Genèse d’une publication aux Treilles – Daniel Grojnowski

Les Arts incohérents et le rire dans les arts plastiques – Daniel Grojnowski, en collaboration avec Denys Riout, Corti, 326 p., 2015.

 

Il y a quelques jours, un galeriste nous a invités à voir en visite « privée » une bonne quinzaine de tableaux qui avaient été exposés dans les années 1880 aux Salons des Arts incohérents (quelques-uns sont désormais visibles sur l’internet).  J’ai été d’autant plus émerveillé que je les croyais tous à jamais disparus et que je ne les avais connus que sous des formes de gravures publiées dans des catalogues. Or il s’agit bel et bien de tableaux dignes d’être toujours appréciés — et puisse le musée d’Orsay acquérir ces petits chefs-d’œuvre de la fantaisie « fin de siècle » qu’on dit parfois (non sans candeur) pré-dadas !

Quand j’ai été accueilli dans le domaine des Treilles en 2012 pour un séjour de deux mois, j’avais amassé d’innombrables notes, dossiers et photocopies composant un fatras où je n’osais plus me hasarder. Il provenait de travaux antérieurs : séminaires sur le comique à l’université de Paris VII (Jussieu), article pour la revue de Pierre Bourdieu, Actes de la recherche en sciences sociales, invitation pour une journée d’étude au Mamco de Genève. L’accueil si bien organisé des divers responsables du lieu comme la mise entre parenthèses de la vie professionnelle et familiale m’ont permis de mettre les choses au clair et de rédiger jour après jour l’ouvrage que le responsable des éditions José Corti avait accepté d’envisager : heureux temps !

Le séjour doit évidemment différer selon les individus et leurs projets. Pour ma part je devais dresser le panorama d’expositions considérées à juste titre comme marginales, alors que les peintres « indépendants » — les impressionnistes — rompaient avec l’art officiel du Salon. J’ai donc organisé des journées relativement « monacales », réglées et scandées selon les moments : lectures, rêveries, rédaction, sans oublier les contacts à la bibliothèque des Treilles (« Bonjour, Mesdames ! ») comme dans l’un des cafés de Tourtour. Sans oublier non plus les visites alimentaires qui m’étaient annoncées par des chansons engagées-sifflotées, rompant avec la paix excessive de mes journées. Sans oublier enfin les interminables balades dans un territoire où foisonnent les splendeurs et les senteurs d’une Provence amie : ses oliviers, ses vignes, ses trop rares amandiers, ses figues d’automne ou ses hordes de sangliers affolés — ses murettes genre « bories » et ses sculptures de rencontre, de Max Ernst à Takis, que je ne me lassais pas d’admirer.

C’est ainsi que l’accueil des unes, des uns et des autres, leur disponibilité et leur bienveillance inoxydables m’ont permis, en avançant pas à pas, de clarifier un projet qui était depuis longtemps demeuré en instance.



Citer ce billet
ldiebold (2021, 26 avril). Genèse d’une publication aux Treilles – Daniel Grojnowski. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv54

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search