Les musées, les espaces de culture et la diffusion scientifique : le rôle de l’expérimentation interactive

Colloque organisé par Marc Fermigier du 8 – 10 octobre 1999

 

La ciencia y el arte deben incluirse en el canasta familiar (Gabriel García Márquez)

Participants

BENNAROCHE Marcel (Centre de culture scientifique et technique industrielle (CCSTI), Marseille), FERMIGIER Marc (Ecole Supérieure de Physique et Chimie Industrielles (ESPC1), Paris), GUYON Etienne (Ecole Normale Supérieure, Paris), JANIN Yves (Ebulliscience, Vaulx-en-Velin), LATREILLE Henri (Ebulliscience, Vaulx-en-Velin), MAURY Patrick (Cité des Sciences et de l’Industrie, Paris), SABOURAUD Christiane (Palais de la Découverte, Paris), WESFREID Eduardo (Ecole Supérieure de Physique et Chimie Industrielles (ESPC1), Paris).

Résumé

Ces deux journées ont réuni à la Fondation des Treilles des enseignants-chercheurs et des médiateurs de la culture scientifique. Elles visaient à l’organisation d’une réflexion sur le transfert des expériences telles qu’on les rencontre dans les centres de recherche, et sur la réalisation d’objets et d’expériences aussi interactives que possible dans les musées et les lieux d’animations de culture scientifique.

Nous avons fait les constats suivants :

— Il faut opposer le dynamisme de la création du palais de la Découverte, en 1936, à laquelle ont été associés les grands scientifiques de l’époque, à la relative pauvreté de la Cité des Sciences et de l’Industrie (CSI) qui n’a pas su profiter d’apports correspondants lors de sa création. Ces musées de la science sont mal ou peu équipés pour étudier la transposition et la mise en place de nouveaux projets expérimentaux. Les grandes expériences classiques, comme celles qui constituent le stand d’électrostatique au palais de la Découverte, restent la base des musées de la science. Le renouvellement et la création d’expériences sont beaucoup trop faibles. Ceci contraste avec d’autres espaces, comme l’Exploratorium de San Francisco, qui étudient, réalisent, diffusent des expériences nouvelles sous des formes variées et les rendent accessibles par des ouvrages d’information. Il faut noter que la CSI propose des expositions selon des approches « Sciences et société » et non disciplinaires ce qui ajoute une difficulté à présenter l’expérience scientifique fondamentale.

— La recherche scientifique a permis de « revisiter » des sujets classiques, en particulier en physique macroscopique, d’introduire des effets à plusieurs échelles (deux exemples en sont la friction solide et l’adhésion). Ces sujets se prêtent bien à des expérimentations spectaculaires et relativement simples.

  • L’expérience numérique, la « réalité virtuelle» ainsi que les panneaux et affiches ne sauraient se substituer aux expériences réelles, même s’ils peuvent accompagner utilement les vraies manipulations.
  • On assiste à un développement important des CCSTI dans les régions, bien que certains d’entre eux soient très isolés des centres de recherche et des universités. Parfois même, certains CCSTI sont plus des lieux d’animations (type « MJC scientifique ») que des lieux de diffusion de l’information et de la culture scientifiques. A l’étranger aussi, ce développement est appréciable. Par exemple, en Amérique du Sud, on peut estimer à 150 le nombre d’espaces des sciences créés en quelques années dans le réseau RedPop de l’UNESCO. Nous devons anticiper cette demande en France et dans d’autres pays, et éviter que le contenu des ces nouveaux espaces ne soit qu’une copie commerciale d’expériences et d’expositions existant déjà et souvent importées des Etats-Unis.

La rencontre a permis une identification des différents acteurs, impliqués dans les différentes étapes de la communication des sciences par l’expérience :

  • le chercheur ou enseignant-chercheur expérimentateur,

— l’enseignant (des lycées, collèges) souvent handicapé par la disparition des expériences de cours, la difficulté de mettre en place des travaux pratiques,

  • le responsable de musée scientifique,
  • le « metteur en scène » au sens large, (scénographe, muséologue),
  • l’animateur, démonstrateur, tels qu’ils existent au palais de la Découverte et le « complice » au sens d’Ebulliscience, c’est-à-dire une personne relativement jeune, aidant les visiteurs à mener les expériences interactives:

Notre démarche vise à faire collaborer ces différents acteurs de manière plus étroite.

Il nous est apparu clairement qu’une expérience, même interactive, sans démonstrateur était assez limitée, les visiteurs ayant tendance à « zapper » entre les différentes présentations. Il est donc important de former des personnels pour accompagner le public. De ce point de vue, les laboratoires peuvent jouer un rôle en accueillant ces personnels au cours de leur formation.

Le but de notre projet est de réaliser assez rapidement, pour confronter nos idées à la pratique, sinon une exposition, du moins quelques expériences démonstratives dans le domaine des sciences physiques et leurs applications aux sciences de la Terre.

Marcel Benarroche a cité trois fonctions de l’exposition scientifique :

  • mettre en « appétit de science»;
  • aider les citoyens à comprendre la science ou, pour le moins, à ne pas en avoir peur ; permettre aux citoyens non pas de « comprendre la science », mais de se déterminer en connaissance de cause concernant les « problèmes de société posés par le développement impétueux des technosciences ». En fait, il s’agit d’inventer et de diffuser une connaissance « au second degré » d’après la connaissance des scientifiques ;

— expliquer comment l’argent public est utilisé dans la recherche scientifique. Les scientifiques, comme tous les autres, doivent rendre des comptes à leurs bailleurs de fonds que sont les citoyens.

Les deux premiers aspects nous concernent plus directement.

Pour remplir cette mission, une exposition devrait associer dès l’origine la conception scientifique et la « mise en scène » de façon à intégrer d’emblée les diverses contraintes. L’expérience conçue initialement en laboratoire devra être transposée pour :

  • être dramatisée, exciter la curiosité et l’interrogation,
  • présenter des qualités mécaniques de durabilité,
  • avoir une maintenance aisée,

— être « habillée » : la replacer dans un contexte plus large, l’expliquer mais aussi l’ouvrir sur d’autres observations et interrogations.

A cela il faut ajouter la possibilité de décliner une même expérience sous des formes diverses : d’une part une réalisation avec des moyens très simples et à l’autre extrême, une réalisation spectaculaire, monumentale.

La réalisation devra s’accompagner de la constitution d’un dossier permettant la réplique de l’expérience. Ce dossier pourrait s’inspirer des cookbooks de l’Exploratorium, sans être aussi détaillé et en ne retenant que les éléments essentiels.

Il est important de conserver une mémoire de la conception et de l’état des expositions itinérantes. On constate malheureusement que les informations relatives à une exposition se perdent.

Il existe un potentiel important d’expériences simples réalisées dans les laboratoires. Un bon exemple est constitué par les projets de physique expérimentale mis en oeuvre par nos collègues de Paris VII (une centaine de projets au moins ont été réalisé par les étudiants de maîtrise dans les dix dernières années). Certains domaines de la physique macroscopique s’y prêtent bien, par exemple la mécanique des fluides, les instabilités et le chaos, les milieux granulaires, la mécanique des solides et des matériaux.

Parmi les actions à mener, il conviendrait :

  • de mettre en place dans de petites structures comme Ebullisciences quelques projets pilotes. Une base pour ces projets pilotes est déjà constituée par les expériences sur les milieux granulaires réalisées dans le cadre du Groupement de Recherche sur les miliеux aléatoires macroscopiques. Une autre source disponible rapidement est un ensemble d’expériences sur le chaos et les instabilités effectuées dans le laboratoire de Pierre Bergé et Monique Dubois au CEA. Des extensions par disciplines sont envisageables aux sciences de la nature.
  1. Sabouraud s’est proposée pour définir le cadre du « livre de recettes ».

Nous avons prévu une réunion dans les locaux d’Ebullisciences au début du mois de Mai 2000.

  • d’élargir notre groupe de réflexion en intégrant :
  • un représentant de l’Exploradôme (récemment ouvert à Paris),

—   un géophysicien expérimentateur,

  • deux directeurs de CCSTI (M. Cabaret, M. Darche),
  • un enseignant de Paris-VII (Y. Couder),
  • une chimiste (Mme J. Thibault, responsable de Graine de chimiste),
  • un représentant des Petits Débronillards,
  • un représentant d’un musée scientifique européen (Stockholm par exemple),
  • un représentant d’un musée scientifique sud américain (Estaçao Ciencia à Sao Paulo),
  • une représentante du ministère (Mme D. Ferriot),
  • une personne des média (H. This).

Nous n’avons pas évoqué les sciences de la vie pour deux raisons :

  • les échelles de temps mises en jeu dans les phénomènes biologiques sont difficiles à transposer dans une expérience interactive,
  • les problèmes d’éthique sont très délicats à traiter, en particulier dès que l’on s’intéresse au corps humain.

Nous n’avons pas non plus évoqué la situation des muséums d’Histoire Naturelle qui sont assez nombreux en France (autour de cent cinquante), mais qui sont des partenaires essentiels trop souvent négligés.