Autour de la guerre

Séminaire organisé par Jean-Baptiste Jeangène-Vilmer, Manuel Lafont-Rapnouil et Pierre Morel, du 30 septembre au 3 octobre 2020.

 

Participants

Maxime Audinet, Erwin Bruder, Félix Buttin, Ludovic Chaker, Paul Charon, Frédérick Douzet, Emmanuel Dreyfus, Isabelle Dufour, Amélie Ferey, Florence Gaub, Michel Goya, Jean-Baptiste Jeangène-Vilmer (organisateur), Manuel Lafont-Rapnouil (organisateur), Guillaume Lasconjarias, Corinne Lebelhomme-Gutierrez, Pierre Morel (organisateur), Romain Rideau

Résumé

Prisée des décideurs et des praticiens en dépit des réserves exprimées sur sa valeur épistémologique, la notion de conflictualité hybride s’est imposée dans le débat public depuis l’annexion de la Crimée en 2014, y compris à la faveur de l’emploi de nouveaux modes d’actions (manipulations de l’information, cyber-attaques, etc.). Pouvant être définie comme l’engagement combiné d’actions cinétiques et non-cinétiques produisant de l’ambiguïté afin de déstabiliser l’adversaire dans une zone grise qui tend à s’instaurer entre paix et guerre, elle fait l’objet de réflexions originales de la part de plusieurs acteurs étatiques (Russie et Chine notamment). Comprendre cette forme de conflictualité et ses implications impose de s’affranchir des distinctions couramment admises dans l’étude de la guerre – entre guerre et paix donc, mais aussi entre sécurités intérieure et extérieure, entre civil et militaire, entre défense et attaque – et d’identifier les régularités de formes d’actions diverses, visant à maximiser l’ambiguïté, profiter des effets d’asymétrie et estomper le seuil de l’agression armée.

Abstract

Praised by policymakers and practitioners despite reservations expressed on its scientific added value, the concept of hybrid warfare has become part of the public debate since the annexation of Crimea in 2014, as new means were used, such as information manipulation or cyber-attacks. Hybrid warfare may be defined as the combined use of kinetic and non-kinetic actions producing ambiguity to destabilize an opponent in a grey zone between war and peace becoming the new normality. The notion has prompted genuine reflections from various State actors especially in Russia and China. Understanding hybrid warfare supposes to go beyond usual boundaries of war analysis, such as between war and peace, but also between homeland and external security, between civilian and military and between defence and attack, and to identify patterns of various forms of action aiming at maximizing ambiguity, gaining advantage in asymmetry and blurring the threshold of armed attack.

Compte rendu 

Le séminaire organisé du 30 septembre au 3 octobre 2020 à la Fondation des Treilles a réuni une quinzaine de fonctionnaires, militaires et chercheurs (dont trois jeunes chercheurs) autour de la notion de conflictualité hybride, qu’il est possible de définir, au moins à titre conservatoire, comme l’engagement combiné d’actions cinétiques et non-cinétiques produisant de l’ambiguïté afin de déstabiliser l’adversaire.

En dépit des réserves exprimées sur sa plus-value épistémologique, mais aussi sur le caractère novateur de la réalité qu’elle recouvre, la notion de conflictualité hybride, forgée aux Etats-Unis en 2005, s’est en effet imposée dans le débat d’idées à la faveur du déclenchement du conflit russo-ukrainien en Crimée en 2014 et de la manœuvre intégrée alors déployée, associant moyens conventionnels, forces spéciales, manipulations de l’information et cyber-attaques. Quoiqu’imparfaite, la notion permet de saisir une réalité – l’intégration par un acteur de différents registres pour gérer à son avantage l’ambiguïté et l’escalade – à l’œuvre sur plusieurs théâtres d’opération dans un contexte de désinhibition, de transgression des normes, de requalification offensive d’événements et de mise en œuvre de formes nouvelles d’intimidation.

La Russie et la Chine ont conduit des réflexions doctrinales originales relatives à l’emploi de moyens propres àcette nouvelle forme de conflictualité non-linéaire, en mesure de produire un effet stratégique à un coût modeste par rapport une manœuvre uniquement conventionnelle. Sur le plan analytique, les Etats-Unis et le Royaume-Uni se sont particulièrement approprié cette notion, abondamment diffusée au sein de l’OTAN, mais longtemps perçue avec réticence dans le milieu académique comme dans les cercles décisionnels français.

Appréhender la conflictualité hybride oblige à s’affranchir des limites classiques du champ militaire : entre guerre et paix ; entre sécurité intérieure et extérieure ; entre civil et militaire ; entre défense et attaque. Les études de cas lors du séminaire ont souligné la variété des moyens employés et des domaines mobilisables (informationnel, juridique ou économique), le caractère ouvert de nos sociétés créant des vulnérabilités de fait que des acteurs hostiles sont tentés d’exploiter.

Certaines régularités ont été observées dans les cas étudiés. Ainsi, l’assaillant cherche à :

– maximiser l’ambiguïté sur son identité et/ou sur l’existence et la nature de l’attaque. L’assaillant exploite l’avantage alors qu’il est situation de déni (plausible ou pas), créant la confusion et un effet de latence. Lever cette ambiguïtéen caractérisant l’attaque pour en imputer la responsabilité à un auteur et a fortiori à son commanditaire, puis en l’attribuant, publiquement ou non, s’avère cependant difficile, à la fois techniquement et politiquement, et chronophage, compliquant d’autant la réponse ;

– profiter de l’asymétrie avec l’adversaire et son cadre d’action (cohérence juridique, liberté du champ informationnel, etc.) et utiliser la variété des champs de confrontation possibles et au-delà les effets de leur conjugaison ;

– estomper l’effet de seuil, difficile à marquer dans la zone grise de la « paix-guerre » (général Beaufre), afin de créer le fait accompli et enregistrer des gains irréversibles (effet cliquet); l’assaillant s’inscrit dans le temps long et recourt de manière cumulative à certains moyens, créant un « bruit de fond » croissant, par une logique de petits pas sans confrontation ouverte, cherchant à élever le niveau à partir duquel l’adversaire répondra, et augmentant ipso facto le coût d’une contre-offensive.

Ces aspects, valables en amont de la phase la plus aigüe de la crise, peuvent se retrouver également à l’issue de celle-ci. Le passage de la guerre à la paix et vice-versa est de plus en plus graduel et réversible, les situations d’entre deux s’imposant comme une nouvelle normalité – compliquant d’autant les efforts de règlement des conflits.

En dépit de la focalisation sur les aspects non-conventionnels, la dimension militaire est partie intégrante des stratégies hybrides, que ce soit de façon ambiguë ou même ouverte. Le recours à la force armée ne signe donc pas nécessairement l’échec d’une stratégie hybride ; au contraire, celle-ci peut avoir eu pour but de créer un espace, même bref, pour celui-ci, en modifiant ou en floutant le seuil de la conflictualité afin de permettre une action militaire (saisie, fait accompli).

Le séminaire a aussi été l’occasion d’aborder les réponses pouvant être apportées à cette forme de conflictualitéhybride. Au-delà d’un nécessaire renforcement de la résilience, permettant aux institutions et au corps social de mieux absorber les chocs, l’enjeu pour les sociétés démocratiques est, sauf à se renier, de sauvegarder les principes fondateurs, le respect de l’Etat de droit et un espace public ouvert au débat face à des formes renouvelées de conflictualité hybride, qui cherchent précisément à les déstabiliser. L’Union européenne et l’OTAN apparaissent à cet égard comme des cadres complémentaires étant donné leurs compétences et capacités respectives.

 



Citer ce billet
ldiebold (2020, 5 novembre). Autour de la guerre. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv4r

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search