De la beauté

Séminaire organisé par Laurent Martin du 3 au 8 mai 2021.

 

Participants

ABOUDRAR Bruno-Nassim (Université Sorbonne Nouvelle), ALEXANDRE Ivan (Metteur en scène et journaliste, en visioconférence), BERTHET Dominique (commissaire d’exposition, en visioconférence), BRUGÈRE Fabienne (université Paris Lumière, Paris 8), GODIN Christian (philosophe), LAURENT Pierre-Joseph (Université catholique de Louvain), MARTELLA Marco (Editions des pommes sauvages), MARTIN Laurent (Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle), ORY Pascal (Académie française), PALMA Paola (THALIM, UMR 7172 Paris), RUDOLF Geneviève (Citadelles & Mazenod), SEBTI  Meryem (En visioconférence), VEZYROGLOU Dimitri (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), MEILLON Garance (Auteure).

 

Résumé

Le séminaire qui s’est tenu du 3 au 8 mai 2021 au domaine des Treilles avait pour thème la beauté. Cela pouvait sembler surprenant. Pourquoi, en effet, se préoccuper de la beauté aujourd’hui ? Cette valeur n’est-elle pas périmée, rejetée par la critique moderne et l’art contemporain, ravalée au rang de supplétif du marché universel, méprisée par nos civilisations fonctionnalistes qui ne la considèrent qu’à l’aune des profits qu’elles peuvent en tirer ? Mais peut-être justement est-il temps de repenser la beauté et même de la réhabiliter. Sans doute ne s’agit-il plus de la penser sous la forme de l’universel et de l’invariant ; non plus, à l’inverse, de la croire intégralement subjective et incommensurable d’un individu à l’autre. Il existe des régimes de beauté comme il existe des régimes d’historicité et la notion apparaît essentiellement relative dans le temps et l’espace. Pour autant, des questions qui se posaient à son sujet voici cent ou mille ans éveillent d’étranges échos en ce début de XXIe siècle : le jugement esthétique est-il également un jugement moral ou politique ? La beauté est-elle nécessairement harmonieuse ? L’art peut-il se passer de la beauté ? La réflexion sur des questions aussi vastes se devait d’être collective et associer des spécialistes – voire des non spécialistes – venus de divers horizons géographiques et disciplinaires qui ont convergé en ce lieu que son incroyable beauté prédisposait à accueillir un tel débat.

 

Abstract 

The theme of the seminar held from May 3 to 8, 2021 at the Domaine des Treilles was beauty. This may seem surprising. Why, in fact, should we be concerned with beauty today ? Isn’t this value outdated, rejected by modern critics and contemporary art, downgraded to the rank of a substitute for the universal market, despised by our functionalist civilizations that only consider it in terms of the profits they can make from it ? But perhaps it is time to rethink beauty and even to rehabilitate it. Without doubt, it is no longer a question of thinking it in the form of the universal and the invariant; nor, conversely, of believing it to be entirely subjective and incommensurable from one individual to another. There are regimes of beauty as there are regimes of historicity and the notion appears essentially relative in time and space. For all that, questions that were asked about it a hundred or a thousand years ago awaken strange echoes at the beginning of the 21st century: is aesthetic judgment also a moral or political judgment ? Is beauty necessarily harmonious ? Can art do without beauty ? The reflection on such vast questions had to be collective and involve specialists – even non-specialists – from various geographical and disciplinary backgrounds who converged in this place that its outstanding beauty predisposed to host such a debate.

Compte rendu
La rencontre dont j’avais conçu le projet voici trois ans a rassemblé une douzaine de participants du 3 au 8 mai 2021. Pour la plupart sinon pour la totalité d’entre nous, c’était la première fois que nous prenions part à une manifestation scientifique collective depuis le déclenchement de la pandémie de covid. Le jour du voyage et de notre arrivée a d’ailleurs coïncidé avec la levée des restrictions de déplacement en France. C’est dire que cette rencontre a pris des allures de libération. Échapper à son logement et à son quartier. Rencontrer des gens. Discuter avec eux autrement que par écran interposé. Nous en avions longtemps rêvé et voici que ce rêve devenait réalité. Un parfum de liberté retrouvée et tout simplement de bonheur d’être ensemble dans ce lieu idyllique a flotté sur cette semaine qui fut une parenthèse enchantée dans nos vies. La prévenance et l’efficacité de Guillaume Bourjeois et de ses équipes ont grandement contribué à la réussite de cette rencontre.

Certes, tout ne s’est pas déroulé exactement comme prévu. Quelques invités ont déclaré forfait ; d’autres n’ont pas pu faire le déplacement. Trois conférenciers empêchés pour des raisons diverses de nous rejoindre sont intervenus par vidéo – le dispositif a globalement bien fonctionné, même si cela ne remplace évidemment pas la présence réelle, la parole incarnée. Mais l’imprévu a aussi, parfois, tourné en notre faveur. La présence sur place d’une jeune écrivaine, Garance Meillon, en résidence d’écriture aux Treilles, a heureusement comblé un manque dans les thématiques abordées au cours de la semaine. Faisant écho tant aux conférences du matin sur le cinéma qu’à celle de l’après-midi sur les écrivains voyageurs, sa lecture, le dernier jour, d’extraits de l’un de ses romans suivie d’un échange avec le groupe a été la meilleure conclusion que nous pouvions donner à cette rencontre.

Ainsi, ce qui pouvait sembler au départ un défaut – le nombre relativement faible de participants – s’est-il révélé à l’arrivée une qualité. Pas seulement parce que cela répondait au protocole sanitaire que nous avons, je crois, bien respecté, même si cela passait par l’absence, regrettable, de soirées organisées à la Grande Maison. Surtout, parce que cela laissait du jeu, une marge importante de liberté ; si je devais organiser une nouvelle rencontre aux Treilles, j’essaierais de ne pas dépasser le nombre de participants qui fut celui de cette semaine, soit douze au total. Avec deux communications le matin et une en fin d’après-midi, les participants avaient le temps de faire autre chose que de rester assis à écouter des conférences ; ils ont pu lire, se reposer, se promener, travailler aussi (la vie professionnelle ne s’arrête pas pendant que nous sommes aux Treilles, on peut le regretter mais c’est ainsi). Du coup, lorsque nous étions présents pour les conférences, nous l’étions réellement, pleinement. La qualité d’écoute et de discussion fut excellente et je pense que cela est dû en partie à ce rythme que les circonstances nous ont imposé. Évidemment,  avoir douze participants suppose de lancer une quinzaine d’invitations en tablant sur cette triste régularité statistique qu’au moins deux ou trois invités renoncent à venir…

Si j’en viens maintenant au bilan intellectuel et scientifique de cette rencontre, je commencerai par reconnaître que nous n’avons fait qu’effleurer ce thème très vaste qu’est la beauté. Le parti pris avait été résolument pluridisciplinaire : un anthropologue, un historien des jardins, un chercheur en arts plastiques, un autre en esthétique, deux philosophes, trois historiens composaient le parterre académique ; auxquels ont répondu deux éditrices (de livres d’art et d’une revue d’art), un metteur en scène et musicologue, une écrivaine du côté des praticiens. Les Français étaient majoritaires et les échanges se sont fait en français mais nous comptions un Belge, un Italien et une Marocaine parmi les participants. Plus d’hommes que de femmes, pas vraiment de « jeunes chercheurs », quasi-absence de représentants des mondes extra-européens, la composition du groupe aurait pu être plus diversifiée.

La première journée a posé les bases de notre discussion commune. L’anthropologue Pierre-Joseph Laurent a exposé le problème que pose la beauté dans plusieurs sociétés coutumières ; le philosophe Christian Godin a dessiné la trajectoire historique d’une beauté autrefois dominante qui serait aujourd’hui résiduelle ; l’historien des jardins Marco Martella a estimé que le souci contemporain du jardin comme écosystème évacuait à l’excès le souci de l’esthétique. La deuxième journée fut consacrée à l’art. L’historien d’art Bruno-Nassim Aboudrar a contesté l’idée d’un rapport limpide à la beauté qui aurait existé à l’époque moderne, en montrant que même les toiles du classicisme français étaient travaillées par une inquiétude sourde quant à la mort et à la corruption ; la philosophe Fabienne Brugère a analysé ce qu’elle appelle la « banalisation de la beauté » au 19e siècle à travers les cas d’Édouard Manet et de Berthe Morisot ; le chercheur en arts plastiques Dominique Berthet est revenu sur l’évolution du rapport à la beauté de l’art occidental jusqu’au 20e siècle. La troisième journée fut en réalité une matinée, au cours de laquelle trois « praticiens de la beauté » sont intervenus : Geneviève Rudolf nous a parlé de l’édition d’art, Meyriem Sebti d’une revue d’art marocaine, Ivan Alexandre d’un oratorio de Haendel qui  présente la Beauté sous les traits d’une allégorie. La quatrième et dernière journée fut partagée entre le cinéma et la littérature. Les historiens du cinéma Dimitri Vezyroglou et Paola Palma ont présenté l’un la nouvelle problématique de la beauté au temps des industries culturelles et de la culture de masse, l’autre la construction du mythe de la beauté italienne dans la seconde moitié du 20e siècle. L’après-midi, j’ai parlé des écrivains-voyageurs entre la fin du 19e siècle et le début du 21e et de leur rapport à la beauté fragile du monde ; et Garance Meillon nous a lu quelques extraits de son roman La Douleur fantôme qui faisaient écho à nos discussions de la journée et de la semaine.

Je crois pouvoir dire que cette rencontre fut une réussite sur tous les plans. Ce qui me donne évidemment envie de récidiver avec d’autres rencontres du même type sur des thèmes variés mais qui pourraient tous s’inscrire dans un « cycle du bonheur » (le rêve, l’utopie, l’amour, l’amitié…) pour lequel les Treilles seraient l’écrin idéal.

J’ai proposé aux participants de trouver un éditeur qui accepte de publier les actes de cette rencontre – complétés peut-être par deux ou trois papiers supplémentaires – dans un délai relativement bref. Ce serait un titre qui pourrait s’inscrire dans la série des Entretiens des Treilles de Gallimard si celle-ci était relancée.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search