Introduction à l’Histoire des sciences

Colloque organisé par Michel Serres en juillet 1986, février et juillet 1987

Participants

  • Michel Authier (CES Pierre Mendès-France, Paris – Mathématiques)
  • Geoffroy Bowker (CSI/Ecole des Mines – Géologie, Géophysique)
  • Paul Benoît (Université de Paris I – Histoire du Moyen-Âge)
  • Bernadette Bensaude-Vincent (CSI/La Villette – Histoire des sciences)
  • Jean-Marc Drouin (CSI/La Villette – Histoire des sciences de la nature)
  • Catherine Goldstein (CNRS, Orsay – Mathématiques)
  • Bruno Latour (Ecole des Mines – Sociologie des sciences et des techniques)
  • Pierre Lévy (CREA-X – Histoire des sciences)
  • James Ritter (Université Paris VIII – Mathématiques, Histoire des sciences)
  • Michel Serres (Sorbonne – Philosophie)
  • Isabelle Stengers (Université de Bruxelles – Philosophie des sciences)

En 1986 et 1987, trois séminaires d’une semaine ont réuni autour de Michel Serres une dizaine de jeunes spécialistes engagés dans la rédaction d’un livre d’introduction à l’histoire des sciences.

Destiné d’abord aux étudiants, mais aussi aux enseignants et aux chercheurs, ce livre comble une lacune. Il n’existe pas, en effet, de bon manuel en aucune langue dans cette discipline complexe et foisonnante.

L’ambition de ce livre est aussi de montrer qu’il est possible et nécessaire de multiplier les approches : l’histoire des sciences ne se prête pas à une analyse unitaire.

Aussi ne s’agit-il pas d’un résumé de l’histoire des sciences, mais d’une série de contributions dont chacune témoigne d’une démarche originale, appliquée à un sujet concret : l’origine de la géométrie, le cas Pasteur, etc. Le livre met en lumière les liens historiques entre les sciences et les philosophies, littératures, idéologies, langues, arts, religions, etc.

L’origine du projet est une série d’exposés présentés durant l’année universitaire au cours de Michel Serres, transformé en séminaire sous la responsabilité de Michel Authier. Le livre doit être publié en 1988.

Les sessions des Treilles avaient pour objet de discuter collectivement des textes rédigés par chaque participant. Le résultat final n’est donc pas une simple collection de textes juxtaposés, mais une succession de chapitres qui, tout en gardant leur originalité, ont été soumis à la critique (parfois sévère) des autres auteurs.

Communications

  • Babylone – 1800, par James Ritter.
  • Les origines de la géométrie en Grèce, par Michel Serres (Sorbonne). Analyse d’une période de trois cents ans, durée qui équivaut à celle qui nous sépare de Descartes. Pourquoi et comment les Grecs ont inventé la géométrie ? Pourquoi les Grecs n’ont pas inventé la physique mathématique ? Pourquoi, comment la géométrie grecque se conserve-t-elle des origines jusqu’à nos jours ?
  • Archimède ou le canon du savant, par Michel Authier (CES Mendès-France, Paris). Comment un mathématicien d’exception a pu devenir la figure canonique du « savant génial » ?
  • L’époque médiévale : la théologie comme science, par Paul Benoît (Université de Paris I).
  • L’époque médiévale : l’arithmétique des marchands, par Paul Benoît.
  • Les affaires Galilée, par Isabelle Stengers (Université de Bruxelles). Les historiens des « affaires Galilée » s’adressent à Galilée comme celui-ci s’était adressé à son public, pour fonder une thèse sur la science nouvelle, pour discuter de la « rationalité » à laquelle elle répond, ou de sa nouveauté.
  • La réfraction, par Michel Authier. Des Grecs à Descartes, une histoire des conceptions de la lumière. En passant par Lucrèce, Al-Haytham, Robert Grosseteste, Thierry de Freiberg, G.B. della Porta et Kepler.
  • Lavoisier et la « révolution » chimique, par Bernadette Bensaude-Vincent (Centre de recherches en histoire des sciences, La Villette). Une composante mythique de l’histoire de la chimie.
  • L’affinité ambiguë ou l’avènement de la chimie, par Isabelle Stengers. De Fontenelle à la chimie du dix-neuvième siècle. Comment la chimie est devenue le modèle de la science positive, articulant science pure et appliquée, tradition par excellence de la maîtrise rationnelle de l’homme sur la nature.
  • Paris 1800, par Michel Serres. En contrepoint de « Babylone – 1800 ».
  • Histoire de la Terre, par Geof Bowker (Centre de sociologie de l’innovation de l’Ecole des Mines de Paris). La géologie au début du dix-neuvième siècle.
  • De Linné à Darwin : les naturalistes et leurs voyages, par Jean-Marc Drouin (Centre de recherches en histoire des sciences, La Villette). Les voyages forment le naturaliste.
  • « L’un est l’autre » : pour une histoire du cercle, par Catherine Goldstein (C.N.R.S., Orsay). Des textes védiques au programme d’Erlangen de Félix Klein, en passant par les Grecs, Nicolas Chuquet, Descartes, Gauss, etc.
  • « Hétérogénie » ou Pasteur fait l’histoire et les historiens bien des histoires, par Bruno Latour (Centre de sociologie de l’innovation de l’Ecole des Mines de Paris). « Ajouter une spore qui permet de résister à 120 °C et voilà qu’il faut altérer toute l’histoire, redonner de la raison à Pouchet et de l’aveuglement à Pasteur ».
  • Mendeleïev, par Bernadette Bensaude-Vincent.
  • Mendel, côté jardin, par Jean-Marc Drouin. Une image pieuse, aujourd’hui contestée. Où l’histoire de l’agronomie rencontre celle de la biologie.
  • L’industrialisation de la science, par Geof Bowker. La période 1880-1920. La création du laboratoire industriel de recherche. Et un exemple pris dans la période suivante : Schlumberger.
  • Problèmes de physique du vingtième siècle, par Bruno Latour. Autour de la bombe atomique.
  • L’invention de l’ordinateur, par Pierre Lévy (CREA – Ecole Polytechnique). Des années 30 au SSEC d’IBM (1948).

A l’issue de la troisième rencontre, parution de l’ouvrage Eléments d’Histoire des Sciences chez Bordas, collection Cultures, en février 1989