La main à la pâte V

Colloque organisé par Georges Charpak, Pierre Léna, Yves Quéré du 24 au 30 octobre 1998

 

Participants 

Yolène Andréo (Enseignante, 86160 Gençay), Marie-José Antoine (Enseignante, 32000 Auch), Charles Auffray (Biologiste, 94801 Villejuif), Frédérique Bachy (Enseignante et formatrice, Paris), Michel Bang (Enseignant, 97426 Les Trois Bassins, La Réunion), Guy Bernier (Enseignant, 79440 Courlay), Jean-Paul Bourbigot (Enseignant, 44340 Bouguenais), Josiane Castells (Enseignante, 97490 Sainte-Clotilde, La Réunion), Isabelle Catala (Coordinatrice Main à la pâte, Paris), Georges Charpak (Physicien, Paris), Julie Chaudoreille (Enseignante, 30500 Saint-Ambroix), Bernard-Yves Cochain (Enseignant, 78990 Elancourt), Sylvie Cordonnier (Enseignante, 54700 Pont-à-Mousson), René Cousin (Enseignant, 53000 Laval), Bruno Fady (Biologiste, 84000 Avignon), Josiane Favrot (Enseignante, 53940 Saint-Berthevin), Josiane Hamy (Formatrice, 44100 Nantes) , David Jasmin (Coordinateur Main à la pâte, Paris),Isabelle Jonquieres (de) (Enseignante, 77340 Pontault-Combault), Etienne Klein (Physicien, 91190 Gif-sur-Yvette), Jean-Louis Lang (Enseignant, 95110 Sannois), Pierre Lazlo (Chimiste, 91128 Palaiseau), Frédéric Lebret (Enseignant, 24700 Saint-Rémy-sur-Lidoire), Nathalie Legaignoux (Enseignante, 01700 Neyron), Alain Le Luez (Enseignant, 89340 Champigny), Pierre Léna (Astrophysicien, 92140 Meudon), Marie-Ange Lenhardt (Enseignante, 95130 Franconville), Roger Loriot (Enseignant, 62221 Noyelles-sous-Lens), Jean Matricon (Physicien, Toulouse), Nicole McLellan (Enseignante, 17140 Lagord), Martine Mittet (Enseignante, 93330 Neuilly-sur-Seine), Jocelyne Nomblot (Enseignante, 74100 Annemasse),Jean-François Ortemann (Enseignant, 41100 Areines), Guy Pagnier (Conseiller pédagogique, 39300 Champagnole), Pascale Pléau (Conseillère pédagogique, 69300 Caluire-et-Cuire), Jean-Paul Poirier (Géophysicien, Paris), Catherine Pouliez (Enseignante, 78700 Conflans-Sainte-Honorine), Yves Quéré (Physicien, Paris), Claudine Wittmann (Enseignante, 93400 Saint-Ouen).

Résumé

La Fondation des Treilles accueillait, pour la cinquième fois, Lune rencontre La main à la pâte. Les quatre précédentes ont vu, successivement, la naissance de La main à la pâte, l’établis­sement de ses fondements et la mise en place d’un outil d’ac­compagnement pour les enseignants : le site Internet hébergé par l’Institut national de recherche pédagogique et copropriété de l’Académie des sciences [http://www-inrp.fr/Lamap]. L’objectif de la présente rencontre était de réunir des représen­tants de la communauté scientifique et des enseignants de l’éco­le primaire, partageant l’envie d’échanger autour des sciences et convaincus que la relance de l’enseignement des sciences à l’école primaire est un défi qu’il faut relever.

Favorisée par le cadre et l’accueil exceptionnels que réserve la Fondation des Treilles, cette rencontre s’est déroulée sur un mode informel et convivial, privilégiant la liberté de parole et la qualité d’écoute. Deux communautés qui s’ignorent, bien que respectueuses et admiratrices l’une de l’autre, ont ainsi pu échanger leurs idées et tenter de mieux comprendre le rôle de chacun dans cette aventure engagée depuis trois ans. L’interaction forte entre scientifiques et enseignants a permis de jeter un éclairage nouveau sur la perception de la science par les enseignants, ainsi que sur le mode d’apprentissage et de trans­mission des sciences à l’école primaire. Outre les échanges qui se sont déroulés, cette rencontre va conduire à la publication d’un ouvrage regroupant les huit thématiques scientifiques sui­vantes :

  • la cellule (Charles Auffray, CNRS Villejuif),
  • la forêt (Bruno Fady, Avignon),

– le temps qui passe (Etienne Klein, Centre d’études ato­miques de Saclay),

– les couleurs (Pierre Laszlo, Ecole polytechnique, Palaiseau),

  • le Soleil (Pierre Léna, observatoire de Paris-Meudon, uni­versité Denis-Diderot, Académie des sciences),
  • musique et vibrations (Jean Matricon, université Denis-Diderot) ,

– la Terre, planète vivante (Jean-Paul Poirier, Institut de géo­physique du globe de Paris, Académie des sciences),

– les matériaux (Yves Quéré, Ecole polytechnique, Palaiseau, Académie des sciences).

Compte rendu

Vingt-huit représentants de la communauté enseignante de l’école primaire avaient été sélectionnés parmi de nombreuses candidatures. Les enseignants ou conseillers pédagogiques ori­ginaires de vingt et un départements ont été choisis en fonction de leur engagement dans la pratique des sciences. Ils étaient tous convaincus qu’un tel enseignement avait transformé leur pratique pédagogique. Ils constituaient un groupe représentatif de la communauté enseignante française, puisque les propor­tions d’enseignants de formation scientifique, exerçant en milieu urbain, rural ou en quartiers difficiles, à l’école mater­nelle ou élémentaire étaient respectées. Mais tous partageaient une même méthode d’enseignement : l’enfant acteur de son apprentissage.

Pour éviter une structure de cours magistral, les enseignants, répartis en trois groupes, rencontraient les huit scientifiques et discutaient autour du thème de l’atelier en vue de la construc­tion d’un savoir commun. Au fil des jours et des différents ate­liers, les enseignants ont mis à distance la traduction pédago­gique qu’ils pourraient faire de ces connaissances dans leur clas­se pour se laisser aller au plaisir de la découverte, à l’apprentis­sage personnel, à l’échange. Cette rencontre était placée sous le signe du plaisir de la science. A l’issue de cette rencontre, les scientifiques, sensibilisés à la problématique de leurs parte­naires, ont été chargés de rédiger un chapitre d’un ouvrage trai­tant des huit thématiques scientifiques abordées. Les ensei­gnants présents étaient, pour leur part, des relecteurs attentifs veillant à l’accessibilité des notions. Ce livre, dont la publication est programmée pour la prochaine rentrée scolaire, s’adressera aux enseignants : l’objectif est de leur offrir le moyen d’accéder, sans crainte, à une connaissance scientifique sur quelques sujets. Leur montrer que c’est possible diminuera leur appréhension face à telle ou telle discipline qu’ils maîtrisent mal et tentera de les réconcilier avec les sciences. Plus qu’un outil de travail cet ouvrage procurera, tout simplement, le plaisir de com­prendre et leur permettra d’enrichir leur culture scientifique personnelle.

Partenariat scientifiquesenseignants

Ce livre ne pourra entièrement témoigner de la richesse des échanges qui ont lieu lors de cette rencontre et des liens humains qui s’y sont tissés. Il est difficile de rendre compte de l’atmosphère qui a régné. Malgré la timidité des enseignants face à la science et à la diversité de l’auditoire, les échanges ont été féconds. Les scientifiques ont pris conscience que les ensei­gnants souhaitent aussi recevoir un message scientifique, des connaissances et non des propositions immédiates d’activités. Certains scientifiques ont avoué s’être antérieurement trompés en voulant apporter des activités scientifiques toutes prêtes à l’enseignant. Les scientifiques ont été admiratifs devant la quali­té d’écoute et devant la culture des enseignants présents. Il appa­raît donc désormais possible que la culture scientifique appar­tienne à la culture générale si ces deux communautés échan­gent des idées d’égal à égal et travaillent ensemble à la relance de l’enseignement des sciences. La communauté scientifique présente a pris conscience de l’importance des échanges infor­mels et de la nécessité que d’autres scientifiques se mobilisent, dans toute la France, pour partager leurs connaissances avec des enseignants et amorcer un travail coopératif.

A ces deux communautés, cette rencontre a offert l’occasion de mieux se connaître et donc de mieux se comprendre. Le rapport à la science que peuvent avoir les enseignants est très divers. Chaque enseignant a, en guise de témoignage, écrit briè­vement quel pouvait être son rapport à la science avant et après cette rencontre. Il est très difficile de faire une synthèse de ces témoignages incluant l’implication de chacun dans les sciences, mais quelques idées fortes et communes s’en dégagent.

Les enseignants et les scientifiques

Cette rencontre a permis aux enseignants de démythifier l’image qu’ils avaient des scientifiques. Le stéréotype du scienti­fique isolé, inaccessible, au langage abstrait, théorique et incom­préhensible, n’a plus cours. Tous ont été frappés par les qualités humaines des chercheurs, ainsi que par l’intérêt et la reconnais­sance qu’ils pouvaient porter à l’école primaire. Perçus initialement comme des êtres privilégiés, détenteurs d’un savoir leur permettant de faire avancer la science, de découvrir le monde et, par ce fait même, de diriger, ils apparurent aussi comme des êtres humains, passionnés par leurs recherches et dont les connaissances dépassent le simple champ de leur spécialité. Aux yeux de beaucoup, la science s’est révélée être pluridisci­plinaire, associant par exemple l’histoire, l’art ou la philosophie. Les scientifiques donnent du sens au monde. Les scientifiques ont un discours abordable et tentent de transmettre un savoir. Les enseignants sont séduits par la limpidité de pensée et d’ex­plication, et conçoivent que ce qui se comprend bien s’énonce bien. La dimension du travail en équipe ne leur a pas échappé, à eux qui ne sont finalement pas toujours familiers avec ce mode de travail. Le travail coopératif apparaît comme la clé de l’avancement des recherches. Le contact avec les scientifiques leur semble dès lors possible, mais surtout indispensable pour accéder à certaines connaissances. Enseigner les sciences ne semble plus être possible sans une certaine présence de scienti­fiques. Ces derniers ont réamorcé le plaisir d’apprendre qu’avaient perdu certains enseignants. Les deux conclusions fortes qui émergent de ces échanges pourraient faire évoluer le rapport aux sciences des enseignants, ainsi que leur pratique pédagogique :

  • le scientifique s’interroge face aux phénomènes et prend l’erreur comme dynamique de son travail,
  • il faut faire preuve d’humilité par rapport aux questions des enfants. L’enseignant doit apprendre à. dire « je ne sais pas ».

Les enseignants et la science

Outre l’image des scientifiques, le rapport des enseignants à la science elle-même a évolué au cours de cette semaine de ren­contre. Quelques enseignants considèrent, qu’au cours de leur scolarité et de leurs études, ils se sont désintéressés des sciences qui leur ont toujours été présentées de façon abstraite et déta­chées du monde réel. C’est en s’intéressant à la construction du savoir et à leur pratique pédagogique qu’ils ont pris conscience que la démarche scientifique était utilisée dans d’autres domaines que les sciences. Leur volonté d’améliorer leur pra­tique pédagogique, construite autour d’un apprentissage actif par l’enfant, les a réconciliés avec les sciences, qui se prêtent bien à cet exercice. Tous reconnaissent porter en eux un intérêt, de plus ou moins longue date, pour les sciences. Tous confes­sent leur sentiment d’avoir une culture scientifique insuffisante, ne faire qu’effleurer les phénomènes scientifiques sans en avoir une vision construite et progressive. Certains avouent leur angoisse à aborder certaines thématiques et considèrent les sciences comme « une boîte noire » détentrice de vérité.

Les enseignants étaient persuadés que les sciences étaient des lois, des règles immuables, inaccessibles, impénétrables qui décrivent l’univers.

Parmi les idées fortes, le fait que les sciences soient pluridis­ciplinaires semble se dresser en véritable révélation. La relation entre les différentes disciplines donne naissance à de nouvelles connaissances et favorise la construction du savoir. Les sciences avaient pour certains l’image poussiéreuse de lois figées. Ils se sont rendu compte que ces lois évoluent, qu’elles se construi­sent, s’affirment, se précisent au fil des découvertes. La science est une discipline vivante. On ne connaît pas tout sur un domai­ne, les connaissances sont toujours en cours d’acquisition. C’est un facteur dynamisant pour réamorcer un apprentissage des sciences, mais aussi déstabilisant, puisque les acquis peuvent apparaître erronés, ou au moins périmés, s’ils ne sont pas réac­tualisés.

Outre le fait que nul ne peut tout savoir, les sciences se sont révélées moins austères ; elles peuvent se raconter, mais une for­mation est nécessaire. Contrairement à l’idée que certains ensei­gnants avaient avant cette rencontre, tous sont maintenant convaincus que les sciences aident à comprendre et à expliquer le monde qui nous entoure.

Tous se sont ralliés au fait que la démarche est importante, qu’il faut apprendre à se poser des questions, à émettre des hypothèses en essayant de trouver des solutions par rapport aux résultats existants, mais aussi en expérimentant. Les décou­vertes scientifiques sont issues d’une succession d’étapes iden­tiques à celles de la construction du savoir, permettant de for­mer l’esprit critique des élèves de l’école primaire, acteurs du monde de demain. Penser forme les outils de notre découver­te du monde.

Faire passer un discours scientifique, compréhensible, non déformé ou tronqué, est de nature à réconcilier les enseignants avec l’enseignement des sciences. La science est une discipline qui se construit depuis des millénaires. L’épistémologie des sciences est à inclure dans la pédagogie des sciences, afin de réa­liser la dimension philosophique de la recherche et de la nais­sance des concepts scientifiques.

Les enseignants et leur pratique pédagogique

Au cours de cette rencontre, les enseignants ont réalisé que, souvent, leurs représentations initiales bloquaient la construc­tion de nouveaux savoirs. Ils ont admis que l’on ne peut pas tout comprendre. La capacité du formateur à expliquer sans « dénaturer », sans basculer vers des notions erronées est un réel enjeu. L’enseignant prend conscience qu’il doit utiliser les com­pétences des scientifiques pour se rassurer et être guidé vers l’es­sentiel, vers « le juste à transmettre », pour « ne pas se perdre, se compromettre, fabuler ». L’enseignant se place dès lors en perpétuelle situation d’apprentissage.

Au cours des différents ateliers, les enseignants ont remis en question leurs connaissances, leurs démarches, leur mode d’apprentissage et de transmission, en particulier sur des sujets traités en classe et perçus comme simples. Ils avouent être plus vigi­lants sur des thématiques éloignées de leur environnement quotidien. Ils sont dorénavant conscients du fait que simplifier peut faire naître des erreurs et qu’ils doivent améliorer la qualité de leur enseignement.

Cette rencontre a également permis d’engendrer de nom­breux échanges sur l’opération La main à la pâte et de perce­voir comment les enseignants interprétaient cette dynamique :

La main à la pâte n’est pas « une expérience à réaliser deux fois par semaine », mais un réel état d’esprit,

– tous les domaines de l’enseignement, et pas seulement les sciences, sont concernés,

– mettre la main à la pâte, c’est s’y plonger entièrement ; toute la vision de l’enseignement en est modifiée.

Cette rencontre a apporté une nouvelle dynamique aux enseignants qui se sentent dès lors soutenus par une commu­nauté scientifique prête à s’engager à leurs côtés. Les enseignants présents sont repartis dans leur classe investis d’une mission de transmission de leurs nouveaux savoirs auprès de leurs col­lègues. Ils ont tous mesuré l’importance du travail en équipe. Un réseau d’enseignants prêts à coopérer est né de cette « inou­bliable » rencontre placée sous le signe du plaisir des sciences.

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search