Médecine et musique

Colloque organisé parJean-Philippe Assal du 21 au 26 mai 1997

Participants

Мichèle Aebischer (Hôpital cantonal universitaire, Genève), Emmanuelle Assal (Etudiante en psychologie, Genève), Jean-Philippe Assal (Médecin chef de la Division d’enseignement thérapeutique pour maladies chroniques, Hôpital cantonal universitaire, Genève), Monique Assal (Physiothérapeute), Eliane Balaye (Clinique de Mireront, Badens), Mariе-Louisе Bargues (Médecin, journaliste), Jack Bresnahan (Compositeur), René Baud (Hôpital cantonal universitaire, Genève), Marie-France Castarède (Psychanalyste), Francine Crausaz (Médecin), Jean-Philippe Guyot (Hôpital cantonal universitaire, Genève), Marie-Louise Hatt-Arnold (Еcole Jacques Dalcroze, musicologue), Stéphane Jacquemet (Hôpital cantonal universitaire, Genève), Noëlle Junod (Hôpital régional, La-Chaux-de-Fonds, Suisse), Michel Kieffer (Psycho-motricité, ex-danseur-étoile), Sylvie Raber (Infirmière), Christiane Ratajczak-Morin (Clinique du Val Josselin), Paul Robertson (Directeur du Music Institute Research, Rudgwick, Grande-Bretagne), Laura Uplinger (Psychologue, musicothérapeute), Jacqueline Verdeau-Pailles, (Neurologue, psychiatre, musicothérapeute), Henriette Vitry (Psychanalyste), Nouche Vuataz (Centre artistiquе du Lac, Collonge­-Bellerive, Suisse), Roland Vuataz (Conservatoire populaire de musique de Genève).

 

Résumé 

Raisons de ce colloque

La vue, l’odorat, le toucher, mais aussi l’ouïe, sont des attributs fondamentaux de l’activité médicale. Ces sens sont très déve­loppés chez les soignants, surtout pour l’établissement d’un dia­gnostic. L’ouïe est bien entendu fondamentale dans les échanges avec le patient lors de l’examen cardiaque ou pulmonaire. La musique présente un domaine supplémentaire propice à l’ana­lyse du rôle de l’ouïe en médecine. Elle permet de réfléchir sur le rapport soignant-soigné, sur le suivi thérapeutique de patients atteints d’affections physiques de longue durée.

Ce colloque, auquel ont participé vingt-trois spécialistes, tous impliqués à des degrés divers dans les domaines de la musique, a permis d’aborder et de cerner quelques-uns des nombreux aspects liant la musique de gré ou de force à la médecine. Les soignants ont pu affiner la compréhension du rôle de la musi­que en thérapeutique. Pour les spécialistes des domaines musi­caux, ce fut l’occasion de répertorier certains secteurs où la musique pourrait contribuer à améliorer la qualité de vie et la prise en charge des malades.

 

Compte rendu

Cette rencontre a été organisée en collaboration avec Jacqueline Vеrdеau-Paillès, neurologue-psychiatre et spécialiste en musicothérapie. Avant le choix définitif, différents thèmes ont été considérés comme étant particulièrement intéressants pour ce groupe, tels que:

  • chants de la mère et ceux de l’enfant,
  • berceuses et babil du nouveau-né dans différentes expressions ethniques,
  • créations artistiques et pathologies organiques chez le compo­siteur (ex. : Beethoven, Schumann, Ravel) ,
  • cerveau droit, cerveau gauche et perception musicale, puis abandonnés au profit de trois thèmes plus généraux et plus ouverts:
  • musique et pédagogie,
  • rythmes : en musique, dans l’apprentissage, en biologie,
  • musicothérapie : quelles spécificités dans divers champs thé­rapeutiques ?

Ces trois grands thèmes de discussion ont été animés par :

  • Roland Vuataz (directeur du Conservatoire populaire de musique de Genève et spécialiste en pédagogie) pour la par­tie « musique et pédagogie » ;
  • Michel Kiеffer (de Luxembourg, psychomotricien, psycho-physiologiste et ex-danseur étoile à l’Opéra de Londres) et Marie-Louise Hatt-Arnold (de Genève, professeur de ryth­mique et de musique, spécialiste de la rythmique selon Jacques Dalcroze) pour les rythmes;
  • Jacqueline Verdeau-Paillès pour la musicothérapie.

Nous résumerons quelques aspects clés des travaux de cer­tains ateliers, analуsés grâсе à la technique de la discussion visualisée. La discussion visualisée est une discussion en groupe où chaque participant répond par écrit à une question poséе au groupe. La réponse est formulée en mots clés (4 ou 5 par répon­se) écrits sur une carte. Le modérateur réunit toutes les cartes et les dispose sur un panneau en fonction de thèmes communs. Cette gestion est particulièrement utile lors de séances de travail avec des groupes hétérogènes. Elle donne à chaque participant le même poids, assure un certain anonymat et permet une vision simultanée de toutes les réponses, d’où le terme de dis­cussion visualisée. Lors de la mise en commun, le groupe déter­minera les sous-titres caractérisant chaque ensemble.

Musique et pédagogie

Selon Roland Vuataz, trois idées-forces fondent certaines pra­tiques actuelles en pédagogie musicale :

  1. « Affranсhir les êtres humains de la tutelle des musiciens, trop souvent enfermés dans leur spécialité, trop souvent « réser­vataires », et restaurer une formation musicale qui donne ses chances aux ressources artistiques existant en chacun. Ainsi, il apparaît important de réintroduire une pédagogie de l’improvi­sation. Cette modification de conceptions va bien au-delà du domaine de la musique, car elle touche le développement de la personne dans son mental et dans son physique, donc dans sa santé. »
  2. « Restituer à la musique son caractère éphémère, singulier, total, immédiat. En effet, le développement de l’art musical en Occident au cours du siècle dernier a amené une suprématie de l’écrit, au point que l’écrit s’est pris pour la musique elle-même. Redécouvrir la différence entre une écriture qui ferme et une écriture qui ouvre, entre une écriture qui réduit et une écriture créatrice. »
  3. « Revisiter complètement la pédagogie musicale des pre­mières années de la vie, afin de permettre une véritable réap­propriation de la musique par l’enfant. Il y a fort à parier que cette restauration d’un êtrе humain capable de créer sa propre musique aurait des effets non négligeables, à la fois sur sa santé et sur celle de la société. »

Ateliers et discussions visualisées

Enseignement de la musique à des équipes soignantes

A) Comment prendre en compte les attitudes et les résistances des soignants?

  • percevoir les attitudes de l’apprenant,
  • rechercher des indicateurs de non-motivation (par exemple chez un élève : apparition de la fatigue, modification du timbre de voix, fermeture),
  • repérer les interférences entre l’apprenant et le contenu de l’apprentissage,
  • faire émerger les besoins de l’élève,
  • êtrе à l’écoute de l’élève,
  • connaître ses limites en tant qu’enseignant (connaître et accep­ter les résistances)

B) Imaginaire et émotions

  • laisser l’émotion envahir l’individu tout en la canalisant
  • l’émotion cherche désespérément un chemin vers l’extérieur,
  • l’émotion est véhicule de la communication,
  • la musique est un moyen de délier délicatement les mailles du filet de contention qui empêche la communication de circuler,
  • imaginaire : images-imagination-manifestation-matière,
  • champs de l’imaginaire : l’écoute flottante de la musique mène vers le rêve éveillé,
  • difficulté de la rencontre entre les imaginaires,
  • difficultés de l’accès à l’imaginaire de l’autre,
  • création : pas de création sans imaginaire, la musique est une création de l’imaginaire,
  • liberté : opportunité d’expression, abolition des contraintes.

C) Qu’apprendon lorsque l’on enseigne?

  • à donner,
  • à écouter l’autre,
  • à connaître l’apprenant,
  • à gérer l’erreur pour améliorer l’apprentissage,
  • à êtrе en même temps l’enseignant et l’apprenant.

Rythmes

D’après Jacques Dalcroze, « le rythme est en même temps l’ordre, la mesure dans le mouvement et la manière personnel­le d’exécuter ce mouvement ».

Avec Michel Kieffer et Marie-Louise Hatt-Arnold, cette partie du séminaire a permis d’expérimenter, par des exercices pra­tiques, différents aspects du rythme qui ont contribué à :

  1. faire prendre conscience aux participants de l’unité corps-esprit,
  2. structurer l’espace et le temps par quelques repères qui per­mettent à l’homme en mouvement de se définir en tant qu’en­tité,
  3. illustrer des possibilités de vivre la musique autrement que par la seule écoute,
  4. confronter les participants à leur raideur physique et aux craintes de s’exprimer par le geste,
  5. savoir s’adapter aux rythmes d’autrui en vue d’améliorer la communication.

Ces exercices ont également favorisé le secteur de la com­munication non verbale, élément important dans les relations thérapeutiques, ainsi que la communication interpersonnelle où l’exercice consistait à s’adapter au rythme de l’autre.

Cet aspect apparaît aussi déterminant dans le rapport soi­gnant-soigné et dans les stratégies de suivi à long terme de malades chroniques. Dans tout état pathologique, le patient se trouve coupé, du moins en partie, de ses rythmes habituels, donc en situation d’insécurité. L’angoisse engendrée par la mala­die entraîne souvent un repli sur soi qui coupe le malade des repères habituels que constituent les rythmes établis dans la vie quotidienne. Le rôle de l’entourage, qui cherche à surprotéger le malade, peut mettre ce dernier en face de multiples rythmes étrangers, quoique protecteurs, risquant d’étouffer les rythmes spontanés du patient.

Une autre dimension du concept de rythme s’adresse à la biologie; elle a été présentée par Noëlle Junod, médecin suisse. La science des rythmes en biologie est appelée chronobiologie et étudie la variation des rythmes, des fonctions, selon la variable du temps. Ces rythmes sont observés aussi bien chez les plantes que chez les animaux, tant au niveau de la cellule, ou même de la fraction sub-cellulaire, que dans l’organisme tout entier.

Dans l’organisme, le rythme intervient dans la programma­tion de fonctions se succédant de manière périodique, et cette périodicité est liée au fait que toutes les fonctions ne peuvent se dérouler simultanément. On note dans les rythmes biologiques des rythmes circadiens, qui durent environ un jour, dont le plus connu est la sécrétion entre l’hormone hypophysaire, ACTH, et la sécrétion de l’hormone surrénalienne, la cortisone. Sur le plan nutritionnel, on observe également un rythme lié à la prise alimentaire, avec l’augmentation de la glycémie et la sécrétion synchrone et adaptée d’insuline.

Sur le plan pharmacologique et thérapeutique, il a aussi été observé des effets très différents d’une mêmе dose de médica­ments selon l’heure de la prise. Dans l’expérimentation ani­male, une dose mortelle à 80 % à une heure donnée peut êtrе pratiquement non toxique lors d’une administration à un autre moment de la journée.

Ateliers et discussions visualisées

A) Ce qui a été apprécié dans les exercices rythmiques :

  • l’émergence du corps,
  • la libération de l’esprit par le mouvement du corps,
  • l’expérience en groupe,
  • le côté ludique dans l’apprentissage.

B) Quelques questions sur l’enseignement du rythme :

  • quel est le lien entre le rythme et la musique?
  • les exercices de rythmiques sont-ils transposables aux patients?
  • comment moderniser l’enseignement de la rythmique?
  • pourquoi l’enseignement de la rythmique est-il si triste?

 

Мusicothérapie

« La musique est à la fois un sentiment et une science » (Hector Berlioz)

La musicothérapie associe la musique, qui est du domaine de l’art, à la thérapie, qui renvoie aux domaines de la science et de la médecine. Si, en soi, le son et la musique ne sont pas théra­peutiques, ce sont les méthodes et leurs objectifs qui peuvent le devenir.

Forme de psychothérapie à support musical, la musicothéra­pie s’adresse à des êtres qui souffrent et qui, implicitement ou explicitement, demandent de l’aide. Introduire la musique sup­pose qu’ils y soient sensibles. La connaissance de leur person­nalité psycho-musicale facilitera l’établissement d’un projet de soins. Les méthodes thérapeutiques sont fondées sur les rapports entre le son, la musique et l’être humain, dans leurs aspects émo- tionnels, affectifs, relationnels. Elles ont pour objectifs:

  • l’apaisement de l’angoisse et des tensions,
  • la stimulation de l’activité,
  • la reconstruction et l’épanouissement de la personnalité,
  • la reprise ou l’acquisition de l’autonomie.

Ces méthodes doivent s’inscrire dans le projet thérapeutique global et font l’objet d’appréciation.

Jacqueline Verdeau-Paillès a présenté et commenté une fiche-questionnaire d’évaluation pour tester la réceptivité musicale d’un individu. Cette fiche permet d’évaluer la réceptivité géné­rale à la musique, ou à certaines musiques, et aux instruments de musique.

Elle se réfère également aux antécédents personnels sonores au moment de la naissance, aux berceuses de la mère, à l’am­biance sonore pendant l’enfance, aux particularités concernant les bruits corporels.

Y figurent aussi des renseignements sur l’environnement sonore actuel, les bruits aux lieux d’habitation et de travail, la culture musicale de l’individu, les modes d’écoute de la musique, le choix des compositeurs préférés. Cette fiche tient compte par ailleurs des associations de la musique avec d’autres modes d’expression : la danse, les arts plastiques, la poésie.

Cette fiche-questionnaire se termine par l’écoute de dix ex­traits musicaux et l’analyse du ressenti au niveau sensoriel, cénesthésique, moteur, les images visuelles élaborées, les senti­ments évoqués par la musique, etc.

Modificatlon de la perception de la tonalité avec l’âge : problème de l’oreille absolue

Jean-Philippe Guyot, otoneurologue, a décrit la probléma­tiquе des sujets doués d’oreille absolue. Pour reconnaître une tonalité, la grande majorité des sujets ont besoin d’entendre au préalable une tonalité de référence, le do, par exemple. Quelques rares sujets, en général des professionnels, sont capables de reconnaître et aussi de reproduire cette tonalité sans recourir à une quelconque référence. Cette faculté est désignée par le terme d’oreille absolue. Cette dernière apparaît de plus en plus comme un phénomène acquis, comme celui du langage. Vers la soixantaine, ces personnes signalent une modification de la perception de ces tonalités, qui se décalent progressive­ment de un à deux tons vers les fréquences aiguës. Ce décalage de la perception de la tonalité vers le haut pourrait résulter d’une altération des propriétés élastiques de la membrane basi­laire de l’oreille interne ou d’une diminution du nombre des cellules ou de fibres nerveuses du nerf auditif.

Les sujets doués de l’oreille absolue se plaignent que cette faculté les empêche de ressentir la musique comme un élément de détente. Une multitude de questions concernant la percep­tion de la musique sont encore aujourd’hui sans réponse. Les mécanismes permettant de discerner la tonalité d’un son restent encore bien mystérieux. Il est possible qu’au cours de la pro­chaine décennie, l’essor de la neurophysiologie et des tech­niques d’imagerie cérébrale fonctionnelle puisse offrir un éсlair­cissement à ces problèmes.

La musicothérapie fait partie intégrante du secteur général de l’art-thérapie, un secteur qui nécessite une formation très pré­cise, afin que toutes les implications cliniques puissent êtrе abor­dées d’une manière professionnelle. Cette approche musico­thérapique vise à aider les soignants à mieux intégrer la musique dans leur pratique; elle aide également les musiciens à mieux partager leur art avec soignants et patients. Cependant, on observe actuellement de sérieuses difficultés pour faire accepter la musique comme démarche thérapeutique, tant par les soignants que par les institutions médicales.

Ateliers et discussions visualisées

A) Aider les soignants à mieux intégrer la musique et les arts dans leur pratique

  • créer un besoin chez le malade,
  • augmenter la présence de la musique dans l’institution : un espace dans le cadre médical pour la musique;
  • maîtriser l’importance de l’interdisciplinarité,
  • encourager l’expression musicale : essayer de faire revivre la musique qui est à l’intérieur du malade,
  • aider les musiciens à mieux partager leur art avec les soignants,
  • réaliser que la musique n’est pas une fin en soi, mais un ins­trument de communication,
  • donner aux musiciens le désir d’aller à la rencontre des soi­gnants et des patients,
  • créer des répertoires de différentes musiques et de différents rythmes, afin de pouvoir faire face au grand nombre de demandes.

Deux témoignages musicaux

Paul Robertson : présentation du film « Music and the mind »

Premier violon du Quatuor Médicis, Paul Robertson s’est inté­ressé depuis de nombreuses années au rapport entre la musique et le fonctionnement cérébral. Le film présenté a été réalisé par la BBC en 1996 et montre différents aspects de la mélodie : comment perçoit-on la musique? quelles sont les parties du cer­veau activées lorsqu’on écoute de la musique ou lorsqu’on en joue? quels sont les liens qui unissent la musique et les émo­tiоns? Différentes présentations ont été faites à partir d’inter­views de neurobiologistes et de neurologistes de Harvard Medical School, de psychologues de l’Institut de Recherche et de Coordination Acoustique-Musique à Paris (IRCAM).

Certains cas ont été présentés, comme celui de Tony de Bloise, un homme d’une trentaine d’années ayant souffert de lésions cérébrales à la naissance, aveugle et autiste. A l’âge de 21 ans, la seule activité qu’il avait pu apprendre était de se pré­parer un sandwich. Pourtant, actuellement, c’est un pianiste exceptionnel avec une mémoire musicale immense, puisqu’il maîtrise plus de 7 000 mélodies; de plus, il a le don de pouvoir improviser du jazz. Sa mère lui avait acheté un piano électro­niquе lorsqu’il avait 2 ans, alors qu’il ne tenait pas assis, dans la perspective de favoriser le développement de cette position. Pendant six semaines, le petit Tony tapa d’une manière totale­ment aléatoire sur ce piano et, un jour, sa mère repéra les trois premières notes de Twinkle, Twinkle, little star. Elle lui joua alors le reste de la mélodie. Trois semaines plus tard Tony jouait la mélodie entière.

Actuellement, Tooy ne parle toujours pas, mais a trouvé différents modes d’expression musicale. A la sollicitation qui lui a été faite de s’exprimer sur son exceptionnelle mère, il a répon­du en jouant et en improvisant admirablement sur Twinkle, Twinkle, little star.

Henriette de Vitry : l’exemple de Yo-Yo Ma

Henriette de Vitry a souligné en préambule que, dans l’esprit de Jean-Philippe Assal, la musique pouvait entrer en relation avec la médecine non seulement comme instrument thérapeu­tiquе direct, mais comme modèle d’enseignement et de trans­mission d’un savoir. Elle a proposé le cas du violoncelliste Yo-Yo Ma dans une perspective élargie du rôle d’un musicien dans la communication avec l’autre. Son exemple s’insère dans la philosophie du colloque Médecine et musique. « Yo-Yo Ma, dit Henriette de Vitry,  est constamment à la recherche de l’autre. Dans l’exécution d’un concerto, il ne joue pas accompagné par l’orchestre, mais dialogue avec chaque instrument. »

Yo-Yo Ma a enregistré la cinquième suite de Bach avec Tara­saburo Bando, un grand interprète du théâtrе dansé tradition­nel japonais, le kabuki. La vidéo montre, au début, la discussion entre les deux artistes, l’un cherchant à expliquer la magie de Bach, l’autre celle du kabuki. Yo-Yo Ma dit: « J’essaye avec mon violoncelle de donner quelque chose à Tamasaburo ; il le prend, en refait quelque chose et me le repasse. »

A propos de son entretien avec Tamasaburo, Yo-Yo Ma ajoute : « Quand nous avons affairе à des arts, il ne s’agit plus de musique, de peinture ou de littérature, mais, en réalité, nous avons affaire aux pensées profondes, aux émotions qui sont communiquées de façon codée par le meilleur de l’esprit d’un individu. Et Henriette de Vitry poursuit: « A travers cette convic­tion, Yo-Yo Ma se montre un vrai pédagogue. La pédagogie ne consiste pas uniquement dans la transmission d’un savoir, mais dans la communication d’un message porteur d’espoir, de vie. »

Rесоттапdаtions finаlеѕ

A la fin du séminaire, les participants ont sélеctiоnné un cer­tain nombre de recommandations qui pourraient êtrе résumées comme suit:

  • développer des séminaires semblables à celui-ci, afin de réduire le fossé entre musiciens et soignants,
  • ne pas privilégier la musique au détriment des autres arts,
  • en musique, comme en médecine, il convient de favoriser la communication,
  • la guérison n’est pas un exploit; elle n’est que le résultat d’un lieu retrouvé,
  • développer chez chacun la fibre artistique et la créativité dans le partage avec autrui pour assurer un contrepoids à la logique et à la rationalité, qui isolent et séparent,
  • trop d’enthousiasme peut engendrer une réaction de rejet,
  • sensibiliser les musiciens à leur pouvoir de guérisseur,
  • garder le mouvement et ne pas étouffer l’enfant.

Conclusions

Ce colloque doit êtrе considéré comme une démarche ini­tiale permettant à un groupe hétérogène, formé de spécialistes venant de la médecine, de la psychologie et de la pédagogie, de dialoguer avec des spécialistes venant du monde musical. Ce dialogue est ambitieux, tant les thèmes évoqués ont été vastes. Ce séminaire a montré la communauté d’intérêt entre ces spé­cialistes, la possibilité d’accéder à un savoir mieux intégré, grâсе à l’environnement propice qu’offre la Fondation des Treilles. Travailler en commun dans le secteur intermédiaire que repré­sente la musique a révélé aux différents participants le rôle fon­damental de cet art pour chaque individu et son manque d’in­tégration dans de nombreuses approches cliniques.

Finalement, les participants ont évoqué un besoin important de développer plus avant la réflexion qui a eu lieu aux Treilles. Ce colloque nous a de nouveau convaincus que c’est moins la profondeur des connaissances spécifiques à chaque spécialiste qui fait avancer la connaissance intégrée, que l’échange entre spécialistes.

Les actes de ce colloque devraient êtrе publiés par la Fonda­tion des Treilles.

Communications

  • Jean-Philippe Assal – Stratégies d’approche interdisciplinaire
  • Monique Assal – Les rapports du corps avec son environnement immédiat
  • Eliane Balaye – Qu’apprend l’enseignant lorsqu’il enseigne?
  • Marie-Louise Bargues – La surdité, stratégies de formation des patients sourds congéni­taux
  • Jack Bresnahan – Stade d’acceptation de la maladie. Illustrations musicales
  • René Baud – Approches culturelles en institutions hospitalières
  • Marie-France Castarède – Vécu des choristes face au chef d’orchestre
  • Jean-Philippe Guyot – Surdité et oreille interne. Cerveau gauche, cerveau droit
  • Marie-Louise Hatt-Arnold – Ecole Jacques Dalcroze (méthode) et éducation rythmique
  • Stéphane Jacquemet – Stratégie pédagogique de formation
  • Noëlle Junod – Rythmes biologiques
  • Michel Kieffer – Rythmologie et mouvement
  • Sylvie Räber – Résistance institutionnelle des soignants devant la musicothérapie
  • Paul Robertson – Musique et thérapie
  • Laura Uplinger – Imaginaire chez la femme enceinte en institution médicale. Gestation à haut risque
  • Jacqueline Verdeau-Paillès – Musicothérapie
  • Henriette de Vitry – Yo-Yo Ma
  • Nouche Vuatal – Pédagogie active dans l’éveil artistique
  • Roland Vuataz – Analyse critique des approches pédagogiques en général et en musique en particulier

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search