Résultats de la coopération franco-russe en géophysique mathématique et perspectives

Colloque organisé par Jacques Dubois, Vladimir Keilis-Borok et Jean-Louis Le Mouël du 17 au 21 octobre 1998

Participants

Elena Blanter (International Institute of Earthquake Prediction Theory and Mathematical Geophysics (IIEPTMG), Moscow), Boris Bukchin (IIEPTMG), Jean-Pierre Causse (Comité scientifique, Fondation des Treilles), Vincent Courtillot (ministère de l’éducation nationale, Paris), Jacques Dubois (Institut de physique du globe de Paris (IPGP), Yves Gaudemer (IPGP), Mathias Holschneider (IPGP), Vladimir Keilis-Borok (IIEPTMG), Andrei Khokhlov (IIEPTMG), Vladimir Kossobokov (IIEPTMG), Jean-Louis Le Mouël (IPGP) , George Molchan (IIEPTMG), Jean-Paul Montagner (IPGP), Clément Narteau (IPGP), Alain Noullez (Observatoire de Nice-Côte d’Azur, Nice), Igor Primakov (IIEPTMG), Pascal Sailhac (IPGP), Peter Shebalin (IIEPTMG), Michael Shnirman (IIEPTMG), Donald L. Turcotte (Cornell University, Ithaca, New York), Jean-Pierre Vilotte (IPGP)

Résumé

Le colloque qui s’est tenu aux Treilles en octobre 1998 avait pour premier objet la présentation des résultats obtenus dans le cadre d’une coopération entre l’Institut de physique du globe de Paris (IPGP) et l’Institut international de recherches sur la théorie de la prédiction des séismes et de géophysique mathématique de Moscou (MITPAN), coopération qui date de la fin de 1992. Une conférence sur le thème “Mathématiques et géophysique” avait eu lieu aux Treilles, sur l’initiative de la Fondation Schlumberger, en avril 1990. Les organisateurs de cette conférence étaient : côté français, les professeurs Vincent Courtillot et Jean-Louis Le Moud, côté russe, le professeur Vladimir I. Keilis-Borok. Quelques années plus tard, le groupe de travail, qui s’est réuni dans les mêmes lieux, devait établir le bilan de cette coopération et tracer ses perspectives d’avenir.

Ce fut le premier essai d’une nouvelle forme de coopéra­tion scientifique : l’IPGP ouvrit deux postes de chercheurs permanents, qui furent occupés par rotation par les membres des équipes du MITPAN qui vinrent à Paris pour des périodes de trois mois.

L’idée d’un tel système avait deux objectifs :

  • aborder des thèmes de recherche qu’aucun des parte­naires n’aurait menés à bien seul ;
  • participer au maintien en place des meilleures équipes russes de recherche, en donnant aux chercheurs une autre voie que celle de l’émigration.

Six professeurs et neuf docteurs de l’IPGP furent impli­qués dans cette coopération. Ce fut pour les deux parties un grand succès, si l’on en juge par le nombre, l’originalité et la qualité des publications scientifiques dans les meilleures revues internationales qui en résultèrent.

Après cinq ans de cette coopération, le moment d’organi­ser un colloque sur les résultats obtenus et sur les perspec­tives de la coopération était venu et, tout naturellement, ce fut la Fondation des Treilles qui accepta d’accueillir ce col­loque.

Compte rendu

Les présentations d’ouverture furent faites par les deux responsables scientifiques du programme, le professeur Jean-Louis Le Moud pour la France et le professeur Vladimir Keilis-Borok pour la Russie.

Le premier thème abordé fut celui de la fracturation et de la sismogenèse, qui ont été l’objet d’applications de méthodes mathématiques nouvelles faisant appel aux cas­cades hiérarchiques de fracturation de blocs, d’auto-organi­sation critique, ainsi qu’aux techniques multifractales, aux intermittences et aux notions de chaos déterministe.

Le deuxième thème portait sur la dynamo terrestre et le champ géomagnétique. Des modèles hiérarchiques de dyna­mo furent présentés, mais aussi les résultats obtenus récem­ment par le groupe franco-russe de géomagnéticiens sur l’ef­fet Backus (unicité d’un problème de potentiel). Les résultats des traitements par l’analyse en ondelettes des données des champs de potentiel furent exposés.

Dans le troisième thème, on revint au sujet de la prédic­tion des tremblements de terre qui avait fait l’objet d’une ses­sion, lors de la réunion d’avril 1990 des deux groupes fran­çais et russe. Les progrès obtenus depuis furent exposés et de nouvelles expériences portant sur les signaux électriques associés aux variations des régimes de contrainte furent décrites.

Pendant la quatrième journée de la rencontre, après deux communications montrant les extensions des méthodes d’analyse non linéaire à d’autres domaines, les responsables de la coopération, Jean-Louis Le Moud et Vladimir Keilis­Borok engagèrent une discussion sur les perspectives à venir de la coopération.

Fracturation, sismogenèse

La journée du dimanche 18 octobre fut consacrée à ce thème. Il y eut cinq présentations, suivies de discussions durant la matinée.

Igor Primakov décrivit le modèle de disques mobiles développé avec son collègue Michaïl Shnirman. Ce modèle “jouet”, rendant compte de la sismicité grâce à l’interaction d’un ensemble de disques mobiles, fut utilisé pour évaluer la vitesse du processus de chaos dans un espace de phase. Les auteurs mettent en évidence ce qu’ils désignent sous le terme de chaos faible, caractérisé par des exposants de Lyapounov qui suivent des lois de puissance (donc la diver­gence des trajectoires de phase sur l’attracteur est moins grande que dans le cas d’un chaos classique type Lorenz ou Rôssler). Les auteurs démontrent qu’un tel modèle reproduit quelques propriétés importantes de la sismicité en termes de dissipation d’énergie.

Le modèle présenté ensuite par Clément Narteau (coau­teurs : Jean-Louis Le Moud, Claude Allègre et Peter Shebalin) a donné plusieurs publications importantes. Il s’agit du modèle SOFT (Self Oreanized Fracturation and Tectonics). La stratégie utilisée dans ce type de modèle est la même en ce qui concerne la fracturation et la dynamo terrestre.

A première vue, la fracturation d’une zone de failles et la turbulence en présence d’un champ magnétique au sein du noyau terrestre sont des sujets de recherches si vastes et dis­tincts, qu’il est rare de les aborder simultanément. Cependant, toutes les observations nous montrent que, sur l’échelle des temps géologiques, les tremblements de terre ou les inversions du champ magnétique terrestre ont toutes les caractéristiques d’un phénomène critique, que les notions d’invariance d’échelle et d’auto-similarité sont omni­présentes dans la géomorphologie d’une zone de faille et dans l’étude de la turbulence. En conséquence, on propose de développer pour chacune de ces disciplines une approche commune basée sur l’utilisation de systèmes hié­rarchiques ou d’automates cellulaires. Ces structures mathé­matiques permettent alors d’appliquer des lois issues de la théorie du Groupe de renormalisation. Ces modèles se justi­fient d’autant plus que le constant développement de la phy­sique non linéaire conduit à des résultats qui ne trouvent pas toujours d’explications dans les théories classiques de la phy­sique. Nous sommes désormais capables d’observer la sensi­bilité de nos systèmes dynamiques à différentes variables et donc de mieux appréhender l’origine des différentes séquences d’inversions ou des séquences de séismes.

Dans le cadre de la coopération franco-russe sur ces modèles, les chercheurs impliqués sont Claude Allègre, Jean-Louis Le Mouêl, Peter Shebalin, Michaïl Schnirman et Elena Blanter.

La présentation suivante par Peter Shebalin portait sur la structure hiérarchique des amassements des répliques d’un séisme dans le temps. Ce phénomène, bien connu des sis­mologues, a été étudié par des méthodes d’analyse non linéaire sur des séismes et leurs répliques (de Californie, du Japon) par Peter Shebalin et ses coauteurs I. Rotwain et Claude Allègre. Ils observent que la dimension fractale de la distribution temporelle des répliques est inférieure à 1 dans des intervalles de temps variant de quelques heures à quelques jours après le séisme principal. Par ailleurs, l’esti­mation du paramètre principal de la loi d’Omori dépend exponentiellement de la magnitude de coupure des répliques. Ces deux propriétés peuvent être interprétées par l’effet de cascade (bifurcation hiérarchique) des répliques, ajouté à celui des lacunes des catalogues.

Boris Bukchin regroupa ensuite, dans deux exposés suc­cessifs, les travaux réalisés dans les domaines de l’analyse des sismogrammes large bande pour étudier les phéno­mènes à la source sismique. Les données observées repérées dans le temps et l’espace résultent du produit de convolu­tion d’un moment de densité (effet à la source) par l’effet du milieu traversé par les rais sismiques. Le problème classique, qui se pose au sismologue de la source, est de séparer ces deux fonctions à partir du signal résultant. Ce programme est mené avec le groupe Géoscope de l’IPGP.

Le deuxième sujet était relatif aux reconstructions régio­nales des champs de contraintes et de déplacements. Ces reconstructions peuvent être établies à partir de la sismicité faible si l’on remarque qu’il y a auto-similarité entre les petits et les forts séismes.

L’après-midi du 18 octobre comprenait trois exposés.

George Molchan traita de l’aspect mathématique de la multifractalité dans un modèle de turbulence bien dévelop­pée et sur une séquence sédimentaire. Dans ce développe­ment, il fit l’analyse de l’hypothèse log-normale de Kolmogorov. Cela l’amena à conclure sur trois points : 1) la critique de l’hypothèse log-normale n’est pas correcte, mais le modèle log-normal reste utile ; 2) la critique de modèles de cascades indépendante n’est pas correcte ; 3) indépen­damment d’une applicabilité possible des modèles de casca­de, le fait d’une possible violation du principe de “l’ergodi­cité” devrait être pris en compte.

Dans le domaine des transports turbulents et de l’inter­mittence, Alain Noullez, de l’observatoire de Nice, montra comment l’équation de Burgers fut proposée à l’origine comme un modèle simplifié de turbulence hydrodyna­mique. En collaboration avec Uriel Frisch, il démontra qu’el­le pouvait être utilisée pour modéliser une grande classe de modèles physiques présentant simultanément de faibles non-linéarités et une dispersion négligeable. En particulier, elle décrit parfaitement la propagation d’ondes d’amplitude finie en milieu compressible, par exemple en acoustique ou en sismologie. Dans ce cadre, les auteurs ont montré que l’évolution de signaux de type bruit blanc ou coloré conduit rapidement à la formation d’ondes de choc dont on peut caractériser la distribution des amplitudes et des séparations. Pour ce faire, de nouveaux algorithmes numériques ont été introduits qui auront certainement des applications dans d’autres domaines de la physique.

Quant à Jean-Pierre Vilotte, il développa des méthodes directes qu’il mène par modélisation numérique grâce aux puissants moyens de calculs du Centre national de calcul parallèle dont il assure la responsabilité. Ses recherches por­tent sur des modélisations de la phase d’initiation (nucléa­tion et instabilités) et la dynamique d’une faille au moment et un peu après le début de la rupture.

La dynamo terrestre et le champ géomagnétique

La deuxième journée fut consacrée à ce thème. Jean-Louis Le Mouël introduisit le sujet de la géodynamo, considéré depuis les années cinquante comme le modèle le plus logique pouvant engendrer le champ géomagnétique inter­ne, ses variations séculaires et ses inversions. Il souligna aussi l’importance des approches récentes qui ont permis de mieux comprendre le fonctionnement de cette géodynamo à l’intérieur et à la surface du noyau terrestre. Il se trouve que ces recherches constituent l’un des thèmes majeurs de la coopération entre l’IPGP et le MITPAN.

Clément Narteau (coauteurs Jean-Louis Le Moud et Claude Allègre) reprit les principes du modèle qu’il avait présenté la veille pour décrire le modèle de cascade de la dynamo. Puis, Michaïl Shnirman, qui travailla en collaboration avec Jean-Louis Le Moud, Clément Narteau et Elena Blanter sur un modèle de “aw-dynamo”, décrivit le mécanisme des cas­cades ascendantes et descendantes dans ce modèle.

Andrei Khokhlov présenta deux résultats théoriques et deux résultats pratiques de la théorie du potentiel géoma­gnétique. La partie théorique consiste en deux théorèmes d’unicité qui montrent la possibilité de reconstruire le champ magnétique principal à partir d’observations à la sur­face de la Terre faites seulement sur son intensité ou seule­ment sur sa direction. Des estimations pratiques dans la pré­cision de ces reconstructions ont été faites. Les recherches théoriques ont été menées en collaboration avec Jean-Louis Le Moud et Gauthier Hulot. L’extension aux directions paléomagnétiques a été faite avec Vincent Courtillot et Julie Cadut.

Vincent Courtillot intervint alors pour insister sur la néces­sité des efforts à réaliser dans le domaine de la collecte des données à différentes échelles de temps. C’est le souci constant des membres du laboratoire de paléomagnétisme de l’IPGP. Il montra, avec des exemples simples, les difficul­tés que l’on rencontre pour recueillir, traiter et interpréter les données historiques (observatoires) archéomagnétiques et paléomagnétiques, qui sont les clés des validations des modèles exposés dans cette session.

Pour terminer cette matinée, Vladimir Kossobokov décri­vit, sur des données d’observatoire, l’aspect crucial de la visualisation des données magnétiques et électromagné­tiques (variations dans l’espace des phases, traitement et interprétations).

L’après-midi fut consacré à trois présentations méthodolo­giques sur l’analyse par ondelettes.

La première, par Mathias Holschneider, portait sur l’analy­se en ondelettes du mouvement de l’axe de rotation de la Terre. Depuis le début du siècle, des mesures astronomiques et, depuis les années soixante, des mesures satellitaires de grande précision existent, permettant d’établir la position de l’axe de rotation instantané de la Terre. Il se trouve que le signal du mouvement du pôle contient deux composantes dominantes : l’une avec une fréquence de un an et l’autre autour de 434 jours, appelée la composante de Chandler. Dans un travail commun, Dominique Gibert, Jean-Louis Le Moud et Mathias Holschneider ont rendu plausible l’hy­pothèse que les irrégularités du mouvement de Chandler et certains événements géomagnétiques sont étroitement liés. En effet, en utilisant une technique de filtrage non station­naire en ondelettes, ils arrivent à découper le mouvement total du pôle en quatre composantes plus un résidu repré­sentant un terme de dérive séculaire. En utilisant une tech­nique non linéaire de type “arête” dans le plan ondelettes, ils ont montré que des sauts de phases existent dans la compo­sante prograde de Chandler à des instants isolés. Par ailleurs, la composante Y de la variation séculaire du champ magné­tique terrestre montre aussi des singularités à certains ins­tants isolés. Ce phénomène planétaire est remarqué dans tous les observatoires magnétiques et l’on parle de jerks magnétiques. La surprise a été de constater que ces événe­ments étant aléatoires et il est très probable que les deux phé­nomènes ont une cause commune.

La deuxième présentation relative à l’utilisation de onde-lettes était celle de Pascal Sailhac, qui a utilisé ces outils dans l’analyse des champs de potentiels.

La méthode utilisant la transformation en ondelettes continues est fondée sur une ondelette mère dérivée de la fonction de Green de l’équation de Poisson. Elle permet de généraliser et de mieux comprendre diverses méthodes clas­siques d’interprétations : déconvolution d’Euler, signal ana­lytique, dérivation, prolongement vers le haut, spectre de puissance de Fourier, etc. Présentée de façon simplificatrice, cette méthode revient à observer les propriétés du champ, dérivé et prolongé vers le haut. Elle donne une représenta­tion dans le demi-plan supérieur, où les sources locales sont des singularités du sous-sol qui forment des traces en forme de longs cônes verticaux. Des calculs analytiques de la réponse en ondelettes de diverses sources magnétiques éten­dues et de géométries simples permettent d’aborder l’appli­cation de la méthode à l’étude de deux filons et une faille de la Guyane française. Une construction géométrique permet de localiser les sources (position horizontale et profondeur) et une relation d’échelles permet d’obtenir un exposant caractérisant le type de source ; l’utilisation d’ondelettes complexes pour l’analyse de l’anomalie du champ total per­met d’obtenir l’orientation de l’aimantation des sources.

Dans une troisième présentation, Jean-Paul Montagner traita de la tomographie sismique à différentes échelles. En effet, les problèmes géophysiques sont multiscalaires, aussi bien au niveau spatial que temporel. La sismologie est capable d’aborder à la fois l’étude des séismes et de la struc­ture de la Terre à plusieurs échelles spatiales. L’auteur présente dans son exposé l’évolution des méthodes tomogra­phiques au cours des cinq dernières années. Elles permettent maintenant d’avoir une résolution latérale de l’ordre de quelques centaines de kilomètres et de prendre en compte les progrès théoriques sur la propagation des ondes sis­miques en milieux hétérogènes, anélastiques et anisotropes. Les nouveaux défis de la tomographie consistent à cartogra­phier beaucoup plus finement les objets de petite taille, tels que les panaches mantelliques et les plaques plongeantes, notamment dans la zone de transition (au sens large : 400­1 000 km) et dans la couche D» à l’interface manteau-noyau. Le sort des plaques plongeantes n’est pas unique, ni l’origi­ne des panaches mantelliques. Certains, les superplumes (l’un sous le Pacifique central, l’autre sous l’Afrique), pro­viendraient de la couche D», d’autres de la zone de transi­tion. Les images les plus récentes démontrent donc que les échelles de convection dans le manteau sont étroitement imbriquées.

Prédiction des tremblements de terre, phénomènes électriques

L’approche des algorithmes de prédiction mis au point par le groupe des sismologues russes repose sur une analyse sta­tistique des catalogues de la sismicité. Vladimir Kossobokov présenta dans son exposé une réflexion sur l’aspect statis­tique de la méthode.

La présentation d’Elena Blanter (coauteurs : Mikhaïl Schnirman, Claude Allègre et Jean-Louis Le Moud.) portait sur la description d’un modèle hiérarchique de blocs mobiles dans deux directions perpendiculaires. L’évolution temporelle du système est étudiée en utilisant une équation d’énergie cinétique. Le comportement du modèle est essen­tiellement dynamique à un état critique auto-organisé. Ce tra­vail montre que le modèle suit les propriétés générales de la sismicité naturelle — le cycle sismique, activité sismique de précurseurs et de répliques, loi d’Omori rendant compte de la décroissance de l’activité des précurseurs et de la confor­mité avec la loi de Gutenberg et Richter.

La présentation suivante, par Jacques Dubois (coauteurs : Peter Shebalin et Vladimir Keilis-Borok), portait sur la des­cription d’un nouvel algorithme de prédiction, dérivé des algorithmes M8 et CN, qui semble mieux adapté à la sismi­cité relativement faible de l’arc des Antilles. Il repose sur les mêmes principes que ses prédécesseurs : interaction à gran­de échelle de systèmes de failles étendus, apparition d’événements précurseurs vagues qui, pris isolément, ne suffi­raient pas à la prédiction, similarité à une échelle globale des phénomènes précurseurs, dépendance de la sismicité d’une dynamique non linéaire, du chaos et de l’auto-organisation de systèmes instables.

Dans l’algorithme proposé, la fonction la plus importante qui caractérise l’imminence d’un séisme quantifie le fait d’observation suivant : on constate, dans un bruit de fond sismique donné pour une région sismique donnée, que tous les séismes importants se situent dans le temps et dans l’es­pace en un lieu où l’activité moyenne sismique a considéra­blement décru. Cette période de silence dans la zone don­née précède généralement une brutale libération des contraintes par un séisme important. L’algorithme suit donc, dans le temps et l’espace, l’évolution de cette fonction de densité sismique. L’alerte est donnée lorsqu’elle s’écarte au-delà d’un seuil donné de sa valeur normale.

Les travaux réalisés sur les signaux électriques associés à différents paramètres de l’environnement jouant sur la cir­culation des fluides dans les roches furent présentés par Vladimir Kossobokov (coauteur : Jean-Louis Le Moud).

Les présentations de la matinée se terminèrent avec une synthèse des résultats établis en Grèce par la méthode VAN. Jean-Louis Le Moud montra comment certains des signaux SES (Seismic Electrical Signals) pouvaient trouver leurs inter­prétations et leurs causes dans des phénomènes externes, comme les bruits d’origine industrielles et les effets tellu­riques des émissions d’ondes radioélectriques.

L’après-midi, deux communications portèrent l’une sur l’aspect théorique de l’étude multifractale d’un mouvement Brownien fractionnaire, l’autre sur l’application des analyses de géométrie fractale à la géomorphologie.

George Molchan présenta les principaux résultats qu’il a obtenus au sujet du problème théorique qui lui fut proposé par le mathématicien Yakov Sinaï : la propriété de multi­fractalité de l’ensemble Z des zéros dans un mouvement Brownien w(t), t O. Son exposé fut purement mathéma­tique et il examina le maximum des queues de distribution de probabilités dans l’équation de Burgers, ainsi que dans le modèle de sédimentation qu’il avait analysé sous un autre aspect lors de sa précédente communication.

Yves Gaudemer montra, à l’aide des exemples concrets pris dans ses données des études tectoniques menées au Tibet, comment l’érosion façonne les reliefs sans cesse modifiés par la forte activité tectonique de cette région.

L’approche fractale, qui trouva dans ce domaine de recherche géomorphologique ses premières applications spectaculaires, doit permettre de traiter les données nom­breuses obtenues à différentes échelles du temps et de l’es­pace.

Extensions et perspectives

La quatrième journée du colloque commença par deux présentations de Vladimir Keilis-Borok.

La première présentation était consacrée à une réflexion sur la nouvelle génération des algorithmes de prédiction des tremblements de terre. Cette nouvelle génération devra bénéficier des développements des bases de données qui dépassent les seuls catalogues pour inclure les observations satellitaires, l’ensemble des mouvements à vitesses diffé­rentes depuis la sismicité, le fluage, les données GPS, la néo­tectonique, l’ensemble des champs de contraintes et de déformation, le champ go-électrique et le régime des fluides, la géochimie.

La seconde présentation montrait comment les outils de la dynamique non linéaire pouvaient s’appliquer à d’autres champs distincts. L’exemple choisi était un modèle de pré-récession aux Etats-Unis fondé sur l’évolution de six indices économiques.

Chacune des cinq récessions qui se sont succédé aux Etats-Unis depuis 1962 a été précédée par une tendance spécifique de six indices économiques, qui sont définis au plus bas niveau de résolution. Cette tendance fut observée pendant six à quatorze mois avant chaque récession et à aucun autre moment, suggérant un algorithme de prédiction hypothé­tique, à tester par le succès de ses prédictions. L’algorithme est robuste : les alarmes diagnostiquées rétrospectivement restent identiques après variation de ses paramètres numé­riques ajustables et des autres décisions non uniques impli­quées dans leur détermination. Des efforts supplémentaires dans cette direction semblent justifiés.

Donald Turcotte, l’un des pionniers de l’application des fractals et du chaos dans les sciences de la Terre, termina cet ensemble de communications.

Après l’interruption de la mi-matinée, vint une discussion générale conduite par les deux responsables de la coopéra­tion, Jean-Louis Le Moud et Vladimir Keilis-Borok, sur les perspectives ouvertes à cette collaboration entre les groupes français et russe.

Les questions principales portèrent sur la place de ces travaux dans le contexte des grands programmes nationaux et internationaux. Ils furent reconnus comme bien intégrés dans les actions de la décennie du risque, du PNRM (Jean-Louis Le Mouèl, Yves Gaudemer), mais l’effort national et international est encore insuffisant par rapport à ce qui est fait dans d’autres domaines (climat, astronomie). On peut toutefois noter quelques avancées, comme le programme Demeter.

A l’intérieur de l’IPGP, il est souhaitable que certains départements, ceux de sismologie ou de tectonique par exemple, soient plus ouverts aux approches développées dans le cadre de cette collaboration (Igor Primakov, Yves Gaudemer, Jean-Louis Le Mouê1).

Un effort particulier doit être fait pour acquérir et traiter de nouvelles données (Vladimir Keilis-Borok, Jean-Pierre Vilotte, Jean-Paul Montagner). La compréhension physique des phénomènes à la source des tremblements de terre est aussi évoquée par plusieurs participants (Jean-Louis Le Moud, Andrei Khoklov, Jean-Pierre Vilotte, Alain Noullez). Cependant, Donald Turcotte pose la question : “qu’entendez-vous par comprendre un tremblement de terre ? Est-il nécessaire de connaître la physique du phéno­mène pour prédire son occurrence ?” A l’appui de cette idée, Vladimir Keilis-Borok donne l’exemple des lois de Kepler, dont les vérifications précises ne vinrent que plus tard. La notion de statistique est évoquée à de nombreuses reprises et Vladimir Kossobokov craint que beaucoup de sismo­logues et de géomagnéticiens ignorent ce qu’est réellement une statistique, ce qui entraîne beaucoup de malentendus dans leur utilisation. Il cite Frank Press : “That is the curse of statistics, that it can never proue things, only disprove them.”

La position des jeunes chercheurs qui ont participé à ce débat, comme Clément Narteau et Pascal Sailhac, paraît plus pragmatique : appliquer à des observations qui sont néces­sairement incomplètes et “bruitées” des outils de traitement et de modélisation pour tâcher de mieux prévoir l’évolution des phénomènes étudiés.

Il restera de cette réunion, pour tous les participants, le sentiment d’avoir eu l’occasion d’échanger de façon conti­nue nos idées sur un thème en plein devenir et de mesurer le chemin parcouru depuis les premières réunions organi­sées aux Treilles. L’intérêt et l’enthousiasme des jeunes cher­cheurs pendant cette réunion montrent que la voie ouverte par les nouvelles approches de la dynamique non linéaire est très prometteuse dans les domaines de la physique du globe, ainsi que de l’étude des phénomènes naturels et des risques majeurs. Le fait d’avoir associé dans cette entreprise les chercheurs du MITPAN et de l’IPGP a donné l’élan néces­saire. La Fondation des Treilles doit trouver ici toute notre reconnaissance pour avoir contribué au développement de ces recherches.



Citer ce billet
ldiebold (1998, 22 octobre). Résultats de la coopération franco-russe en géophysique mathématique et perspectives. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/quu9

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search