« Un Paradis retrouvé » – Yves Quéré

Un Paradis retrouvé

Évoquer la Fondation des Treilles, c’est évoquer le Paradis. Non pas un Paradis de métaphore, encore moins un Paradis en stuc. Un Paradis bien réel, avec son Arbre de la Connaissance du bien et du mal, mais dont on a le droit, et même le devoir, d’y cueillir ses fruits les meilleurs, sachant que ceux qui s’y offrent à nous ne sont que ceux du bien.

Le bien, aux Treilles, c’est d’abord la rencontre, la magie de la rencontre, elle qui fait de nous des êtres ‘augmentés’, bien moins au sens de l’Intelligence Artificielle qu’à celui  de la fertilisation de tous par tous. « Il est, disait Cicéron de son fils, celui par excellence dont je souhaite qu’il me dépasse ». La rencontre fait, ou devrait faire, de chacun celui qui voudrait être dépassé par l’Autre, une occurrence dont tout le monde doit sortir grandi.

Mais le bien, en ce lieu, c’est aussi le charme, un charme toujours renouvelé, celui des senteurs du parc ; celui des manifestations de l’Art qu’à chaque pas l’on rencontre ; celui d’une merveilleuse bibliothèque où  l’on pourrait passer ses nuits à lire ou à méditer ; celui d’un bien-être diffus auquel personne n’échappe ; celui du noir, devenu si rare en notre temps, des nuits étoilées où se mêlent la contemplation poétique et l’observation astronomique, l’œil au télescope ; celui aussi – comment ne pas le dire ? – des raffinements toujours recommencés de la salle à manger.

Chacun porte en soi des souvenirs plus particuliers, ceux de telle session qu’il y a vécue, peut-être de tel travail plus personnel qu’il y a mené.  Pour moi, ma mémoire s’illumine à la pensée de cette belle série de rencontres inaugurées avec Georges Charpak et Pierre Léna, soutenues avec conviction par la Présidente, Anne Postel-Vinay, et consacrées à La main à la pâte, mettant en présence instituteurs et chercheurs (une nouveauté, ce lien inédit école primaire/science-qui-se-fait), et tous ces échanges rafraîchissants sur l’enseignement avec nos amis du large monde, chinois en particulier. Rencontres aussi entre Académiciens iraniens et américains qu’ils ne pouvaient tenir dans aucun des deux pays. Et rencontres plus personnelles, comme celles, lumineuses, d’un Yo-Yo Ma, d’un d’Emanuel Ax, d’une Christa Ludwig ou d’un Yves Nioré, en plus des visites émerveillées à  l’Académie musicale de Villecroze, voisine et cousine, conclues par les récitals au patio du Pressoir ou à la chapelle Saint-Victor.

Un simple souvenir, tout cela ? Non, un Éden, une grâce ; et, plus intimement encore, une part de l’esprit et du cœur qui aurait pris racine en ces terres.

Yves Quéré



Citer ce billet
ldiebold (2021, 19 mars). « Un Paradis retrouvé » – Yves Quéré. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv52

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search