Retour vers le futur : supports anciens et modernes de la connaissance à l’aube du XXIe siècle

Colloque organisé par Jean-Gabriel Ganascia et Jean-Louis Lebrave du 22 au 28 mai 2000.

Participants

Jean-Pierre ARGON (Éditeur, Paris), Denis BLAMONT (Université Louis-Pasteur, Strasbourg), Guy BOY (Institut européen de l’ingénierie et des sciences cognitives, Toulouse), Mary CARRUTHERS (Université de New York), Elena LLAMAS POMBO (Universidad de Salamanca, Espagne), Aurèle CRASSON (Institut des Textes et Manuscrits modernes (ITEM), CNRS, Paris ), Jean-Gabriel GANASCIA (Université Paris VI), Alain GIFFARD (Ministère de la Culture et de la Communication, Paris), Jean-Jacques GLASSNER (CNRS, Paris), Paolo D’IORIO (Institut des Textes et Manuscrits modernes (ITEM), CNRS, Paris), Christian JACOB (Centre Louis-Gernet), Jean-Louis LEBRAVE (Institut des Textes et Manuscrits modernes (ITEM), CNRS, Paris), Éric LECOLINET (Éсоlе nationale supérieure des télécommunications, Paris), Nathalie LEGER (Institut mémoire édition contemporaine, Paris), Jean-Michel OLLÉ (Bibliopolis, Paris), Florence-Marie PIRIOU (Société des gens de lettres de France, Paris), Pierre Yves ROLLAND (Université Pierre-et-Marie Curie, Paris), Michel SERRES (Philosophe), William TURNER (L.I.M.S.I., Orsay). 

Introduction

Aujourd’hui, avec la numérisation des textes, des sons et des images, et leur diffusion par le réseau Internet, nous disposons de nouveaux procédés d’accumulation des connaissances qui vont pro­gressivement compléter, voire peut-être supplanter, les anciens sup­ports de nos mémoires, livres, disques en vinyle, photographies sur Celluloïd… L’ampleur des changements s’annonce considérai e. Et si, comme beaucoup le croient, les modes d’inscription matérielle de la pensée ont une incidence sur les modalités de son élaboration à travers les processus d’écriture et de lecture, on conçoit que les transformations actuelles puissent affecter profondément nos manières de penser. Au cours de ce colloque, nous avons réuni des érudits, spécialistes des anciens supports de nos mémoires (tablet­tes d’argile, rouleaux de papyrus, manuscrits d’auteurs…), et des hommes de l’âge électronique (concepteurs d’interfaces homme-machine, d’hypermédias, d’agents intelligents, etc.) afin d’éclairer le présent par un regard rétrospectif sur les technologies intellectuel­les du passé. À travers cette étude, nous souhaitions saisir les conti­nuités, pointer les ruptures et mesurer l’étendue des évolutions actuelles.

Compte rendu

Pour que des personnes d’horizons, de formations, de cultures, d’âges et de langages aussi variés que celles présentes dans ce sémi­naire confrontent et échangent leurs idées, nous sommes partis du plus narratif, en commençant par une présentation des modes et des supports de mémorisation anciens, pour aller peu à peu, après une réflexion sur les fonctions de scribe, d’auteur et d’éditeur, vers une description des techniques actuelles et des recherches en cours dans les laboratoires. Nous dressons ici quelques jalons significatifs permettant de se faire une idée sur la progression de notre réflexion.

Motivations

Un constat initial s’impose : qu’ils se présentent comme favora­bles ou au contraire critiques, bien des propos relatifs aux nouvel­les technologies de l’information et de la communication se conten­tent d’énoncer bien haut des opinions tranchées, sans se fonder sur des arguments tangibles. Or, les discours convenus et les lieux com­muns sur la révolution de l’Internet, la disparition du livre ou de l’« infosphèrе » ne résistent pas à une analyse de détail. De même, tous les rapprochements hâtifs, qui voient dans les mutations actuelles un équivalent de la naissance de l’écriture ou des débuts de l’imprimerie, apparaissent loin du compte.

Les spécialistes des études sur les hypertextes (Hypertext Studies) font des néo-structuralistes français les précurseurs des bouleverse­ments à venir : Michel Foucault annonce la mort de l’auteur, Roland Barthes préconise un éclatement du texte en lexies, Jacques Derrida souhaite rompre avec la disposition classique du texte dans la page et la linéarité qu’elle impose… De même, le texte fluide disponible à tous moments sur le réseau autoriserait une pluralité de parcours de lecture échappant pour la plupart à la volonté du ou des auteurs.

Or, là encore, à l’analyse, il apparaît que cette proximité entre les penseurs français du « sur-texte » et les théoriciens de l’« hypеrtex­tualité » se construit sur un malentendu : à la « sur-lecture » des premiers, qui enrichit les textes, correspond une « sous-lecture » des seconds, c’est-à-dire une prédigestion qui facilite l’acquisition. Pour éviter de reconduire de telles méprises, nous avons choisi d’enraci­ner la réflexion sur des expériences concrètes et sur une connais­sance de l’histoire des supports. C’est ce fil conducteur qui a servi de guide tout au long de l’organisation et de la tenue de ce col­loque.

Anciens supports de mémoire

À la suite d’une introduction par Jean-Gabriel Ganascia, plu­sieurs exposés suivis de discussions ont abordé les modes d’accès aux anciens supports externes de mémoire.

Après avoir rappelé la place que prenaient les arts de la mémoire dans la formation intellectuelle des clercs au Moyen Age, Mary Carruthers a montré comment ceux-ci exercèrent une influence sur l’organisation spatiale du texte dans la page avant l’invention de l’imprimerie. Dans ce cas, l’écrit ne se contente pas d’enregistrer une parole et de suivre fidèlement le flux continu du discours arti­culé : la disposition rompt avec le fil unidimensionnel de l’oral pour faciliter les opérations mentales de mémorisation.

Sans quitter le Moyen Âge, Elena Llamas-Pombo a abordé la construction visuelle de la parole dans le livre médiéval en s’atta­chant à décrire l’apparition progressive des marques d’oralité et d’intelligibilité que sont les séparations entre mots et les signes de ponctuation. Notons que cette transformation s’opère au moment où la lecture devient silencieuse et où la compréhension des textes ne passe plus nécessairement par leur prononciation. Elle a ensuite montré comment la parole s’inscrit sur le corps, ou plus exactement sur les positions de la main, dans l’iconographie.

Remontant aux origines de l’écriture, en Mésopotamie, Jean-Jacques Glassner a insisté sur la coexistence des cultures écrite et orale, l’une ne se substituant pas à l’autre, ne l’effaçant pas. Ainsi, lors de son apparition, l’écrit ne se contente pas de transcrire la parole, il consigne des connaissances sur l’espace à deux dimen­sions, tout en allégeant, voire en supprimant certaines contraintes syntaxiques nécessaires à l’expression orale.

Nous avons ensuite parcouru la grande bibliothèque d’Alexandrie en compagnie de Christian Jacob; il nous a dépeint les rouleaux, la forme des casiers, la disposition des allées et l’orga­nisation de la classification, en soulignant la proximité de la carte, vision abrégée de la totalité de l’espace, et de cette bibliothèque qui donne un aperçu sur l’ensemble du savoir.

Abordant encore la cartographie, mais sous un jour différent, celui de la géographie, Denis Blamont a fait état des problèmes posés par la télédétection spatiale : là aussi, la carte récapitule sous forme graphique une masse immense d’informations en offrant une perspective d’ensemble à l’œil de l’observateur. Il en a profité pour nous apprendre à lire les mappemondes présentes en exergue aux traités médiévaux. Ces cartes imaginaires résument la topologie de l’ensemble du savoir consigné dans ces ouvrages. Et les discussions portèrent ensuite sur les méthodes de mémorisation en vigueur dans les différentes parties du monde, en particulier dans la tradi­tion hindouiste où elles ne font pas appel à une spatialisation comme dans la tradition occidentale, mais où les textes sont déconstruits en mots, puis en syllabes de façon à être appris par cœur dans une sorte de litanie.

En résumé, tandis que la non-linéarité des hypertextes se donne comme l’une des clefs de la modernité, nous voyons qu’elle est pré­sente dès l’origine dans bien des supports de connaissance et que la disposition dans la page, la présence d’enluminures, la carte, la bibliothèque témoignent toutes déjà d’une forme d’organisation non linéaire bien antérieure au XXe siècle.

Auteurs – éditeurs : ceux qui font les livres

Au moment où tant le statut de l’auteur que la fonction d’édi­teur semblent sinon remis en cause, tout au moins évoluer, nous avons voulu nous pencher sur l’origine historique et juridique des notions d’auteur et d’éditeur.

Qui écrit?

Un exposé de Jean-Jacques Glassner intitulé, de façon évoca­trice, « Le premier auteur, avant Homère » a montré comment, avec la naissance de l’écriture en Mésopotamie, une caste très fer­mée de scribes prit rapidement son essor. Et, même si les textes demeurent anonymes, certaines familles de lettrés se distinguent par leur haute réputation.

Après avoir fréquenté un instant les écrivains de l’Antiquité et du Moyen Âge, puis souligné la dissociation du scripteur (qui écrit sur des tablettes de cire) et de l’auteur (qui lui dicte son texte), nous en sommes venus au statut juridique de l’auteur moderne, tel qu’il s’établit au XVIIIe siècle. Florence-Marie Piriou nous a d’abord exposé la différence entre la notion américaine de « copyright », cessible à un tiers, et la conception française du droit moral, inces­sible et imprescriptible par essence, puis nous avons vu comment la pratique d’Internet remettait en cause ce droit inaliénable de l’au­teur sur ses œuvres puisqu’elle ne respecte pas la mise en page ori­ginale et qu’elle autorise toutes sortes de prélèvements, de copies, de coupures ou de diffusions.

Sur ce point, Alain Giffard nous a décrit les évolutions de la jurisprudence en matière de droits numériques, à la lumière de quelques affaires récentes.

Qui édite ?

À la suite d’une réflexion sur le devenir des auteurs, Jean-Pierre Arbon a expliqué les origines de la crise de l’édition française, en s’aidant d’arguments économiques. En bref, la demande, c’est-à-dire le nombre de livres achetés, demeure stable depuis vingt ans (environ 370 millions de volumes par an) tandis que l’offre est deux fois plus importante et que le coût du papier représente les deux tiers du prix total. C’est ce qui conduit à imaginer des maisons d’é­dition en ligne où l’acheteur peut soit télécharger une version « électronique » de son livre sous forme d’un fichier informatique, soit commander un exemplaire papier qui sera fabriqué à sa demande.

Les œuvres

L’accroissement de la densité des supports autorise désormais un stockage massif d’informations : tout ce qui concerne un auteur connu, depuis les photographies du nourrisson nu sur son édredon jusqu’à ses notes de blanchisserie, en passant par tous ses carnets, ses brouillons, ses ratures, ses errements, ses ébauches, tout peut être mémorisé. Dès lors, comment se débrouiller dans ce fatras ? Comment reconstituer ce qui fait la singularité d’un auteur? Comment circonscrire avec précision ce qui relève de l’œuvre et le dissocier du cours ordinaire de la vie ? Les intervenants ont esquissé quelques approches de ces questions.

Aurèle Crasson a présenté un dossier génétique hypermédia ras­semblant tous les brouillons d’un manuscrit d’Edmond Jabès.

Jean-Louis Lebrave et Jean-Michel Ollé ont envisagé la publica­tion électronique de la Légende de saint Julien l’Hospitalier de Gustave Flaubert sous forme d’une édition génétique hypermédia. Ils nous ont exposé les difficultés économiques auxquelles ce projet commercial se heurtait.

Michel Serres, Jean-Michel Ollé et Jean-Pierre Arbon ont évo­qué le projet d’édition électronique multimédia de l’œuvre intégrale de Michel Serres, comprenant ses textes philosophiques originaux accompagnés de ses notes de relecture, l’auteur aspirant à modifier la pratique philosophique elle-même par l’emploi de ces nouveaux médias électroniques.

À ces tentatives éditoriales, sont venues s’adjoindre deux études gravitant autour de la personnalité d’auteurs.

La première, présentée par Nathalie Léger, aborde les coulisses d’une œuvre (celle de Roland Barthes) avec la description de son fichier et de l’utilisation qu’il en faisait.

Dans la seconde, Paolo D’Iorio a fait état d’un hypermédia appelé Hypernietzsche qui rassemble toute l’œuvre de Nietzsche, c’est-à-dire ses ouvrages et les manuscrits correspondants, et incluant les différentes lectures qui en sont faites, l’appareil critique, toutes les gloses, etc. Selon Paolo D’Iorio, ce site accessible sur Internet devrait devenir le foyer de la vie scientifique dans la com­munauté des chercheurs concernés. C’est autour de lui que tous les chercheurs qui travaillent sur l’œuvre du philosophe pourront rayonner et échanger des informations. Présentée par William Turner, une étude sociologique porte actuellement sur les usages effectifs d’un tel site ; William Turner a aussi évoqué les obstacles et les difficultés méthodologiques de l’évaluation à laquelle procède cette étude.

En conclusion, notons que la non-linéarité de la lecture des œuvres n’est pas nouvelle dans son principe. Gloses, remarques, tables des matières, annotations, bibliographies, index, fichiers etc., autant de notions anciennes qui renvoient à des pratiques de lecture non linéaires. Cependant, les possibilités offertes par l’emploi de supports électroniques ouvrent de nouvelles perspectives à la lec­ture érudite car la consultation de références devient instantanée et indolore.

Au demeurant, une question reste pendante : comment parcou­rir les œuvres, sans s’y perdre, si tous les cheminements sont égale­ment permis ? Faut-il des chaperons, et si oui, comment ceux-ci préserveront-ils la part de l’imprévu dans nos lectures ?

Nouveaux supports

Après avoir exploré les anciennes pratiques et les supports cor­respondants, après avoir parlé des hommes, auteurs ou éditeurs, qui font les livres, après avoir décrit les nouvelles formes que prend la publication des œuvres, nous avons visité quelques-uns de ces antres obscurs où se fabrique le progrès.

Guy Boy a mentionné les travaux qu’il a effectués dans le cadre du laboratoire de la NASA aux États-Unis pour faciliter l’accès à la documentation technique. Il s’agit d’hypеrtextes dont les liens sont « contextualisés » de façon à proposer des parcours de lecture judicieux et adaptés aux besoins de chacun. Notons qu’a l’écoute de cet exposé, Christian Jacob a immédiatement saisi l’intérêt de ces outils pour son propre travail d’historien de l’Antiquité. C’est l’une des nombreuses retombées de ce colloque.

Pierre Yves Rolland a fait un exposé général sur les différentes techniques d’accès par le contenu dans les bases de données multi­médias. L’objectif apparaît simple : accéder à une base d’images sans passer par des mots, mais avec des dessins ou des photos ; trouver un morceau de musique sans donner la référence commer­ciale, mais en chantonnant, en fredonnant ou en sifflotant la mélo­diе correspondante.

Éric Lecolinet a brossé un panorama des procédés de visualisa­tion de l’information et, plus généralement, des perspectives actuel­les en matière d’interaction homme-machine. Toutefois, ces tech­niques ne sauraient s’imposer d’elles-mêmes ; elles doivent correspondre à des pratiques effectives pour que l’usage s’en géné­ralise sans trop de difficultés.  Il convient donc d’étudier les habitu­des pour anticiper les modes d’appropriation des nouveaux objets techniques. Seules les pratiques qui nous apparaissent d’emblée familières et conformes à nos penchants naturels s’imposent sans difficultés. Tout en rappelant l’importance de telles études préalables, William Turner a mentionné le risque de brider l’imagination des ingénieurs, car les nouveaux usages rompent toujours avec les habitudes et requièrent un certain temps avant de se généraliser.

Les apports majeurs

Apport conceptuel

Premier apport de ce colloque, le plus important sans doute, un apport conceptuel : les éléments d’information et les discussions nous ont permis de mieux percevoir les continuités et les ruptures.

Au risque de grossir le trait, nous pourrions résumer les choses de la manière suivante.

D’un côté, la spatialisation de la connaissance, sa représentation visuelle, la volonté de cartographier le savoir pour se le représenter dans une simultanéité, se retrouvent à la fois dans l’Antiquité, avec par exemple les arts de la mémoire, au Moyen Âge, à la Renaissance et aujourd’hui avec les différentes techniques de visualisation. À l’é­vidence, il y a là continuité dans les problèmes rencontrés et les pra­tiques, avec des moyens techniques différents. Cependant, tandis qu’avec les arts de la mémoire, on intériorisait un espace géogra­phique ou architectural pour fixer des souvenirs, avec le bureau du Macintosh ou les espaces virtuels conçus par les informaticiens actuels pour faciliter l’interaction cognitive avec les ordinateurs, la spatialisation demeure totalement extérieure. En bref, si l’espace conserve une part active dans nos opérations cognitives, son rôle change : avec les machines actuelles, nous passons d’une intériori­sation de l’espace extérieur à sa « virtualisation » dans le silicium.

D’un autre côté, la non-linéarité spécifique à l’hypertexte intro­duit une rupture qualitative dans le mode de lecture des œuvres. Certes, nous l’avons vu, ceci ne signifie pas que la non-linéarité est neuve; codex, table des matières, index, etc., tous ces procédés inci­taient à des lectures non linéaires depuis longtemps. Mais l’électro­nique renverse les pratiques : autrefois, la non-linéarité se présen­tait comme un enrichissement, une adjonction à la lecture linéaire imposée comme norme; aujourd’hui, la lecture fragmentée, le morceau choisi, l’extrait, l’éclatement du texte l’emportent sur une lecture continue devenue exceptionnelle. Autrement dit, quand Roland Barthes, dans son essai S/Z, nous engage à parcourir les œuvres selon plusieurs codes, il suppose le texte toujours déjà lu et nous en propose une relecture, ou plutôt une « surlecture » qui enrichit la lecture initiale. En revanche, aujourd’hui, le texte devient illisible dans sa totalité, du fait de son abondance ; seuls quelques extraits judicieusement choisis, et aussi courts que possible, seront lus. C’est donc de la « sous-lecture » minimale nécessaire dont il est question aujourd’hui. En conséquence, l’écrit doit se modifier aussi pour assumer les nouvelles contraintes qui s’imposent à sa récep­tion ; il lui faut demeurer accessible partout, en chacun de ses points, sans présenter d’aspérité ; autrement dit, il doit se fluidifier et s’homogénéiser pour autoriser toutes les segmentations, de sorte que chaque partie demeure lisible indépendamment des autres.

Publications et projets

Un site Internet mis en service par la société Bibliopolis recueille dès à présent les contributions des participants au colloque. Dans un premier temps, ce « site savant » offre un forum de discussion où se poursuivent les échanges amorcés pendant le colloque. Dès que les contributions seront stabilisées, nous comptons ouvrir ce site à l’extérieur, autorisant toutes les personnes intéressées à le visi­ter. Parallèlement, nous procéderons à une publication plus tradi­tionnelle, sous forme d’un livre de papier, où seront rassemblées toutes les contributions.

Outre l’apport conceptuel évoqué plus haut, et l’apport éditorial dont nous venons de parler, les échanges que nous avons eus au cours du colloque ont permis à de nombreux participants de nouer des contacts fructueux, comme, par exemple, Christian Jacob et Guy Boy. Sans les énumérer tous, notons que plusieurs projets d’é­dition hypermédias d’œuvres d’auteurs (Nietzsche, Flaubert, Jabès, Serres, Barthes, etc.) ont été présentés. Et, dans chaque cas, si la structure varie, les problèmes s’avèrent semblables. Les outils pour­raient donc être réutilisés de telle sorte que la charge de chacun soit réduite et que les coûts financiers cessent d’être dissuasifs. Un pro­jet de conception d’une coquille hypermédia est actuellement à l’é­tude. S’il voyait le jour, ce serait là encore une retombée de ce col­loque.

Enfin, en rapport avec les questions traitées au cours de ce col­loque, nous avons lancé une expérimentation de ces terminaux portables de lecture que l’on appelle couramment les « e-books ». Nous avons acheté quarante de ces dispositifs que nous avons mis à disposition d’usagers du livre (historiens, critiques littéraires…), d’ergonomes, de pédagogues, de psychologues et d’informaticiens afin de comprendre les usages potentiels de ces nouveaux objets et d’imaginer les fonctionnalités qu’ils requièrent. Corrélativement à cette expérimentation, nous animons un groupe de travail qui ras­semble la bibliographie parue sur le sujet tout en inventoriant les autres dispositifs existants.