La Main à la pâte : Rencontre des Treilles VII

Colloque organisé par Pierre Léna et Yves Quéré du 2 au 5 mars

 

Participants

Béatrice AJCHENBAUM-BOFFETY (Académie des sciences), Jean-Luc BÉNÉFICE (Inspection académique), Marie DIGNE (Inspection académique), Rabia EL HOSNI (Ministère de l’Éducation, Maroc), Alain GAVARD (Directeur adjoint I.U.F.M., Créteil), David JASMIN (LN.R.P., équipe Lamap), Marc JULIA (Académie des sciences), Bernard KLOAREG (Académie des sciences), Jean-François LASLAZ (Conseiller pédagogique), Pierre LENA                              (Académie des sciences), Renée LOUIS (Conseillère pédagogique), Gérard MARY (Directeur LU.EM., Reims), Véronique PERIQUET (I.N.R.P., équipe Lamap), Nicolas POUSSIELGUE (I.N.R.P, équipe Lamap), Yves QUERE (Académie des sciences), Jean-Michel ROLANDO (Formateur I.U.F.M.), Édith SALTIEL (I.N.R.P., équipe Lamap). 

 

Résumé

La Main à la pâte, opération de rénovation de l’enseignement des sciences à l’école primaire, lanсéе à l’initiative de Georges Charpak et de l’Académie des sciences, reçoit depuis le début un fort soutien de la part de la Fondation des Treilles en accueillant dif­férents acteurs de l’opération. C’est ainsi que du 3 au 5 mars, se sont tenues les VIIe Rencontres dont l’objectif était d’élaborer une réflexion et une stratégie concernant des axes prioritaires de travail à mettre en place. Trois chantiers principaux ont été définis : la for­mation dans les IUFM, la production de ressources (documents écrits…) et les échanges internationaux (participation à l’émer­gence de projets similaires). Ces rencontres se sont déroulées au moment où un plan ministériel de rénovation de l’enseignement des sciences à l’école primaire était sur le point de paraître, plan qui s’appuierait sur certains acquis de l’opération La Main à la pâte. Dans ce contexte, il a paru nécessaire de faire le point sur le déve­loppement actuel de l’opération et de réfléchir sur les interactions envisageables entre les deux dispositifs.

 

Compte rendu

La formation dans les IUFM

Depuis le lancement de l’opération, un certain nombre de for­mations adaptées à destination des enseignants, qu’elles soient initiales ou continues, ont vu le jour. Cependant, peu d’efforts de communication et d’information ont été entrepris auprès des IUFM qui ont pour vocation d’assurer ces formations. Une jour­née de travail a donc été consacrée à ce sujet afin de déterminer la manière dont il était possible d’impliquer les IUFM dans le dispo­sitif. Dans un premier temps, une table ronde a été organisée autour du sujet « Les IUFM dans La Main à la pâte ». La discus­sion a permis de mettre en évidence un certain nombre de difficul­tés inhérentes au système de fonctionnement de ces instituts, et qui sont souvent liées au cloisonnement existant entre toutes les disci­plines, scientifiques ou non. La priorité à accorder a paru être celle de la formation des formateurs, en centrant celle-ci sur l’appropria­tion de la démarche La Main à la pâte.

La conférence des directeurs d’IUFM a choisi l’un d’entre eux en le chargeant spécialement de la coordination de cet enseignement des sciences dans un esprit La Main à la pâte. Ce directeur, avec l’accord du bureau, va demander à chaque IUFM de nommer un correspondant La Main à la pâte. L’Académie des sciences envisage d’inviter ces correspondants à l’Institut de France, pour une journée d’information et de discus­sion à Paris. Chaque correspondant pourrait servir d’intermédiaire entre La Main à la pâte et son IUFM. Dans un deuxième temps, deux groupes de travail ont été constitués afin d’établir un prépro­jet de propositions et de formations à l’intention des formateurs, à savoir les permanents et les associés (PIUFM, IMF, PEMF…), et de leur proposer de devenir acteurs de La Main à la pâte. Certains objectifs ont été fixés : inciter les formateurs issus de différentes disciplines à élaborer ensemble leurs actions de formation, favori­ser un travail d’accompagnement des enseignants par les forma­teurs sur les problèmes de pratique en classe ainsi que la production de ressources, notamment de documents écrits en collaboration avec d’autres partenaires (scientifiques, CDDP, partenaires privés). Afin d’atteindre ces objectifs, il a été envisagé d’organiser une uni­versité d’été, en août ou à l’automne 2000, à destination des for­mateurs, qui leur permettrait à la fois de se familiariser avec la démarche La Main à la pâte et de pouvoir échanger leurs expérien­ces propres, ainsi que la possibilité d’organiser des colloques inter­régionaux permettant de réunir tous les acteurs impliqués dans le dispositif (enseignants, inspection, IUFM, universités…), à partir du printemps 2001.

La production de documents français

Cette question a été abordée tout au long des discussions avant de faire l’objet d’une session plus approfondie, le principal pro­blème ayant été de savoir qui pourrait les rédiger. Un rappel de la situation actuelle a été effectué : des modules américains Insights, traduits en français, et élaborés à l’issue de l’expérience américaine Hands-On, sont disponibles, jusqu’en 2001, sur le site Internet national La Main à la pâte. Les droits de reproduction sont égale­ment valables pour le CD-ROM, copie du site, pendant le même délai. Au-delà de cette période, leur mise à disposition est incer­taine et des éditeurs français négocient actuellement avec l’éditeur américain Kendall pour racheter ces droits. Depuis le lancement de l’opération, la logique de La Main à la pâte est de parvenir à l’éla­boration de documents similaires, adaptés à la réalité de l’enseigne­ment français. Est-il possible aujourd’hui de fournir l’effort néces­saire à une telle entreprise ? Quelles solutions sont envisageables ? Doivent-elles être mises en oeuvre par un éditeur privé ? Compte tenu des contraintes économiques (temps, coût…) propres à ce sec­teur, on peut s’interroger sur la qualité des documents produits. Une initiative publique pourrait être souhaitable. Le ministère, qui doit bientôt faire paraître les documents d’accompagnement des programmes de 95, en aurait les moyens mais il faut attendre que ses priorités soient définies. Les IUFM pourraient s’engager dans ce typе de production. On pourrait, par exemple, imaginer une production délocalisée avec répartition des thèmes dans les diffé­rents centres IUFM ; ou imaginer une production hybride associant des maîtres, des IUFM, La Main à la pâte et les CDDP (ou CRDP). Faut-il rédiger un cahier des charges qui définisse la pro­duction des modules et placer l’ensemble sous la responsabilité de l’Académie des sciences ? En ce qui concerne la diffusion de tels ouvrages, faut-il choisir un seul éditeur ou laisser le champ libre à plusieurs ? Toutes ces questions devront êtrе prises en compte si de tels projets sont menés.

Relations internationales

La Main à la pâte est déjà en contact avec divers pays (Maroc, Colombie, Vietnam) intéressés par l’expérience française. Le contexte international est d’ailleurs riche en programmes similaires expérimentés ailleurs (Afrique du Sud, Mexique, Canada, Grande-Bretagne). L’UNESCO a décidé de lancer un chantier sciences lors de la Conférence de Budapest (1999). À cette fin, elle a incité à la constitution d’un groupe d’études au sein de l’ICSU. La réflexion qu’il a menée a conclu à la nécessité de revenir à un enseignement ancré dans le réel et l’expérimentation. À son tour, la Chine sou­haite développer un programme pédagogique d’investigation scientifique et invite les académiciens à participer à une conférence à Pékin en octobre 2000. Ce contexte international extrêmement varié est propice au partage et à l’enrichissement des uns et des aut­res. Ainsi le Maroc s’est adressé à La Main à la pâte pour bénéficier de son expérience et obtenir une aide dans la mise en place d’un projet de rénovation de l’enseignement marocain des sciences. Ce projet a été lancé en direction des zones rurales, particulièrement défavorisées. Devant l’enthousiasme du corps enseignant, treize cir­conscriptions ont été sélectionnées pour la mise en place du dispositif et quatre autres ont demandé à y être rattachées. Des actions de formation et un appui logistique (documentation) ont été orga­nisés. Des équipes locales se sont constituées au sein des inspec­tions académiques. Chacune comprend un instituteur, l’inspecteur, un représentant du CFI (Centre de formation d’instituteurs) ou le cas échéant une personne ressource d’un lycée technique, un repré­sentant de l’association des parents d’élèves et un représentant des collectivités locales. La coopération française a organisé un stage de quinze personnes en France en octobre 1999. Un cahier des char­ges a été rédigé afin d’organiser l’opération ainsi que la production d’un bulletin de liaison constitué de fiches réalisées par les partici­pants. Devant l’ampleur du projet, un nouveau stage de formation, plus ciblé que le précédent, est prévu en France en octobre 2000. Son contenu n’étant pas encore défini, Rabia Elhosni (chef de la division du développement des projets éducatifs, division de l’ap­pui éducatif, ministère de l’Éducation nationale) a sollicité, à l’oc­casion de ces VII ème Rencontres, La Main à la pâte et les représentants des IUFM présents pour contribuer à l’organisation de ce stage.

Réflexions autour du plan de rénovation des sciences à l’école primaire

Le ministère de l’Éducation nationale prévoit de publier un plan de rénovation de l’enseignement des sciences à l’école primaire. Ce plan étant inconnu au moment de ces rencontres, la réflexion est partie de la circulaire de rentrée 2000 (n° 2000-009 du 13-1-2000) qui stipule : « L’enseignement des sciences, dont l’expérience La Main à la pâte a renouvelé les démarches, doit aussi devenir partout une réalité. La formation des élèves par des pratiques actives d’in­vestigation raisonnée, à partir de l’observation d’objets et de phé­nomènes du monde vivant ou technique, est une nécessité dans le monde et la culture actuels : l’enseignement des sciences ne vise pas en effet que les compétences scientifiques, il permet de développer aussi d’autres compétences. » Ce texte très favorable au travail qui a été réalisé par La Main eг la pâte ne peut que réjouir l’ensemble des personnes engagées dans l’opération et les encourager à conti­nuer. Dans le cadre d’une généralisation, l’expérience acquise par La Main à la pâte et la réflexion pédagogique qui a été menée pour­raient être profitables à tous ceux qui vont devoir mettre en place ce plan de rénovation. Une aide pourrait ainsi être apportée selon des modalités qui resteraient à définir.

Depuis, le « Plan de rénovation de l’enseignement des sciences et de la technologie à l’école » est paru au Bulletin officiel du minis­tère de l’Education nationale et du ministère de la Recherche, n° 23, du 15 juin 2000.

Mémoire de l’enseignement scientifique : un projet d’exposition

L’Académie des sciences souhaite réaliser une exposition itiné­rante sur la mémoire de l’enseignement scientifique qui circulerait dans les IUFM. Béatrice Ajchembaum-Boffety, responsable du pro­jet, a choisi de se limiter à une « petite histoire » de l’enseignement scientifique et technique à l’école primaire compte tenu du fait que, jusqu’à une période tardive, peu d’élèves fréquentaient l’enseigne­ment secondaire. La période retenue va de la fin du XVIII ème siècle à nos jours, avec la naissance de La Main à la pâte. C’est en effet au commencement de cette période qu’une réelle volonté politique d’instruction publique apparaît. Il faut cependant attendre le XIXe siècle pour que l’école élémentaire s’ouvre à tous. Différents moments clés pourraient être retenus, notamment les époques où sont mises en place « la leçon de choses » puis « les activités d’é­veil ». Les objectifs sont de rendre compte de l’organisation péda­gogique, du contenu des programmes, des pratiques et des maté­riels utilisés et d’essayer de répondre à la question essentielle : qu’attend-on de l’enseignement des sciences ? La possibilité de survoler des expériences étrangères est à étudier. Suite à la discussion qui a suivi cette présentation, un titre a été proposé : « Petite Histoire de l’enseignement des sciences à l’école primaire : de la leçon de choses à La Main à la pâte ». Des partenaires et des lieux de ressources ont été envisagés : le musée national des Techniques — CNAM ; la Cité des sciences et de l’industrie de La Villette ; le musée de l’Éducation de Troyes, rattaché à celui de Rouen ; l’École polytechnique, dont le fonds concernant l’enseignement des scien­ces au XIXe siècle est très riche ; le département d’histoire de l’éducation à l’INRP. Pour dépasser le cadre des archives institutionnelles et multiplier les sources, d’autres suggestions ont été faites : passer par le site Internet, qui pourrait annoncer le projet et susciter des contributions ; profiter de l’opération “De l’environnement aujourd’hui aux archives de demain”, lancée pour célébrer le millé­naire, dans laquelle directeurs et enseignants ont en charge un volet monographique ; explorer les catalogues d’éditeurs de matériels scientifiques et techniques. Cette exposition itinérante qui serait hébergée par les centres IUFM pourrait, chaque fois que cela est possible, être complétée sur place par des pièces d’archives ou une exposition d’objets locaux : matériels d’expérimentation, livres, petits musées d’écoles, cahiers, etc. Il convient là de stimuler des initiatives locales en liaison avec les IUFM. Un livret accompa­gnant l’exposition permettrait d’alléger le volume des textes affichés. Il s’agirait moins d’un catalogue que d’un complément docu­mentaire, imprimé et/ou mis en ligne. Enfin, la création d’un comité scientifique est envisagée ; des demandes devraient être for­mulées auprès de personnes de la BNF et autres bibliothèques (École des mines) et auprès d’historiens des sciences.

Communications présentées

Gérard Mary : Les IUFM dans La Main à la pâte.

Alain Gavard : Réflexions autour de la mise en place du plan de réno­vation des sciences à l’école.

Edith Saltiel : Éventualité d’une production de modules français.

Rabia Elhosni : L’Exemple du dispositif marocain.

Yves Quéré, Pierre Léna : Les Relations internationales dans le cadre de La Main à la pâte.

Béatrice Ajchembaum-Boffety : Projet d’exposition : la mémoire de l’ensеgnement scientifique en France.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search