La main à la pâte : rencontre des Treilles IV

Colloque organisé par Georges Charpak, Pierre Léna, Yves Quéré du 27 au 31 août 1998

 

Participants

Jean-Luc Bénéfice (Inspecteur d’académie, Paris), Isabelle Canta (Institut national de recherche pédagogique (INRP), Paris), Georges Charpak (Centre européen de recherche nucléaire (CERN), Genève), Marie Digne (Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (DATAR), Paris), Sophie Ernct (INRP, Paris), Josiane Hamy (Institutrice, Nantes), David Jasmin (INRP, Paris), Claudine Larcher (INRP, Paris), Pierre Léna (Observatoire de Paris, Meudon), Yves Quéré (Académie des sciences), Marie Raynal (Ministère de la Ville, Paris), Yves Renoux (Académie des sciences), Gérard Vaïsse (Institut universitaire de formation des maîtres (IUFM), Toulouse)

 

Résumé 

La dynamique de rénovation de l’enseignement scientifique à l’école primaire, connue sous le nom de La main à la pâte, rencontre un écho d’amplitude croissante dans l’école primaire française, aussi bien publique que privée, et, au-delà, dans la société toute entière : formateurs des Instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM), parents d’élèves, collectivités locales, monde scientifique, entreprises. Cela est indiscutable­ment dû à une conjonction de facteurs, dont la ténacité de l’en­gagement de Georges Charpak, sa présence dans les médias, le soutien sans faille apporté par l’Académie des sciences et par l’Institut national de recherche pédagogique (INRP) ne sont pas des moindres. Mais il convient de mentionner tout particulière­ment ici la vigueur et la continuité de l’appui reçu de la Fondation des Treilles : celle-ci offre en effet à l’équipe rassem­blée autour de ce projet la possibilité de se réunir pour en tra­vailler les contours et les enjeux, celle d’inviter aussi bien des personnalités pouvant jouer un rôle clef dans son évolution que des instituteurs ou des formateurs dont la présence est indis­pensable au réalisme du projet.

C’est ainsi que, du 27 au 31 août, une nouvelle rencontre a eu lieu (Treilles IV), dont l’objectif était plus politique que les précédentes rencontres, à savoir : faire le point de la situation après que 2 700 classes (publiques) ont officiellement été engagées dans l’opération en 1997-98 et qu’a été ouvert avec succès, au printemps 1998, le site Internet, dont les grandes orientations avaient été établies au cours des rencontres précé­dentes (Treilles H et surtout Treilles III) ; dégager ensuite les orientations optimales pour l’avenir ; associer plus étroitement les personnes désignées pour exercer durablement des respon­sabilités dans la mise en oeuvre du projet.

 

Compte rendu

Le groupe réuni aux Treilles s’est d’abord préoccupé de “cadrer” les activités d’enseignement scientifique qui lui parais­sent relever des critères La main à la pâte. Pour ce faire, il s’est appuyé, d’une part, sur l’expérience récoltée par les participants (et notamment sur les abondantes remontées d’information obtenues par le site de la Toile), d’autre part, sur un excellent rapport d’expertise pédagogique fourni aux participants par Karen Worth (Education Development Center, Boston) après son séjour invité en France en juin 1998. Le résultat a été une formulation des dix principes de La main à la pâte (présentés ici en annexe), principes qui sont désormais publiés sous la signature de l’Académie des sciences et vont être repris officiel­lement par le ministère de l’Education nationale. Ils présentent sous une forme brève, mais incisive, un complément à la Charte élaborée précédemment et largement diffusée par le site Internet. En complément à ce cadrage pédagogique, le groupe a affiné le principe et les modalités d’utilisation de la marque La main à la pâte, désormais déposée par l’Académie des sciences auprès de l’Institut national de la propriété industrielle, afin de réguler l’emploi de ce terme dans les opérations de nature com­merciale (livres, cédéroms, matériel d’expérience, etc.).

Le groupe a consacré une journée entière à l’examen de la situation du département de la Seine-Saint-Denis, grâce à la pré­sence de son inspecteur d’académie adjoint, Jean-Luc Bénéfice. Ce département, difficile quant à sa situation scolaire, a été secoué par de forts mouvements de grèves et de mécontente­ments au début de l’année 1998, et le ministère a décidé d’y implanter La main à la pâte à grande échelle : 241 classes, réparties dans 33 écoles (une par circonscription) la mettent en oeuvre à la rentrée de septembre 1998 avec des moyens sub­stantiels. Il s’agit là de la plus vaste tentative localisée qui a été faite et les perspectives de développement sont importantes. Celles-ci intéressent fortement la politique de la ville, représen­tée lors de la rencontre par Marie Raynal, conseiller auprès du ministre délégué à la Ville Claude Bartolone, ainsi que par la Délégation à l’aménagement du territoire (DATAR), représentée par Marie Digne. Un plan détaillé de mise en place de l’action a pu être établi, mais surtout beaucoup d’échanges portant sur le fond : enjeux pédagogiques, enjeux de langage et de citoyen­neté (violence), enjeux d’intégration dans un contexte forte­ment multi-culturel ont été analysés lors de débats parfois vifs mais toujours constructifs. A terme, il s’agira de voir quelle contribution spécifique l’esprit de La main à la pâte est suscep­tible d’apporter à une transformation de la pédagogie et du fonctionnement de l’école, comme notamment Sophie Ernct a pu le développer dans ses différents articles.

Les rencontres précédentes avaient mis en relief l’importan­ce cruciale de la formation, tant initiale que continue, des pro­fesseurs d’école en vue de l’enseignement scientifique. Une autre journée entière de la rencontre a donc été consa­crée au rôle possible et souhaitable des IUFM qui, jusqu’ici, se sont plutôt tenus quelque peu en retrait de l’opération, sans doute par défaut de communication et d’explication. L’importance de disposer d’un partenariat durable et convaincu des formateurs n’échappe à personne, mais elle demande un travail qui n’a pas encore été entrepris, sauf de manière ponc­tuelle par l’INRP qui a lancé quelques actions de recherche ayant d’ailleurs trouvé un écho extrêmement favorable auprès de vingt et un centres d’IUFM. La présence de Gérard Vaysse, directeur de l’IUFM de Toulouse (et depuis élu en novembre président de la Conférence des directeurs d’IUFM), a conduit à des échanges de grande qualité et à la mise en place d’un plan d’action et d’information dont la première étape sera une ren­contre commune entre académiciens et directeurs d’IUFM au mois de décembre 1998. Une série d’objectifs à long terme, réhabilitant le rôle des sciences dans la formation initiale des futurs professeurs d’école, a pu ainsi être évoquée et devra faire sans doute l’objet d’une rencontre de travail ultérieure et spéci­fique.

C’est à ce sujet qu’a été à nouveau présenté aux participants le colloque “A propos de La main à la pâte. Les sciences à l’éco­le primaire”, qui se tiendra les 30 et 31 janvier 1999 à la Bibliothèque nationale de France, colloque co-organisé par la DESCO (Direction de l’enseignement scolaire), l’INRP et l’Académie des sciences, et dont le principe et les axes avaient été arrêtés lors de la rencontre Treilles III. Fut également briève­ment évoquée la rencontre à venir Treilles V, qui se tient du 25 au 30 octobre 1998: une université d’automne rassemblant autour de huit scientifiques, d’Isabelle Catala et de David Jasmin, vingt-huit instituteurs issus de toute la France, autour de thèmes scientifiques.

Ce bref compte rendu ne témoigne que très partiellement d’une rencontre riche et animée, qui s’est placée à un certain tournant de La main à la pâte : après des débuts “militants”, elle entre aujourd’hui — échelle oblige — dans un stade plus institu­tionnel, et donc plus difficile. Il faudra encore quelques années pour constater s’il ne reste de cette tentative de rénovation rien d’autre que la générosité des intentions, ou bien, au contraire, si une mise en place prudente et l’adhésion de tous les acteurs de terrain ont participé à une profonde transformation de l’école primaire française.

Dix principes de La main à la pâte

  1. Les enfants observent un objet ou un phénomène du monde réel, proche et sensible, et expérimentent sur lui.
  2. Au cours de leurs investigations, les enfants argumentent et raisonnent, mettent en commun et discutent leurs idées et leurs résultats, construisent leurs connaissances, une activité purement manuelle ne suffisant pas.
  3. Les activités proposées aux élèves par le maître sont orga­nisées en séquences en vue d’une progression des apprentis­sages. Elles relèvent des programmes et laissent une large part à l’autonomie des élèves.
  4. Un volume minimum de deux heures par semaine est consacré à un même thème pendant plusieurs semaines. Une continuité des activités et des méthodes pédagogiques est assu­rée sur l’ensemble de la scolarité.
  5. Les enfants tiennent chacun un cahier d’expériences avec leurs mots et leurs dessins à eux.
  6. L’objectif majeur est une appropriation progressive, par les élèves, de concepts scientifiques et de techniques opéra­toires, accompagnée d’une consolidation de l’expression écrite et orale.
  7. Les familles et/ou le quartier sont sollicités pour le tra­vail réalisé en classe.
  8. Localement, des partenaires scientifiques (universités, grandes écoles) accompagnent le travail de la classe en mettant leurs compétences à disposition.
  9. Localement, les IUFM mettent leur expérience pédago­gique et didactique au service de l’enseignant.
  10. L’enseignant peut obtenir auprès du site Internet [http://www.inrp.fr/Lamap] des modules à mettre en oeuvre, des idées d’activités, des réponses à ses questions. Il peut aussi participer à un travail coopératif avec des collègues, des forma­teurs et des scientifiques.

 

Communications

Jean-Luc Bénéfice – La situation scolaire en Seine-Saint-Denis

Marie Digne – Ecole et territoire

Marie Raynal – Ecole et politique de la ville

Gérard Vaysse – Les IUFM et l’enseignement scientifique à l’école primaire

Yves Renoux – La marque déposée “La main à la pâte”

Georges Chaipak – Présentation d’un livre, “Enfants, chercheurs et citoyens”

Isabelle Catala et David Jasmin –  La rencontre de formation Treilles V & “La main à la pâte” et les nouvelles technologies (NTIC)

Josiane Hamy – Un témoignage de terrain : l’action en Loire-Atlantique

Claudine Larcher – “La main à la pâte” vue de l’INRP

Karen Worth (non présente) – Rapport personnel d’évaluation sur l’état de l’action


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ldiebold (21 août 1998). La main à la pâte : rencontre des Treilles IV. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/quu5


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search