L’aristocratie méditerranéenne à l’époque médiévale et au début de la période moderne

Colloque organisé par Pierre Toubert et Angeliki Laiou du 21 au 27 juin 1996

 

Participants

Laura Balletto, Youri Bessmertny, Alain Boureau, Monique Bourin, Jean-Claude Cheynet, Philip Daileader, Hélène Débax, Jean-Pierre Delumeau, Georges B Dertilis., Laurent Feller, Paul Freedman, Cemal Kafadar, Alexander Kazhdan, Adam Kosto, Demetrius Kyritses, Angeliki E Laiou-Thomadakis. (co-organisatrice), Jean-Marie Martin, Michael Mccormick, François Menant, Nevra Necipoglu, Theoharis Stavrides, Pierre Toubert (organisateur).

Résumé

La Fondation des Treilles, dans son paysage typiquement provençal, a accueilli du 21 au 27 juin 1996 un colloque international sur les aristocraties médiévales, non loin de cette Méditerranée qui était le cadre géographique de l’enquête. Le projet, élaboré par les professeurs Angeliki Laiou (Dumbarton Oaks) et Pierre Toubert (Collège de France), était délibérément comparatiste. Il visait à confronter deux historiographies, deux domaines de recherche qui, le plus souvent, s’ignorent: l’Oc­cident, qui connut l’emprise carolingienne avant d’évoluer vers un régime féodal, et l’Orient, où survécurent l’Empire et un État fortement centralisé. Les structures conviviales de la Fondation ont rendu possibles les rencontres et les discussions informelles entre les vingt-deux chercheurs invités, grecs et italiens, turcs et français, russes et américains. Onze cоmmunicatiоns portèrent sur l’Occident, sept sur l’Orient et une prit une perspective com­paratiste. En outre, trois commentateurs extérieurs étaient pré­sents : Alain Boureau joua le rôle du médiéviste littéraire et anthropologue, Georges Dertilis celui du spécialiste d’histoire contemporaine et Youri Bessmertny fut notre « oeil de Moscou ».

Compte rendu

Le samedi matin, les débats furent ouverts par Ionique Bourin et Alexander Kazhdan, qui avaient tous deux choisi l’ap­proche anthroponymique. Ionique Bourin présenta ses recherches sur le Languedoc, menées depuis une dizaine d’an­nées dans le cadre du groupe d’Azay-le-Ferron. A partir des cartulaires des XIe-XIIIe siècles, elle décrivit la mutation anthropo­nymique du XIe siècle. A une longue période où l’on ne connaît que des noms uniques et très variés succède de façon rapide en Languedoc un nouveau mode de désignation des individus, marqué par la concentration sur quatre noms princiers (Raimond, Pons, Guilhem et Bernard) et par l’apparition des surnoms. Ces surnoms, qui peuvent être de quatre types : sobri­quets, noms de métiers, noms de lieux et noms de personnes, sont à l’origine individuels avant de devenir des noms de famil­le. Avant le milieu du XIIIe siècle, l’aristocratie ne se distingue cependant pas du reste de la population. A la différence de nombreuses autres régions françaises, on ne constate pas en Languedoc de décalage chronologique dans l’apparition du sur­nom entre les diverses catégories sociales. Seuls quelques noms portés par des paysans semblent interdits dans les groupes dominants, comme André, Martin ou Benedictus. Le nouveau système anthroponymique n’est donc pas en premier lieu des­tiné à favoriser la différenciation sociale. Ce n’est qu’a la fin du XIIe siècle et surtout au XIIIe siècle que l’aristocratie se différencie peu à peu, portant prioritairement des surnoms issus de la toponymie, en général, du principal château contrôlé. Elle fait alors de l’anthroponymie, d’un nom transmis de père en fils, un lieu de mémoire généalogique. Jusqu’au XIIIe siècle cependant, rien n’est radicalement fixé, la variation des pratiques onomastiques est de règle.

Le surnom de lieu est donné de façon privilégiée quand l’aristocratie exerce ses fonctions châtelaines, ou quand un individu apparaît seul. Lorsqu’une donation est faite par un groupe familial, pour donner des biens patrimoniaux ou pour affirmer les liens du sang, on utilise prioritnirement le nomen paternum. Mais ce qui frappe avant tout dans ce Languedoc toujours présenté comme atomisé, c’est la remarquable homogénéité géogrарhiquе et sociale. Cette cohésion culturelle témoigne de la force des liens verticaux d’organisation sociale, entre les princes et les aristocrates, entre les aristocrates et leurs sujets.

Le rapport d’Alexander Kazhdan fut surtout consacré au pro­blème de l’apparition des noms de famille dans l’Empire byzantin après la fin de l’Antiquité. Selon lui, les tendances anthroponymiques pourraient démontrer la naissance d’une nouvelle aristocratie à Byzance, par un processus assez lent qui n’était pas complet avant l’an mille. Plusieurs indices corroborent cette impression, parmi lesquels les différents noms dynastiques. Avant le XIe siècle, ils se rattachent aux origines géographiques des familles : Isauriens, Amoriens, Macédoniens, Paphlago­niеns ; ensuite apparaissent de vrais noms de famille Doukas, Comnène, etc. Le nom de Lecapène pourrait être une excep­tion, mais il n’apparaît que dans des sources postérieures au Xe siècle. Quant aux noms des hommes de lettres et des intel­lectuels, ceux-ci ne commencent à porter de vrais noms de famille qu’au XIe siècle.

Pendant le siècle précédent, il n’y en a qu’un (Théodore Daphnopatès) qui puisse être retenu, les autres noms étant des épithètes plutôt que des noms de famille, ou des cas dont l’au­thenticité est douteuse. On peut y ajouter les indices des sceaux, qui ne portent point de noms de famille jusqu’au Xe siècle, tan­dis qu’a partir du siècle suivant, les noms de famille sont de règle. On pourrait dire que les sources littéraires s’accordent aussi sur ce point : avant l’an mille, elles ne donnent que peu de noms de famille, dont la plupart sont en réalité des sobri­quets.

Dans le cas, d’ailleurs rare, où il y avait des familles aristocra­tiques formées avant le Xe siècle, leur prééminence fut de cour­te durée, tandis que les lignages qui paraissent après l’an mille sont plus stables.

En ce qui concerne l’étymologie des noms de famille, on trou­ve des noms provenant de prénoms communs ou de noms bibliques. On trouve également des noms d’origine géogra­phique, soit des noms de lieux, typiques de l’aristocratie mili­taire, soit des noms de grandes villes et des régions de Constantinople, qui caractérisent l’aristocratie civile. Les aristo­crates de cette deuxième catégorie portent aussi des noms de métiers. Quand leur nom signifie un trait moral, celui-ci repré­sente, en général, une qualité, tandis que les membres de l’aris­tocratie militaire acceptaient même des surnoms péjoratifs.

L’après-midi du samedi furent présentées des monographies familiales illustrant quelques destins aristocratiques. Laura Balletto s’attacha à retracer l’histoire des Gattilusio, ces grands marchands originaires de Gênes qui connurent une ascension continue aux XIIIe et XIVe siècles, jusqu’à leur accession à la sei­gneurie de Pile de Lesbós en 1355, puis à celle d’Enos. Leur rayonnement était fondé sur les liens entre la gestion de la chose publique et le pouvoir économique, typiques du fonc­tionnement des cités-États de l’Italie médiévale. Leur excellente connaissance des mondes grec et musulman a rendu possible l’expansion vers l’Orient, où ils jouèrent pour Gênes un rôle diplomatique dans la lutte contre Venise et où ils réussirent à nouer des liens matrimoniaux avec la famille impériale. Leur richesse provenait de l’exploitation des mines d’alun de Lesbos, mais aussi d’activités plus douteuses comme la piraterie ou la contrefaçon de ducats vénitiens. Jamais complètement détachés de la mère patrie — ils s’allièrent avec les Doria — ils furent tout à fait représentatifs de la grande aristocratie urbaine de l’ltalie du Nord au bas Moyen Age, où l’activité de chacun constitue la base de l’État et où public et privé sont profondément imbriqués pour assurer la prospérité de la cité.

Pour sa part, Theocharis Stavridès présenta le cas exemplaire du premier grand vizir ottoman qui soit venu de l’ordre des kuls. Mahmud Pasha était originaire de la ville serbe de Novo Brdo et fut enlevé de chez lui et forcé de se convertir à un âge assez tendre.Il était issu d’une des familles aristocratiques les plus puissantes de l’État serbe, les Angelovic, qui étaient étroite­ment apparentés à une branche de l’aristocratie byzantine, les Angeloi Philanthropenoi. Devenu grand vizir en 1453, Mahmud Pasha a su maintenir des contacts avec sa famille, et cela a facilité le processus de conquête ottomane dans les Balkans : on voit, par exemple, que le chef du parti pro-otto­man dans le despotat serbe fut le frère de Mahmud Pasha. Dans sa vie publique, Mahmud Pasha représente l’idéal de l’aristocra­te musulman-ottoman : général victorieux, grand patron des fondations pieuses, poète accompli en turc et en persan. Pourtant, les délibérations du gouvernement vénitien montrent que Mahmud conspirait avec Venise contre son maître, avec l’intention d’accéder au trône. Même si sa trahison est passée inaperçue, Mahmud fut exécuté sur l’ordre du Sultan en 1474, pour des raisons apparemment personnelles. L’instabilité du pouvoir même des fonctionnaires les plus élevés est évidente.

Il est à noter que, dans les cas examinés par Laura Balletto et Theocharis Stavridès, nous avons affaire à l’adaptation d’indivi­dus ou de familles aristocratiques à des conditions nouvelles; dans les deux cas, il y a une double solidarité envers ancienne et nouvelle patrie, ou ancienne patrie et nouveau pouvoir.

La journée du dimanche fut tout entière consacrée à l’Italie, bien représentée dans notre colloque. Pierre Toubert commença par brosser un tableau des aristocraties du Latium, à la croisée entre le domaine des byzantinistes et la tradition historiogra­phique occidentale. L’intérêt de Rome et de sa région est de per­mettre d’analyser la façon dont s’est effectué le glissement pro­gressif d’un duché byzantin, marginal par rapport à l’exarchat de Ravenne, vers une principauté territoriale carolingienne.

Comment cette évolution s’est-elle manifestée quant à la par­ticipation de l’aristocratie au pouvoir? L’état des sources, uni­quement narratives jusqu’au dernier quart du IXe siècle, ne permet pas d’envisager une prosopographie avant 900. Des groupes de puissants qui gravitent autour du pouvoir pontifical, se retrouvent au sein du collège des judices organisé à partir du VIIe siècle. La bureaucratie, empiriquement mais efficacement créée par la papauté, assure l’émergence d’un corps homogène socialement. Parallèlement à la bureaucratisation, se fait jour une territorialisation de l’État. La conscience étatique se fortifie et, sous l’influence carolingienne, tout le système prend le nom de palatium, remplaçant le trop byzantin patriarchium. A par­tir du Xe siècle, la structure de l’aristocratie romaine ressemble à tous les grands réseaux princiers. En témoigne au premier chef la famille de Théophylacte, principes romains au sommet du pouvoir, qui crée des réseaux de clientèle aristocratique distri­buant les postes à de pléthoriques consanguins et alliés. On constate une participation familiale aux titres; le groupe familial étant, en tant que tel, détenteur des honneurs locaux. Avec l’incastellamento, les structures familiales aristocratiques subissent une évolution notable. Ces grandes familles ne perdent pas la conscience d’être un groupe, qui peut se retrouver pour des actions de pacification communes, mais elles se réorganisent sur des bases locales, avec une redistribution des castelli à l’in­térieur du groupe sur la base de la résidence. Au début du XI’ siècle, l’habitator castri, prédécesseur immédiat du dominus castri selon un changement de terminologie qui se place au milieu du XIe siècle, passe alors au premier plan : la localisation des différents rameaux familiaux, l’ancrage dans les réalités castrales sont une réponse à l’incastellamento lui-même. Les fa­milles continuant néanmoins de proliférer, les créations castrales foisonnent jusqu’au milieu du XII siècle, ce qui entraînera échecs et désertions.

La communication suivante, de Jean-Pierre Delumeau, porta sur la Toscane orientale, le contado d’Arezzo. Les circonscriptions majeures de la région sont la marche de Toscane et le duché de Spolète auquel semble avoir été rattaché Arezzo au IXe siècle. L’impact du pouvoir ducal est cependant mal connu. Le maillage des comtés, établi après la conquête carolingienne, est la strate, de la division territoriale la plus ferme de l’Italie du Nord; leurs titulaires, comme dans le cas de Sienne, sont géné­ralement issus de familles franques transalpines. A Arezzo cependant, un seul comte laïque est mentionné au tout début du IXe siècle, le pouvoir comtal étant ensuite assumé par l’évêque. Beaucoup mieux connue est la moyenne aristocratie. On la découvre au IXe siècle sous le nom de nobiles homines tam franciscos quam lombardicos, mais l’absence de sources ne permet pas de déceler une continuité avec les notables bien mieux documentés de la fin du Xe siècle. Ceux-ci se répartissent en une vingtaine de groupes familiaux qui possèdent chacun plusieurs noyaux d’implantation dans le comté. Cette configu­ration patrimoniale plurifoсale, ainsi qu’une politique de donations aux abbayes, rapproche cette aristocratie capitanéale de la strate comtale. Quelques-uns de ces capitanei ont des possessions urbaines, mais le lien avec la cité n’est pas primordial. Ils sont surtout implantés dans le contado et détiennent dès le début du XIIe siècle des castra dans lesquels ils résident. La dis­tinction n’est pas claire avec la strate inférieure de ceux que l’on appelle couramment les vavasseurs : ceux-ci détiennent des alleux ou des livelli, dans une ou deux pievi, sont notaires, clercs ou artisans. Ils ne contrôlent pas de castrum, mais peuvent participer aux activités militaires des cаpitаnei ou de nobles plus importants. Il semble donc qu’il faille les rattacher à l’aristocratie et les définir comme une sorte de gentry, de notabilité militaire. La ville est un monde socialement distinct : on y découvre une strate de familles aisées, parfois même très riches, qui possèdent des biens dans la cité et son suburbium,mais qui ne détiennent pas de châteaux. C’est cette élite urbaine qui anime le premier âge communal, jusque vers 1190. Les capitanea, plus liés au pouvoir comtal de l’évêque, sont alors complètement absents. Mais à partir de la fin du XIIe siècle, quand la victoire de la commune paraît inéluctable, les familles dominantes du contado s’impliquent dans la vie urbaine et s’al­lient avec le patriciat.

Parallèlement, les notables urbains se seigneurialisent : les deux notabilités fusionnent. Au XIIIe siècle, un nouveau clivage apparaît, fondé sur les luttes des factions guelfe et gibeline qui transcendent les anciennes distinctions entre seigneurs ruraux et élites urbaines.

Le dimanche après-midi, ce fut le tour des régions plus méri­dionales, avec tout d’abord Jean-Marie Martin qui traita de l’Italie du Sud. La conquête par les Normands, au XIe siècle, imposa une aristocratie militaire et féodale allogène qui fonda des dominations de type seigneurial, mais celle-ci eut à affronter et à intégrer des aristocraties d’origines diverses, issues de différents pouvoirs qui dirigeaient auparavant ces régions. Les prin­cipautés lombardes de Bénévent, Salerne et Capoue n’avaient jamais été intégrées à l’Empire carolingien; elles ignorent donc la vassalité franque. Le pouvoir public, encore ferme au IXe siècle, se désagrège dans la deuxième moitié du X siècle et passe aux comtes locaux par la multiplication des concessions de biens publics. L’aristocratie est constituée par les nombreux membres des familles princières et les groupes de fidèles qui les entourent. Le service militaire n’existe plus, ce qui nécessite le recrutement de mercenaires musulmans, puis l’appel aux Normands. En territoire byzantin, le tableau est différent. L’Empire domine encore au Xe siècle la Pouille, la Basilicate et la Calabre. On y connaît des groupes de notables urbains, mais il n’existe pas sur place de haute aristocratie. Les dirigeants, stra­tèges ou catepans, viennent d’Orient et y repartent. La grande propriété reste très rare, sauf peut-être en Calabre où quelques églises possèdent une immense fortune foncière. Les duchés tyrrhéniens, Naples, Amalfi et Gaète, qui se sont détachés de l’Empire aux VIIIe-IXe siècles, ressemblent plus aux principautés lombardes qu’aux territoires byzantins. Ils sont dirigés par des ducs et des comtes qui se distinguent par leur anthroponymie; ils sont défendus par une militia qui est dotée de terres militaires. La conquête normande a imposé partout une nouvelle aristocratie, mais des groupes indigènes résiduels ont subsisté. En 1142, Roger II a donné un statut officiel à l’aristocratie féodalе, constituée en trois niveaux : les comtes qui commandent des contingents militaires, les barons qui jouissent de droits publics et les milites. Des comtes normands ont pris la place des anciens comtes lombards, mais, dans le monde baronnal, les seigneurs d’origine lombarde sont nombreux; en revanche, dans les anciennes terres byzantines, pratiquement tous les seigneurs, comtes et barons sont d’origine française. Les Normands ont aussi imposé le système de la seigneurie; seigneurie où, par le fait de la conquête, le caractère banal l’emporte sur le caractère foncier. Dans leurs fiefs, comtes et barons lèvent le plateaticum,sorte de tonlieu, des taxes sur les terres incultes et des droits de justice. Des châteaux sont partout édi­fiés. Les Normands ont donc importé un modèle d’aristocratie de type occidental, mais celui-ci a été infléchi localement sous l’influence des cadres préexistants.

Les Abruzzes, sujet de la communication de Laurent Feller, furent une des régions conquises par les Normands, entre 1070 et 1140. Cette conquête entraîna un renouvellement du groupe aristocratique, mais, du point de vue des structures, les Normands ne firent qu’achever un processus de féodalisation déjà perceptible dans les années 1030-1050. Sous la domination lombarde, les Abruzzes constituaient la partie méridionale du duché de Spolète. L’aristocratie se définissait alors par la posses­sion de grands alleux et par la détention d’un titre correspondant à une fonction publique : comtes, gastalds et sсulclascii. Les sources dévoilent, dans la seconde moitié du IXe siècle, des opé­rations de concentration foncière. Les gros alleutiers remem­brent leurs domaines par des achats, qui ne sont pas de simples actes d’aliénation, mais qui ont aussi un rôle social : les ven­deurs entrent dans la clientèle des acheteurs. L’aristocratie, par ce processus d’intégration verticale, étend ses réseaux. Or, le régime matrimonial lombard — la Morgeпgabe correspond à un quart des biens de l’époux — menaçait constamment ces grands patrimoines. Des stratégies de contournement ont alors été mises en place, comme la transformation de la Мorgengabe en précaire de reprise. Mais cette aristocratie est progressivement marginalisée dans le duché de Spolète et éloignée du pouvoir: la réalité de celui-ci n’est pas détenue par les représentants locaux. Les comtes sont absents, les plaids sont présidés par des missi impériaux ou mandatés par le duc. Dans la seconde moi­tié du Xe siècle, les aristocrates des Abruzzes mobilisent leur patrimoine, font des emprunts sur gage foncier pour construire des châteaux. Le revenu du castrum améliore ensuite sensible­ment la rente foncière. Le groupe familial se réorganise alors en consorteria : un des frères concentre la propriété de tous les biens familiaux et rétrocède des fiefs aux cadets. Ce resserre­ment lignager entraîne la hiérarchisation, la polarisation et la feodalisation à l’intérieur des familles aristocratiques. Les luttes entre seigneurs deviennent plus âpres : ils s’entourent de troupes de guerriers qui leur prêtent serment de fidélité. Mais ces soldats n’appartiennent pas au groupe aristocratique et ne détiennent pas de fief. Au contraire, ils doivent donner une assurance de leur engagement militaire; leur alleu est alors transformé en tenure, les formulaires utilisés sont issus du contrat de précaire. La pression militaire exercée par les Normands à partir des années 1060 entraîne une accélération des processus en cours, c’est-à-dire l’achèvement de la construc­tion féodale et le bouleversement des institutions judiciaires. La conquête, qui n’est achevée qu’en 1140, n’apporte avec elle aucune innovation institutionnelle. Assez vite, vers le milieu du XIIe siècle, les deux aristocraties, l’ancienne d’origine lombarde ou franque, et la nouvelle, celle des envahisseurs, ont fusionné.

Le lundi a été consacré au monde byzantin. Pendant la mati­née, Jean-Claude Cheynet a examiné les aristocraties de Byzance pendant les VIIIe -Xe siècles suivant trois critères : le caractère héréditaire du groupe aristocratique, la constitution et la forme de leurs fortunes, et la mesure de leur participation au pouvoir. Ses conclusions suggèrent des modifications notables au modèle proposé par Alexander Kazhdan. D’après Jean-Claude Cheynet, on assiste à la formation de familles aristocra­tiques stables bien avant le Xe siècle et même sous les ‘sauriens. Cette réalité ne se manifeste pas toujours à travers les noms de famille, puisque ceux-ci ne se stabilisent qu’assez tard sur le modèle de la lignée paternelle. Pourtant, Jean-Claude Cheynet ne nie pas l’existence de noms de famille dans une période plus haute : des noms qui paraissent dans les sources comme sobri­quets pouvaient être en vérité des noms de famille (exemple de Kontostephanos). L’inexistence de tels noms sur les sceaux avant le XIe siècle ne permet pas d’exclure que les noms aient déjà été en usage, mais non de manière officielle. Dès le XIe siècle, on voit que les dignitaires de la cour étaient liés entre eux par parenté. D’autre part, la famille étendue des empereurs tendait à s’approprier les dignités les plus hautes (par exemple, les parents de la dynastie amorienne avaient presque le mono­pole de la dignité de magistros). Le cas des Phokas au Xe siècle est caractéristique : s’ils avaient pu établir une dynastie, la situa­tion aurait été parallèlе à celle qu’allaient créer les Comnènes un siècle plus tard. Malgré l’existence de grandes familles aristocra­tiques, le système resta ouvert aux parvenus pendant toute la période de croissance politique et économique de l’Empire.

Malgré la pauvreté des sources, Jean-Claude Cheynet pense — et montre — que la grande propriété foncière formait dès avant le Xe siècle les assises économiques du pouvoir aristocratique. Pourtant, les salaires que touchaient les hauts dignitaires et fonc­tionnaires de la caisse publique dépassaient de loin le revenu qu’ils pouvaient tirer de leurs terres. L’acquisition de terres répondait chez eux au désir de s’assurer une base indépendan­te des vicissitudes politiques. Les immunités accordées aux pro­priétés aristocratiques et les concessions de revenus fiscaux n’étaient pas de première importance avant les Comnènes. Il n’y eut aucun glissement des pouvoirs régaliens vers l’aristo­cratie. Les grands aristocrates avaient bien des suites armées, mais point de forces militaires privées. La concession de forte­resses fut un phénomène de courte durée, associé à une pério­de de crise extraordinaire (fin du XIe siècle) . Les sources ne nous autorisent pas à parler de concessions d’immunité judi­ciaire pendant cette période.

Demetrius Kyritses a présenté les traits généraux de l’aristocratie sous les Paléologues et jusqu’au milieu du XIVe siècle. Ce groupe, composé surtout de porteurs d’épithètes, titres honorifiques ou offices de la Cour, est plutôt large et sans homogénéité. La couche supérieure est constituée de descendants d’anciennes familles « nobles », apparentées aux empereurs des XIIe et XIIIe siècles, porteurs d’une douzaine de noms de famille illustres. Ils sont souvent parents de l’empereur. Ils occupent les hautes charges de caractère militaire, les postes de commandement et ceux de gouverneur de province. A leur côté, on trouve les fonctionnaires de l’administration impériale, dont les ori­gines sociales sont diverses, mais qui peuvent parfois avoir accès à la haute aristocratie et y être intégrés. A la base des for­tunes aristocratiques se trouvent la grande propriété foncière et les revenus fiscaux cédés par l’État, ainsi que les revenus de l’exercice des fonctions, qui sont difficiles à calculer. La division des patrimoines d’un côté et, de l’autre, les confiscations par l’É­tat sont des facteurs d’instabilité des propriétés aristocratiques que chaque génération doit reconstituer par des mariages et des dons impériaux. L’emploi des noms de famille (chaque indivi­du porte plusieurs noms) et les données sur les fondations monastiques et les symboles héraldiques indiquent la dissolution des familles patrilinéaires dans une super-famille concentrée autour de la famille impériale, où l’importance tombe désormais sur le lignage individuel. Du point de vue politique, l’État, bien qu’affaibli, garde un rôle important en tant que régulateur de la distribution des ressources de l’Empire parmi les membres de l’aristocratie. Par ailleurs, les aristocrates semblent ne pas avoir voulu contester le caractère autoritaire du pouvoir impérial.

Dans la première communication de l’après-midi, Angeliki Laiou a examiné la structuration du pouvoir au sein de l’aristocratie byzantine, à savoir la formation des liens de parenté et de parenté artificielle, ainsi que les associations formées par serment et par convention, en mettant l’accent sur ce dernier point. Les questions les plus importantes portent sur les liens (unilatéraux ou bilatéraux) formés par serment, et leur rôle social et politique. La présence d’un État fort à Byzance nous oblige aussi à examiner globalement les rapports de l’État avec l’aristocratie et ses sujets. L’enquête fut centrée sur la période des XIe-XIIe siècles, avec les repérages nécessaires dans les époques antérieure et postérieure. Les sources explicites étant exiguës et trompeuses (nous n’avons aucun texte de conventions ou de serments entre aristocrates), le travail de l’historien est un travail de détection.

Avant le milieu du XIe siècle, nous retrouvons des serments prêtés à l’empereur par des fonctionnaires. Il y a aussi des promesses, assurées par serment, que donnent parfois des indivi­dus ou l’armée, ou les habitants de Constantinople à l’empe­reur. Dans tous les cas, il s’agit d’une forme de contrat, qui obli­ge les sujets à des actes spécifiques. Le serment de fidélité géné­ralisé, tel qu’on le trouve dans l’empire carolingien, n’existe pas à Byzance. Quant à l’aristocratie, il y a, dans cette période, très peu d’exemples de liens formés par serment.

Pendant le XIe siècle, l’Empire traverse une période d’instabi­lité dynastique d’une part, et d’autre part de formation d’une nouvelle aristocratie qui va triompher avec l’avènement des Comnènes, en 1081. Par conséquent, l’aristocratie emploie tous les moyens pour affermir son pouvoir : mariages, liens de parenté artificielle et associations par serment, qui ont un aspect quasi constitutionnel. Le phénomène persiste jusqu’à la fin du XIe siècle.

La réaction des empereurs régnants s’est concrétisée, en par­tie, dans la formation de contrats bilatéraux avec les sujets en révolte, élément nouveau à Byzance.

Dans le domaine des rapports avec des puissances étrangères, ce développement devient encore plus frappant. Par exemple, le chrysobulle de Michel VII à Robert Guiscard, qui est confir­mé par le serment de l’empereur, et, le contrat féodal entre Alexis Ier et Bohémond, en 1108. Le deuxième document préfi­gure la forme des contrats de l’empereur avec des personnes puissantes, au XIIe comme au XIVe siècle. Des contrats bilaté­raux sont cachés par des usages diplomatiques qui séparent, en les enregistrant dans deux documents différents, les obligations (et le serment) de l’individu et le chrysobulle impérial, qui est donc présenté comme un acte libre et unilatéral (pure dona­tion) de la part de l’empereur. L’empereur préserve l’illusion d’avoir agi de façon unilatérale, mais les documents contien­nent des termes qui signalent l’existence de rapports synallag­matiques. La donation des pronoiai serait aussi un contrat synallagmatique, déformé par les usages diplomatiques. Donc, les rapports seraient beaucoup plus proches qu’on ne le croit des rapports attestés en Europe occidentale, mais, en même temps, la force de la tradition et du pouvoir impérial est remarquable, car même pendant l’époque de la dissolution de l’Empire, les formes diplomatiques voilent les grands changements dans la structure du pouvoir.

Nevra Necipoglu examina ensuite les destins de l’aristocratie byzantine pendant le dernier siècle de l’empire et surtout après la bataille de la Maritza (1371), qui marqua le début de la domi­nation ottomane en Europe. Cette période est caractérisée par une redistribution extensive des terres de l’Empire, qui condui­sit à l’appauvrissement de certains puissants et à l’ascension d’autres. Les sièges prolongés des villes byzantines par les Turcs eurent en général un effet économique dévastateur dont cer­tains surent profiter, surtout lorsqu’ils avaient des liens avec les marchands étrangers, tel Jean Goudelés, ou du capital à investir dans des prêts à intérêt, tel Thomas Kalokyros. Dans le cas de Thessalonique, la première conquête ottomane semble avoir aidé la reprise économique. Pendant le XVe siècle, plusieurs sources présentent une aristocratie urbaine à Constantinople et à Thessalonique, carаctériséе par la prodigalité et le laxisme. L’origine des fortunes était surtout liée à la participation aux acti­vités financières des marchands italiens. A Thessalonique, les « archontes » (terme emprunté aux sources pour signifier la moyenne et basse aristocratie des villes) formaient l’appui prin­cipal de la domination vénitienne. Il s’agit de quelques familles apparentées, qui avaient aussi des liens avec les couches artisa­nales de la ville. Malgré leur attitude pro-vénitienne, on les retrouvera plus tard au service des Ottomans.

Les séances du mardi matin ont été ouvertes par le rapport franchement comparatiste de Michael McCormick. Dans sa communication, il a en effet comparé les aristocraties byzantine et carolingienne à travers les données fournies par les rensei­gnements sur les ambassadeurs qui voyagèrent entre l’État caro­lingien et la cour de Constantinople. Le groupe peut êtrе consi­déré comme représentatif des aristocraties des deux États, la mobilité géographique étant un des traits les plus distinctifs du statut de l’aristocratie pendant cette période. Les questions posées concernent les trois traits importants pour définir l’aris­tocratie : la parenté, la fonction et l’anthroponymie dans les deux groupes, byzantin et carolingien. On observe que, chez les Carolingiens, c’est surtout l’appartenance à une famille qui est soulignée, tandis que pour les sources byzantines, ce qui compte est surtout la fonction d’ambassadeur. Pourtant, un exa­men plus précis révèle que les ambassadeurs byzantins étaient eux aussi choisis parmi une élite dont les membres étaient souvent liés aux empereurs et entre eux par des liens de parenté. En effet, l’importance de la Königsnähe paraît plus grande parmi les ambassadeurs byzantins que parmi ceux des Carolingiens. A part cela, on remarque que, dans le cas des Byzantins, le stock anthroponymique est beaucoup plus restreint que chez les ambassadeurs carolingiens, ce qui a nécessité l’emploi de sur­noms pour distinguer les personnes homonymes — une autre hypothèse sur les origines des noms de famille. Michael McCormick considère ainsi que la parenté, la fonction et les noms jouent un rôle important dans les deux aristocraties, mais avec des poids différents.

François Menant a consacré sa communication à l’étude des milieux dirigeants des villes italiennes aux premiers temps com­munaux. Cette élite urbaine est l’objet d’un débat historiogra­phique où s’affrontent deux conceptions : un modèle milanais, qui affirme la forte présence féodale au sein de la commune, et un modèle piémontais, pour lequel la commune est entière­ment dirigée par des citadins qui tirent toute leur fortune du prêt d’argent. François Menant propose d’éclairer la discussion à par­tir de l’exemple de Bergame. A l’époque de la naissance de la commune, autour de 1100, on reconnaît clairement les deux élites : l’aristocratie rurale, fortement insérée dans les réseaux féodaux — ce sont des vassaux de l’évêque de Bergame — se distingue par son anthroponymie formée par un nom suivi d’un surnom de lieu; l’élite urbaine des cives n’a pas de base rurale et pas encore de base féodale ; elle se désigne par un nom, auquel elle ajoute à la fin du XIe siècle un surnom faisant réfé­rencea un ancêtre éponyme. Ce cognomen se fixe précocement et n’est pas modifié par la suite, malgré l’acquisition de seigneu­ries. Par la participation au gouvernement préconsulaire (1098­-1117), puis consulaire, les deux aristocraties — capitanéale et urbaine — se rapprochent progressivement. A la fin du XIe et au début du XIIe siècle, on assiste à la formation d’un milieu où cives et milites s’entremêlent et où sont recrutés les consuls pen­dant tout le XIIe siècle. A cette fusion par le pouvoir, on peut ajouter un rapprochement par l’acquisition de seigneuries par les cives. Ceux-ci ont pu obtenir des fiefs de l’évêque en pleine ambiance simoniaque et pré-grégorienne. Ou bien, ils ont pro­fité des difficultés de beaucoup de membres de l’aristocratie capitanéale pour acheter des seigneuries rurales, les liquidités leur étant fournies sans doute par leur activité de prêteurs d’ar­gent. A la fin du XIIe siècle, on ne distingue plus les familles féo­dales des citadins, comme en témoigne le Liber Pergaminus de Moise de Brolo, poème qui chante les beautés de la ville de Bergame : les dirigeants de la commune sont décrits comme « antiqua gens, arma, opes ».

Les communications du mardi après-midi déplacèrent le cadre géographique encore un peu plus à l’ouest, vers le Languedoc et la Catalogne. Hélène Débaх présenta tout d’abord les relations entre l’aristocratie languedocienne et les Trencavel, vicomtes d’Albi, Nîmes, Béziers, Agde, Carcassonne et Razès, aux Xr et Xlle siècles, à travers l’analyse de l’institution du fief. Le fief languedocien, tel qu’il apparaît dans le cartulaire des Trencavel, n’est pas radicalement différent des descriptions clas­siques. Il consiste en la concession d’un bien, château ou taxe à prélever, qui implique une délégation de pouvoir, en contre­partie de laquelle le vassal doit la fidélité et un service militaire. Ce en quoi le fief languedocien est peut-être plus original, c’est dans les modalités de l’entrée en dépendance : elle se fait majo­ritairement par des reprises en fief. Celles-ci montrent à l’évi­dence qu’il existe dès le début du XIe siècle des puissances locales déjà implantées, qui ont construit des fortifications et dont le pouvoir associe castrum et ban. Les reprises en fief reviennent à faire reconnaître l’autorité supérieure du vicomte, à faire jurer fidélité par les barons au vicomte. Alors que les donations et les inféodations peuvent porter sur des parts de château, tous les serments de fidélité sont prêtés pour le cas­trum, sans autre précision. Cela amène à penser que le castrum des serments joue le rôle d’une fiction juridique qui sert de base aux devoirs du fidèle. Quant aux rapports entre les vicomtes et les milites de base, les véritables gardiens des châteaux — que l’on peut, comme en Catalogne, appeler castlan sont beau­coup plus difficiles à cerner. Nous n’en avons que peu de témoignages, dans des cas où le vicomte est dans une évidente posi­tion de force : il s’agit de constitutions de castlaniae pour le grand château vicomtal de Carcassonne, ou d’interventions des vicomtes lors de trahisons ou de conflits entre coseigneurs. Le contrôle des vicomtes sur les castlans et les milites des châteaux inféodés semble en revanche avoir été assez réduit : entre eux s’interposent les barons du pays, les seigneurs de la terre. La structuration interne de l’aristocratie s’organise donc en trois niveaux. Le Trencavel se contente de contrôler le baron qui lui fait serment. Ce serment au vicomte crée et révèle à la fois un chef de lignée qui devient son interlocuteur et qui dirige le grou­pe sous-jacent. L’absence de pouvoir des vicomtes sur les strates inférieures de l’aristocratie fait qu’ils n’ont pu édifier une véri­table principauté.

Adam Kosto enchaîna par une étude comparative des ser­ments et des convenientiae de la Catalogne et du Languedoc. Ces nouvelles catégories de textes apparaissent au XIe siècle, quand disparaissent les placita et notices de jugement. Le chan­gement typologique traduit non seulement une transformation institutionnelle, mais aussi une mutation des formes de la domi­nation et du rôle dévolu à l’aristocratie. Les attestations les plus précoces de convenientiae en Catalogne concernent des contrats agraires faits par des abbayes, des baux ruraux non aris­tocratiques; les premières conventions intéressant les grands sont des règlements de conflits. Ce n’est qu’avec Ramon Berenguer Ier, dans les années 1050, que la conveпieпtia est uti­liséе pour préciser les droits du comte sur un certain nombre de châteaux et ses relations avec les membres de son aristocratie. La convententia devient alors un instrument privilégié du pou­voir comtal, redéfini sur des bases féodo-vassaliques. On consta­te cependant l’éclipse de ce type de documents, et peut-être du pouvoir comtal lui-même, sous le règne de ses fils à la fin du XIe siècle. De telles conventions ne réapparaissent, mais alors avec une grande diffusion, que sous Ramon Berenguer III (1097‑1131). Ce comte a renouvelé les accords de son grand-père à Barcelone, Gérone et Ausone. Mais il a aussi mené une politique d’expansion très active : en Catalogne même, il a recueilli la suc­cession des comtes indépendants à Besalú et en Cerdagne. Il a pris pied en Languedoc et en Provence. Les sources révèlent cependant des différences sensibles entre les diverses zones géographiques. Alors qu’au sud des Pyrénées il a conclu avec les aristocraties locales des convenientiae, contrats complexes où sont détaillés les droits et devoirs réciproques, dans le Sud de la France les seuls actes qui subsistent de sa prise de pouvoir sont des serments de fidélité. Cette différence structurelle dans la documentation ne peut être due au seul hasard de la conserva­tion des sources. La raison est peut-être à chercher dans la natu­re plus fragmentaire du pouvoir dans ces régions.

Philip Dailеader, quant à lui, s’intéressa aux rapports entre la ville et le système féodal, à travers l’exemple de Perpignan. Cette cité fait partie du comté de Roussillon dirigé par des comtes et vicomtes. Dans le contexte de la fondation du consu­lat, on découvre une institution originale, la ma armada. Ce pri­vilège, accordant aux Perpignanais le droit de se défendre col­lectivement, fut créé contre l’aristocratie châtelaine à la fin du XIIe siècle. La citoyenneté se définit alors comme le fait de pou­voir « être défendu comme un homme de Perpignan ». Si le recours à la ma armada connut une éclipse dans le courant du XIIIe siècle, il fut remis en vigueur dans les trois derniers quarts du XIVe siècle.

Les deux communications de mercredi matin ont mis en jux­taposition les milieux dirigeants ou aristocratiques de la région la plus orientale (l’Empire ottoman) et une des régions les plus occidentales de la Méditerranée, à savoir la Catalogne.

Paul Freedman compléta le tour d’horizon occidental par un aperçu sur l’histoire des mentalités et, plus précisément, sur les mythes de fondation  de l’aristocratie catalane ‘ de la fin du Moyen Age. Le nom de Catalogne apparaît au XII` siècle, mais la mémoire héroïque remonte aux temps carolingiens : jamais il n’est fait référence à des personnages bibliques, troyens ou wisigoths. Le personnage central de la mythologie comtale, tel qu’il apparaît dans les Gesta comitum Barchinoneпsium (rédigés à la fin du XIIesiècle), est le comte Guifred le Velu. Dans une légende très parallèle à celle d’Ogier le Danois, il est présenté comme un orphelin, déshérité, élevé à la cour du comte de Flandres, qui recouvre sa terre grâce à son courage. Pour re­prendre possession de ses droits, il doit tuer un certain Salomon, au nom éminemment gothique. Grâce à son combat victorieux contre les Musulmans, il se fait ensuite reconnaître par l’empereur son pouvoir héréditaire sur le comté de Barcelone, qui devient ainsi une principauté indépendante. On voit bien là l’intérêt de la dynastie comtale et son aspiration à l’autonomie par rapport au pouvoir franc. Mais, dans le contex­te de la crise de succession du début du XVe siècle, avec l’ex­tinction de la maison de Barcelone, la noblesse catalane se crée d’autres mythes et d’autres héros. La légende d’Otger Cаtaló est alors largement diffusée : elle a le mérite de donner une expli­cation au nom de Catalogne, mais aussi, et surtout, elle offre à l’aristocratie une origine distincte de la dynastie comtale barce­lonaise. Otger, avec neuf compagnons, aurait combattu victo­rieusement les Musulmans, avant l’expédition de Charlemagne. Auraient alors été créés neuf comtés, neuf vicomtés et neuf cents familles nobles. L’histoire fut particulièrement propagée par la famille Montcada qui prétendait descendre d’un des neufs com­pagnons, nommé Dapifer. Le mythe de fondation de la Catalogne devenait ainsi aristocratique, antérieur et indépen­dant de l’histoire de Guifred. Il permettait aussi de justifier la situation des remisas : dans cette vision, les vainqueurs des Musulmans avaient été récompensés ; la domination et la servi­tude n’étaient pas pensées avec des critères ethniques; les Catalans formaient un seul peuple, dont certains étaient libres et d’autres non, selon qu’ils descendaient ou non des preux qui avaient combattu les Maures.

Cemal Kafadar examina enfin le problème de l’ascendance de la famille ottomane sur les autres familles aristocratiques turco-musulmanes de l’Asie Mineure. L’Empire ottoman, après son établissement, ne connut pas une aristocratie de sang (à quelques exceptions près : la famille du Prophète, la famille d’Osman, les descendants  de Chingiz-khan) Au départ, les Ottomans n’étaient qu’une famille turco-musulmane parmi d’autres. Leur succès est dû largement à leurs stratégies nova­trices de « planning familial ». Parmi ces stratégies, on note l’aban­don progressif du mariage en faveur du concubinage. Même avant, on voit que les Ottomans ne reconnaissent que l’impor­tance de la lignée paternelle (contrairement, par exemple, aux Mongols, chez qui Tamerlan était fier de s’intituler « gendre » de la famille de Chingiz). Les mariages des premiers Ottomans avaient d’habitude un caractère politique qui a disparu par la suite (point de mariages avec des familles chrétiennes après Mehmed II). Les Ottomans cherchaient à recevoir des dots sous forme de terres, mais n’en donnaient point. Ils ont également compris assez tôt que la politique visant à octroyer des apanages à tous les fils avait des résultats néfastes pour l’unité de l’État.

Leur souci de maintenir cette unité alla jusqu’à la pratique du fra­tricide établie par une loi sous Mehmed II, malgré l’opposition des milieux religieux. Une autre innovation importante, quoique contraire à la religion, était l’institution de la « famille » artificielle des kuls, garçons islamisés par la force et élevés à la Cour. En fournissant à l’État ses fonctionnaires les plus impor­tants, les kuls réduisaient la dépendance des sultans envers les puissants aristocrates. Les membres des familles aristocratiques soumises aux Ottomans reçurent des « fiefs », qui n’étaient pas héréditaires et qui, en principe, se trouvaient loin de la base locale du pouvoir de leur famille. A la fin de la matinée, Youri Веssmertnу a apporté par ses observations le point de vue des médiévistes russes. Alain Boureau a présenté des conclusions sur les grands thèmes déve­loppés. Il a évoqué les problèmes abordés par les participants, ainsi que les questions qui demeurent ouvertes ou qui ont été posées pendant les débats dans un esprit comparatif. C’est juste­ment dans la formulation des nouvelles questions vers lesquelles peuvent s’orienter nos recherches que repose la grande valeur des rencontres de ce type. Par exemple, les rapports entre les aristocraties et le pouvoir public, que ce soit le pouvoir comtal à Barcelone ou le pouvoir impérial à Byzance, dans l’Empire caro­lingien ou dans l’Empire ottoman, constituent un thème impor­tant. C’est précisément sur la question clé des rapports entre privé et public que les différences et; les divergences entre l’Orient et l’Occident du bassin méditerranéen semblent les plus marquées. Mais au cours de nos travaux, nous avons relevé des similitudes importantes et des nuances qui peuvent enrichir notre connaissance des sociétés en question. De nouveaux champs d’interrogation ont ainsi été dégagés par notre ren­contre. Le statut de la terre et de la paysannerie dépendante, le poids relatif du grand domaine et de la communauté rurale, les fonctions économiques, soсiales et mêmes politiques du contrat bilatéral, le rôle de la guerre et des déplacements corrélatifs de populations, le poids de la fiscalité et de l’appareil militaire, la force des structures d’encadrement et de sociabilité (familiales, villageoises, religieuses, etc.) : toutes ces questions ont été repé­rées comme autant de domaines offerts à de nouvelles approches comparatives. On peut espérer que ces dernières soient promises à de nouvelles rencontres pluridisciplinaires entre spécialistes de Byzance et de l’Occident méditerranéen sur­tout, sans négliger l’apport des islamologues et des turcologues dont notre rencontre a permis de mesurer tout l’intérêt.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search