Stories of colour, rédaction d’un ouvrage sur William Burges

Séjour d’étude de Charlotte Ribeyrol (Maîtresse de Conférence en littérature britannique du XIXè siècle à Sorbonne Université), du 7 au 16 octobre 2020

 

Résumé 

Fig. William Burges et al, ‘Great bookcase’ (1859-62) © Ashmolean Museum, University of Oxford. WA1933.26

Stories of Colour retrace l’histoire d’un objet unique qui vient de retrouver sa place à l’Ashmolean Museum d’Oxford après une absence de plus de 80 ans: la grande bibliothèque (ou Great Bookcase) de l’architecte victorien William Burges, qui fut exposée pour la première fois à l’exposition internationale de Londres en 1862. Pas moins de 14 artistes majeurs prirent part à ce projet, dont Edward Burne-Jones, Simeon Solomon, Edward Poynter et peut-être même D.G. Rossetti. Croisant histoire de l’art, littérature et chimie des pigments, cet ouvrage s’appuie sur les analyses menées par les chimistes de l’Ashmolean Museum d’Oxford pour montrer comment les huit panneaux peints de cette bibliothèque peuvent se lire comme une compilation de fictions chromatiques sur les origines païennes et chrétiennes des arts. Bien que perçu comme une ‘anomalie’ à l’ère des couleurs industrielles, cet objet nous éclaire sur la nostalgie chromatique des Victoriens – de l’Égypte ancienne à Fra Angelico.

Abstract 

Stories of Colour is a (book)case study retracing the history of an extraordinary object, William Burges’s Great Bookcase (1859-62) which was presented at the 1862 London International Exhibition. No fewer than 14 major artists, including Edward Burne-Jones, Simeon Solomon, Edward Poynter and possibly D.G. Rossetti, took part in the painting of this unique piece of polychrome furniture, which has only recently returned to the Ashmolean Museum after an absence of over 80 years. Interweaving art history, literature, and the chemistry of colour, Stories of Colour draws on the full pigment analysis of this bookcase carried out by the Ashmolean museum conservation teams to show how each of its eight panels can be read as a chromatic narrative about the Pagan and/or Christian origins of the arts. A striking ‘anomaly’ in the age of industrial colour, this object sheds an invaluable light on the Victorian nostalgia for the colours of the past – from ancient Egypt to Fra Angelico.

Compte rendu

Je suis venue à la Fondation des Treilles pour avancer dans la rédaction de mon ouvrage intitulé Stories of Colour, William Burges’s Great Bookcase (à paraître en 2022).  Croisant histoire de l’art, analyses littéraires et chimie des pigments, ce livre explore la chromophilie de l’architecte victorien William Burges (1827-1881) à l’aune de l’une de ses créations les plus extravagantes et éclectiques : une bibliothèque polychrome néo-gothique de presque trois mètres de haut peinte en 1862 par 14 artistes parmi les plus en vue de leur époque, dont le préraphaélite Edward Burne-Jones. Burges fut en effet l’un des fers de lance du renouveau gothique en Angleterre, aux côtés de John Ruskin et de William Morris dont il partageait la nostalgie pour les couleurs du Moyen-âge.

Évoquant le porche d’une cathédrale gothique, cette bibliothèque relate les origines païennes et chrétiennes des arts à travers huit panneaux peints aux couleurs aussi éclatantes qu’un vitrail. Bien que conçu pour un usage personnel, cette pièce de mobilier fut exposée au cœur de la cour médiévale de l’exposition internationale de 1862 où elle reçut un accueil mitigé en raison de son anachronisme perçu comme une ‘anomalie[1]’ à l’ère des premiers colorants de synthèse. Mais elle n’en lance pas moins la carrière d’artistes majeurs – notamment celle de Simeon Solomon et d’Edward Poynter qui deviendra même Président de la Royal Academy quelques années plus tard. En 1862 Albert Moore, Burne-Jones et Dante Gabriel Rossetti sont déjà des peintres reconnus mais ils se prêtent au jeu tant le projet littéraire autant qu’artistique de Burges les séduit. Car dans Stories of Colour je m’attache non seulement à retracer l’histoire fascinante de cet objet oublié (qui vient juste de retrouver sa place à l’Ashmolean Museum d’Oxford après avoir quasiment disparu pendant plus de 80 ans) mais aussi à comprendre les histoires que racontent les huit panneaux peints, en écho à Ovide, Sappho, Dante, Vasari, à la Bible, Ésope, à Homère ainsi qu’à l’œuvre de poètes contemporains tels que Algernon C. Swinburne, Edgar Allan Poe ou Robert Browning. Burges est en effet ‘un architecte doublé d’un poète[2]’ dont les fictions artistiques contrastent avec l’obsession pour la vérité en art caractérisant la pensée d’Augustus Pugin et de John Ruskin. Mais Burges se distingue également de ces deux autres figures emblématiques du Gothic revival par son exploration des possibles offerts par la matière chromatique, qu’il s’agisse de la polychromie de la sculpture antique (illustrée par le panneau consacré à Pygmalion) ou bien des pigments modernes comme ce vert toxique à base de cuivre et d’arsenic utilisé pour suggérer le potentiel subversif de la poésie de Sappho et de Dante. Épousant le material turn qui depuis quelques années change la manière dont on lit une œuvre qu’elle soit picturale ou poétique, Stories of colour propose donc de penser autrement l’objet-couleur, ou plutôt la couleur comme substance, grâce à une collaboration étroite avec les chimistes de l’Ashmolean Museum d’Oxford et du CNAM à Paris.

Aussi ce livre s’inscrit-il dans le cadre d’une réflexion plus large menée au sein du projet ERC interdisciplinaire et international CHROMOTOPE[3] qui s’est donné comme objectif d’explorer ce que le XIXè siècle fait à la couleur, grâce au rapprochement inédit de l’analyse de textes, d’images et de données scientifiques. Car ces histoires que nous raconte la bibliothèque de Burges, de la polychromie égyptienne à la palette sacrée de Fra Angelico, ont toutes en commun de nous dire quelque chose du rapport des Victoriens à la fois aux couleurs du passé et aux nouveaux colorants de synthèse et ce en pleine révolution industrielle qu’on a trop souvent tendance aujourd’hui encore à n’imaginer qu’en camaïeu de noir, de gris et de bruns alors qu’elle fut aussi un tournant chromatique.

[1] Jack Easel, ‘The Great Exhibition,’ London Society 1 (August 1862), p.106.

[2] Charles Lucas, ‘Deux architectes anglais, William Burges et R. Popplewell Pullan,’ La Société centrale des architectes (Années 1885-6), Paris, Librairie Chaix, 1886, p.6

[3] Pour plus d’informations sur ce projet, voir: https://chromotope.eu 



Citer ce billet
ldiebold (2020, 18 décembre). Stories of colour, rédaction d’un ouvrage sur William Burges. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv4u

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search