Pour la mise en place d’un réseau de recherches sur la santé de la mère et de l’enfant dans les pays en développement

Colloque organisé par Guy de Thé, Yves Quéré et Rolf Zetterström, du 3 au 6 mai et du 8 au 14 octobre 1998.

 

Participants

Oral Ataniyazova (Karakalpak Center for Reproductive Health of Environment, Ouzbekistan), Marie-Hélène Bouvier-Colle (Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), Paris), Francoise Burmol (Académie des Sciences, Paris), Coser Lucimar Cannon (Ministère de la Santé, Brésil), Nathalie Charpak (Fundacion Canguro, Bogota), Michael Gracey (Curtin University, Perth), François Gros (Institut Pasteur, Académie des sciences, Paris), Elisabeth Heseltine (Spécialiste de communication, Saint-Léon-sur-Vézère), Bo Lindblad (Karolinska Institute Medical University, Stockholm), Dilip Mahalanabis (Society for Applied Studies, Calcutta), Souleymane M’Boup (Université de Dakar, Sénégal), Guy de Thé (Institut Pasteur, Académie des sciences, Paris), Rolf Zetterström (Acta Paediatrica, Académie royale de Suède, Stockholm).

 

I – INTRODUCTION

– Les enfants du monde d’aujourd’hui sont et seront la popu­lation mondiale de demain et leur santé, depuis leur conception jusqu’à l’âge adulte, est une nécessité prioritaire pour assurer un développement durable des différentes communautés humaines. Or, dans les populations pauvres, la santé des enfants ne cesse de se détériorer.

  • La santé de la mère est déterminante pour celle de ses enfants, et de nouvelles initiatives doivent être prises concer­nant l’hygiène, l’éducation et l’implication de la femme dans la société.
  • Les scientifiques concernés du monde industrialisé et ceux du monde en développement peuvent jouer ensemble un rôle primordial dans le développement durable de ces populations, à travers un réseau mondial de collaborations ciblées sur les problèmes de santé mère-enfant.

– Le développement des activités scientifiques et techniques dans les pays en développement (PED) peut seul assurer pro­gressivement une indépendance technologique vis-à-vis des pays industrialisés, mais un tel choix rencontre de nombreuses difficultés et frustrations dans les PED. Ces pays considèrent la recherche scientifique comme un luxe et ne soutiennent que peu ou pas la poursuite des activités de recherches de leurs scientifiques formés à l’étranger, lesquels s’engagent alors vers des carrières universitaires pures, administratives et politiques, ou cherchent à rester travailler dans leurs pays d’accueil pour leur doctorat.

  • L’évaluation de situations sanitaires des PED est trop souvent biaisée par des considérations politiques et les données fournies par les autorités nationales ne reflètent pas les situations réelles. Il y a donc un besoin urgent de collecter des données fiables reflétant les réalités de la santé de la mère et de l’enfant autour du monde.

Un scandale auquel les académies des sciences tentent de répondre :

  • Les objectifs proposés par les conférences de Nairobi en 1984 sur la maternité sans risque, du Caire en 1994 sur la santé de la reproduction n’ont pas été suivis d’effets substantiels et, durant la décennie 90, la mortalité maternelle dans les PED a progressé de 50 % !
  • Les académies des sciences des pays industrialisés et celles du tiers-monde déclarèrent, en 1995, lors d’une réunion à Gênes, que :
  • la science, fondée sur la liberté et l’évaluation critique des faits, représente un lien fort entre toutes les cultures;
  • la coopération scientifique internationale sera décisive pour le bien-être de l’humanité ;
  • des efforts particuliers doivent être faits pour développer les capacités technologiques et scientifiques des PED, afin d’assurer un développement durable ;
  • la recherche scientifique ne doit pas être considérée comme un luxe, mais comme une nécessité pour un développement durable, lié à une certaine indépendan­ce technologique.
  • Le comité interacadémique entérina, en 1998, le projet des académies des sciences française et suédoise de créer un réseau N/S-E/O de collaborations scientifiques sur la santé de la mère et de l’enfant. Ce projet est coordonné par Guy de Thé (Paris) et Rolf Zetterstrôm (Stockholm).

– Grâce à la Fondation des Treilles, deux réunions se sont tenues en 1998 ; la première, du 3 au 6 mai, préparant la seconde, du 8 au 14 octobre, dont ce document représente un résumé ; le comp­te rendu détaillé a été rédigé en anglais et est disponible, sur demande, auprès de la Délégation aux relations internationales, Académie des sciences, 23, quai de Conti, 75006 Paris.

II – QUELQUES EXEMPLES DE SUCCÈS, DE DRAMES ET DE BESOINS DANS LES P E D

a) Le premier exemple est celui des mères kangourous, à Bogota, en Colombie, où le Dr Rey, en 1978, réhabilita une méthode traditionnelle pour prendre soin des prématurés quand les incubateurs faisaient défaut. Il s’agit de garder 24 heures sur 24 les prématurés en contact peau à peau avec leurs mères qui continuent à vaquer à leurs obligations. Le Dr Nathalie Charpak, pédiatre, arrivant à Bogota, voulut connaître les taux de morbidité et de mortalité attribués à cette méthode kangourou, comparés à ceux des soins en incubateurs dans le même hôpital.

Après dix ans d’évaluation et de suivi, la méthode kangou­rou semble avoir des résultats similaires, sinon meilleurs que les soins minimaux en incubateurs, et ce, sur le plan de la morbi­dité et de la mortalité. Par ailleurs, le développement physique, psychique et mental paraît supérieur par la méthode kangourou qu’en incubateur. Enfin, l’environnement familial et la contra­ception sont mieux maîtrisés.

Cette méthode kangourou s’adapte maintenant à différents contextes de pays en développement, mais aussi industrialisés, et fait l’objet de recherches fondamentales en collaboration avec des équipes internationales, en psychologie, sociologie, ainsi qu’en immunologie, virologie, etc. Ainsi, une initiative née dans un pays en développement a permis des recherches fondamentales et appliquées de haut niveau dans le domaine essentiel de la santé mère-enfant, et de grande importance pra­tique pour les PED.

b) Le deuxième exemple est la longue collaboration entre l’université Aga Khan de Lahore, au Pakistan, et quatre univer­sités suédoises, dont la Karolinska Institutet, dans le domaine de la santé de la mère et de l’enfant. Cette collaboration a formé de nombreux cliniciens et chercheurs de haut niveau qui poursui­vent des études conjointes avec leurs collègues suédois.

c) Le troisième exemple est celui de la réhydratation orale par le sel et le sucre dans les diarrhées sévères de l’enfant, fruit d’une collaboration Nord-Sud née d’une observation chez l’ani­mal faite en 1902.

d) Le quatrième exemple se réfère à l’état lamentable de la santé mère-enfant des populations autochtones dans de nombreuses régions du monde, y compris dans certains pays industrialisés.

e) Le cinquième exemple concerne la situation dramatique de la région de la mer d’Aral, après trente ans d’industrialisation soviétique sauvage associée à la monoculture du coton, avec utilisation intensive de pesticides.

Aujourd’hui, la morbidité et la mortalité infantile y sont parmi les plus élevées du monde, avec une mer d’Aral qui s’as­sèche et dont la salinité est sept fois plus élevée qu’autrefois. Devant ce désastre, créé par une activité humaine incontrôlée, les scientifiques peuvent aider au redressement de la situation.

III – BUTS DU PROJET

Il est proposé de créer un réseau de laboratoires sans murs, sorte de “noeuds” virtuels reliant les scientifiques concernés par tel ou tel aspect de la santé de la mère et de l’enfant dans tous les pays du monde. Ce réseau sera assorti de la création d’un site Internet donnant les coordonnées des équipes impliquées dans des recherches de diverses disciplines sur la santé mère-enfant, l’objet de leurs projets et, si possible, les abstracts de publications les plus signifiantes.

Les académies des sciences pourront aider en stimulant les meilleures équipes de leurs pays à participer aux études fonda­mentales et appliquées relatives aux problèmes de prématurité, de malnutrition, de maladies infectieuses et de vaccination.

IV – OBJECTIFS SPÉCIFIQUES ET MÉTHODOLOGIE DU PROJET

Les objectifs spécifiques du réseau mère-enfant (RME) sont :

-d’établir un registre des scientifiques concernés dans les pays industrialisés (PI) et les PED, et une liste des projets de collaborations existants, qu’ils soient bilatéraux, multilatéraux, publics ou privés, couvrant les différents domaines depuis la bio-médecine jusqu’à la sociologie et l’économie ;

– d’établir un site Internet servant de source d’information mais aussi, et surtout, de forum favorisant les échanges d’infor­mations, d’idées, de réactifs et de projets de recherche ;

-d’établir des centres de ressources, centres virtuels sur Internet, soit régionaux, soit couvrant une communauté lin­guistique ou une spécialité scientifique, avec comme objectifs :

  • de faciliter les échanges d’informations, d’expériences, de résultats ;
  • d’indiquer les défis prioritaires de la région ou du domai­ne concerné ;
  • de promouvoir des projets de collaboration N/S, E/O, S/S dans le domaine de la santé mère-enfant ;
  • de promouvoir l’éclosion de compétences scientifiques reconnues dans les régions et domaines concernés ; 
  • de promouvoir des relations de confiance, d’entraide et de respect des différents acteurs ;
  • de préserver les droits de toutes les parties impliquées dans des dépôts de brevets, surtout des PED.

La méthodologie la plus efficace à long terme, pour assurer un transfert technologique, sera de promouvoir des bourses de formation en “sandwich” pour les futurs scientifiques des PED par un système de sélection des candidats à un doctorat qui sui­vent les cours à l’étranger, mais qui feront une partie de leur tra­vail de thèse dans leur propre pays, favorisant ainsi leur inser­tion ultérieure dans les structures universitaires et de recherches de leur pays ou de leur région d’origine.

Les centres virtuels de ressources (CVR) devront permettre l’accès aux principales banques internationales de données et promouvoir, dans les universités, des bureaux d’aide à l’usage efficace d’Internet et des sources d’information. Ils pourront organiser des conférences virtuelles sur Internet entre acteurs régionaux.

La recherche de financements locaux, nationaux et régio­naux par le secrétariat général, mais aussi par les responsables des Noeuds, sera une constante prioritaire, afin de permettre le développement des objectifs proposés.

La méthodologie fondamentale du RME sera de favoriser l’établissement de collaborations à long terme, impliquant la for­mation prédoctorale, doctorale et post-doctorale, ainsi que le développement de projets communs de recherche ayant un impact sur le développement durable du PED concerné, entraî­nant un développement local de compétences technique, scientifique, économique. Les sciences humaines et sociales ont aussi été citées par différents participants à la réunion comme essentielles dans ce contexte.

V STRUCTURE PROPOSÉE DU RME

Le RME des académies des sciences doit être décentralisé, basé sur la vitalité et l’efficacité des CVR, le secrétariat du RME, bicéphale pour l’instant (Paris-Stockholm), devant jouer le rôle de stimulateur, de coordinateur, de recherche de financements (Fund Raiser) et, surtout, de s’assurer que l’esprit d’aide au développement durable demeure, évitant tout risque d’exploi­tation de spécimens ou d’informations venant des PED en faveur des seules équipes des pays industrialisés.

Les responsables des CVR devront être sélectionnés par le conseil d’administration du RME sur proposition du secrétariat, avec mandat de trois ans éventuellement renouvelable. Les propositions se fonderont sur les qualités scientifiques et humaines des candidats, en particulier : la valeur scientifique, l’enthou­siasme, le don d’organisation et de leadership, la disponibilité, leurs connaissances des outils informatiques de communica­tion, et surtout leur souhait de servir leur pays ou leur commu­nauté culturelle.

La signature d’engagement sur une charte du RME pourrait aider à obtenir l’implication de scientifiques réellement concer­nés.

Le secrétariat aura la responsabilité :

– de coordonner l’ensemble des CVR,

– de rechercher des financements pour le fonctionnement du RME et le financement d’incitation pour favoriser les premières étapes de projets de collaborations.

Dans ce but, les académies des sciences de France et de Suède se consulteront pour trouver les meilleures approches afin de créer, à terme, une fondation internationale de recherche sur la mère et l’enfant. Entre-temps, chacune des académies des sciences cherchera des financements a minima pour ne pas retarder le lancement de ce RME. Parallèlement à l’établissement des secrétariats et des CVR, une structure asso­ciative internationale sans but lucratif, mais à but scientifique et de développement devra être mise en place.

VI – DIFFICULTÉS ET DÉFIS

  • Langues et contextes culturels

L’anglais est le support universel des activités scientifiques internationales, mais, sur le plan de l’enseignement scientifique universitaire et de formations doctorantes, différentes langues et cultures s’expriment : français, espagnol, portugais, mais aussi chinois, japonais, etc. Cet aspect devra se refléter dans les CVR ou Noeuds du RME, qui pourront oeuvrer dans telle ou telle langue, en plus de l’anglais, support commun à tous.

  • Réinsertion locale ou régionale des jeunes docteurs formés à l’étranger

Les situations varient beaucoup d’un pays à l’autre, mais l’exemple des pays du Sud-Est asiatique, qui ont favorisé le retour dans de bonnes conditions des chercheurs et techniciens formés à l’étranger, montre qu’un développement durable est lié structurellement à cette réinsertion.

Les instances coordinatrices du RME devront agir auprès des responsables politiques des PED pour les convaincre que la santé est un élément primordial et déterminant du développe­ment socio-économique.

La reconnaissance sociale des scientifiques et techniciens dans les PED représente un des éléments clefs d’un développe­ment durable.

Calendrier proposé

1999 – Mise en place des secrétariats,

  • réunion d’un comité exécutif du RME à la Fondation des Treilles,
  • mise en place d’un site Internet,
  • préparation de documents d’informations pour les donateurs en différentes langues,
  • préparation d’un projet de budget bisannuel et recherches de financement,
  • approches auprès des donateurs éventuels institution­nels, nationaux et internationaux, publics ou privés,
  • proposition de sélection des responsables de Noeuds ou CVR

2000 – Première réunion des responsables de CVR – Noeuds à la Fondation Nobel à Stockholm



Citer ce billet
ldiebold (1998, 22 octobre). Pour la mise en place d’un réseau de recherches sur la santé de la mère et de l’enfant dans les pays en développement. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/quu8

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search