“Rêves d’univers à la Fondation des Treilles” – Jean-Pierre Luminet

Rêves d’univers à la Fondation des Treilles

 

De 1988 à 2008 j’ai eu le bonheur et le privilège d’effectuer 14 séjours à la Fondation des Treilles, tous axés autour de mes activités dans le domaine de l’astronomie et de l’astrophysique, soit en tant que chercheur, soit en tant qu’écrivain.

Je me suis rendu pour la première fois à Tourtour en 1988, comme participant et intervenant à un colloque de haute tenue sur la cosmologie  organisé par Ilya Prigogine. Ce fut un éblouissement, et dans les années qui suivirent je n’ai eu de cesse d’y retourner dans la mesure des disponibilités réciproques.

Outre les séminaires (je pense notamment à celui que j’ai moi-même organisé en 2008 sur l’univers et le monde quantique), j’ai surtout bénéficié des mirifiques séjours d’étude permis par la Fondation. Là, entièrement libre de toute autre préoccupation, j’ai pu écrire à tête reposée quelques-uns de mes nombreux ouvrages, que ce soient mes essais de culture scientifique comme Figures du Ciel, L’univers chiffonné, Le Feu du Ciel, Le Destin de l’Univers, De l’infini ou mes romans biographiques sur l’histoire de l’astronomie comme Le rendez-vous de Vénus, Le bâton d’Euclide, La discorde céleste, La perruque de Newton, tous fort avancés à la Fondation, et pour certains complètement achevés.

Il va sans dire que la généreuse mise à disposition d’une Bibliothèque richement fournie en ouvrages de toutes sortes (à laquelle je pouvais en outre demander d’acquérir tel ou tel titre dont j’avais besoin pour ma documentation), et à titre plus personnel, celle d’un magnifique piano me permettant de ponctuer mes heures d’écriture par de revigorantes pauses musicales, n’a pu que rendre tous ces séjours d’écriture et de réflexion encore plus fructueux.

Depuis 2008, je n’ai malheureusement plus eu la possibilité de me rendre à la Fondation. Pour la dizaine de livres que j’ai publiés depuis j’ai donc dû m’organiser autrement, sans toutefois jamais retrouver pareil havre de paix. Mais, ayant l’honneur de faire désormais partie du comité de lecture de la Bibliothèque, je puis apprécier l’effort particulièrement remarquable qui est fait pour l’acquisition d’ouvrages de référence dans ces fascinantes disciplines que sont l’astronomie, l’astrophysique et la cosmologie, mêlant la science la plus complexe au rêve, à la poésie et à la réflexion philosophique.

C’est d’ailleurs à la Bibliothèque de la Fondation des Treilles que j’ai découvert ce Quatrain Rubâ’iyât d’Omar Khayyâm, décrivant si bien ce que je vis et ressens :

 

Ceux qui, par la science, vont au plus haut du monde

Qui, par l’intelligence, scrutent le fond des cieux

Ceux-là, pareils aussi à la coupe du ciel

La tête renversée, vivent dans leur vertige.

 

Jean-Pierre Luminet, janvier  2021


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search