La main à la pâte : insertion scolaire et accompagnement des enseignants

Colloque organisé par Georges Charpak, Pierre Léna, Yves Quéré du 11 au 17 septembre 1997

Participants

Patrick Bouveau (Maître de conférences, Lille), Isabelle Catala (Institut national de recherche pédago­gique (INRP), Paris), Georges Charpak (Centre européen de recherche nucléaire (CERN), Genève, et Académie des sciences), Marie Digne (Délégation interministérielle à la ville, Paris), Sophie Ernct (INRP, Paris), Marima Hvass-Faivre d’Arcier (Institut universitaire de formation des maîtres (IUFМ) de Versailles, centre d’Antony), Yves Janin (Directeur d’école, Vaulx-en-Velin), David Jasmin (Institut national de recherche pédago­gique (INRP), Paris, réalisation du site Internet), Сlаudinе Larcher (INRP, Paris), Henri Latreille (Directeur scientifique, salle de décou­verte de Vaulx-en-Velin), Pierre Léna (Académie des sciences et Observatoire de Meudon), Renée Midol (Inspecteur de l’Education nationale, Vaulx-en-Velin), Marie Plassard (Institutrice, Paris), Yves Quéré (Académie des sciences), Edith Saltiel (Université de Paris VII), Florence Tissot (University of Wales).

Résumé 

Pour la troisième fois, la Fondation des Treilles, dans la quié­tude de son paysage provençal, a favorisé la rencontre de personnes venant d’horizons différents, mais ayant toutes l’en­vie de participer à une grande aventure : relancer l’enseigne­ment des sciences à l’école maternelle et élémentaire.

La première des rencontres, tenue aux Treilles en sep­tembre 1996, a concrétisé la naissance de l’opération La main à la pâte par la rédaction d’un ouvrage collectif préfacé par Georges Charpak. Cet ouvrage est né des échanges entre des personnes de terrain, des enseignants, des scientifiques et des pédagogues. Destiné à un large public d’enseignants et de parents d’élèves, ce livre présente la philosophie et les fonde­ments de cet enseignement, et s’est révélé êtrе un succès de librairie. La main à la pâte ne prétend pas êtrе une nouvelle méthode pédagogique pour enseigner les sciences, mais vou­drait impulser une nouvelle dynamique à cet enseignement. Au cours de l’annéе scolaire 1996-1997, qui a débuté au moment de cette première rencontre des Treilles, l’Education nationale a lancé l’opération La main à la pâte dans 344 classes, à titre expérimental. Au cours de cette annéе scolaire, la Fondation des Treilles a accueilli quelques personnes engagées dans cette opération pour effectuer un bilan à mi-course.

Compte rendu

Cette rencontre, dont l’objectif était plus opérationnel, a réuni cette fois encore des participants de divers horizons, non seule­ment de par leur place dans la société, mais aussi de par leur degré d’implication ou leur implication plus ou moins récente dans le projet. Il s’agissait de discuter la mise en place d’un site Internet, La main à la pâte, en tant qu’outil d’accompagnement pour les enseignants. Autour de ce thème étaient réunis des scientifiques, des acteurs de terrain (enseignants et inspecteur de l’Education nationale), des formateurs d’IUFM (Instituts uni­versitaires de formation des maîtres), des didacticiens, un cher­cheur et un membre de la Délégation interministérielle à la ville (DIV) engagés dans les problèmes des quartiers difficiles et les médiateurs du site Internet qui devrait voir le jour dans le cou­rant du premier trimestre 1998. Ce panel d’anciens et de nouveaux participants a permis de renouveler cette richesse d’échanges atypiques, et maintenant caractéristiques, des colloques des Treilles. Au cours de cette rencontre, il a été dressé un premier bilan de un an de mise en pratique, dans les classes pilotes, de l’expérimentation La main à la pâte. Ce bilan, positif dans son ensemble, a permis de révé­ler la justesse de l’argumentation du programme La main à la pâte, à savoir le lien inéluctable entre intégration scolaire et sociale, éducation à la citoyenneté et enseignement scientifique. Le second volet de cette rencontre, qui a occupé la majorité des débats, fut la mise en place d’un site Internet de façon à répondre aux attentes des enseignants, afin de poursuivre dans les meilleures conditions leur entreprise. Tout au long des débats, une question est restée présente dans l’esprit de tous : évaluer l’action de La main à la pâte dans les quartiers diffiсiles. Les dernières heures du débat ont vu la naissance d’une charte La main à la pâte.

Un premier bilan positif

Le lancement de La main à la pâte a officiellement débuté dans 344 classes réparties dans cinq départements : Yvelines, Rhône, Meurthe-et-Moselle, Loir-et-Cher, et Loire-Atlantique, à titre expérimental, en septembre 1996. Cette mise en oeuvre a rencontré un large écho dans le système éducatif et dans la société. Beaucoup d’enseignants vivent une occasion privilé­giée de travail en équipe, voient la possibilité de redonner du sens à leur action et l’expriment. Dans bien des classes consi­dérées comme « difficiles », des enseignants ont réussi à mobili­ser leurs élèves ; ceux-ci ont découvert un tout nouveau senti­ment de maîtrise de soi et de l’environnement. En 1997, l’opération est étendue à un millier de classes. L’enquête exploratoi­re et préliminaire de l’opération La main à la pâte réalisée en juin 1997 par Claudine Larcher, auprès des enseignants impli­qués dans cette opération, révèle que les activités scientifiques sont pratiquées de façon plus régulière, que les activités de type expérimental, autrement dit sous forme d’expérimentations par les élèves, sont en nette progression. L’importance accordée au travail de groupe et à une conclusion collective évolue et les traces écrites dictées sont en nette régression au profit des traces personnelles et des traces élaborées par le groupe. Il apparaît également que plus de 80 % des enseignants souhaitent une aide extérieure par des réunions avec des collègues (34 %), avec des formateurs (30 %) et avec des scientifiques (23 %). Dans cet esprit, La main à la pâte propose de soutenir les ensei­gnants par un dispositif puissant d’aides variées, d’établir et de structurer des liens personnels entre le monde de l’école et la communauté scientifique.

Un site Internet pour les enseignants

Dans cette perspective, l’équipe de La main à la pâte a déci­dé au printemps 1997 de mettre en place un site Internet. Elle a, depuis, réuni toutes les conditions matérielles et humaines nécessaires à sa réalisation. Le site sera hébergé par l’Institut national de recherche pédagоgiquе (INRP) qui constituera, avec l’Académie des sciences, le principal maître d’ceuvre du projet. Des chercheurs en didactique et des ingénieurs du ser­vice informatique de l’Institut participeront à sa conception. En outre, le projet a reçu le soutien moral et financier de la DIV et du ministère de l’Education nationale. Cette aide a permis de recruter deux jeunes scientifiques qui auront pour tâche de concevoir et d’animer le site, et ce, en liaison avec le personnel de l’INRP.

Ce site a été initialement projeté comme un nouvel outil d’ac­compagnement pédagogique pour les enseignants. La troisième rencontre des Treilles a permis d’établir les bases sur lesquelles le site allait êtrе construit, de déterminer son contenu, les ser­vices qui allaient êtrе proposés, le public visé, les modalités d’implantation du matériel dans les écoles, ainsi que la forma­tion des enseignants devant l’utiliser. La diversité des invités et l’ambiance si particulière des Treilles ont une nouvelle fois été déterminantes dans l’avancée de notre réflexion.

Créer un site Internet pour les enseignants impose de tenir compte d’un certain nombre de besoins et de contraintes qui portent, d’une part, sur les obstacles rencontrés par les maîtres pour enseigner les sciences et, d’autre part, sur les usages spéci­fiques des outils informatiques liés à Internet.

Les enseignants et la science

La majeure partie des enseignants n’ont pas suivi un cursus scientifique; de ce fait, ils éprouvent parfois une appréhension à enseigner une matière qu’ils dominent mal. Le site se doit donc de rassurer l’enseignant en lui offrant des ressources adap­tées à ses besoins, une aide et des conseils centrés sur ses pré­occupations. Dans ce sens, le site privilégiera la qualité sur la quantité, préférant l’utilitarisme à l’encyclopédisme. Les anima­teurs du site auront comme principal souci d’être à l’écoute des demandes des enseignants, de proposer un savoir à leur portéе et de le présenter sous une forme simple et accessible. Le site doit également êtrе une invitation à découvrir le monde des sciences, un monde en perpétuelle évolution qui mélange inti­mement, selon les mots d’Yves Quéré, « l’observation et l’expé­rimentation à la réflexion en une continuelle dialectique ».

Les enseignants et Internet

Les enseignants ont une approche d’Internet ambivalente : l’attrait pour les nouvelles technologies de l’information et de la communication compense difficilement un jugement global assez négatif d’Internet (lenteur des interrogations, peur de se perdre, contenu peu pertinent ou peu adapté, manque d’infor­mations en français). Il faudra donc éviter de tels écueils et sim­plifier au maximum l’utilisation du site. Cela suppose de facili­ter la lecture des documents, de proposer un mode de naviga­tion accessible et ergonomique, et de permettre un télécharge­ment des ressources de manière que celles-ci puissent êtrе réuti­lisées avec des logiciels bureautiques. Les modes d’accès à l’in­formation doivent êtrе variés pour correspondre à l’hétérogé­néité des besoins et des demandes. Les scénarios d’usage, qui consistent à définir des profils auxquels l’utilisateur peut s’iden­tifier [par exemple, « je suis enseignant et je voudrais consulter des propositions d’activités sur la vie animale »], ont retenu l’at­tention de l’ensemble des participants. En effet, ces scénarios guident l’utilisateur et lui proposent une visite du site corres­pondant à ses besoins.

Quel contenu pour le site?

Plusieurs témoignages rapportés par les personnes présentes aux Treilles, et ayant suivi l’opération La main à la pâte sur le terrain, montrent que nombre d’enseignants manifestent le souhait d’être encadrés et accompagnés dans leur démarche. Ce souhait ressort aussi clairement de l’enquête d’évaluation pré­sentée par Claudine Larcher aux Treilles. Une grande majorité des enseignants sollicite des réunions avec des collègues, avec des formateurs ou avec des scientifiques. Le site doit donc favo­riser ces échanges. Des ressources pour l’enseignant seront éga­lement mises en ligne. Le système éducatif français considère le maître comme un producteur de ressources et non comme un « répétiteur ». Dans ce sens, le site proposera une articulation forte entre production des ressources et d’échanges, l’objectif étant de mutualiser et de valoriser les compétences et la créati­vité de l’ensemble des acteurs de l’enseignement scientifique. En outre, le succès de l’opération a suscité une demande d’in­formation accrue sur La main à la pâte. Le site devra donc dres­ser un état des lieux le plus complet possible du dispositif.

Le site sera structuré autour de trois espaces interdépendants :

  • un espace d’échanges (entre enseignants, entre les enseignants et la communauté scientifique),
  • un espace de ressources,
  • un espace d’information.

Des ressources

Le site mettra à la disposition des enseignants un éventail de ressources, notamment une traduction des insights. Ces manuels réalisés avec le concours de l’Académie américaine des sciences se composent généralement d’une séquence de dix à vingt expériences centrées sur un thème. La main à la pâte, par l’intermédiaire de la DIV et de Georges Charpak, a pu obtenir le droit de diffuser dix-sept insights pour une période de deux ans. Jusqu’à présent, six insights ont été traduits par l’association ADEMIR (Association pour le développement dans l’enseigne­ment de la micro-informatique et des réseaux) . A Vaulx-en-Velin, les enseignants pouvaient décider de suivre ces manuels. Si certains enseignants les ont adoptés facilement, d’autres se sont montrés plus réticents. Il s’avère donc souhaitable que les enseignants puissent choisir entre ces documents « prêts à l’em­ploi » et d’autres documents leur permettant de fabriquer eux-mêmes leurs cours, selon leur préférence. Dans ce sens, sur le site, figureront aux côtés des documents insights, des fiches d’expériences proposées par les enseignants, des extraits de manuels, ainsi que les fiches connaissances rédigées par l’Inspection générale. L’utilisateur pourra également accéder à des contenus scientifiques et didactiques en rapport avec les principaux thèmes traités dans le programme.

Des échanges

Le site se veut interactif. Il permet à chacun de poser ses ques­tions, tant sur les contenus scientifiques, que sur les activités de la classe, et la façon de les conduire. Chaque enseignant pourra faire part des difficultés rencontrées, proposer des activités, obtenir des réponses de collègues et/ou de la communauté scientifique et discuter des ressources figurant sur le site.

La validation des ressources

Le site veut favoriser le travail coopératif et intégrer les pro­positions d’enseignants. Les documents pourront faire l’objet de discussions et êtrе complétés sur le site. Lorsque le corpus de contributions autour d’un thème sera suffisamment important, une synthèse et une validation des documents seront faites par un comité de rédaction composé des médiateurs du réseau en premier filtre, puis d’un groupe de scientifiques pour l’examen final.

Comment tisser des liens entre la communauté scientifique et le milieu scolaire?

La main à la pâte veut exploiter la structure en réseau d’Internet pour renforcer les liens entre le milieu scientifique et le milieu scolaire. Un groupe de scientifiques sera ainsi mis au service des enseignants par le biais de ce nouveau média. Ce réseau, appelé « réseau de consultants » sera composé de scienti­fiques, de pédagogues et de didacticiens s’engageant à apporter leur soutien aux enseignants développant des activités scienti­fiques à l’école. Chaque discipline abordée dans le programme scolaire comptera trois ou quatre représentants. Au total, l’en­seignant pourra s’appuyer sur un réseau de 100 à 150 consul­tants couvrant tous les champs du savoir scientifique.

Comment favoriser l’échange entre les scientifiques  et les ensei­gnants?

Envisager un dialogue entre scientifiques et enseignants sup­pose de s’interroger sur les liens qui existent et les liens qui sont à créer entre ces deux communautés. A l’heure actuelle, force est de constater que celles-ci se connaissent mal. Leurs langages, leurs cultures et leurs préoccupations diffèrent. Et pourtant, les scientifiques et les enseignants participent d’un même projet, celui de la construction du savoir. Les premiers sont à l’origine de sa production, les seconds à l’origine de sa diffusion. Comment faire pour que les deux extrémités de cette mêmе chaîne se rejoignent ? Comment nouer un dialogue ? L’expérience menée à Vaulx-en-Velin est sur ce point enrichissante. Dans cette banlieue lyonnaise, des étudiants et des pro­fesseurs de l’INSA (Institut national des sciences appliquées) ont suivi pendant toute l’année scolaire le travail des ensei­gnants. Auparavant, ils se sont déplacés dans les classes et, réci­proquement, les élèves et les enseignants ont visité leurs labo­ratoires. Cet échange de proximité s’est avéré déterminant pour la réussite du projet. Le scientifique a ainsi pris conscience des besoins de l’enseignant et, de son côté, l’enseignant a pu mieux définir le type d’accompagnement que pouvait lui offrir le scientifique. Un langage commun s’est instauré, de nombreux projets ont pu se développer, tel celui de la salle de découverte mise en place à Vaulx-en-Velin sur l’initiative d’Henri Latreille, chimiste de l’INSA. Le réseau de consultants devra s’inspirer de cette expérience qui tend à prouver qu’une culture commune est le préalable à un échange constructif et durable.

Une charte pour les consultants

Un échange fécond ne sera possible que s’il est exprimé dans un langage accessible à tous les interlocuteurs. Le scientifique devra donc préférer un langage simple et généraliste au voca­bulaire précis, parfois technique et souvent inaccessible qu’exi­ge son travail. La réponse du consultant sera formulée de manière à être intelligible par l’enseignant. Certaines règles de rédaction seront ainsi préalablement définies : la réponse du scientifique devra, dans la mesure du possible, êtrе directe et brève, respecter l’esprit de La main à la pâte et ne pas enfermer la réponse dans une seule discipline. En contrepartie, l’ensei­gnant qui utilise la réponse d’un consultant s’engage à signaler comment son texte a été exploité et reçu dans la classe.

Les médiateurs

Le site La main à la pâte sera animé par deux médiateurs, l’un formé en biologie, l’autre en physique. Ils auront la charge de constituer le réseau de consultants et de s’assurer du bon fonctionnement des échanges dans le respect des règles énon­cées ci-dessus. Ils renverront les questions qu’ils jugent perti­nentes vers les membres du réseau et transmettront les réponses aux utilisateurs.

Quel public pour le site ?

Le serveur est avant tout destiné aux enseignants de l’école élémentaire, mais comme tout site accessible sur Internet, il reste ouvert à la consultation d’un public plus large. Ainsi, les élèves, les parents d’élèves, les formateurs et tous les acteurs de l’enseignement scientifique pourront y accéder et s’informer sur les activités développées par La main à la pâte.

En ce qui concerne les enfants, il est frappant de constater qu’ils sont « les » grands utilisateurs de la Toile. Le témoignage de Marie Plassard est sur ce point éloquent. Cette enseignante a monté de sa propre initiative le site « Premiers pas sur Internet ». Ce site est devenu, après quelques années d’existence, le site de référence des enfants francophones. Les rares enseignants qui se connectent le font généralement à la demande des élèves. Le site La main à la pâte n’est, certes, pas destiné aux enfants, mais il convient de garder à l’esprit que, dans certains cas, ceux-ci peuvent jouer un rôle moteur pour inciter l’enseignant à utiliser Internet.

Il semble également essentiel que le site rende compte du travail des IUFM et des IEN (inspecteurs de l’Education natio­nale). Marima Faivre d’Arcier, enseignante de sciences phy­siques à l’IUFМ de Versailles, a présenté le principe de La Boit’ à manip’, un nouveau dispositif pour la formation des maîtres en sciences physiques. Sa démarche rejoint en de nombreux points celle développée par La main à la pâte. A partir d’un matériel simple, l’enseignant manipule, propose, expérimente, compare son point de vue avec les autres. L’accent est davanta­ge porté sur la démarche que sur le contenu. Cette expérience novatrice et toutes celles contribuant à développer l’enseigne­ment des sciences dans les écoles doivent pouvoir êtrе portées à l’attention d’un large public. Le site La main à la pâte pourrait les y aider.

Équipement des écoles et formation des enseignantes à Internet

Actuellement, seules cinq écoles La main à la pâte sont reliées au réseau Internet et peu d’enseignants sont familiarisés avec son utilisation. Le développement d’un site doit donc aussi s’accompagner d’une politique d’équipement des écoles parti­cipant à l’expérimentation et d’une formation des enseignants. Bernard Dizambourg, directeur de la DISTNB (Direction infor­matique et scientifique des techniques nouvelles et des biblio­thèques) du ministère de l’Education nationale, qui avait été retenu à Paris, est intervenu par téléphone lors de cette ren­contre des Treilles. Il s’est engagé à relier au réseau Internet une première tranche de 100 écoles, et ce, dès le début de l’année 1998, avec le concours de mécènes. Les écoles seront connec­tées aux serveurs académiques (réseau RENATER) ou, le cas échéant, à des fournisseurs d’accès locaux. Les communications téléphoniques feront l’objet d’une prochaine réunion avec France Telecom. Concernant la formation des enseignants, Bernard Dizambourg suggère une formation de courte durée (deux jours) s’appuyant sur le réseau de formateurs des acadé­mies.

« La main à la pâte » dans les quartiers difficiles

L’enthousiasme suscité à Vaulx-en-Velin démontre combien les échanges entre jeunes scientifiques et enseignants, entre élèves et parents, entre ville et école, par le biais des salles de découverte par exemple, se sont montrés constructifs et ins­tructifs pour tous les participants, adultes comme enfants. Le pari relevé par l’opération La main à la pâte concernant le lien entre intégration sociale et scolaire, et enseignement des sciences et apprentissage à la citoyenneté semble donc réali­sable. A Vaulx-en-Velin, les enseignants de quartiers sensibles ont une expérience de quelques années en matière d’appren­tissage des sciences sous forme d’expérimentation par les élèves. Cette expérience met en évidence que ce type d’ensei­gnement conduit à une meilleure participation des élèves à la vie de classe. Par ailleurs, une évaluation faite en classe de CE2 révèle une amélioration des résultats scolaires entre 1993 et 1995. Il ne faut toutefois pas oublier que cette amélioration n’a été rendue possible que par la mise en synergie de différents dispositifs, tels que des efforts de prévention des déficits sco­laires dès la maternelle, une diminution des effectifs des classes situées en milieu sensible, une forte mobilisation des ensei­gnants autour de projets d’école, mais également la mise en place d’actions innovantes en partenariat avec la ville, dans les­quelles l’opération La main à la pâte pourrait s’inscrire.

Les salles de découverte

Les salles de découverte, à la périphérie de l’école, font éga­lement partie des actions innovantes en partenariat avec la ville. Les salles de découverte, lieu d’expérimentation scientifique ouvertes à tous, sont présentes dans les quartiers et, comme dans le cas de Vaulx-en-Velin, se situent à proximité de l’école tout en gardant leur propre identité. Les salles de découverte se veulent un lieu ludique où parents et enfants manipulent, réflé­chissent, suggèrent. Nombre d’entre eux sortent souvent en se posant plus de questions qu’en entrant. Ils s’interrogent, repro­duisent les phénomènes observés chez eux, reviennent et des échanges s’instaurent. Ils observent de nouveau, se documen­tent, reproduisent et s’approprient ces phénomènes. Les mots « sciences », « hypothèses », « preuves » ne les effrayent plus. Les salles de découverte conduisent les visiteurs à rechercher des explications plus qu’a trouver l’explication elle-même. Ceux-ci se préparent ainsi à affronter demain, en s’étant déjà confrontés à l’inconnu, au nouveau, à l’inexpliqué.

Mais, plus important que tout, les salles de découverte consti­tuent un pôle de développement scientifique et d’échanges dans les cités. Elles favorisent le développement des relations à l’intérieur des familles, permettant aux parents et aux enfants de partager ensemble des instants de découverte. C’est l’opportu­nité pour consolider, recréer, voire créer des liens. L’enseignement des sciences trouve ici un complément à ce qui se fait dans les murs de l’école. Dans cette structure, les enfants des lasses La main à la pâte découvrent et font découvrir aux autres ce que sont des phénomènes scientifiques ou plus sim­plement la recherche. Ces enfants valorisent ainsi leur savoir et trouvent une place dans la société. L’apprentissage de la citoyen­neté, du respect des autres et l’intégration dans la société sont en bonne voie. Outre l’apprentissage des sciences par le biais de l’expérimentation, l’opération La main à la pâte pourrait être un vecteur de citoyenneté, de l’apprentissage de la lecture, de l’écriture… Dans une société « mosaïque », La main à la pâte, s’appuyant sur l’universalité et l’objectivité des sciences, se veut apprentissage de démocratie et pourrait aider à la construction progressive de la vérité, à la mise en oeuvre des débats d’idées et à la construction des liens sociaux.

Evaluer l’action de « La main à la pâte » dans les quartiers difficiles

Les classes actuellement engagées dans l’opération La main à la pâte se situent, pour environ 70 % d’entre elles, dans des zones d’éducation prioritaire (ZEP). Parmi les intervenants pré­sents à cette troisième rencontre des Treilles se trouvait Patrick Bouveau, chercheur de l’équipe ESCOL (éducation, socialisa­tion et collectivités locales), dont les travaux de recherche repo­sent essentiellement sur le rapport au savoir. Derrière les mots « quartiers difficiles » se cachent plusieurs notions : violence, échec scolaire, difficultés dues au niveau social, problème d’in­tégration. La politique de la ville en termes de quartiers difficiles a souvent accentué les ghettos. Les zones d’éducation prioritai­re sont au nombre de 550 en France et se situent dans les grandes agglomérations. Mais les banlieues ne sont pas les seules à catalyser les problèmes d’échec scolaire, qui se retrou­vent de façon très marquée également dans les milieux ruraux. Dans les quartiers dits « sensibles », l’école est la dernière institu­tion à rester en place et doit réaliser à elle seule l’intégration, le rapport avec le monde, avec les autres, avec soi-même. La main à la pâte a pour objectif de créer une nouvelle dynamique dans l’enseignement des sciences à l’école, de lutter contre l’illettris­me et, en coopérant avec les familles, de mieux permettre aux enfants de devenir des citoyens et de les préparer à affronter l’avenir. Cinq appelés du contingent et trois polytechniciens effectuant leur service national sont affесtés dans des écoles La main à la pâte situées dans des quartiers difficlles. Les premiers ont pour mission d’accompagner les enseignants lors de la réa­lisation de leurs séances de sciences en classe. Les polytechni­ciens ont une mission plus large. Ils répondent à la demande des enseignants dans le domaine des questions scientifiques et assurent également l’interface entre le pilotage national de l’opération et le pilotage sur un plan local. La main à la pâte cherche à mesurer les effets de son dispositif dans les quartiers difficiles. Elle a confié, lors de cette rencontre aux Treilles, à l’équipe ESCOL un travail d’observation, d’enquête et de recherche qui peut être formulé en ces termes : « Existe-t-il dans la mise en oeuvre de La main à la pâte un caractère spécifique et particulièrement décisif en vue de l’intégration des enfants ? » La durée de ce travail devrait s’étendre sur plus d’une annéе et débuter, dans un premier temps, avec le concours des appelés du contingent et des polytechniciens.

Cette rencontre, grâсе au cadre des Treilles, a débouché sur la mise en place d’un site Internet, comme outil d’accom­pagnement pour les enseignants, et à la rédaction d’une charte La main à la pâte. Celle-ci concerne actuellement 1000 classes de l’école maternelle et élémentaire, mais, étant donné l’en­gouement des enseignants pour réhabiliter les sciences à l’éco­le et le bouillonnement des élèves, nous pouvons espérer que, rapidement, les six millions d’enfants des 350000 classes des écoles maternelles et élémentaires de France participeront à cette opération.

Charte de « La main à la pâte »

  • Scieпces pour tous, sciences accessibles à tous

La main à la pâte a pour objectif de relancer l’enseignement des sciences expérimentales à l’école primaire, afin que les enfants apprennent dès le plus jeune âge à observer, raisonner, expérimenter, en construisant un savoir élémentaire sur des objets familiers. Qu’est-ce qu’un arc-en-ciel? Qu’est-ce qui fait pousser les plantes? Comment faire avancer un bateau?

Actuellement, en effet, il n’y a guère plus de 5 à 10 % des clas­ses, d’après le ministère, qui pratiquent des activités scientifiques dans le premier degré.

Relancer cet enseignement, c’est l’occasion de le repenser, en intégrant les apports des expériences menées depuis trente ans dans ce domaine, en même temps que des savoir-faire inspirés par la lutte contre l’échec scolaire. La main à la pâte ne prétend pas êtrе une nouvelle méthode pédagogique, mais voudrait impulser une dynamique, une mise en synergie d’une quantité de dispositifs variés, inventés ces dernières années, pour ensei­gner les sciences, lutter contre l’illettrisme, coopérer avec les familles, collaborer en partenariat avec la ville… Il manquait parfois à toutes ces actions une orientation forte qui leur donne un projet éducatif digne de la tradition républicaine, afin que tous soient mieux préparés à inventer demain.

  • Manipuler pour comprendre

Dans les classes, La main à la pâte s’inscrit dans une grande tradition pédagogique, qui amène les enfants à observer et à manipuler des objets naturels ou techniques de la vie courante. Les enfants cherchent à expliquer des phénomènes simples, accessibles à leur compréhension par le moyen de leurs expé­riences : ainsi, ils se donnent une prise sur un réel concret, maî­trisé par la parole et le raisonnement. Par petits groupes, ils échangent leurs interprétations, argumentent et testent des hypothèses. Le rôle du maître consiste à guider la démarche des enfants par des incitations, des questions, des reformulations.

Qu’est-ce que comprendre, sinon d’abord faire, s’étonner, refaire, maîtriser, observer, réfléchir ? La recherche d’explica­tions est aussi importante que l’explication elle-mêmе. Les enfants peuvent apprendre à affronter le réel — l’inconnu, le nouveau, l’inexpliqué — en le questionnant et en le maîtrisant par le geste et la parole.

Les expérimentations des enfants les conduisent à de vraies connaissances, et la pratique très régulière des sciences construit, dans la durée d’un an, d’un cycle, d’une scolarité, un ensemble ordonné et cohérent.

  • Langage et citoyenneté

Autour des expériences, les enfants apprennent à discuter des désaccords, à argumenter et à coopérer — c’est apprendre le débat d’idées, le respect des faits et d’autrui, c’est apprendre le détour et la patience de maîtriser ses impulsions. Chaque enfant tient un cahier d’expériences où il consigne, avec ses mots à lui, ce qu’il fait, voit et pense, ce qu’il suppose et ce qu’il envisage. La langue écrite lui sert à décrire et à raisonner, ou à communi­quer son interprétation à d’autres enfants, ses voisins dans la classe ou par la voie d’Internet. On constate, dans les classes La main à la pâte que les enfants en difficulté trouvent une moti­vation à écrire et font des progrès perceptibles. La construction progressive et collective de vérités scientifiques est le moyen d’une maîtrise de soi et du monde, d’une appropriation du lan­gage et d’un progrès du raisonnement. La main à la pâte, école d’objectivité et de citoyenneté, aide ainsi à un usage plus riche et maîtrisé du langage et à la construction du lien social.

Parce que son entrée est disciplinaire et que l’enjeu d’ensei­gner les sciences en favorisant l’esprit de recherche est crucial pour nos sociétés modernes, La main à la pâte donne du sens à la mosaïque des dispositifs pédagogiques et donne de l’espoir à l’éducation. Alors que tout, origine, milieu, langue, opinion ou mode de vie, tend à séparer les hommes, la science les ras­semble, car elle est la même pour tous. Tâchons qu’elle soit le bien de tous.

  • Soutien aux enseignants

Les enseignants considèrent souvent l’enseignement des sciences comme très difficile, surtout sous forme d’expérimenta­tions par les enfants. Ils doivent êtrе soutenus par un dispositif puissant d’aides variées, de natures diverses. Ces aides devraient être coordonnées et intégrées. Dans cet esprit, La main à la pâte propose d’établir et de structurer des liens personnels entre la communauté scientifique et le monde de l’école.

La mise en place de La main à la pâte a officiellement débu­té dans une centaine d’écoles françaises, à titre expérimental, en septembre 1996. Elle a obtenu un large écho dans le système educatif et dans la société. Beaucoup d’enseignants vivent une occasion privilégiée de travail en équipe, voient l’occasion de redonner du sens à leur action et l’expriment. Dans bien des classes considérées comme « difficiles », ils ont réussi à mobiliser leurs élèves ; ceux-ci ont découvert un tout nouveau sentiment de maîtrise de soi et de l’environnement. L’expérimentation, étendue à un millier de classes en 1997, bénéficiera de l’ouver­ture d’un site Internet, avec le matériel associé dans les écoles : cela permettra aussi bien les échanges entre collègues, les dia­logues entre scientifiques et enseignants, les correspondances scolaires, que la mise à disposition de toutes ressources utiles.

Communications

Patrick Bouveau – L’école et les quartiers difficiles

Sophie Ernst – Education civique et enseignement des sciences

Marima Hvass-Faivre d’Arcier – La boîte à manip’, un outil de formation active pour les enseignants

David Jasmin – Document de travail pour la mise en place du site internet

Claudine Larcher – Evaluation par questionnaire de l’opération La main à la pâte durant l’année 1996-1997

Henri Latreille – La salle de découverte de Vaulx-en-Vélin


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search