivain pendant les premiers mois de la guerre. Durant cette période, l’écrivain à la santé fragile, quasi-confiné dans son appartement du 102 boulevard Haussmann, multiplie les démarches pour éviter d’avoir à passer un examen de contre-réforme, qui impliquerait un examen médical. Il interroge des connaissances qu’il considère bien placées pour essayer de clarifier sa situation, lui qui avait été rayé des cadres des officiers de réserve en septembre 1911. Léon Bailby, directeur du journal L’Intransigeant mais aussi officier de réserve après avoir été dans sa jeunesse « si joli cavalier » d’après un souvenir évoqué par Proust, est au nombre des personnalités sollicitées, comme le sont le docteur Samuel Pozzi, chirurgien prisé du gratin parisien, ou le journaliste et homme politique Joseph Reinach. Cet ensemble de lettres a fait l’objet d’une publication scientifique par Françoise Leriche et François Proulx dans le Bulletin d’informations proustiennes de 2018.

La bibliothèque des Treilles recèle un autre trésor pour les proustiens et autres chercheurs férus de cette période. Au sein d’un important fonds Albert Flament, qui rassemble d’innombrables manuscrits, dactylographies et épreuves des articles et des chroniques qu’Albert Flament écrivit pour divers journaux et revues, se trouve plus d’une centaine de lettres adressées à Albert Flament par Lucien Daudet (1878-1946), fils d’Alphonse et frère de Léon Daudet. Lucien Daudet, ami intime de longue date et figure majeure dans la correspondance de Marcel Proust, y est rendu artificiellement muet par l’absence de ses lettres : si on dénombre plus de 150 lettres de Proust à Daudet entre 1895 et 1922, une demi-douzaine seulement de celles de Daudet à Proust semblent avoir survécu. Dans ses lettres à Albert Flament, son ami intime depuis l’adolescence, Lucien Daudet recouvre ainsi sa voix : un lecteur avisé, observateur perspicace de la vie mondaine avec un sens de l’humour acéré (« Depuis Anna Brancovan, ils se croient tous obligés de faire leur “prière au soleil”, et Maurice Rostand prend pour rayons de soleil les mèches de sa chevelure passée à la camomille allemande ! », 18 octobre 1912). La moitié des lettres conservées aux Treilles date de la guerre : Daudet fait lui aussi appel à Léon Bailby pour son examen de réforme en 1915… Après deux ans passés à la Croix-Rouge à Tours, il est muté à l’inspection des cantines du front en 1917 (« Oh! Albert, comme je t’ai regretté : nous n’avions guère vu que le Purgatoire, j’ai vu l’Enfer—des choses sans nom, dans un paysage où ne restait même plus la silhouette d’un arbre… Difficile à écrire. Je te raconterai—mais je verrai toute ma vie cette main verte et durcie qui sortait de la neige. Grand soleil là-dessus. » 1917).

Pour les éditeurs de la correspondance de Proust, ces lettres que Lucien Daudet expédie régulièrement à Albert Flament constituent un contrepoint particulièrement riche et utile aux missives de Proust, qui sont rarement datées. Leur dépouillement et leur transcription ont été effectués lors d’un deuxième séjour à la Fondation des Treilles en mars 1918.



Citer ce billet
ldiebold (2021, 1 juin). L’atelier Proust, Hypertexte de la Belle Epoque : vers l’édition numérique de la correspondance / Toward a Digital Edition of Marcel Proust’s Correspondence. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv59

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search