La main à la pâte (2ème rencontre)

Colloque organisé par Pierre Léna du 19 au 21 mars 1997

 

Participants 

Vincent Bornert, Lise Breuil, Georges Charpak, Marie Digne, Robert Germinet, Yves Janin, Pierre Léna, Guillemette Picard, Yves Quéré, Edith Saltiel.

En outre, Goéry Delacôte (Exploratorium, San Francisco) et Jean Hébrard (Inspection générale de l’Education nationale) fournirent par écrit et lors d’une conférence téléphonique des contributions précieuses.

Le texte de Sophie Ernct, « Refonder l’enseignement scienti­fique : un grand projet pour l’école » (INRP, mars 1997), a été également communiqué.

Résumé

Cette rencontre brève s’est tenue du 19 au 21 mars 1997, sous une forme plus restreinte que la précédente, de nou­veau à l’initiative du petit groupe constitué à l’Académie des sciences. Ce groupe pilote, avec l’entier soutien de l’Académie, une action de réflexion et de soutien, parallèle à l’engagement institutionnel du ministère de l’Education nationale.

Six mois après la mise en place de l’expérimentation dans quelque 350 écoles primaires, réparties sur cinq départements et comprenant de nombreuses classes en zones d’éducation prioritaire (ZEP), il s’agissait de faire un premier point et, sur­tout, d’envisager la complémentarité optimale entre les disposi­tifs institutionnels et officiels, d’une part, et les actions complé­mentaires que financent, auprès de ce groupe, la Délégation interministérielle à la ville et le Fonds d’action sociale, d’autre part. La première rencontre a eu lieu aux Treilles du 14 au 19 septembre 1996.

Compte rendu

Il semble bien que le succès du petit livre élaboré lors de la précédente rencontre dépasse le monde scolaire, et que la pro­blématique d’une réconciliation entre les sciences et l’école pri­maire touche à un véritable problème de société : une coupure de plus en plus profonde entre le monde de la construction rationnelle et l’espace de pensée de nos contemporains. Comment donc concevoir des actions qui ne se bornent pas à introduire plus d’expérimentation à l’école, ou à mieux former les maîtres aux sciences — bien que ces deux objectifs initiaux de La main à la pâte demeurent louables —, mais qui visent, par les sciences, à transformer la pratique pédagogique ? La rencontre a bénéficié de la présence de trois jeunes étu­diants de l’Ecole polytechnique, affectés en 1996 -1997 au titre de leur service national au suivi de l’expérimentation dans trois des cinq départements. Leur disponibilité et leur proximité des classes concernées ont apporté à la rencontre des témoignages de première main.

Les participants ont ainsi élaboré des recommandations quant à une extension progressive et prudente de l’expérimentation; argumenté un ensemble de résolutions visant à associer non seulement les IUFM (Instituts universitaires de formation des maîtres), mais aussi les institutions scientifiques (écoles, universités) à l’accompagnement de maîtres souvent démunis devant la science et les expériences à faire; réfléchi à la publication de documents répondant à l’attente des enseignants vis-à-vis de La main à la pâte; débattu des actions à mener en milieu scolaire particulièrement marqué par l’immigration, sans « stigmatiser » celle-ci par des actions spécifiques ; enfin pris des dispositions pour l’ouverture rapide d’un site Internet pour les enseignants et adopté quelques orientations quant à son contenu.

Malgré sa brièveté, la rencontre permit ainsi aux participants d’affermir leur ligne de conduite pour les mois et années à venir, sans que les questions de fond, qui faisaient principalement l’ob­jet de la première rencontre, aient été totalement éludées.

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search