Retour vers le futur : Supports anciens et modernes de la connaissance à l’aube du XXIème siècle

Colloque organisé par Jean-Gabriel Ganascia et J. L Lebrave, Réunion préparatoire du 17 avril au 19 avril 1999

 

Participants

Denis BLAMONT (Groupement Scientifique de Télédétection Spatiale, CNRS, Strasbourg), Jean-Gabriel GANASCIA (Université de Paris VI (LIP6)), Christian JACOB (Centre Louis-Gernet, Paris), Jean-Louis LEBRAVE (Institut des Textes et Manuscrits Modernes (ITEM), Paris), Eric LECOLINET (Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications (ENSI), Paris), Jean-Michel OLLÉ (Bibliopolis, Paris)

 

 

Résumé

Tenue du 17 au 19 avril 1999 à la Fondation des Treilles, cette réunion préparatoire a permis la discussion des problématiques abordées, d’établir un programme détaillé et d’énumérer les participants pressentis pour le colloque de l’an 2000.

L’objectif de cette réunion est d’élaborer un ouvrage collectif qui fasse le point sur les supports matériels de la connaissance éclairant le présent grâce à l’analyse de dispositifs (tablettes, rouleaux, livres, etc.), apparus dans le passé, dont l’évolution et les transformations jusqu’à nos jours sont riches d’enseignements. Cette démarche devrait aider à mieux comprendre les enjeux des mutations induites par les technologies de l’information et de la communication.

Le livre imprimé tel que nous le connaissons aujourd’hui apparaît comme un objet culturel relativement récent qui a pris forme d’abord au XVe avec l’invention de l’imprimerie, puis surtout au cours du XVIIIe siècle avec la diffusion du livre et avec la triade auteur-éditeur-lecteur dont il est inséparable. Au moment où il paraît remis en cause, ne convient-il pas de revenir sur les formes plus anciennes de mémorisation, de stockage et de circulation des connaissances ?

Compte rendu

Au cours de cette rencontre, les questions discutées ont permis d’élaborer un programme détaillé :

1- Nous avons tous le sentiment qu’une évolution rapide se produit sous nos yeux, mais en même temps, nous éprouvons tous une difficulté à qualifier cette évolution. Doit-on parler de révolution ? Faut-il voir là une rupture qualitative ou un simple accroissement quantitatif ? Telle est la première question à laquelle nous aimerions répondre avec des historiens des supports de connaissances et des spécialistes des nouvelles technologies.

2-Avec les nouveaux supports, le texte se présente sous différents jours : suites de lettres, séquences de mots, de lignes, de pages, juxtaposition de fragments… Le texte ne se limite donc plus à la page imprimée, comme dans les livres traditionnels issus du codex ; il ne s’identifie pas non plus à l’antique rouleau, même si, à certains égards, il s’y apparente. Nous ne savons pas encore tirer parti de l’ensemble des possibilités de matérialisation du texte. Quelles avantages peut-on espérer ? Quels écueils faut-il éviter ?

3-Nous constatons un fort contraste entre un état ancien, dans lequel il fallait mettre en oeuvre beaucoup de moyens matériels et humains pour éditer et diffuser un texte, et un état contemporain, où tout le monde peut, sans grand effort, écrire un site sur la Toile et mettre ainsi sa production à la disposition du public. Inversement, la production d’un CD-ROM « commercialisable » exige des compétences multiples (graphistes, informaticiens, écrivains, musiciens, etc.), qui excèdent les capacités d’un seul auteur. Tout cela nous conduit à préciser les rôles et les attributions. Qui écrit ? Qui fabrique? Qui édite ? Qui est auteur ? Peut-on encore parler d’auteur ?

4-Les supports externes de la mémoire affectent nos mémoires internes individuelles, personne n’en doute : d’un côté, en allégeant certaines contraintes, ces supports laissent un cours plus libre à notre spontanéité ; d’un autre côté, en nous affranchissant de tout effort, voire de tout exercice de mémorisation, ils risquent de réduire considérablement les capacités de nos propres mémoires. L’incidence du développement de nouveaux supports externes sur la mémoire interne des individus a déjà été évoquée ; le beau roman de Victor Segalen « Les immémoriaux » en offre une belle illustration. Mais, comment en mesurer et en apprécier les conséquences exactes ? L’éclairage historique nous paraît là particulièrement révélateur.

5-Techniquement, la conservation de tous les documents disponibles, de toutes les images prises, de tous les textes écrits, de toutes les paroles prononcées n’est plus impossible… Le superbe roman d’Adolfo Bioy-Casares, « L’Invention de Morel » dresse l’horizon effrayant d’une telle conservation : pétrifiés dans l’enregistrement matériel de notre passé, où se trouverait piégé chaque molécule de notre personne, nous nous viderions de notre substance propre… Sans aller jusqu’à de telles extrémités, le choix s’avère nécessaire à la fois pour des raisons d’encombrement matériel, pour la relecture (nous nous perdrions dans une mémoire totale !) et pour des raisons juridiques (comment fonder une légitimité sans recourir à des archives qui sont, par nature, des mémoires sélectives ?). Or, ce choix ne saurait êtrе neutre… Qui plus est, toute information numérique s’avère falsifiable ; rien ne peut nous en garantir absolument l’authenticité.

6-L’air est en abondance, nous le respirons sans avoir eu besoin d’un apprentissage ; la connaissance se répand partout, peut-on l’assimiler sans rien connaître au préalable ? Quels savoirs sont requis pour profiter de l’immense réservoir potentiel librement disponible? Souvent entretenue par les hommes de pouvoir, l’illusion d’autodidaxie promet à tous l’accès immédiat à tous les savoirs du monde par le truchement des nouvelles technologies de l’information. Or, si beaucoup reconnaissent là un effet d’illusion, nous ne répondons pas, pour autant, à la question symétrique : quelle est la formation minimale requise pour s’approprier les contenus ?

7-La dernière question porte sur la différence entre données et connaissances. La profusion d’informations brutes de toutes natures (images, textes, sons, etc.) donne le vertige. Le tout venant des données, impossible à parcourir, et même à percevoir, souligne le besoin d’extraction de connaissances lisibles et intelligibles. C’est vrai dans le domaine textuel, où il y a une différence entre la simple mise à disposition des textes et leurs éditions à proprement parler. C’est vrai a fortiori dans le domaine géographique, où les images satellites se distinguent des cartes. C’est vrai de toutes les sciences sociales, histoire, droit… C’est vrai dans bien des sciences d’observation… Cela signifie que, désormais, toute connaissance se construit doublement, à la fois par le travail individuel du lecteur, qui la construit pour lui-même, et par l’entremise d’un ensemble de procédures informatiques. Or, ces procédures faites par d’autres véhiculent des connaissances implicites qui portent sur l’interprétation des données, autrement dit, des métadonnéеs auxquelles il faudrait pouvoir accéder, au risque, sinon, de laisser prise à toutes sortes d’abus intellectuels.

Organisation du colloque

En ce qui concerne l’organisation du colloque, le comité préparatoire a décidé que les interventions porteraient sur trois thèmes : « les rapports entre le texte et les différentes modalités de présentation des connaissances », « l’évolution des supports et des procédés de circulation des savoirs », ((la  légitimité du texte, de l’auteur et de la propriété intellectuelle ». Déclinée sous différentes problématiques, chacun de ces thèmes fera l’objet de présentations et de discussions, puis d’ateliers où seront évoquées des expériences concrètes.

 



Citer ce billet
ldiebold (1999, 17 avril). Retour vers le futur : Supports anciens et modernes de la connaissance à l’aube du XXIème siècle. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/quuf

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search