Le roman, la cité et l’empire

Séjour d’étude de Sophie Lalanne, du 3 au 13 juin 2020

 

Résumé

Prêtresse d’Artémis (statue d’époque romaine, inspirée d’un modèle grec du IVe siècle avant J.-C. du type Herculanum), Musée de l’Agora à Athènes.

Les romans grecs ont été jusqu’à présent rarement pris en compte par les historiens. Œuvres éminemment littéraires, ces longs récits de fiction rédigés en prose composés durant les Ier, IIe, IIIe siècles après J.-C., apportent néanmoins un témoignage inédit sur l’époque qui les a vu naître. Produits dans les cités grecques des provinces hellénophones de l’Empire romain, ils nous informent sur le fonctionnement de ces cités et sur les relations sociales qui les traversent. Pour ce qui est de recueillir un témoignage sur la cité grecque d’époque impériale, les romans de Chariton et Xénophon d’Ephèse sont des sources privilégiées. Ils offrent en effet un champ d’exploration exceptionnel pour l’étude des institutions, des pratiques politiques, des différents groupes sociaux (femmes comprises) qui constituent les sociétés civiques grecques, mais aussi les sociétés villageoises, et permettent d’établir que la cité grecque, loin d’être absente des romans, en constitue la toile de fond.

 

Compte rendu

L’objectif de mes recherches personnelles depuis plusieurs années est de comprendre et d’éclairer la manière dont les Grecs vivant dans les provinces hellénophones de l’Empire concevaient leur place et leur rôle dans l’Empire romain. En premier lieu, il s’agit pour moi de comparer les données disponibles dans les romans grecs avec les informations fournies par l’abondante littérature grecque de l’époque impériale, mais aussi avec les sources épigraphiques et archéologiques. Le livre dont j’ai commencé la rédaction à la Fondation des Treilles repose sur une construction en triptyque mettant en relation le roman, la cité et l’Empire, mais c’est la première partie sur la cité qui a été l’objet de mon étude.

Les romans grecs composés par Chariton, Xénophon d’Ephèse, Longus, Achille Tatius, Héliodore, offrent une source abondante d’informations qui couvre deux cents ans de l’histoire de l’Empire romain, de 60 à 250 environ après J.-C. – la datation des romans n’a pu être fixée de manière certaine. Dans un univers de fiction traversé d’une multitude de personnages, les romanciers brossent une peinture des mœurs grecques sans équivalent et dont la véracité historique (à tout le moins la vraisemblance) mérite d’être soulignée. En effet, les romans offrent une description relativement précise des sociétés civiques et des sociétés villageoises de l’Orient romain. J’ai donc entrepris d’étudier méthodiquement dans les premiers romans grecs, ceux de Chariton d’Aphrodisias et de Xénophon d’Ephèse, quelle représentation est donnée de la cité, à la fois comme communauté politique, comme mode de composition sociale et comme ensemble ville-territoire. On a trop souvent écrit en effet que la structure de la cité était absente de ces romans, tandis qu’elle me semble sous-tendre au contraire toutes les formes d’interactions sociales.

Mon attention a porté d’abord sur les institutions civiques, notamment sur les réunions de l’assemblée, sur la composition du conseil ou sur l’exercice de la justice, mais également sur l’équilibre des pouvoirs entre le peuple et les notables et sur les dons et contre-dons qui fondent cet équilibre. Par la suite, sont étudiés certains aspects de la sociabilité civique, comme les cultes et les banquets, la constitution de réseaux par le biais d’amitiés, d’échanges de services et d’alliances, ainsi que les représentations du statut social, le capital économique et la propriété foncière qui se trouvent au fondement de la légitimité des élites dans l’Antiquité. La montée en puissance de l’argent dans un monde jusqu’alors dominé par la naissance mérite à mon avis une attention particulière. Il est évident qu’une analyse des élites, à laquelle les romanciers semblent avoir appartenu à des niveaux variables, aura d’autant plus d’intérêt qu’elle s’insèrera dans une étude globale de la société du roman grec où toutes les catégories sociales sont représentées. Mon objectif est ainsi de montrer que le roman est, au même titre que les statues, les monnaies, les éloges funèbres ou les imagines pour l’aristocratie romaine, un instrument d’auto-représentation des élites à l’intérieur d’un dispositif plus général de légitimation et de pérennisation de leur domination sur le reste de la société. Cette étude gagnera à être complétée par la description des sociétés grecques offerte par un roman latin comme les Métamorphoses d’Apulée qui se déroule pour l’essentiel en Grèce propre. Elle mettra en évidence l’importance du cadre civique dans l’imaginaire des Grecs, en dépit de l’ouverture nécessaire sur l’Empire universel bâti par Rome.

En effet, malgré l’étendue de l’échelle chronologique sur laquelle les romanciers se situent, entre le Ier et le IIIe siècles après J.-C., ces textes témoignent de manières de penser étonnamment proches les unes des autres. Mon attention se portera donc ensuite sur la conduite adoptée par les romanciers vis-à-vis de la domination romaine et qui consiste à passer sous silence le moindre élément qui pourrait en rappeler l’existence. Interprété jusque là comme un signe de mépris et de distanciation envers la domination romaine, ce silence étourdissant me semble devoir être l’objet d’une réévaluation, à l’aune des études récentes sur l’Empire romain. Une intégration globalement satisfaisante des membres de l’élite dans les structures administratives et sociales de l’Empire pourrait aussi bien expliquer ce silence qu’un désir de résistance passive à « l’hégémonie des Romains ».

Enfin, les romans grecs présentent l’intérêt d’émerger et de se constituer en tant que genre littéraire aux Ier-IIe siècles après J.-C., à une époque où, sous couvert de cultiver les anciennes traditions, fleurissent de nouvelles modalités d’expression : plus que tout autre genre littéraire, le roman apparaît comme une adaptation opportune au nouveau contexte politique et social entraîné par l’extension de l’Empire. Cette réflexion nourrira la matière d’une troisième partie composant le livre. Ainsi, cette analyse, inspirée des travaux d’anthropologie historique et d’histoire culturelle portant sur les époques archaïque et classique, notamment dans le domaine du politique, soulignera le statut des romans grecs comme source de premier ordre pour notre connaissance des pratiques et des interactions sociales dans les cités grecques de l’Empire romain.

 

Crédit photo d’illustration de couverture: Béatrice Preve


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search