Réseaux et programmes: une spécificité méditerranéenne ?

Colloque organisé par Christiane Villain-Gandossi du 10 au 13 mai 1996

 

Participants

Marie-Françoise Attard (Université de Provence, Aix-en­ Provence), Gemma Aubarell (Institut Català de la Mediterranea d’Estudis i Cooperado (LC.M.), Barcelone), Paul Balta (Journaliste, écrivain, directeur hono­raire du Centre d’études de l’Orient contemporain, Paris), Jan Berting (Erasmus Universiteit Rotterdam), Robert Bistolfi (Commission européenne, Bruxelles), Salvino Busuttil (Fondation des études internationales, Valletta, Malte), Gérard Chastagnaret (Université de Provence, Aix-en-Provence), Thierry Fabre, Jean-Robert Henry (Institut de recherches et d’études sur le monde arabe musulman (IREMAM), Aix-en-Provence), Robert Ilbert (Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme (MMSH), Aix-en-Provence), Mohamed Sghir Janjar (Fondation du roi Abdul-Aziz, Casablanca), Azzouz Kerdoun (Université de Constantine), Christiane Laye (MMSH, Aix-en-Provence), Joseph Maïla (Institut d’études économiques, Paris), Maya Makhlouf (UNESCO, Paris), Jean-Luc Racine (Maison des sciences de l’Homme, Paris), Henri Regnault (Université de Pau), Franco Rizzi (Universita del Mediterraneo (UNIMED), Rome), Giovanna Tanzarella (Fondation René-Seydoux, Paris), Marie-Christine Vazquez (MMSH, Aix-en-Provence), Pierre Verges (MMSH et Laboratoire méditerranéen de sociologie (LAMES), Aix-en-Provence), Christiane Villain-Gandossi (MMSH Aix-en-Provence).

Résumé

L’état des sciences, celui de leur développement, dépend, nous le savons, plus que jamais de la libre circulation des informa­tions, des contacts entre les chercheurs et leurs institutions. L’image du savant travaillant dans la solitude de son laboratoi­re est totalement dépassée. Bien avant l’autoroute de l’informa­tion, l’Internet et le WWW (World Wide Web), des réseaux natio­naux et internationaux ont joué un rôle important, stimulés par la tenue de conférences, de séminaires, de tables rondes. Un ins­titut actif et ambitieux se trouve devant l’obligation d’établir et de développer des réseaux et de se connecter avec ceux qui existent déjà, afin, naturellement, de coopérer avec les meilleurs cher­cheurs dans son domaine. La croissance des réseaux régionaux, nationaux et internationaux est le résultat d’investissements de longue durée et constitue un capital humain et social considé­rable. Leur gestion représente une tâche complexe qui demande beaucoup de réflexion…

 

Compte rendu

Etant donné le développement et la complexité des « réseaux » méditerranéens depuis moins d’une dizaine d’an­nées, il est apparu opportun à la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence d’organiser, avec le concours d’experts en ce domaine, une réunion d’information et de réflexion sur les réseaux et les programmes méditerra­néens.

L’organisation de cette réunion s’est faite avec le concours de la Maison des sciences de l’Homme de Paris et ses participants ont été les hôtes de la Fondation des Treilles, du vendredi 10 mai, jour d’arrivée, au lundi 13 mai 1996, jour de départ. Au cours de cettre réunion, il s’agissait donc de procéder à :

– la présentation des différents centres méditerranéens : iden­tification des réseaux et de leurs priorités (politique, culturelle, scientifique.:.), avec la mise en évidence de la spécificité de chaque réseau dans le cadre de sa région ;

– l’analyse de leur fonctionnement : nombre des chercheurs concernés, nature des disciplines, des domaines et des thèmes spécifiques, de l’approche scientifique (existence d’un « modè­le », d’une « théorie »), type de recherche : appliquée ou non (policy-orieпted ou sequence-oriented);

– l’inventaire des ressources propres à chaque centre : docu­mentation, base de données, formations, échanges de cher­cheurs;

– l’analyse du concept spécifique de réseau méditerranéen : travail d’élaboration d’un outil existant. Essai de mise en place d’un modèle de coopération;

– la mise en place des opératiоns communes (dans la pers­pective des besoins identifiés pour les chercheurs et enseignants concernés) .

La réunion s’est articulée en quatre séances : une séance sur les types de réseaux (exposé initial : Christiane Villain­Gandossi) ; une séanсе sur le particularisme des sciences humaines et sociales (exposé initial : Robert Obert) ; une séan­се sur l’unité de l’espace méditerranéen et la spécificité des réseaux (ехposé initial : Paul Balta); une séanсе sur la tradition universitaire et les réseaux méditerranéens (exposé initial : Salvino Busuttil).

A l’issue de ces journées, deux types de conclusions se sont imposés : ceux concernant le concept de réseau et ceux relatifs à son application dans le domaine de la recherche méditerra­néenne.

Le concept de réseau

Comment caractériser ce mode d’organisation spécifique ? Première référence obligée : le chaos. Par rapport à une situa­tion chaotique, le réseau organise; il est d’abord organisation des différences. Formatant des noeuds, il crée aussitôt des liens entre ce qu’il différencie. Ainsi, dans le domaine des sciences sociales, on peut opposer l’organisation en réseaux à l’atomisa­tion, à l’individualisme. Mais si le réseau est organisateur par rapport au chaos, il s’oppose au paradigme de l’organisation, c’est-à-dire à la structure que représente l’organigramme sous forme de liste, d’arbre ou de pyramide. De façon plus générale, le réseau s’opposerait à toute structure, donc, par définition, au paradigme fondamental axé sur le rôle privilégié de l’Etat dans les relations internationales, au sens large du terme.

En fait, le concept de réseau n’est intéressant que si les indi­vidus peuvent se jouer des limites et contraintes institution­nelles et sociologiques ordinaires : le réseau suppose des acteurs susceptibles de mobiliser des relations sociales qui ne sont pas des représentations de leur appartenance (à la limite, on peut évoquer les réseaux clandestins). Les liens sociaux ainsi noués demeurent conjoncturels et occasionnels. Le réseau, même encadré dans une structure solide, reste flexible.

Ce concept doit être mis naturellement en rapport avec un autre concept organisateur, celui de système. Finalement, par rapport à des formes d’organisation plus classiques, le réseau apparaît comme un mode d’organisation coopératif, adaptatif et évolutif impliquant de nouveaux rapports collectifs entre acteurs (s’il en comporte) et de nouveaux rapports à l’espace et au temps.

Finalement, quel que soit le domaine d’application du fonc­tionnement en réseaux, par rapport aux organisations forte­ment hiérarchisées et guettées par la bureaucratisation, le réseau est plus ouvert et plus souple : il tolère les changements de par­tenaires en fonction des circonstances, il admet les « réarrange­ments » et ne fixе pas une fois pour toutes les alliances et les coopérations. La création doit êtrе collective pour êtrе acceptée, ce qui suppose une coordination forte entre des acteurs mul­tiples, mais elle doit également permettre à chacun de s’engager dans des projets inédits pour proposer des pistes nouvelles, ce qui impose une forte flexibilité des relations (et on évoquera ici les réseaux dits d’innovation). Mais ces réseaux flexibles, sans « défenseur », voire sans institution d’accueil, doivent s’auto-orga­niser. La multitude des enjeux devrait garantir une transparence des financements et des alliances, et autoriser une compétition au grand jour entre les différents réseaux. Car la compétition ne se joue plus laboratoire contre laboratoire, mais réseau contre réseau.

Par leur prolifération, les réseaux contribuent à redéfinir les règles du jeu. L’intéressement est proclamé, les médias sont sollicités, le mérite individuel est remis en cause, la distinction entre la sphère publique et la sphère privée est négociée au coup par coup. Les crises récentes, symptômes de cette pro­fonde mutation, contribuent à faire émerger de nouvelles formes d’organisation qui devront faciliter l’essor de ces réseaux, leur mise en compétition, leur démantèlement ; elles devront également contrôler leur extension. Mais, il faut sou­ligner que, de son côté, l’Etat lui-même, pour aboutir à ses buts, devient de plus en plus dépendant de ce type d’organi­sations.

Réseaux et programmes : une spécificité méditerranéenne ?

Dans le cas précis des réseaux méditerranéens, un certain nombre d’interrogations ont été posées lors de cette réunion aux Treilles.

Comme l’a bien noté à cette occasion Robert Ibert, « au-delà de la nécessaire organisation internationale que requiert la recherche des financements, les réseaux sont devenus une mode, tout particulièrement dans le domaine méditerranéen ». Près de 280 centres revendiquent une spécificité « méditerra­néenne », et chacun d’eux a besoin d’un « réseau » pour s’impo­ser aux yeux de l’extérieur. La question qui se pose pour les équipes de recherche, celles que représente par exemple la nou­velle Maison méditerranéenne des sciences de l’нommе, est de trouver leur chemin entre demande sociale, contrainte poli­tique et recherche fondamentale : « aujourd’hui, à travers le pro­blème des réseaux, se pose la question de l’avenir de toute la recherche en sciences sociales et humaines ».

Afin d’obtenir une meilleure homogénéité dans la présenta­tion des différents réseaux, l’emploi d’une grille opératoire simple et d’usage pragmatique a été proposé : elle devait per­mettre de dégager une première typologie. Il s’est avéré que cette constellation notionnelle couvrait à la fois le concept de réseau et celui de coopération.

Quels sont les actants qui travaillent ensemble dans le mêmе lieu, en même temps, dans quel domaine, pour combien de temps, à quelles conditions, avec quels moyens, dans quels buts?

Ainsi, ces actants qui travaillent ensemble, sont-ils des scien­tifiques, des universitaires, des organisations mixtes? S’agit-il de réseaux mono-, pluri-, inter-, transdisciplinaires? Comment se développent les relations entre les disciplines en cas d’interdis­ciplinarité ? Quels sont les modèles de coopération possible?

Ces organisations en réseaux se situent-elles au niveau régio­nal, national ou international? S’agit-il de réseaux accueillant un certain nombre d’équipes nationales de chercheurs, afin de pro­céder à l’élaboration de projets de recherches transnationaux?

Dans quels domaines ces actants travaillent-ils, ensemble? S’agit-il de réseaux orientés vers les problèmes sociaux, poli­tiques de la gestion (pоlicy-oriented) (par exemple : problème de minorités) ou des réseaux orientés vers des problèmes qui sont formulés par les disciplines elles-mêmes (par exemple : рroblèmе du pluralisme scientifique) ?

Pour combien de temps ? La durée des réseaux de chercheurs impliqués dans les projets de recherches semble ne jamais excé­der plus de quatre années. On peut se demander comment on établit, améliore et termine un réseau, un programme.

A quelles conditions? En dehors des conditions d’ordre pra­tique, l’organisation en réseaux présuppose un certain intérêt, le dialogue, des chances semblables entre ceux qui sont concernés et des compensations pour chaque partenaire.

Avec quels moyens? L’organisation en réseaux, en général, commence par l’établissement de contacts directs entre les inté­ressés, moyennant l’organisation de conférences ou de sémi­naires, et la création de commissions. Puis s’organisent la circu­lation de l’information et les échanges proprement dits, ainsi que les programmes communs de recherche, qui représentent déjà une étape plus avancée de la coopération, tout cela à l’ai­de de moyens de fonctionnement : documentation, bases de données,  formations, échanges de chercheurs, ressources propres… et d’outils, d’instruments d’ordre épistémologique qui entraînent sur le plan méthodologique une approche qui peut être comparative, interdisciplinaire, systémique.

Quels sont les buts? Sont-ils l’échange ou la coopération? La coopération désigne les interactions sociales de ceux qui ont conscience d’un intérêt commun, à la réalisation duquel ils ten­dent à contribuer. En revanche, l’échange est une relation sociale dans laquelle les participants (des individus ou des groupes) combinent leurs activités afin d’augmenter leurs avantages personnels. Dans la coopération, le but de la colla­boration est la réalisation d’un intérêt commun ; dans l’échan­ge, il n’y a pas cet objectif commun : les participants sont moti­vés par leur intérêt individuel. Dès que la collaboration ne rap­porte plus ces avantages individuels, elle prend fin. La coopé­ration a trait aux relations normatives, l’échange aux relations contractuelles. Dans la coopération, les individus (ou les groupes) sont subordonnés à l’idée d’un ordre moral : des par­ticipants peuvent y contribuer sans attendre une rétribution immédiate pour eux-mêmes; ils y contribuent parce qu’ils ont confiance en un ordre (en formation). Le concept d’échange ne fait pas appel à un tel ordre; il se réfère davantage aux rela­tions bilatérales : la confiance et la solidarité sont le produit des interactions sociales qui sont motivées par l’intérêt individuel des participants concernés. On est donc en face de deux notions de solidarité bien différentes.

A la lumière des discussions menées au cours de ces jour­nées, nous avons pu établir des distinctions entre réseau hié­rarchisé et réseau stratifié, entre réseau réel et réseau virtuel, entre réseau informel et réseau institutionnel, entre réseau stable et réseau éphémère, entre réseau collectif et réseau indi­viduel; il existe des réseaux dits flexibles, des réseaux dits d’in­novation… Mais le couple le plus intéressant est peut-être celui de réseau « fort » et de réseau « faible ». Selon un schéma propo­sant une typologie des réseaux qui se situeraient à l’intersection de deux axes perpendiculaires : x, y, allant des réseaux du « savoir » aux réseaux du « faire », et u, z, allant des réseaux « forts » aux réseaux « faibles », le réseau le plus fort serait celui qui pré­senterait les caractéristiques suivantes : monodisciplinarité et monoparadigmatique ; une seule méthоdе/un seul modèle ; bi­ ou tri-latéral; lié aux carrières des acteurs; concernant une seule aire culturelle; son programme serait bien établi et son infrastructure solide ; il ne serait pas trop lié à la vie politique; ses avantages seraient sa stabilité, ses produits respectés sur le plan international; ses défauts : exclusion, trop de continuité, peu sensible aux changements culturels, politiques, etc. En revanche, le réseau le plus faible serait pluridisciplinaire, pluri­paradigmatique ; avec une absence de mоdèlе/méthоdе ; les intérêts des partenaires seraient très diversifiés et ce travail en réseau représenterait pour eux une activité marginale; les aires culturelles impliquées seraient diversifiées et il serait conduit en plusieurs langues; avec l’absence d’un programme scientifique proprement dit, les préoccupations seraient plutôt d’ordre poli­tique; ses avantages seraient la flexibilité, surtout; ses défauts : trop ouvert, aléatoire.

Comme l’a fait remarquer Robert Obert au cours de la réunion des Treilles, le problème majeur des réseaux actuels tient à leur création voulue par le sommet pour structurer l’exis­tant. Les réseaux actuels — quelles que soient leurs faiblesses — ont permis de développer une posture commune des cher­cheurs, qui est d’ores et déjà à l’origine de dialogues et d’échanges uniques. Ces réseaux traversent aujourd’hui la frac­ture Nord/Sud, monde arabe/monde occidental ou Est/Ouest. Par le simple jeu des contacts et des générations, ils font proba­blement plus pour l’avenir de la paix en Méditerranée que bien des grandes opérations politiques, et il ajoute : « les réseaux, tels qu’ils fonctionnent et quels que soient leurs défauts, sont un outil unique entre les mains des acteurs de ce qu’on appelle un peu trop facilement aujourd’hui la « société civile ».

On peut certes douter qu’il y ait une « aire culturelle » méditerranéenne ; on peut certes critiquer la démultiplication des ini­tiatives, la force du politique ou l’aveuglement de la demande sociale. Cependant, les travaux conduits dans le cadre de ce séminaire ont éclairé quelques lignes de force qu’il importe de préciser :

  • la Méditerranée n’est pas un domaine de recherche (ni une discipline, ni même une aire culturelle) ;
  • la Méditerranée est toutefois un espace pertinent pour tes­ter les recherches en sciences sociales, à condition qu’on la considère comme un espace d’expérimentation à valeur uni­verselle et comparatiste;
  • la Méditerranée ne saurait donc être un « champ clos » de la recherche. Elle est toujours prise dans un double phénomè­ne de mondialisation et de régionalisation.

Dans ces conditions, la question de la demande sociale ou de l’inutilité des réseaux passe au second plan. On peut mêmе la retourner en tentant de donner une légitimité scientifique aux différents projets méditerranéens, ce qui revient à instrumenta­liser (pour une fois…) le politique en constituant, par exemple, en projet de recherche la démarche de Barcelone. Si l’on s’ap­puie sur la demande sociale (sans tout lui céder), si l’on sait imposer une approche vraiment pluridisciplinaire, si l’on par­vient à construire un partenariat clair, et si l’on sait user de l’es­pace méditerranéen comme d’un laboratoire (et non comme d’une fin en soi), alors on pourra éviter que les réseaux finissent par ne plus exister que pour eux-mêmes.

Ainsi, il devient possible de tracer un chemin pour aboutir non à une « charte », mais à quelques principes:

  • Les différents types de « réseaux » existants n’ont pas à se livrer à une quelconque concurrence stérilisante. Ils peuvent et doivent au contraire se compléter. Les centres de recherche (même fédérés) ne jouent pas sur les mêmes terrains que les réseaux institutionnels de type Unimed ou que les réseaux de fondations (type Fondation Seydoux).
  • Lés centres de recherche ne conduisent pas une ‘politique internationale » (qui est du domaine, en France, des universités ou du CNRS).
  • La complémentarité de ces institutions apparaît dans la mise en valeur de leurs compétences respectives. Un centre de recherche peut mettre au service d’un réseau inter-universitaire ou d’une fondation son « expertise ». Inversement, les fondations et les réseaux inter-universitaires peuvent donner à la recherche une dimension et des moyens nouveaux.
  • Cette complémentarité se développera si l’accord sur ce qu’est la Méditerranée est clairement marqué : un espace d’ex­périmentation à valeur universelle et non pas une aire culturelle.
  • Dans ces conditions, les réseaux inter-universitaires et les fondations devront parvenir à imposer dans le domaine du politique, qui est, naturellement, le leur, des questionnements programmatiques cohérents qui puissent donner naissance à des projets scientifiques. Ils devront veiller à ce que soit assurée une évaluation internationale transparente et ils devront êtrе à l’écoute des propositions cohérentes venues des « experts ».

De tels principes peuvent aider à situer la place que la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme entend tenir dans l’avenir. Au-delà de l’expertise de ses différents laboratoires constitutifs, elle cherche à êtrе un laboratoire d’idées et d’initia­tives. Par le jeu des invitations de chercheurs venus du monde entier, par l’effet de ses cycles doctoraux et par l’impact de ses programmes, la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme a pour ambition d’êtrе une sorte de réservoir d’infor­mations et d’hommes dont les programes auront besoin.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search