Risque financier et systèmes de crédit en France et en Grèce (XIXe-XXe siècles)

Colloque organisé par Olivier Feiertag et Kostas Kostis du 21 – 26 septembre 1999 

 

Participants

AGRIANTONI Christina (Centre de recherches néohelléniques, Athènes), BLANCHETON Bertrand (Université Bordeaux IV), BUSSIÈRE Eric (Université Paris IV), CHASTAGNARET Gérard (Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme, Aix en Provence), DERTILIS Georges (Université d’Athènes), FEIERTAG Olivier (Université Paris X Nanterre), FLANDREAU Marc (Fondation Nationale des Sciences Politiques, Paris), FRANGIADIS Alexis (Athènes), FRASER-POHLE Monika (Institut universitaire européen, San Domenico di Fiesole), GALLICE François (Université Paris X-Nanterre), HARLAFTI Celina (Université de Pirée), HAUTCOEUR Pierre-Cyrille (Université d’Orléans), KOSTELENOS Georges (Center of Planning and Economic Research, Athènes), KOSTIS Konstantinos (Université d’Athènes), LESCURE Michel (Université de Tours), MINOGLOU Ioanna (Athens University of Economics and Business), PETMEZAS Socrate (Université de Crète), PLESSIS Alain (Université de Paris X-Nanterre). 

 

Résumé

Le risque, à la fois par son assomption et sa maîtrise, constitue sans aucun doute l’un des postulats fondamentaux de la théorie économique moderne. Et pourtant, sa réalité historique, excepté sous l’angle de l’histoire de l’innovation technique, demeure paradoxalement encore peu étudiée. Le risque financier, plus particulièrement, est ainsi rarement pris en compte dans la plupart des travaux d’histoire bancaire, en France comme à l’étranger, alors même qu’il est l’essence de toute opération de crédit. Ce constat a été à l’origine du colloque d’histoire économique réuni dans le cadre de travail parfaitement idéal de la Fondation des Treilles du 21 au 26 septembre 1999.

« Le risque ? Quelles que soient les conditions de son emploi, le mot n’apporte à l’homme ni lumière nouvelle sur lui-même, ni références utilisables dans son action, ni rien qui l’aide dans la vie. [..] Le mot « risque » était peut-être un trompe-l’oeil ». Utile mise en garde qui déjà ouvrait, sous la plume de Casamayor, le numéro spécial qu’Esprit, en 1965, avait choisi de consacrer au risque en général. Elle justifie s’il en est besoin le parti-pris du colloque : examiner la réalité historique du risque financier non pas en tant que tel, — probable « trompe-l’œil » — mais du point de vue plus spécifique, davantage exploré aussi, de l’évolution en longue durée des systèmes de crédit. Il s’agissait donc de chercher à rendre compte des formes historiques prises par le risque financier pour ainsi dire en creux, à travers les configurations successives présentées par les systèmes de crédit en France et en Grèce, du XIXe au XXe siècle, dont on peut considérer que la fonction principale a consisté précisément à optimiser — selon des modalités différentes dans l’espace et dans le temps — la gestion (management) du risque financier.

 

Compte rendu

Le risque financier comme pierre de touche

Ainsi comprise, l’enquête a soulevé d’emblée plusieurs problèmes, dont certains assurément très vastes, dépassant et de loin l’horizon du seul calcul des probabilités auquel l’analyse du risque financier, le plus souvent, se limite. Trois directions principales ont ainsi été dégagées et précisées au cours des travaux du colloque :

  1. Quel éclairage la prise en compte du risque financier, compris à la fois comme le risque de non-remboursement, de trésorerie et d’immobilisation, procure-t-elle sur le métier de banquier ? Il s’agissait d’examiner, selon une approche si l’on veut anthropologique, nourrie de l’exploitation des archives primaires, la réalité empirique, dans les pratiques et le discours des banquiers ou de plus en plus des employés de banque, du fameux « sens du risque » que Georges Petit-Dutaillis (Le risque du crédit bancaire, 1946) définissait comme cet « ensemble de connaissances acquises et de dons innés », touchant pêle-mêle au droit, à la technique, à la psychologie, au bon sens, au jugement et au flair… En d’autres termes, le problème posé ici était bien déjà celui de l’information financière, de sa collecte, de son partage ou de sa rétention, de son contrôle et de son traitement, au cœur de la théorie économique depuis une vingtaine d’années et dont il importe de tester la validité dans le champ de l’histoire économique également.
  2. En quoi l’histoire du risque financier, étroitement liée à l’histoire des innovations financières (produits et procédés), peut-elle contribuer à préciser l’ancienne et vaste problématique, jamais vraiment tranchée, des rapports entre les faits financiers et les faits de production, le crédit et la croissance économique, les banques et l’industrie ? L’étude des formes prises par le capital-risque, le plus souvent négligée par l’histoire de l’innovation technique, tout particulièrement, s’impose. Elle peut permettre entre autres choses de réévaluer la question et la signification des profits bancaires dont l’intensité, comme on le sait bien, est toujours inversement proportionnelle à la sécurité financière. La crise, dans cette optique, fournit naturellement un lieu d’observation singulièrement approprié où apparaît le mieux la réalité complexe des mécanismes reliant la prise de risque financier et sa maîtrise aux fluctuations à court et moyen terme de la conjoncture économique.
  3. Plus globalement, on peut s’interroger à travers l’analyse de la place occupée par le risque financier au sein de tel ou tel système de crédit, à tel ou tel moment, sur le type d’économie, donc de société, ainsi déterminé. Dans quelle mesure la construction d’un système bancaire, spécialisé, hiérarchisé et donc stable, peut-elle s’interpréter comme la marque d’une société encline à la sécurité plutôt qu’au risque ? Et quel rôle, dès lors, attribuer aux « autorités monétaires », garantes à la fois de la transparence de l’information financière et de la préservation des risques financiers que l’on qualifie volontiers aujourd’hui de « systémiques » ? L’histoire du risque financier et de sa gestion par le système de crédit peut ainsi permettre de caractériser la propension ou l’aversion plus ou moins grande d’une société donnée au risque financier et corrélativement son degré de tolérance au coût à la fois individuel et collectif qu’implique le développement de l’intermédiation bancaire. L’étude du risque ramène ainsi — qui s’en étonnera ? — à l’horizon ultime de l’histoire des mentalités et des représentations sans laquelle l’histoire économique à n’en pas douter demeure incomplète.

A ces différentes questions les dix-huit communications présentées au cours du colloque et les débats qu’elles ont suscités n’ont bien entendu pu apporter que des réponses partielles et quelques hypothèses sur la base, notamment, de la comparaison des cas français et grec. Si l’on veut rendre compte, en bref, des nombreux apports du colloque, trois points principalement peuvent être ici relevés. Ils concernent en premier lieu la question de l’information financière, puis les formes historiques du capital-risque et enfin les deux manières différentes de maîtriser le risque financier que constituent l’établissement d’un réseau de crédit ou la construction d’un système bancaire.

La gestion des risques et la question de l’information financière

L’évaluation du risque est à l’évidence au cœur du métier de la banque qui repose fondamentalement sur une aptitude à maîtriser l’incertitude de l’avenir. Le terme même de crédit n’exprime rien d’autre. D’où l’importance, confirmée par l’ensemble des communications, de l’information financière. Les rapides carrières d’un Emmanuel Benaltis ou d’un Andreas Syngros, par exemple, peuvent très largement être expliquées par a super access to information, qui leur permit d’exploiter au mieux les imperfections du marché, à la jonction particulièrement du marché occidental et oriental, qui explique de façon semblable les profits très élevés des maisons grecques de Constantinople établies à Marseille vers 1860. Cette capacité supérieure d’information rend compte aussi, jusqu’à nos jours, de la prospérité et de la longévité des armateurs grecs. La création en 1871 et la croissance rapide de la direction des études du Crédit Lyonnais dont Henri Germain avait fait une priorité, sa tentative aussi pour former à partir de 1895 un « comité des risques », prouvent de même que la gestion du risque financier repose avant tout sur la capacité à réduire les asymétries d’information inhérentes à toute opération de crédit.

Si elle confirme la réalité empirique des théories sur l’information financière, cette constatation laisse pour autant entière la question de la nature des informations effectivement mises au service des stratégies de maîtrise des risques. Le débat a porté sur le degré plus ou moins grand de rationalité qui préside en pratique à la constitution et au traitement de l’information financière. Les archives des banquiers privés à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle et la perception du risque qu’elles révèlent contredisent en effet en grande partie le modèle néo-classique tout comme la théorie des jeux qui fonde la prise de risque économique sur la réalité d’un calcul rationnel. Les critères liés à la moralité des acteurs, à leur prestige social et d’une manière générale à leur réputation ont pesé dans bien des cas d’un poids supérieur, sinon exclusif. La détermination par Paribas du chef de file d’un emprunt international illustre la force de ces critères dans les années 1950 encore. Mais les archives d’autres entreprises financières, celles des compagnies d’assurances, par exemple, montrent à l’inverse que la gestion du risque peut reposer également de façon déterminante sur une base rationnelle, quantifiable et de plus en plus mathématisable. L’évaluation du risque souverain pratiqué dès la fin du XIXe siècle par le Crédit Lyonnais, les stratégies successives des banques françaises face au risque immobilier au XIXe siècle tendent à le prouver. La reconstitution ex post de la rationalité de la gestion des risques financiers, notamment du risque de trésorerie, par la Banque Nationale de Grèce dans l’entre-deux-guerres plaide également en ce sens. Ce débat rejoignait par bien des aspects la critique que Maurice Allais avait faite déjà de la théorie des jeux (« La psychologie de l’homme rationnel devant le risque : la théorie et l’expérience », Journal de la société de statistiques de Paris, 1953). Il semble indiquer que la gestion du risque est par définition nécessairement « historique ». Elle est toujours une stratégie d’adaptation à des situations variables où la taille des entreprises en jeu, la nature des activités réelles à l’origine de l’opération financière, la charge des contraintes sociales et politiques pèsent de manière inévitablement déterminante.

Risque financier, formes de crédits et investissements économiques

La plupart des contributions ont confirmé qu’en France comme en Grèce un problème de crédit s’est posé, du dernier quart du XIXе siècle jusqu’aux années 1950 au moins. Le financement du coton ou du raisin sec, les activités de la soie à Syra, secteurs essentiels dans l’essor économique de la Grèce à partir du dernier tiers du XIXe siècle, comme plus généralement les technologies de la seconde révolution industrielle ou encore l’essor de l’extraction des non-ferreux ont été à l’origine de besoins de financement nouveaux et spécifiques auxquels il apparaît que les banques, ainsi que l’ont montré les exemples de la Banque Nationale de Grèce, de la Banque de Paris et des Pays-Bas ou encore de la maison Mirabaud, ont, dans une certaine mesure, su répondre. Le « capital-risque » a ainsi revêtu des formes multiples, très flexibles (découverts, crédits inter-entreprises, avances renouvelables…) le plus souvent adaptées au produit, à ses conditions de production et de commercialisation. En revanche, l’abstention de la Banque nationale de Grèce dans la crise qui frappe en 1885 les industries du Pirée montre que l’existence d’un réseau de crédit déjà bien constitué, comme à Hermopolis au même moment, est une condition nécessaire au développement d’un véritable marché du capital-risque.

Deux types de management du risque : les réseaux ou le système de crédit

Il ressort de l’ensemble des contributions que toute forme d’organisation du crédit vise d’une manière générale à optimiser la gestion des risques financiers : division et spécialisation des risques, mécanismes d’assurance mutuelle, institution d’un prêteur en dernier ressort, mais aussi et surtout collecte et centralisation de l’information. L’une des conclusions principales du colloque est d’avoir mis en évidence les deux types historiques de management global du risque financier, qui correspondent à deux types de sociétés : maîtrise du risque par l’établissement de réseaux de crédit ou par l’édification d’un appareil bancaire développé, dominant au sein du système financier.

Le réseau de crédit fait de liens personnels est caractéristique d’un premier âge de l’histoire financière. C’est un modèle nettement dominant à la fin du XIXe siècle encore et toujours actif jusque dans les années 1950 au moins. L’esprit de clan prévalant dans le milieu de l’armement naval grec, la puissance de lagens à l’origine de la prospérité des Mirabaud, tout comme les succès entrepreneuriaux d’un Hilarion Roux de Marseille à l’Espagne et à la Grèce, en ont fourni des analyses très éclairantes. Au sein du réseau, la gestion du risque repose avant tout sur la rapidité et la confidentialité de l’information économique, mais aussi sur une forte adaptabilité du capital aux besoins de financement d’une économie à dominante spéculative (comme le montre parfaitement l’exemple du coton ou des non-ferreux). Le profit du risque y est sans doute élevé, mais l’intensité du risque y est plus grande aussi. Les réseaux de crédits, essentiellement liés aux individus, sont périssables comme le montrent le déclin et la chute d’Hilarion Roux. Surtout, ainsi que l’a clairement mis en lumière l’analyse du montage des deux émissions confiées par Benakis à la Banque Nationale de Grèce et à la Banque d’Orient en 1906, le souci de maîtriser, sur la base d’un réseau personnel, les risques liés à ces deux émissions (d’une ampleur considéraible) a conduit Benakis à limiter rigoureusement la marge de manœuvre des banques et a abouti à refuser toute logique véritable de marché. D’une certaine manière, le développement d’un réseau de crédit apparaît bien antinomique du fonctionnement normal du marché…

À l’inverse, la gestion du risque financier au sein d’un système bancaire s’accompagne à l’évidence d’une moindre profitabilité. L’analyse des stratégies de placements et d’ententes des compagnies d’assurance en France entre les années 1880 et 1950 le montre bien. De la même façon, après 1950, l’évolution du système bancaire français a mis en question la fonction même d’une banque d’affaires dont on peut se demander si elle a vraiment survécu durant la seconde moitié du XXe siècle. La construction par étapes d’un système bancaire, qui repose notamment, comme en France, sur l’évolution des fonctions de la banque d’émission vers celles d’une banque centrale, mais aussi sur la création d’entreprises de crédits spécialisés, comme la Banque viticole à partir de 1895 ou le rapide développement au sein des opérations de la Banque Nationale de Grèce du crédit agricole dans l’entre-deux guerres, repose en grande partie sur une intervention de la puissance publique, voire politique. L’engagement des banques dans la gestion du risque financier lié à l’activité agricole en Grèce, comme en France à la même époque, est ainsi fortement fondée sur la mise en œuvre de garanties d’Etat, dont l’existence en dernière analyse renvoie à un souci de préservation des équilibres fondamentaux entre groupes sociaux. La mise en œuvre d’un système bancaire moderne peut ainsi apparaître comme la réponse apportée par une société en quête de sécurité collective au prix d’une réduction de la profitabilité du risque financier. L’analyse à un niveau macro-économique du choix politique du risque inflationniste dans la France des années 1920, au prix, dans une large mesure, d’un ralentissement de l’effort d’investissement, en a fourni une autre confirmation. On peut penser que ce n’est pas le moindre des apports de la rencontre d’histoire économique franco-grecque des Treilles que d’avoir ainsi confirmé que la gestion du risque financier, en dernière analyse, relève aussi et peut-être avant tout de choix de sociétés.