La Bibliothèque des Treilles ou le regard d’un mécène : une ressource pour l’histoire de l’art – Brigitte Gilardet

On évoque souvent aujourd’hui avec intérêt les bibliothèques d’artistes, mais le regard d’un mécène et ses références – puisées notamment aux sources de sa bibliothèque – me semblent tout aussi passionnants. La bibliothèque d’un mécène est, comme celle d’un artiste, « un ensemble de titres (de livres, de revues, de fascicules…) ayant appartenu à un artiste, quel que soit son domaine d’expression, et susceptibles d’avoir été lus, feuilletés ou consultés par ce dernier[1] ». Pour poursuivre ce parallèle, cela inclut également les ouvrages reçus, les publications (catalogues d’exposition, essais ou autres éléments de littérature artistique) traitant de l’œuvre des artistes dont le mécène collectionne les œuvres, ou qui souhaitent attirer son attention, autant d’ouvrages qui témoignent de la réception des œuvres, de leur public, mais aussi des éditions illustrées, des livres de peintre ou « de création », autant de trésors cachés[2], des livres-objets, des revues d’artistes dans lesquels ces œuvres sont reproduites.

Le fonds de la bibliothèque des Treilles comprend tous ces types de documents et ouvrages réunis par la fondatrice, Anne Gruner Schlumberger[3], mais le fonds s’est également enrichi depuis grâce à des dons ultérieurs et au rapprochement de divers fonds, comme l’a précisé sa conservatrice, Valérie Dubec : on voyage ainsi dans les domaines de l‘histoire de l’art et de la littérature, des années 1920 aux années les plus récentes, mais aussi dans des domaines plus larges encore puisque le fonds rassemble notamment  les travaux et les traces des artistes, écrivains, musiciens et scientifiques qui ont pu séjourner aux Treilles.

Les références visuelles de la fondatrice prédominent dans le décor qui vous accueille et vous absorbe : entre deux confinements en octobre, alors que je devais mettre en forme la « conversation » menée avec 38 commissaires d’exposition en chair et en os, j’ai disposé d’un isolement redoublé dans une nature organisée par Anne Gruner Schlumberger, avec, devant la porte, les sondes de Takis pour témoins. Un retour vers soi, dans un isolement relatif, en tête-à-tête cette fois avec les sculptures du domaine, ses arbres et les ouvrages de sa bibliothèque. J’étais venue consulter quelques catalogues parmi la multitude de ceux évoqués par les commissaires d’exposition et que j’avais repérés sur le catalogue en ligne. Me plongeant dans les références visuelles d’un mécène, j’ai découvert un tout autre univers : c’est ce « grand atelier du midi » où « sous le soleil exactement » se découvre la création : une création native ou importée, qui se développe précisément dans cette région du bassin méditerranéen, où les artistes de toutes époques et de toutes origines, invoquent sa lumière si vive, qui les stimule et suscite souvent leur installation ou leur séjour prolongé dans la région. La petite peinture de chevalet y devient magique, comme les œuvres de Victor Brauner, si présentes aux Treilles et célébrées tant au sein de la Collection Gruner-Schlumberger exposée à Toulouse cette année et saluée par la critique, ou à Paris, au musée d’art Moderne (le MAM), qui consacre actuellement une rétrospective à cet artiste unique.

Et puis les fonds consultés (notamment un lot « années vingt-trente : invitations, programmes, cartes de visite »), me lançaient vers d’autres pistes de recherche, notamment sur un laboratoire de théâtre « pour l’affirmation et la défense d’œuvres modernes » de l’entre-deux guerres (le laboratoire Art et action), me rapprochant tout près, par un curieux détour, de mon lieu de résidence habituelle : l’occasion d’évoquer un art littéraire et théâtrale, éphémère, qui a fait la part belle aux décors de papier, aux costumes à transformation, aux masques et aux jeux de lumière. Tout un univers.

[1] Ségolène Le Men, « Les bibliothèques d’artistes : une ressource pour l’histoire de l’art », Perspective [Enligne], 2 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 30 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/perspective/6872 ; DOI : 10.4000/perspective.6872

[2] « Trésors cachés d’une bibliothèque : les livres d’artistes de la Fondation des Treilles » : exposition à Aix-en-Provence, Galerie d’art du Conseil général des Bouches-du-Rhône, du 6 mars au 1er juin 2014.

[3] Danièle Giraudy, «  Le regard d’un mécène : la collection d’Anne Gruner Schlumberger pour la Fondation des Treilles : Arp, Brauner, Dubuffet, Ernst, Fautrier, Giacometti, Lalanne, Laurens, Léger, Matta, Picasso, Takis et les autres », Tourtour : Fondation des Treilles, 2005.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search