Petite et grande histoire de l’environnement – Konrad von Moltke (1941-2005)

Séjour d’étude de Claire Weill (INRA) du 25 septembre au 13 octobre 2017

 

Finalisation d’un ouvrage : Petite et grande histoire de l’environnement – Konrad von Moltke (1941- 2005)

MUSEO Editions, 480 pages (date de parution: 11 février 2021). Préface de Laurence Tubiana, Directrice de la European Climate Foundation, ambassadrice pour les négociations de la Conférence de Paris de 2015 sur les changements climatiques.

Introduction

Konrad von Moltke disparut en mai 2005 alors que je préparais avec lui à l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri) à Paris une conférence sur le projet de règlement européen REACH (Registration, Evaluation and Autorisation of Chemicals) sur les produits chimiques. Lors d’une commémoration en son honneur l’année suivante à Genève, ses collègues venus d’Europe, d’Amérique du Nord et du Sud, témoignèrent de ses nombreux apports. Je décidai en 2011 de revenir sur son parcours, à travers des interviews et en rassemblant une abondante documentation, dont ses propres écrits (rapports, publications, ouvrages).

L’ouvrage suit la trajectoire professionnelle de cet immense environnementaliste pionnier, dont la famille appartient à l’histoire de France, de l’Allemagne et du monde. Sa carrière permet de présenter le développement du champ de l’environnement, de l’échelle nationale à l’échelon international, sous ses aspects politiques, institutionnels et scientifiques. Ce sujet vaste et complexe est ici incarné et illustré par la personnalité et les réalisations exceptionnelles de Konrad von Moltke. Il s’ancre dans l’histoire récente : construction de l’Europe par la voie de l’environnement ; tensions transatlantiques entre commerce et environnement, d’une part, investissement et développement durable, de l’autre ; montée en puissance de la société civile ; gouvernance globale ; entrée en scène et montée en puissance des pays émergents. Le recul historique du début des années 1970 au mitan des années 2000 permet aux acteurs de l’environnement d’affiner leurs questionnements et de penser l’avenir.

L’ouvrage est destiné à tout type de lectorat.

Sommaire

Konrad von Moltke est le second fils de Freya von Moltke, née Deichmann, et d’Helmuth James von Moltke. Avec un autre juriste prussien, celui-ci a créé et animé un groupe de résistance pacifiste contre Hitler, le Cercle de Kreisau, engagement auquel son épouse a été étroitement associée. Les travaux de ce groupe se voulaient jeter les bases d’une Allemagne résolument européenne après la fin du nazisme (Acte I).

Après une jeunesse passée entre le Cap, l’Allemagne et le Vermont, et une formation de mathématicien et d’historien, Konrad von Moltke participe à la construction européenne par l’environnement (Acte II)

À la fin des années 1980, de retour aux États-Unis, alors que les pluies acides sont désignées coupables du dépérissement des forêts européennes et nord-américaines, il contribue par son expertise politique et juridique sur le Vorsorgeprinzip en Allemagne, à l’entrée du principe de précaution dans le traité de Maastricht (Acte III).

Dans les années 1970 et 1980, conseiller officieux du German Marshall Fund à Washington, il contribue à l’enrichissement mutuel des deux rives de l’Atlantique pour les politiques environnementales, et à la création du Climate Action Network, réseau international d’ONG sur le climat (Acte IV).

Depuis le Dartmouth Collège dans le Vermont où il est professeur associé, il traite des politiques d’environnement devenues internationales, en fondant notamment une revue d’un type nouveau accueillant universitaires et politiques, et en entamant des recherches fondatrices sur la gouvernance de l’environnement (Acte V).

Participant à la coordination des ONG d’environnement et de développement en amont de la Conférence des Nations Unies sur l’environnement à Rio, il s’y rend en se consacrant déjà aux liens entre environnement et commerce (Acte VI).

Il analyse les différences entre ces deux champs et s’efforce, avec ses collègues canadiens de l’Institut International du Développement Durable (IIDD), à peser pour que l’OMC naissante soit ouverte à la société civile, et permette de résoudre les conflits entre environnement et commerce (Acte VII).

Alors que la Chine s’ouvre au monde et prépare son entrée à l’OMC, il constitue avec David Runnalls de l’IIDD un groupe d’experts internationaux pour que la libéralisation économique amorcée se fasse au profit du développement durable, pour le pays comme pour ses partenaires commerciaux (Acte VIII).

Au tournant des années 2000, alors que l’OMC semble déjà à l’arrêt, il participe aux travaux et débats sur la gouvernance internationale de l’environnement et à l’élaboration avec l’IIDD de régimes d’investissement en faveur du développement durable (Acte IX).

Dans un climat marqué par plusieurs crise sanitaires (sang contaminé, vache folle), et le sentiment de la montée en puissance des incertitudes en matière de risques environnementaux, sanitaires et géopolitiques, il contribue aux travaux sur la mise en œuvre du principe de précaution en Europe, dont dans le règlement européen REACH sur les substances chimiques et à la prise en compte de ce principe à l’OMC (Acte X).

Que reste-t-il des contributions de ce chevalier des temps modernes, de ce citoyen du monde à la personnalité hors du commun ? Son positionnement à l’interface entre sciences et politiques, ses capacités à traiter de questions complexes à l’échelle du globe, illustrent des qualités de plus en plus nécessaires aujourd’hui (Acte XI)

 

Travaux conduits dans le cadre du séjour d’étude

Le séjour d’étude avait pour but de finaliser la rédaction de l’ouvrage. Sa dernière partie (Actes IX, X & XI) relevait, outre du traitement d’une documentation très fournie sur des sujets majeurs (cf. supra), d’un défi particulier. Il s’agissait entre autres de présenter mes propres collaborations avec Konrad von Moltke au début des années 2000. Le calme et la sérénité de la Fondation des Treilles m’ont permis de passer au « je » dans certains passages, ce qui n’a pas été le plus facile.

Les deux chapitres (Actes IX & X), qui précèdent le chapitre de conclusion (Acte XI) du livre ont été rédigés aux Treilles. Leur contenu est détaillé ci-après.

L’Acte IX présente les travaux de Konrad von Moltke dans le domaine de la gouvernance mondiale de l’environnement – rapports d’expertise et publications informant le débat international « pour ou contre une organisation mondiale de l’environnement », qui, au tournant des années 2000, a fait suite à la création de l’OMC en 1994. Ce débat se prolonge aujourd’hui, suite à la réforme du programme des Nations unies sur l’environnement, dans le cadre des travaux sur le Pacte mondial de l’environnement.

Les réalisations de Konrad von Moltke, au début des années 2000, avec ses collègues de l’Institut international du développement durable (IIDD, Winnipeg, Canada) sur l’investissement et le développement durable, après l’échec d’un projet d’Accord multilatéral sur l’investissement élaboré à l’OCDE en 1998 sont également détaillées. L’IIDD a notamment produit en 2004 un projet de traité dont s’inspirent aujourd’hui des traités bilatéraux et internationaux (Union panafricaine).

L’Acte X traite des contributions de Konrad von Moltke au débat international sur l’appréhension des risques au tournant des années 2000. Il revient sur l’histoire de la séparation entre évaluation et gestion des risques aux États-Unis dans les années 1980 ; et sur les tensions transatlantiques et internationales sur le principe de précaution : dans le cadre de la négociation du Protocole de Carthagène associé à la convention sur la biodiversité au tournant des années 2000, d’une part, et des négociations qui ont présidé à l’élaboration du règlement européen sur les produits chimiques REACH au milieu des années 2000, d’autre part.

Il relate par ailleurs la filiation entre l’Institut pour une politique européenne de l’environnement (IPEE), premier think tank européen sur l’environnement, créé par Konrad von Moltke en 1976, et d’autres think tanks à la création desquels il a contribué et avec lesquels a collaboré, dont l’Ecologic Institute à Berlin et l’Iddri à Paris:  

 

Perspectives

Des démarches sont en cours pour une traduction en anglais et en allemand (Beck, Munich), et un film documentaire. Par ailleurs, des travaux de recherche pluridisciplinaires sont envisageables notamment dans les directions suivantes :

  • Si les travaux de micro histoire (construits à partir de l’œuvre et la vie d’une personne) sont nombreux, peu concernent le mouvement environnementaliste. L’histoire de ce dernier, associée à celle de l’institutionnalisation de l’environnement et de sa mise en politique aux échelons national et supranational, reste encore largement à écrire. Des travaux d’approfondissement de nombreux sujets abordés dans l’ouvrage pourraient être menés.
  • Rôle et place des langues dans la construction et l’analyse des politiques internationales d’environnement : à titre d’exemple, la multiplication des accords commerciaux bilatéraux et régionaux rend aujourd’hui difficile l’analyse des clauses associées à l’environnement dans l’ensemble de ces accords de par le monde. Elle implique en particulier de maîtriser les langues dans lesquelles ceux-ci ont été rédigés. Cette question devient aujourd’hui prégnante, alors que le poids de la Chine et de l’Asie dans le jeu mondial ne font que croître.
  • Périodisation et analyse de la place de la science dans la prise de conscience des questions environnementales ainsi que dans l’élaboration et le suivi de la mise en œuvre des politiques d’environnement : si la science a joué et joue toujours un rôle très important dans la caractérisation des dommages causés à l’environnement par les activités humaines, l’urgence de l’action à toutes les échelles, du local au global, pour relever simultanément de nombreux défis associés aux objectifs du développement durable (climat, biodiversité, pauvreté, sécurité alimentaire, santé, modes de production et de consommation…) conduit à s’interroger aujourd’hui sur de nouvelles modalités et structures de recherche, d’expertise et de prospective pour informer les acteurs, les citoyens et accompagner l’action.

 

 



Citer ce billet
ldiebold (2021, 28 janvier). Petite et grande histoire de l’environnement – Konrad von Moltke (1941-2005). Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv4w

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search